background preloader

Partager son Jardin

Partager son Jardin

http://www.jepartagemonjardin.fr/

Related:  NaturelsRéseaux jardins partagés, familiaux etc.

Jardin partagé de l'Espace Quinière à Blois L'Espace Quinière, situé au cœur du quartier ouest, a vocation à être un lieu d’accueil, de solidarité, de rencontres et d’échanges avec tous les habitants qui le fréquentent. Cet équipement héberge aujourd'hui l'équipe de l'Espace Quinière, intégrant une partie de l'équipe du service Jeunesse, et l'association ALEP. C'est un lieu de vie, de rencontres et d'innovation sociale en direction de tous les publics. Toute l'année, professionnels et bénévoles se mobilisent pour que chacun puisse trouver une réponse, une idée, une activité, un espace de rencontres afin de favoriser les échanges et le mieux vivre-ensemble.

Vergers Urbains, quand les arbres fruitiers partent à la conquête de Paris La transition est un mouvement qui, malgré la gravité des thèmes traités, souhaite avant tout présenter des alternatives concrètes, où la vision optimiste prédomine pour sortir d’un système économique obsolète, basé sur l’exploitation des énergies fossiles et le triptyque croissance-consommation-développement. Une vision optimiste que l’on pourrait même qualifier de poétique comme l’illustre le projet Vergers urbains ( -site en cours de création- ou www.villecomestible.org), l’un des derniers projets nés dans le 18ème arrondissement. Objectif : la reconquête de la ville par les arbres fruitiers ! Avouons que l’idée de grappes de cerises ou de pommes à portées de main dans les rues ou les jardins publics parisiens a de quoi faire rêver.

Insectes Comestibles Pourquoi ne mange-t-on pas plus d’insectes en Occident ? (1ère partie) On tente quelques explications rapides, mais ce sujet mériterait d’être traité tout au long des pages d’un livre. Tout d’abord, au-delà de la barrière psychologique due à la méconnaissance des insectes et à la méfiance vis-à-vis de ce qui est trop différent, il existe de profonds facteurs culturels. Quand on y pense, on se délecte bien de fruits de mer à l’apparence parfois peu ragoutante (crevettes, huîtres et coquillages vivants, araignées de mer, calamars…), de cuisses de grenouille ou d’escargots, alors pourquoi pas des criquets, grillons et autres scarabées ? Les mauvaises associations des légumes au potager biologique Les associations défavorables Les mauvaises associations des légumes sont une des causes d'échec. Exemple : l'ail est néfaste à tous les choux et aux légumineuses.

Jardin partagé de La Treille à Onzain Paule Lebay (gauche) et Gisèle Rousseau au jardin. Infirmière coordinatrice de l’accueil de jour à la maison de retraite de La Treille à Onzain (Loir-et-Cher), Paule Lebay nourrit un projet de jardin depuis longtemps, deux ans au bas mot. Dans ce billet de mai 2013, elle racontait les débuts de l’association Graine de Jardins qu’elle a créée avec ses collègues Gisèle Rousseau qui est aide soignante (secrétaire de l’association) et Martine Carlet qui est aide médico-psychologique (trésorière) pour donner corps au projet de jardin. L’équipe s’est aussi étoffée d’une paysagiste, Fabienne Peyron, qui a apporté ses conseils. En mai 2014, Graines de jardin recevait le prix du jardin thérapeutique de la Fondation Truffaut qui a beaucoup soutenu le projet depuis le départ. Travaux de terrassement, le chantier.

« RIGAUD », une oasis au cœur sensible… des HLM de Valence L’histoire de l’association Le Mat, que nous présentons ici démarre dans les années 1986-1988, dans un quartier qui offre au regard un environnement urbain très vertical, bétonné et dur : Fontbarlettes à Valence le Haut. Des militants alternatifs, déjà investis dans la relance de la filière laine en Ardèche (ARDELAINE) et forts de ces pratiques, s’associent à une équipe locale, afin de transposer leurs savoirs faire acquis en milieu rural, sur ce quartier populaire de Valence classé en « ZUS » (Zone urbaine sensible). Nourrie des valeurs de l’éducation populaire et de la dynamique du « Faire avec », l’équipe comprend très vite que la principale richesse de ces quartiers dits «difficiles »,ce sont précisément les personnes qui y vivent.

Et si on ouvrait, entre voisins, une épicerie bio, locale et équitable ? Une épicerie bio proposant des produits locaux dans la cave de son voisin ou au coin de sa rue… Tout en bénéficiant d’achats groupés et à prix cassés… C’est possible ! Et de plus en plus répandu. Terminées les longues files d’attente, les achats-corvées dans les hypermarchés et leurs prix à marge forcée. Cette fois, c’est le consomm’acteur qui décide, qui organise et qui gère ses stocks. Il y a deux ans naissait le premier micro-magasin « 3 P’tits Pois » à Lyon, dans le 7e arrondissement. Aujourd’hui, ils sont une vingtaine dans toute la ville. Verger Pédagogique de la Socité d'Horticulteure du 41 à Chailles Historique et objectif En 2007, la société d'horticulture de Loir-et-Cher décide d'investir et de s'investir dans la création d'un jardin pédagogique. L'idée est de pouvoir disposer à terme d'un espace planté de sujets variés pour Initier et conseiller les adhérents de la société tant pour la taille des arbres fruitiers, rosiers ou autres arbustes que pour les soins à apporter à leur entretien. L'inventaire Au fil des années, le terrain voit arriver de nouveaux sujets. Bon an mal an, au gré des caprices de dame nature, le verger pédagogique s'enrichit :

Site Officiel de la Mairie de Bourgoin-Jallieu - Services De Proximité » Actions Sociales » Jardin D'insertion Paill’terre et Compagnie : un jardin d'insertion ouvert à toute personne souhaitant s’impliquer dans un projet de jardinage collectif, biologique et convivial Paill’terre et Compagnie est... depuis mars 2008, un jardin ouvert à toute personne souhaitant s’impliquer dans un projet de jardinage collectif, biologique et convivial. Les récoltes sont partagées entre tous les participants. Plusieurs demi-journées de jardinage par semaine sont organisées ...

Enquêtes de Régions : une communauté d’internautes utilise Internet pour un concept de « mieux manger local » internet Diffusée hier soir sur l’antenne de France 3 Haute-Normandie, l’émission Enquêtes de Régions allait à la découverte des communautés. Parmi elles : "La Ruche qui dit oui ! " et son original site de vente en ligne Par Richard Plumet Publié le 27/10/2012 | 07:25, mis à jour le 27/10/2012 | 09:27 Porjet de Jardins partagés/familiaux avec Vineuil en Transition Vous ne le savez peut-être pas mais un pot de yaourt à la fraise peut parcourir plus de 9 000 km avant d’atterrir dans notre assiette, si on prend en compte le trajet parcouru par chacune des matières premières et celui jusqu’au domicile du consommateur ! Il serait pourtant tellement plus agréable de produire ses propres fraises dans son jardin et de les déguster avec son yaourt ! Oui mais voilà, tout le monde ne dispose pas de jardin ou de lopin de terre pour y faire pousser ses fruits et légumes. A l’inverse, certains disposent de terres qui ne sont pas exploitées. Alors pourquoi ne pas mettre ces terrains à la disposition des jardiniers sans terre ?

Les jardins d’IDéES, chantier d’insertion professionnelle - Montbéliard - Belfort - Baume-les-Dames La structure Les jardins d’IDéES, association à but non lucratif, a été créée en 1997 avec un double objectif : la production de légumes issus de l’agriculture biologique,la création d’un outil d’insertion visant à offrir un contrat de travail et un statut social à des personnes privées d’emploi. Laboratoire insurrectionnel : les jardins potagers des éco-villages pour assurer la sécurité alimentaire en Russie Le potager de la « datcha », symbole de l’autonomie familiale russe. Imaginez que vous vivez dans un pays où vous avez la liberté de cultiver votre propre terre, sans avoir à payer de l’impôt et sans ingérence du gouvernement. Cela est non seulement commun, mais aussi encouragé dans le but de promouvoir la souveraineté de l’individu et de collectivités fortes et saines.

Dossier Jardins partag s Décembre 2010 (mise à jour : mars 2011) (Flickr/Frederic Dinh) Depuis quelques années des jardins entretenus par des habitants fleurissent en ville. On les appelle des jardins partagés, collectifs ou communautaires. Outre le jardinage, ces espaces favorisent les échanges entre voisins par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives.

Related: