background preloader

Historique et avenir de la liseuse

Historique et avenir de la liseuse
À sa création, la liseuse a provoqué une rupture importante dans l’industrie du livre. Sans bouger de chez lui, le lecteur pouvait se plonger dans les pages de milliers d’œuvres littéraires consultables et enregistrées sur un appareil de lecture. Petit retour rapide sur l’histoire du support de lecture préféré des grands lecteurs et sur ses futures améliorations. La liseuse, encore appelée e-reader, a vu le jour entre 1992 et 1993 dans l’esprit de deux doctorants de l’Université Polytechnique de Milan, F. Crugnola et I. Rigamonti, qui réalisent un appareil électronique dédié à la seule lecture de textes. Quelques années plus tard, en 1998, une première liseuse française, baptisée Cybook, est commercialisée. Cette première entrée ratée sur le marché n’enterrera pas les projets de dématérialisation du livre, mais il faudra attendre les années 2000 pour que le marché du numérique se développe aux États-Unis. Une évolution importante est encore attendue cette année : les liseuses couleurs. Related:  Lecture numérique

L'édition française en chiffres Du chiffre d’affaires des plus grandes maisons d’édition au marché du livre numérique en passant par les genres littéraires les plus publiés, voici une infographie pour appréhender toute l’édition française en data et en couleur. Parce que les livres, ce sont des lettres, mais aussi des chiffres, voilà un panorama simple pour décrypter l'ensemble du secteur du livre. ActuaLitté, CC BY SA 2.0 La première des choses à retenir, c'est le différentiel entre le plus important groupe français, et ses confrères : les quatre groupes qui suivent ne parviennent pas à égaler les revenus de Hachette Livre. Mais que l'on se rassure : l'édition indépendante, si elle ne réalise pas des chiffres d'affaires vertigineux, ne s'en porte pour autant pas mal. Ces données sont tirées d’études publiées par le Syndicat national de l'édition, l’INSEE, la Bibliothèque nationale de France et le MOTif.

Cours - Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün)- page 4 Billet rédigé par Clémence Crozier, Marine Peotta, Léonore Roskams et Aude Mingat dans le cadre du cours Ecosystème du document de l'Enssib. En mai 2011, la librairie Amazon annonçait qu’elle vendait plus de livres sous format numérique que sur format papier, et aujourd’hui le livre numérique se vend mieux que le livre de poche aux Etats-Unis. Ces faits démontrent que le livre électronique est un des enjeux majeurs de la profession pour les années à venir. C’est en faisant cette constatation que de nombreux réseaux de bibliothèques se penchent sur les modalités d'acquisition de textes numériques. Mais c’est un parcours semé d’embûches : modèles économique et juridique instables, demande des usagers encore timide en France… Beaucoup de structures hésitent à sauter le pas. … dans l’état du marché actuel ? Malgré toutes ces problématiques, des pays comme les Etats-Unis proposent dans leurs bibliothèques un service très développé de prêt de textes numériques.

Perspectives du livre numérique en 2015 et les mutations dans les modes de distribution du livre Le groupe Xerfi a présenté son étude sectorielle sur le livre numérique intitulée « La distribution du livre face au numérique à l’horizon 2015. Quelles perspectives et quels modèles économiques pérennes ? ». Désireux d’analyser les conséquences de la dématérialisation du livre sur son économie, Xerfi présente des prévisions sur le marché du livre numérique à l’horizon 2015. Celui-ci pourrait réaliser un chiffre d’affaires de 260 millions d’euros à cette date avec une croissance annuelle de 115%, pour les trois prochaines années, ce qui représenterait toutefois que 6% du marché global du livre. A retenir de cette enquête : 2012, année charnière C’est en tous cas, la perspective adoptée par les auteurs de l’enquête. Des locomotives puissantes Ne pouvant pas s’adonner à une guerre des prix, les grands groupes s’affrontent sur le terrain de la visibilité et des supports de lecture. Un jeu concurrentiel entre les acteurs de la distribution de livres en France 1) La rente technico-commerciale.

Histoire E-book Pour un droit au partage des livres numériques Philippe Aigrain a réagi sur blog à l’annonce de la plainte déposée par les éditeurs français contre le site de la Team AlexandriZ, ainsi qu’aux discussions qui s’en sont suivies sur les réseaux. Il y défend l’idée qu’un droit au partage doit être reconnu pour les livres numériques, thèse qu’il avait déjà mise en avant dans un billet publié au début de l’année : La prévisibilité de cette guerre au partage m’a poussé depuis longtemps à estimer que c’est aussi et même particulièrement dans le domaine du livre numérique qu’il faut d’urgence reconnaître un droit au partage non-marchand entre individus associé à de nouvelles rémunérations et financements, faute de quoi le déploiement massif des DRM et la guerre au partage feront régresser tragiquement les droits des lecteurs - et parmi eux des auteurs - même par rapport aux possibilités du livre papier. Flying Books. Copier n’est pas voler. Je reproduis ci-dessous le billet de Philippe Aigrain, placé sous licence CC-BY-SA. Like this:

France : les chiffres du livre papier et numérique 2015 Lors du Salon Livre Paris, le SNE a communiqué sur les chiffres clefs du livre et de l’édition. Le marché des biens culturels a généré 7,69 milliards € en 2015, la part du livre est de 53%. 85% des français se considèrent lecteurs et 21% déclarent lire beaucoup. Les éditeurs notent une reprise de la croissance en 2015 (+1.5%) avec un CA de 4 milliards d’euros (363 millions d’exemplaires vendus). Focus sur le livre numérique Le chiffre d’affaires de l’édition numérique en 2014 était de 161,4 millions d’eurosLes ebooks représentent 6,4% du CA des ventes de livres des éditeurs. En 2015, le marché de l’édition numérique grand public est évalué à 79 millions d’euros +24% . 10.7 millions d’ebooks ont été vendus (+30%) et 1 million de lecteurs ont acheté des livres numérique (chiffre stable). Découvrez notre rubrique Etudes et statistiques

Rentabiliser le patrimoine documentaire: le cas de Google Books Ce billet a été rédigé par Justin Bérubé et Marie-Claire Lefort dans le cadre du cours Economie du document. Google Books est bien connu pour la numérisation massive de livres contenus dans les collections des bibliothèques publiques et universitaires. À ce propos, une nouvelle entente signée avec le Committee on Institutional Cooperation permet à la société d’ajouter à sa base de données près de 50 000 titres des bibliothèques universitaires de l’État du Michigan. Ce type d’entente, conclu principalement avec de grandes bibliothèques américaines, est l’une des deux sources d’approvisionnement en livres de Google. Un modèle d’affaires axé sur des contenus Les moyens d'approvisionnement de Google Books, qui reposent en grande partie sur la numérisation de livres provenant des bibliothèques, a vite fait l’objet de poursuites judiciaires pour violation du droit d’auteur. Les revenus par l’affiliation Google Play : l’autoréférence comme stratégie d’affaires L’abonnement institutionnel

Question du mois : Imaginez-vous que le numérique puisse encore évoluer Ce mois-ci, nous avons sélectionné la question suivante : « Imaginez-vous que le numérique puisse encore évoluer ? » La réponse est oui, bien entendu ! Le numérique connait et connaitra une évolution constante. Celle-ci est double puisqu’elle touche tant au contenu (formats) qu’aux supports (tablettes et liseuses). Au niveau du contenu, l’évolution observée tend vers un format standardisé tel que l’epub. Les lunettes à réalité augmentée de Google Au niveau des supports, les choses changent très rapidement. Justement, en parlant de lunettes, une autre innovation que l’on évoquera ici sont les lunettes à réalité augmentée de Google. Vous l’aurez compris, rien n’est figé dans le monde du numérique et si vous ne voulez pas passer outre la vague du numérique, il vous faudra rester constamment à l’affût des dernières innovations technologiques.

Petite histoire de l'informatique & d'Internet Articles >> Petite histoire de l'informatique & d'Internet Comment tout a commencé ? Vous aimeriez en savoir plus ? Ce petit article vous relatera brièvement (si on plonge dans les détails, je pourrais vous en faire un livre !) l'histoire de l'informatique & d'Internet. Vous verrez, ce n'est pas si vieux que ça ! A l'origine, des calculateurs... Si le premier ordinateur a été crée en 1946, cela ne veut pas dire qu'il n'y avait rien avant ! Premier bug répertorié Les débuts En 1946, P.Eckert et J.Mauchly créent l'Electronic Numerical Integrator and Computer (en abrégé : ENIAC), premier véritable ordinateur de l'histoire de l'informatique. Fin 1947, le transistor est inventé dans les laboratoires Bell, inventeur du téléphone et sera un élement très utile dans la construction d'ordinateurs plus petits et moins encombrants. En 1956, on crée le premier ordinateur avec transistors : c'est le début d'une nouvelle génération d'ordinateurs : ils sont réduits de taille. Le PDP 8 L'Intel 4004 Le DAI

Related: