background preloader

La décision dans l'entreprise - Com : un peu de sérieux...

La décision dans l'entreprise - Com : un peu de sérieux...
- modification de la combinaison interne des ressources ; - recherche et acquisition de nouvelles ressources ; - détermination d’un certain nombre de ressources ; - détermination d’un certain nombre d’objectifs ; - définition d’une prise de position par rapport à un problème posé à l’entreprise. La décision est un acte de direction pris, soit par la direction générale, soit par les personnes auxquelles le pouvoir de décision a été délégué. A l'heure actuelle, la décision a de plus en plus un caractère collectif. L'entreprise possède un véritable système de décision. Le système d’information fourni la matière première au système de décision et il achemine les décisions prises aux organes physico-financiers (production ; logistique ...) chargés de les exécuter. Le système de décision doit être rationnellement organisé pour prendre des décisions optimales dans des délais acceptables compte tenu de la nature des exigences de l’action. · Le processus de décision est assimilable à un ordinateur.

La prise de décision au sein de l'entreprise La prise de décision est l’acte le plus important qu’un individu puisse prendre, dans le temps et dans l’espace, quelle que soit la position sociale ou hiérarchique qu’il occupe dans la société. Qu’il soit homme de politique, homme d’affaires, magistrat, médecin ou un commun des mortels, la décision prise par lui, a inéluctablement une répercussion positive ou bien négative sur sa vie privée et/ ou professionnelle, comme elle a aussi un impact direct ou indirect sur son environnement. De nos jours, le nombre de décisions que nous devons prendre ne peut aller qu’en augmentant eu égard à la complexité croissante et la rapidité des changements dus à la mondialisation socio-économique et culturelle et à son impact certain sur notre vie quotidienne.

La décision – Le processus de décision | SURFECO21 Introduction : Des milliers de décisions sont prises chaque jour dans les entreprises. Chacune d’entre elles se situe à des différents niveaux hiérarchiques — par exemple, un magasinier peut décider de commander de nouveaux rayonnages, un directeur général peut décider de procéder à l’absorption d’un concurrent en difficulté. En fait, aucune décision n’est identique à une autre : chaque décision a une incidence différente sur le fonctionnement, la rentabilité, la performance est parfois même la survie de l’entreprise. Dans une petite entreprise, le chef d’entreprise constitue à lui seul le centre de décision aussi bien pour le fonctionnement interne de l’entreprise que pour les relations extérieures. Dans ce chapitre, il convient donc d’exposer dans un premier temps les différents types de décisions puis de s’interroger, dans un second temps sur la nature même du processus de décision. I – Les différents types de décisions A — Classification des décisions selon leur degré de risque

Quel est le processus de decision en entreprise ? Prendre une décision, quel modèle de processus ? Réfléchis avec lenteur, mais exécute rapidement tes décisions. Isocrate, Philosophe (Athènes 436 av JC) La décision est une prise de risque La prise de décision n'est pas une situation de tout repos. Les 4 phases du processus de prise de décision en entreprise Les pièges de la prise de décision Ce modèle classique que l'on retrouve chez plusieurs auteurs comme Henry Mintzberg et que j'expose dans le livre "Les nouveaux tableaux de bord des managers" est particulièrement intéressant pour apprécier les multiples moyens de détourner la décision. Lecture recommandée › L'ouvrage de référence auprès des managers, consultants, chefs de projets décisionnels, formateurs et enseignants. Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet décisionnel en totalité Eyrolles 6ème édition 2013 - 495 pages Prix : 35 euros Dispo chez : www.amazon.fr & PDF ou ePub Format Kindle Partagez cet article... (total partages cumulés > 145) Commentaires lecteurs...

Le temps, ce coût négligé dans l'entreprise. - Ma petite entreprise en Mieux | Audit, Analyse Jeudi 5 janvier 4 05 /01 /Jan 09:10 Dans l'entreprise, à fortiori dans la petite entreprise, on raisonne majoritairement en coûts, les coûts qui apparaissent sur une facture. Lorsqu'on a fini de calculer la somme des coûts fixes et des coûts variables, on se rend souvent compte que l'entreprise n'est pas rentable, même quand le chiffre d'affaires montre une belle évolution. Pour les entreprises récentes, après analyse de la façon dont sont constitués les prix, on s'aperçoit que, très souvent, le seul temps qui a été pris en compte dans le calcul du coût de revient, est celui de la production de biens ou de services. Il y a principalement deux situations : L'entrepreneur est débordé et doit arbitrer entre le temps de production et toutes les autres tâches. Dans le dessin ci-dessous, j'ai essayé d'envisager tous les temps de l'entreprise : Le temps de production Le temps de commercialisation Le temps de l'innovation Le temps de la veille Le temps administratif et de maintenance

La gestion du temps en entreprise: Cas pratique Cas pratique: Emmannuel VIERA Consultant en Tourisme, Chargé des études et de l’analyse statistique au Comité Régional du Tourisme de la Région Midi Pyrénées en FRANCE. La gestion du temps s’énonce comme la planification et l’organisation de notre relation au temps par rapport aux activités que nous réalisons. Gérer son temps suppose à priori que le temps est une propriété, ce qui est une grave erreur, vue son inélasticité. Nous nous devons de bien gérer notre temps, parce que nos réalisations sont calées sur des échéances données. Nous gérons mal notre temps, toutes les fois que nous pensons que le temps nous appartient, et que nous pensons avoir "tout notre temps" pour exercer une tâche. En Afrique, la conception que l’on a du temps est purement culturelle. Mon expérience au Comité Régional du Tourisme de la Région Midi Pyrénées en FRANCE est assez éloquente. Se dire à chaque fois, qu’un objectif non atteint dans le délai, est une contre-performance latente.

La prise en compte du temps modifie-t-elle la décision ? - stmg Thème 5 1ère question : la prise en compte du temps modifie-t-elle la décision ? Exposé de Corinne Berho, IA‐IPR Créteil et Alain Henriet, IGEN, accompagnant la présentation du diaporama Diapositive 2 : § Le temps est une notion difficile à saisir. C’est un questionnement universel, qui déborde bien largement la gestion puisque c’est un questionnement qu’on retrouve en philosophie, en histoire, en physique etc. Au sein des sciences de gestion, c’est un concept universel qu’on retrouve quelque soit la taille de l’organisation, quelque soit le secteur d’activité, quelque soit la spécialité (l’aménagement du temps de travail, le cycle de vie du produit, le développement des boutiques éphémères, les délais de paiement etc.) Il ne faut pas perdre trop de temps en envisageant toutes les différentes approches du temps en sciences de gestion. § Le programme privilégie 2 approches clés : - la dimension échéance (à une date donnée) et - la durée que l‘on peut distinguer en 2 sous-thèmes : Diapositive 3 :

Gestion du temps: savoir distinguer l'urgence de l'importance Après des études de langues et l'exercice du métier d'assistante de direction pendant 25 ans, Elisabeth Durand-Mirtain est depuis une dizaine d'années consultante-formatrice indépendante bilingue sur des thèmes de développement de l'efficacité personnelle et professionnelle (organisation, communication, développement personnel et secrétaires/assistant(e)s) pour des entreprises, des PME/PMI, l'Administration, des écoles, etc. en France et à l'étranger, ainsi que pour tout type de public. Responsable des Relations Publiques d'European Management Assistants France (EUMA) (www.euma-france.org), elle a également été Présidente France, puis Vice-Présidente Europe, elle est également Intervenante pour une Licence Professionnelle en Ressources Humaines et membre du projet EURO-AST (European Assistant), certification européenne de l'assistant(e) avec le Ministère de l'Éducation Nationale et des partenaires de 7 autres pays (www.euroast.eu). Contact: Tél.: 06 13 51 11 26 Site Web: www.mirtain.com

Créer une chek-list et un rétro-planning (diagramme de Gantt) 1. Préparez les informations clés Qui veut/doit organiser Quoi ? Pour qui ou Avec qui ? Pourquoi (objectifs) ? Quand et Où ? Avec quels moyens : quel budget, pour ou avec Combien de personnes, Comment ? 2. Dans un premier temps, répertoriez sans trop vous préoccuper de leur ordre, les Tâches à accomplir. Une tâche principale (ex. : concevoir le livre d'accueil) pourrait être scindée en plusieurs tâches ? En effet, il est souvent difficile de suivre les tâches secondaires sur un planning. 3. Observez chaque tâche et repérez celles qui sont interdépendantes (ex. : concevoir le courrier d'invitation (D) précède obligatoirement la fixation du jour (A) et du lieu (B). Ensuite, classez les tâches par ordre logique de mise en œuvre. 4. Au regard de chaque tâche, précisez le temps nécessaire (en jour). Ensuite, et à partir de la Date « J », fixez les dates d'action en vous appuyant sur le nombre de jours de réalisation prévu. 5.

Related: