background preloader

Un MOOC (un quoi?!?) sur les réseaux sociaux en éducation débutera le 11 mars

Un MOOC (un quoi?!?) sur les réseaux sociaux en éducation débutera le 11 mars
Audrey Miller, publié le 14 février 2013 Les organismes belges Pedago-TIC et École Numérique se sont alliés pour créer ReSOP, un MOOC qui permettra de réfléchir et participer pendant 4 semaines à l’intégration des réseaux sociaux dans les pratiques pédagogiques. (Vous n’y comprenez rien? Pas de problème, on vous explique!) Premièrement, définissons le MOOC. Ensuite, comprenons que ReSOP est l’acronyme de Les Réseaux Sociaux comme Outils Pédagogiques. Donc, ReSOP est un MOOC qui mettra à la disposition des intéressés une communauté d’apprentissage au sein de laquelle les participants pourront réagir, encourager, enrichir, proposer et partager autour d’une thématique précise : les réseaux sociaux, et plus particulièrement Facebook et Google+, dans la pratique pédagogique. Le cours débute le 11 mars et se termine le 7 avril. Comment ça se passe? À propos de l'auteur Audrey Miller Pour suivre l'auteur :

MOOC ReSOP: C’est parti! A l’initiative de Pedago-TIC et d’École Numérique, ReSOP est un MOOC (Massive Open Online Course) - une formation gratuite ouverte à tous centrée sur l’apprenant et les échanges. ReSOP – acronyme de Les Réseaux Sociaux comme Outils Pédagogiques – propose aux participants de réfléchir et participer pendant quatre semaines à l’intégration des réseaux sociaux dans les pratiques pédagogiques. Un MOOC (Massive Open Online Course) est un rassemblement de personnes désireuses d’échanger et de tirer parti des connaissances et des expériences de chacun. Il s’agit de partager des informations collectées et de construire collaborativement son propre processus d’apprentissage. Un MOOC est donc un cours sur un sujet précis mais proposant un format pédagogique souple et informel, basé sur l’engagement des participants. ReSOP s’articule autour d’une thématique au cœur de l’actualité numérique : les réseaux sociaux, et plus particulièrement Facebook et Google+.

Le Web 2.0 Martin Beaudin-Lecours, chargé de projet (Vitrine Technologie-Éducation) Peut-être l’avez-vous entendue récemment chez un collègue technophile? L’expression «Web 2.0» est utilisée depuis quelques années par les professionnels anglophones du domaine des technologies de l’information, mais n’a fait son entrée que récemment dans le vocabulaire français, le plus souvent sans qu’on sache ce qu’elle signifie exactement. Un changement de paradigme D’abord, il ne faut pas confondre Web 2.0 avec Internet 2, qui désigne un consortium et son projet de réseau Internet ultra-rapide. Wikipedia est peut-être l’exemple le plus éloquent de la première caractéristique du Web 2.0 : alors qu’auparavant une encyclopédie comme Britannica vendait l’accès à un contenu rédigé par des spécialistes, Wikipedia offre aujourd’hui gratuitement un contenu créé de toutes pièces par ses propres utilisateurs. Là où Netscape a échoué avec son approche logicielle, Google a réussi en offrant un service. Tableau 1. Tableau 2.

Les cours ex-cathedra, c’est bientôt fini ! De qui se MOOC-t-on ? Vous en avez certainement entendu parler. Un Massive Online Open Course (en bref, un MOOC) est un cours en ligne ouvert à une large participation (on parle, pour certains de ces cours, de 100 000 inscrits) et distribué sur le Web. Par exemple, edX, démarré il y a quelques mois à l’initiative du Massachusetts Institute of Technology et de Harvard University, offre de tels cours complets (les vidéos d’enseignement, des parcours pédagogiques…) gratuitement. Ces cours, pour le moment, n’offrent pas de certification : ils sont considérés comme un enrichissement de l’enseignement (intégration dans des cours bien réels ceux-là) et de l’apprentissage. edX se présente d’ailleurs comme une association sans but lucratif. Les MOOC comme vecteur de transmission du savoir Image : blog Inside Higher Education, Les xMOOC sonnent-ils la fin des cours ex cathedra à l’université ?

Web 2.0 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cartographie sensible du web 2.0 L'expression « Web 2.0 » désigne l'ensemble des techniques, des fonctionnalités et des usages du World Wide Web qui ont suivi la forme originelle du web[1]. Elle concerne en particulier les interfaces permettant aux internautes ayant peu de connaissances techniques de s'approprier de nouvelles fonctionnalités du web. Les internautes peuvent d'une part contribuer à l'échange d'informations et interagir (partager, échanger, etc.) de façon simple, à la fois au niveau du contenu et de la structure des pages, et d'autre part entre eux, créant notamment le Web social[2]. Le Web 2.0 est donc l'évolution du Web vers l'interactivité à travers une complexification interne de la technologie mais permettant plus de simplicité d'utilisation, les connaissances techniques et informatiques n'étant pas indispensables pour les utilisateurs. Présentation[modifier | modifier le code] Origine du terme[modifier | modifier le code]

MOOC ou pas MOOC, c’est toujours d’éducation qu’il s’agit… Le monde des TIC et de l’enseignement supérieur s’agite depuis quelques mois sur la question des MOOC’s, ces cours en ligne ouverts et massifs, qui sont censés être le vecteur d’une révolution numérique. On y trouve tous les ingrédients qui avaient déjà été servis pour annoncer la fin de l’université traditionnelle au début des années 2000 : les “nouveaux” étudiants qui seraient familiers du numérique, le retard des universités européennes (et françaises) par rapport aux ogres américains, le “brain drain” (pillage de cerveaux) qui se met en place au profit des grandes universités anglo-saxonnes, la source de profits incommensurable “à terme”, la fin des diplômes traditionnels, etc. Cette fois sera-t-elle la bonne ? Bien malin qui peut y répondre aujourd’hui. On peut en revanche avancer déjà deux idées pour appréhender une partie du phénomène. Les MOOC’s y changeront-ils quelque chose en la matière ? Ma collègue Laure Endrizzi a déjà noté (cf. Imprimer ce billet

Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive Conférence de Michel Serres © Inria / Photo J.-M. Ramès Publié le : 20/12/2007 Niveau facile Niveau 1 : Facile « Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ! Le 11 décembre 2007, à l’occasion des 40 ans de l’Inria, Michel Serres a donné une conférence sur la révolution culturelle et cognitive engendrée par les nouvelles technologies. Le philosophe donne rapidement le ton et invite son auditoire à prendre conscience de la révolution cognitive générée par la révolution de l’information. Voir la vidéo (1 h 04 min) : Alternative : écouter la conférence en MP3 : Newsletter Recevez chaque mois une sélection d'articles Aidez-nous à évaluer le niveau de lecture de ce document. Votre choix a été pris en compte. Michel Serres Philosophe et historien des sciences, académicien. Voir le profil

Une carte qui ne se MOOC pas du monde Déjà entendu parler des MOOC (Massive Online Open Course) ? "Rassurez vous" si ce n'est pas le cas vous allez vite devoir vous y mettre. Pour se faire voici une magnifique carte qui, et ça devient malheureusement de plus en rare, ne relève pas de l'info porn (à quoi se réduit trop souvent ce qui se publie en ce moment sous le nom d'infographie). Les connaisseurs et les fidèles lecteurs auront reconnu une très bonne utilisation de la métaphore de la carte de métro. Ce qui m'a frappé c'est que lors du buzz qu'elle a fait sous twitter tout le mode parlait de "carte mentale" alors qu'elle est assez éloignée d'une mind map y compris sur le plan sémantique Cette utilisation d'une métaphore plan de métro permet en effet d'aller beaucoup plus loin en matière de sens : affichage et désignation des lignes, station en correspondance, zone tarifaire (non encore explicité, mais il y a forcément une idée derrière) ...

ABC de la gestion de projet : premier cours MOOC avec certificat en France (Ecole Centrale de Lille) ABC de la gestion de projet : premier cours MOOC avec certificat en France (Ecole Centrale de Lille) Posté par Jean-Luc Raymond le Dimanche 10 février 2013 sur NetPublic Accès à l’article sur le site La percée des MOOC (Massive Open Online Course ou Cours en Ligne Ouvert à Tous) dans l’univers francophone de l’éducation et de la formation se poursuit, notamment dans l’enseignement supérieur. Aujourd’hui, il faut parler de la mise en place du premier cours MOOC avec certificat de réussite en France par l’École Centrale de Lille : ABC de la gestion de projet. Il s’agit d’un cours en ligne ouvert et massif en FOAD (formation ouverte et à distance) et dont les contenus sont placés en Creative Commons. Comment s’inscrire ? Le MOOC en gestion de projet compte déjà plus de 1000 participants. Pour s’y inscrire et y participer, on trouve une information complète sur cette page à compléter par une inscription sur le forum de discussion. Programme de certification Pour en savoir plus sur les MOOC…

2013, l'année des Moocs en français ? Les Moocs étaient des grains de sable, ils sont en train de se transformer en rochers. Pas une enceinte universitaire dans laquelle on n'évoque ces cours en ligne massifs et ouverts, qui attirent des millions de participants sur les plateformes américaines. À première vue, il semblerait que ce mouvement soit en capacité d'emporter tout l'enseignement supérieur mondial dans une avalanche dont sortiront bien peu de survivants.Mais, à y regarder de plus près, on voit que les choses ne sont pas aussi catastrophiques qu'elles en ont l'air pour les prestataires d'enseignement supérieur francophones et européens. Plusieurs Moocs en français attendent vos inscriptions La communication se fait mezza voce, mais celui qui tend l'oreille comprendra bien vite que plusieurs projets de Moocs en français sont en voie de finalisation. Analyse Numérique pour les Ingénieurs, cours délivré par l'EPFL (école polytechnique fédérale de Lausanne, Suisse) sur Coursera, 7 semaines, démarrage le 18 février;

Ne confondons pas MOOC et MOC MOOC est un terme à la mode. Du coup tout le monde à tendance à vouloir l’utiliser pour quelque chose en ligne qui s’approche de la formation. Du coup, il peut être nécessaire de revenir sur une définition simple. Un MOOC (Massive Open Online Course) c’est : Un cours. Ce qui est nouveau dans les MOOC, c’est donc l’accès à tous, les interactions rendues possibles par une diversité du public, le fait de pouvoir tirer parti de l’abondance des ressources disponibles et des outils participatifs du web. Les MOOCs connectivistes (comme ITyPA) permettent de tirer pleinement de l’architecture distribuée du Web. Certains organismes commencent à parler de cours ouvert à un nombre important de participants, mais sans que l’accès soit ouvert à tout internaute. Certains argueront sans doute qu’il s’agit du O de la FOAD (Formation Ouverte à Distance), l’ouverture adressant ici le choix du participant concernant les éléments sur lesquels il veut apprendre. Il n’empêche. Crédit photos : Like this:

Un cours ? Un MOOC ? Non, un ‘classe-MOOC’ ! J’ai participé au MOOC ITyPA et j’ai beaucoup aimé. L’ambiance, la dynamique, l’émulation, les relations, … C’était vraiment une belle expérience, merci à ceux qui me l’ont fait vivre ! Maintenant, je trouverais sympa de proposer à nos étudiants une expérience comparable, mais comment faire ? ITyPA a été suivi par plusieurs étudiants de différentes écoles d’ingénieurs (Centrale Nantes et Télecom Bretagne) et ils ont exprimé le besoin d’un cadre pour les soutenir dans ce dispositif ‘déroutant’. On crée un MOOC et on organise des temps de rencontre en local pour ‘échanger, expliquer, soutenir …On construit une formation en présentiel facilement transférable, et on organise autour une dynamique de réseau et d’échange. Je suis actuellement en train de réfléchir à la deuxième piste. 1 – Une formation en présentiel facilement transférable Alors ça ! Pour que cela soit le plus transférable possible, il faut que le thème d’étude puisse concerner le plus grand nombre de formations. Like this:

Premier cours MOOC avec certificat en France Soumis par Mélissa Lessard le 19 février 2013 - 17h01 Un article de Jean-Luc Raymond du site Web NetPublic, 10 février 2013, publié sous licence CC by-nc-sa La percée des MOOC (Massive Open Online Course ou Cours en Ligne Ouvert à Tous) dans l’univers francophone de l’éducation et de la formation se poursuit, notamment dans l’enseignement supérieur. Début octobre 2012, NetPublic.fr évoquait l’initiative Internet, tout y est pour apprendre : cours en ligne collaboratif, un cours qui a duré 10 semaines. Aujourd’hui, il faut parler de la mise en place du premier cours MOOC avec certificat de réussite en France par l’École Centrale de Lille : ABC de la gestion de projet. Ce cursus coordonné par Rémi Bachelet (maître de conférences) démarre le 18 mars 2013 et dure 4 semaines. Il s’agit d’un cours en ligne ouvert et massif en FOAD (formation ouverte et à distance) et dont les contenus sont placés en Creative Commons. Comment s’inscrire ? Programme de certification

Mooc : la standardisation ou l’innovation Le développement des cours en ligne massifs et ouverts (Mooc pour massive online open courses) attise autant l’enthousiasme que le rejet. Pourtant, comme nous l’avons déjà signalé, ils n’ont rien de magique et paraissent bien souvent plus une réponse économique qu’éducative. En accentuant la concurrence entre universités et entre les étudiants eux-mêmes… les Mooc semblent répondre à un problème pédagogique par une solution économique très spécifique. Or, l’enjeu éducatif n’est pas là. C’est ce que nous explique dans cette tribune Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po, coordinateur scientifique du MediaLab et directeur exécutif du projet d’innovation pédagogique Forccast. Si vous n’avez pas encore succombé au buzz des Mooc (massive online open courses, Cours en ligne ouvert et massif), ça ne saurait tarder : le temps de l’enseignement supérieur de masse en ligne est venu et la face du monde en sera changée, nous dit-on. La course à la plate-forme Dominique Boullier

Cours en ligne ouvert et massif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour l’article homophone, voir Mook. Un cours en ligne ouvert et massif[1],[2] (CLOM[3]), également appelé cours en ligne ouvert à tous ou simplement cours en ligne (termes officiels recommandés par la Commission générale de terminologie[3]) ou encore cours en ligne ouvert aux masses[4] ; en anglais : massive open online course, dont le sigle MOOC est également utilisé dans les sources francophones), constitue un exemple de formation ouverte et à distance en télé-enseignement. Les participants aux cours, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet. Logo MOOC (Massive Open Online Course) Schéma présentant huit concepts-clé d'un MOOC connectiviste, concernant la relation pédagogique (en beige) et le cadre techno-organisationnels et éthiques (en bleu). Éléments de définition[modifier | modifier le code] Types de MOOC : cMOOC et xMOOC[modifier | modifier le code]

Related: