background preloader

Comprendre l'électricité

Comprendre l'électricité
Related:  Électricitésoubou

Volta Electricité Histoire de l'électricité. Distribution de l'énergie électrique par courant continu ou alternatif ? - Association S-EAU-S Les premiers générateurs de courant : piles et accumulateurs. 1800 est une date de première importance dans l’histoire de l’électricité. C’est l’année où Volta présente le premier générateur de courant continu : la pile. La première pile volta présentait l’inconvénient de se "polariser" : les réactions chimiques à ses électrodes faisaient rapidement chuter sa tension. La pile Daniell, impolarisable était déjà un progrès mais sa forte résistance ne pouvait en faire un générateur utilisable dans la pratique. Les piles à "dépolarisant" répondaient enfin au problème. Celle imaginée par Georges Leclanché est l’une des plus utilisées. Elle sera massivement utilisée sur les télégraphes belges et néerlandais. Mais les piles ont de sérieuses concurrentes : les "piles secondaires" ou accumulateurs. L’électrolyse d’une solution d’acide sulfurique entre deux plaques de plomb oxyde la plaque reliée au pôle positif. La machine Gramme, première génératrice à courant continu. La centrale vue de la rue.

Méthode d'apprentissage cognitif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La méthode générale d'apprentissage cognitif s'est peu à peu dégagée des travaux de pédagogues[1] qui remettaient en cause les méthodes d'enseignement traditionnelles, prônaient la participation active et l'implication des participants, ainsi que des approches pédagogiques de psycho-sociologues comme Abraham Maslow, Carl Rogers ou Harold J. Leavitt. La perspective cognitiviste, qui renvoie au terme cognition, c'est-à-dire connaissance dans le sens de processus et de produit, privilégie une approche fonctionnelle d'utilisation des facultés mentales et des connaissance déjà acquises, liées aux stratégies d'assimilation de ces savoirs, au sens large du terme (du savoir pur au savoir-être). Les bases théoriques[modifier | modifier le code] La Pédagogie[modifier | modifier le code] La psychosociologie[modifier | modifier le code] Pédagogie active et apprentissage cognitif[modifier | modifier le code] La Psychopédagogie[modifier | modifier le code]

Interrupteur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un interrupteur (dérivé de rupture) est un organe, physique ou virtuel, permettant d'interrompre ou d'autoriser le passage d'un flux. Il ne faut pas confondre l'interrupteur qui permet d'éteindre ou d'allumer un appareil, et le commutateur qui permet de choisir entre plusieurs états actifs d'un appareil. Par extension, tout système destiné à interrompre quelque chose peut être dénommé interrupteur. Électricité[modifier | modifier le code] Symbole d'un interrupteur ouvert Inverseur[modifier | modifier le code] Symbole d'un inverseur Il possède trois bornes de connexion : Une entrée commune ;Sortie n°AlphA ;Sortie n°BetA. C'est un interrupteur avec un état supplémentaire : Fermé, il établit un circuit ;Ouvert ;Fermé, il établit un autre circuit. Souvent la position stable, les deux circuits ouverts, n'existe pas. Interrupteur différentiel[modifier | modifier le code] Différents mécanismes d'interrupteur et de commutateur[modifier | modifier le code]

Animations - 3ème le contenu du cours rentrée 2012 CHIMIE, science de la transformation de la matière (13 semaines) A1 - Métaux, électrons et ions A1.1 - Des métaux au quotidien Quelques métaux usuels : le fer, le zinc, l'aluminium, le cuivre, l'argent et l'or. A1.2 - Conduction électrique et structure de la matière L'électron : comprendre la conduction électrique dans les métaux Tous les métaux conduisent le courant électrique. L'ion : comprendre la conduction électrique dans les solutions aqueuses Toutes les solutions aqueuses ne conduisent pas le courant électrique. La conduction du courant électrique s'interprète par un déplacement d'ions. Constituants de l'atome : noyau et électrons. Les atomes et les molécules sont électriquement neutres ; l'électron et les ions sont chargés électriquement. A.1.3 - Quelques tests de reconnaissance d'ions Les formules des ions Na+, Cl-, Cu2+, Fe2+ et Fe3+. Domaines d'acidité et de basicité en solution aqueuse. Les dangers que présentent les produits acides ou basiques concentrés.

Eds24 : Module : Electricité 1 Circuits Simples Séquence 4 DEROULEMENT 1. Fabriquer un testeur 1.1. Mettre en situation L’enseignant montre aux élèves un appareil “assez compliqué”, ampèremètre - voltmètre - ohmmètre ... Information pour l’enseignant en ce qui concerne l’utilisation En fait ce type d’appareil permet effectivement de mesurer, il permet de mesurer la différence de potentiel entre 2 points (en volts V), l’intensité du courant (le débit du courant en ampère A), et la résistance d’un matériau au passage du courant (en Ohm ). 1.2. - Deuxièmement de montrer que l’appareil mesure la résistance d’un matériau, car cette notion renvoie au phénomène isolant/ conducteur. Information pour l’enseignant en ce qui concerne l’utilisation 1.3. 2. 2.1. 2.3. 3. (Trace collective) 3.2. 3.3. Remarque : Les résultats cités ci-dessus sont incorrects notamment pour l’eau, il convient donc en notant ces résultats d’être prudent sur la formulation en faisant remarquer aux élèves qu’il s’agit des résultats de la classe. 4.2. 4.3. Voir) 4.4.

Dyspraxie : qu’est ce c’est ? On parle de 3 grands groupes. Les dyspraxies constructives Les dyspraxies idéatoires ou idéomotrices. Les dyspraxies visuo-spatiales Les dyspraxies constructives Difficulté à assembler des pièces pour construire un tout. Exemple : construire un objet avec des légos, assembler des cubes, faire un puzzle,… La dyspraxie constructive non visuo-spatiale Dyspraxie constructive associée à des difficultés d’organisation de l’espace La dyspraxie constructive visuo-spatiale (la dyspaxie visuo-spatiale en détail : ici) Elle associe – une dyspraxie constructive – un trouble du regard (problème neuro-visuel) – un trouble de l’organisation de l’espace. Exemple : fixer une ligne pour lire, suivre la trajectoire d’un objet, rechercher une information dans un texte, lire un plan, faire une figure géométrique avec des outils, … La dyspraxie idéatoire Difficulté de réaliser un geste avec un objet ou un outil. Exemple : brosse à dent, aiguille à coudre, fer à repasser, ciseaux, tournevis, fourchette, rasoir, crayon…

Lampe à incandescence classique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Descriptif[modifier | modifier le code] lampe en verre translucide. À l’intérieur de l’ampoule, on trouve soit un gaz caractéristique du type d’ampoule : gaz noble souvent du krypton ou de l’argon ; soit le vide. La présence d'un gaz noble à l'intérieur de l'ampoule présente plusieurs avantages : certains atomes de tungstène devenus gazeux peuvent se déposer à nouveau sur le filament après un choc avec un atome de gaz noble, allongeant ainsi sa durée de vie. La forme la plus classique de lampe à incandescence est l'ampoule "bulbe", mais on trouve également d'autres formes, dont celle de tube appelée linolite. Vers la fin des lampes à incandescence en Occident[modifier | modifier le code] Des alternatives aux lampes à incandescence existent, avec un meilleur rendement lumineux, comme les lampes « fluocompactes » et les diodes électroluminescentes. Union européenne[modifier | modifier le code] .

D’où vient l’électricité statique et pourquoi cause-t-elle des chocs? Mardi, 18 Novembre 2014 10:54 Journal FORUM Vous êtes dans une voiture et vous vous apprêtez à en sortir. Une fois les deux pieds hors du véhicule,vous touchez la porte puis, au moment d’agripper la poignée, surprise! vous subissez un petit choc pas très agréable… Pourquoi cette décharge électrique? Lorsqu’on dit qu’il y a de l’électricité dans l’air, c’est vrai! L’électricité statique est produite par le frottement de deux surfaces, qui entraîne un transfert d’électrons. «Sans nous en apercevoir, notre propre corps est en perpétuel déséquilibre électrostatique : en fonction des éléments avec lesquels nous entrons en contact, nous perdons ou gagnons des dizaines, voire des centaines d’électrons à chaque instant», explique Andrea Bianchi, professeur au Département de physique de l’Université de Montréal. Revenons à l’exemple de l’automobile : en déplaçant vos fesses sur le siège de la voiture, vous créez un frottement qui libère votre corps d’une certaine quantité d’électrons.

Related: