background preloader

Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard

Liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La liste du BFI des 50 films à voir vu avant d'avoir 14 ans (BFI list of the 50 films you should see by the age of 14) est une liste établie en 2005 par le British Film Institute (BFI) dans le but d'inspirer les parents et les éducateurs qui voudraient donner à des enfants une culture cinématographique sérieuse et pensée, comme il peut exister dans le domaine de la littérature. Elle a été créée par plus de 70 experts incluant des producteurs et des critiques de cinéma mais aussi des enseignants, à qui il avait été demandé de lister chacun 10 films indispensables pour un public jeune[1]. Le film ayant reçu le plus de citations est Le Voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki. La liste[modifier | modifier le code] La liste est divisée en deux parties non classées, un premier top 10 puis le reste des 40 autres films. Top 10[modifier | modifier le code] Les 40 autres films[modifier | modifier le code] [modifier | modifier le code]

Raymond Rouleau Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Raymond Rouleau (de son vrai nom Edgar Rouleau) est un acteur et réalisateur belge né le à Bruxelles et décédé le à Paris. Après des études au Conservatoire royal de Bruxelles, il part à Paris et travaille notamment avec Antonin Artaud et Charles Dullin. Dans les années 1930, il se tourne vers le cinéma et travaille avec Marc Allégret et Georg Wilhelm Pabst. Engagé volontaire le . Cofondateur de l'École du Comédien avec Jean-Louis Barrault et Julien Bertheau (1942-1944) De 1944 à 1951, il dirige le Théâtre de l'Œuvre avec Lucien Beer. D'après Michel Audiard, Raymond Rouleau était un acteur qui ne discutait pas, mais qui exigeait ! En 1958, il fonde le « Nouveau Cartel » avec André Barsacq, Jean Mercure et Jean-Louis Barrault. Il fut marié aux actrices Tania Balachova, Françoise Lugagne et Françoise Crémieux. Filmographie[modifier | modifier le code] Réalisateur[modifier | modifier le code] Acteur[modifier | modifier le code]

Michel Audiard Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Paul Michel Audiard, né à Paris le et mort à Dourdan le [1], est un dialoguiste, scénariste et réalisateur français de cinéma, également écrivain et chroniqueur de presse. S'inspirant de la gouaille du peuple parisien, les dialogues de Michel Audiard constituent l'un des meilleurs témoignages de l'irrévérence détachée propre aux années 1960. Parfois qualifié d'anarchiste de droite[2], un des seuls regrets qu'on lui connaisse[3] est de ne pas avoir eu le temps d'adapter à l'écran le Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline. Biographie[modifier | modifier le code] Paul Michel Audiard naît au 2 de la rue Brézin[réf. nécessaire], dans le 14e arrondissement de Paris, quartier populaire à cette époque, où il est élevé par son parrain. Le 3 mai 1947, il épouse Marie-Christine Guibert en l'église Saint Dominique (Paris XIVe). « Cri-Cri » lui donnera deux garçons : François (né en 1949, mort en 1975) et Jacques (né le 30 avril 1952).

Georges Lautner Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lautner. Georges Lautner Georges Lautner aux 23e Rencontres cinématographiques de Cannes, en 2010. Georges Lautner est un réalisateur et scénariste français, né le à Nice[1],[2] et mort le à Paris. Attiré dès ses débuts vers la comédie, Lautner est surtout connu pour avoir mis en image les plus fameuses répliques de Michel Audiard (leur collaboration la plus célèbre restant Les Tontons flingueurs). Biographie[modifier | modifier le code] Durant la Seconde Guerre mondiale, il est scolarisé au lycée Janson-de-Sailly, à Paris. Carrière[modifier | modifier le code] Georges Lautner en 1966. Sorti de l'armée, son expérience en matière de pellicule lui vaut de devenir en 1949 le second assistant-réalisateur de Sacha Guitry pour Le Trésor de Cantenac. Mais c'est en 1961 qu'il va se faire connaître du grand public avec Le Monocle noir. En 1963, Poiré lui offre la réalisation des Tontons flingueurs.

Gérard Oury Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Oury. Gérard Oury (de son vrai nom Max-Gérard Houry Tannenbaum), né le à Paris et mort le à Saint-Tropez (France), est un réalisateur et scénariste de cinéma français, également metteur en scène de théâtre et acteur. En tant que réalisateur, ses plus grands succès sont Le Corniaud et La Grande Vadrouille. Biographie[modifier | modifier le code] En 1958, il s'essaie au scénario dans Le Miroir à deux faces, coécrit avec André Cayatte. La Main chaude[modifier | modifier le code] Gérard Oury réalise son premier film, La Main chaude, en 1959. La Menace[modifier | modifier le code] Il se met en scène dans un rôle de docteur dans La Menace. Le Crime ne paie pas[modifier | modifier le code] Gérard Oury rencontre le succès en 1962 avec Le Crime ne paie pas, qui réunit une distribution d'exception, avec entre autres Michèle Morgan et Louis de Funès. 1er sketch : Une comtesse apprend que son amant la trompe.

Francis Veber Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Veber. Famille[modifier | modifier le code] Biographie et carrière[modifier | modifier le code] Francis Veber est né de père juif et de mère arménienne : il déclare à ce sujet « Deux génocides, deux murs des lamentations dans le sang, tout pour faire un comique ». La famille Veber vit assez chichement et les parents de Francis Veber, peu satisfaits de leurs carrières respectives dans les lettres, l'encouragent à suivre des études pour trouver un métier stable[3],[4]. Jean-Marie Poiré Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Photographe et musicien[modifier | modifier le code] Il est le fils d’Alain Poiré. À ses débuts, Jean-Marie Poiré a exercé comme photographe sous le nom d'Antonin Berg (1967-1968). Scenariste de Michel Audiard et George Lautner[modifier | modifier le code] Après une licence de lettres, il devient scenariste en 1968 avec le dialoguiste Michel Audiard. Parallèlement, il écrit quelques films produits par son père, Alain Poiré, dont On a retrouvé la septième compagnie et Pas de problème ! En 1977, il réalise son premier film, Les Petits Câlins qui passe totalement inaperçu. Le Splendid[modifier | modifier le code] Pour interpréter un second rôle, Jean-Marie Poiré embauche une débutante venant du café-théâtre, Josiane Balasko. Papy fait de la Résistance est dédié à Louis De Funès qui meurt peu avant le tournage. Filmographie[modifier | modifier le code] Réalisateur-scénariste[modifier | modifier le code]

Related: