background preloader

Fragments, chutes et conséquences.

Fragments, chutes et conséquences.
Related:  Ateliers d'écriture et jeux littéraires

Scribydoo - Le chien sans queue ni tête SILO | Lucien Suel Dita Kepler. Journal du silence / Journal de la lutte. Décor, arpenteuse, serveuse, cliente et catcheuse, mur, lierre, sol, prête-nom … Dita Kepler, qui est à l’origine mon avatar sur Second Life, existe depuis 2009 sous des formes diverses. Elle apparaît de temps à autres lors de lectures publiques, mais très rarement sous forme de texte (deux exceptions : ici et là ). Virtuelle, elle se déplace dans des lieux réels en utilisant la métamorphose. Généralement, elle se transforme en pans de décor. Ce qui la pousse à avancer ? Dita Kepler ne possède ni frontières, ni limites. Elle tutoie son cerveau, si le mot de cerveau a un sens pour elle. Ce qui l’intéresse, la fait évoluer , comme on dit, c’est le passage constant et dans tous les sens de l’un à l’autre : pensée, désir. Le virtuel, ici, se nomme : arrière-salle, mur, bruit, dans ta peau, dans ta tête, dans tes bras. À noter : au bout d’un moment, la capacité à se transformer de Dita Kepler est désignée sous le terme d’anamorphose. Anne Savelli

Accueil - 10 jours... 10 classes... 10 contes de Noël Analogos | Francis Royo L'aiR Nu - Littérature Radio Numérique « Ma mémé, c'est mon paradis perdu » La « mémé » des lecteurs du Monde.fr suscite chez eux toute une réminiscence d'odeurs de cuisine et de jardin. Et bien plus encore. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Pascale Krémer Raconter la mémé qui a marqué votre enfance, comme l'a fait l'acteur Philippe Torreton dans son livre Mémé (Ed. L'Iconoclaste), paru en janvier, et qui connaît un joli succès : voilà ce que nous avions suggéré aux lecteurs du Monde.fr. Lire aussi notre reportage : « Moi aussi, j'avais une mémé... » En cuisine... Mémé, c'est d'abord le « paradis perdu » de l'enfance, une réminiscence d'odeurs de jardin ou de bois, de saveurs de cuisine. ... comme au jardin « Avec grand-mère, j'ai passé les moments les plus tendres de mon enfance, dans sa maison entourée de mimosa, de crocus, de roses, de tulipes et de camélias, le jardin semé de graviers du gave, et du sable que nous rapportions de l'océan. Des souvenirs en vrac... ... de la femme... ... comme de l'alliée Et au diable les contreparties !

L’Oreille tendue | Benoit Melançon

Related: