background preloader

Plantations de la forêt comestible

Plantations de la forêt comestible
Depuis un bon mois, j’ai pu reprendre les plantations sans m’arrêter. Temps sec principalement. Plutôt gé-nial! Voilà une vue du terrain maintenant. Le travail avance lentement mais surement. Je te passe les détails, mais au niveau complications pour les plantations, il y a certains jours où je n’arrive à planter qu’un ou 2 arbres maximum…mais ça avance quand même, je suis plutôt content. On peut même dire que cette jeune forêt comestible prend forme! Ici, on peut voir les buttes vite faites pour surélever un peu les plantations entre les drains. J’ai fait des tests. Idem pour les arbres. Donc, autour des plantes, et sur les buttes de culture, je mets du carton ou je n’en mets pas car il y a des endroits où la végétation ne semble pas encore très développée au sol, je pense que l’arbre ne court aucun risque de concurrence… Ensuite, après ce carton (si j’en mets), je mets une couche de déchets végétaux, coupes de branches, feuilles, et aussi du fumier mélangé à de la paille. à bientôt… Related:  Témoignages, exemples

Agroforestry research trust Première présentation Conscients de certains risque inhérents au mode de production et de consommation alimentaire occidental, pour nous assurer un maximum d’indépendance face à ce système qui rend les gens de plus en plus dépendants de son bon fonctionnement, et afin de limiter notre empreinte écologique au maximum, nous essayons de produire nous–mêmes la plus grande partie de ce que nous consommons. Nous avons donc développé notre concept, que nous appelons la Pico Ferme. Nous mettons en œuvre les principes de Transition, tels que définis par Rob Hopkins, les principes de Permaculture de Bill Mollison et David Holmgren, ainsi que les principes de Biodynamie de Rudolf Steiner. Nous agissons tant au niveau du bâtiment, au niveau du jardin, qu’au niveau de toute action de la vie courante, tel les déplacements, par exemple, et donc l’utilisation des transports en commun ou du vélo chaque fois que possible. La maison étant encore en travaux, nous aimerions vous présenter ici l’organisation du jardin.

Une forêt comestible de 3 hectares se développe à Seattle L’une des plus grandes forêts comestibles au monde établies sur un espace public pousse actuellement à Seattle. Fort de quelque 100 bénévoles, le projet vise à créer selon le principe de la permaculture un agrosystème autonome de 3 hectares. La Beacon Food Forest offrira des bénéfices environnementaux, économiques et sociaux très concrets aux habitants de la ville. © Beacon Food Forest Aux confins du nord-ouest américain, non loin de la frontière canadienne, la ville de Seattle voit germer une forêt qui pourrait faire un peu d’ombre au mondialement célèbre Central Park de New York. Jouxtant le Jefferson Park au cœur du quartier de Beacon Hill et située à 4 km du centre ville de Seattle, la Beacon Food Forest était à l’origine en 2009 un projet de fin d’étude. 120.000 dollars de subventions municipales allouées en 2010 et 2011 lui auront permis de voir le jour. Des fruits à tous les niveaux Première récolte à l’été 2014 Nicolas Blain

Forêt comestible Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. La forêt comestible est un agrosystème complexe créé par l'homme, tendant à imiter un écosystème forestier naturel en associant une large diversité de plantes utiles. La permaculture cherche à développer ce type de système, potentiellement très productif et beaucoup plus résilient qu'un système simple. L'écosystème forestier, source d'inspiration de la forêt comestible Observation de l'écosystème forestier La mise en comparaison d'un écosystème naturel complexe de type forestier et d'un système cultivé, aussi productif soit-il, montre généralement que le premier est le plus fertile. La forêt comestible tend vers cette complexité et cette diversité : l'empilement de différentes strates de végétation reproduisant les strates forestières est alors recherchée. Les strates de la forêt comestible Plusieurs strates de végétation sont identifiées dans l'écosystème forestier : Créer une forêt comestible Analyse préalable du milieu Choix des espèces

Visite de la Forêt fruitière à Banne en Ardeche La forêt fruitière est un petit sentier pédagogique au milieu de la garrigue Ardéchoise, exposant les possibilités de transformer une essence sauvage de la garrigue en plante produisant, sans aucun arrosage et dans les conditions hostiles d'une garrigue, des denrées comestibles. Greffer de l'Abricotier sur Prunellier, Cerisier sur Sainte Lucie, Pistachier sur Térébinthe... Le circuit est régulièrement agrémenté de panneaux expliquant la méthode et les éléments botaniques nécessaires à la compréhension. Le projet est mené par la Mairie de Banne, L'association "L'oeil dormant", M. Sud de l'Ardèche Entre la ville "LES VANS" et le village "BANNE" : A partir de Banne, CD251, environ à 2,5 km, sur la gauche, face au lieu dit "Les Champs Grands" Position GPS du sentier d'acces : 44° 22.740N 004° 08.263E. Il n'y aucune signalétique au bord de la route indiquant l'accès à la forêt fruitière. Il faut donc repérer ce petit panneau qui est le seul repère au bord de la route départementale :

Vivre libre : mode d’emploi de l’autonomie Attention, il y a déjà de bons articles sur l’autonomie sur le blog, en voici un exceptionnel écrit par « Homme des bois » qui est un habitué du blog. Car c’est bien beau de vouloir se préparer (ou pas) à un éventuel effondrement du système, c’est bien beau de parler d’autonomie énergétique, mais le faire sans réellement savoir par ou commencer rend parfois les choses difficile. Voici donc de bonnes pistes sur le sujet, des liens, des explications qui, j’en reste persuadé, vous serons très utiles le moment venu! Un grand merci à « Homme des bois » pour cet article relativement complet et intéressant. J’espère que ça vous plaira et que ça aidera ceux qui veulent s’y mettre. puis que ça ouvrira les yeux a certains moutons pas enragés du tout qui lieront ça pas hasard.

Du backyard pavillonnaire à un espace nourricier Avec le Collectif Permaculture de Genève, nous nous sommes retrouvés en force un beau matin de mars chez Cinzia et Michel qui avaient émis le souhait de démarrer leur potager "en permaculture". Mais qu’est-ce à dire? avant de partir la bêche en avant pour retourner tout le terrain, il m’a semblé bon de savoir un peu de quoi on parle… Et ce qu’un jardin en permaculture signifie. Retour sur les bases donc pendant un bon moment : qu’est-ce que la permaculture pour les personnes présentes? Petit tour de table pour en arriver à la conclusion que, non, la permaculture ce n’est pas simplement faire des buttes ou mélanger les légumes et les fleurs! Après une succinte présentation de la permaculture comme une Vision > des Principes > des Techniques, j’ai achevé tout le monde en leur proposant en silence une visite intuitive et sensorielle du jardin. Il est important d’écouter ce que nous dit notre corps, notre cœur, nos impressions. La semaine d’après, il était temps de passer à l’action.

Vegetable Plant Families – Using Family Names Of Vegetables For Rotating Crops By Kristi Waterworth Crop rotation is a common practice in the home garden, giving vegetable family-specific diseases time to die out before reintroducing families back into the same area of the garden years later. Gardeners with limited space may simply divide up their garden plot into three or four sections and rotate plant families around the garden, while others have separate plots they use for vegetable family crop rotation. It can be hard to know which vegetables belong to the different vegetable families just from looking at them, but understanding the major vegetable plant families will make the task a little less daunting. Most home vegetable gardeners grow several plant families in any given year – using a handy vegetable families list will help keep rotations straight. The following vegetable families list will help get you started with appropriate vegetable family crop rotation: Fabaceae – The legumes are a large family, important to many gardeners as nitrogen fixers.

Le semis d'arbres en place - Chronique des jardiniers de France, conseils d’entretien du jardin et astuces de jardinage du Village Certi'Ferme La chronique Les oiseaux font un chouette boulot ! Semer des graines d’arbres. Ils ne sont pas les seuls, certes, mais quand même, reconnaissons là chez eux une pratique coutumière. Les semis d’arbres donnent des plantes robustes, bien ancrées dans le sol et donc plus résistantes aux aléas climatiques. Les expériences sur la vitesse de pousse du système racinaire sont parlantes. Il en va de même avec toutes les plantes. Permaculture La permaculture est une science de conception de cultures, de lieux de vie, et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d'écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels. Presentation de la Permaculture 1/2envoyé par sergiocalzone. - Le véritable développement durable 1/2 Agriculture biologique (sans engrais ni traitements sur les plantes et les arbres [même "bio"!] ) et sans labourer... Presentation de la Permaculture 2/2envoyé par sergiocalzone. - 2eme partie : Le concept est né dans les années 70' des esprits de deux écologistes australiens Bill Mollison et David Holmgren. La permaculture est une science systémique qui a pour but ..de sociétés humaines écologiquement soutenables, socialement équitables économiquement viables. La permaculture moderne est un outil de conception des systèmes.

Dans le Gard, Denis Florès fait le pari de l'agroforesterie Dans la commune de Vézénobres, dans le Gard, Denis Florès et sa femme cultivent des fruits et des légumes bio sous les arbres. C’est toute leur exploitation maraîchère qui est pensée autour des peupliers et des noyers plantés par l’INRA à des fins expérimentales. Ces agriculteurs ont choisi de valoriser au maximum le bois et aussi de ne pas traiter en recréant un écosystème favorable aux insectes auxiliaires : découvrez, en images, un pari réussi sur l’agroforesterie. En 2010, le couple achète 11 hectares de parcelles boisées de peupliers et de noyers. Peupliers, noyers mais aussi paulownia, il existe une grande diversité d’espèce sur cette exploitation maraîchère. Rien ne se perd, tout se transforme... Denis Florès utilise au maximum les ressources provenant des arbres. Les peupliers adultes sont ensuite vendus à une coopérative ou en bois de chauffage mais c’est surtout les noyers qui permettent à l’agriculteur de dégager ponctuellement un revenu grâce aux ventes à l’unité.

Planter les épluchures et restes de légumes pour les faire repousser Chaque année, plusieurs millions de tonnes de gaspillage alimentaire sont générés, et seulement 3 % de ce gâchis est détourné vers le compostage. Les déchets alimentaires sont vite expédiés aux ordures, or il existe de nombreux légumes et fruits capables de se re-développer grâce à leurs propres restes. En effet, faire repousser des légumes à partir de leurs épluchures ou restes peut sembler étonnant voire même surréaliste, pourtant c’est toute à fait possible ! De plus, cette astuce écolo, vous permettra aussi d’alléger sensiblement votre portefeuille. La laitue romaine : Coupez la partie de la laitue que vous comptez utiliser et laissez à peu près 5 cm à partir de la base de la plante. L’oignon : C’est un autre légume facilement cultivable à partir de ses restes. La carotte : Il n’est pas possible de cultiver des carottes à partir de restes de carottes, par contre vous pouvez faire pousser les feuilles de carottes. Sources : facon2parler.com, developpementdurable.com.

Related: