background preloader

1S3-le-pianiste

1S3-le-pianiste
Related:  Le pianistehda et Seconde Guerre Mondiale

HDA Analyser un film ou un doc vidéo - Collège St Eutrope : présentation du film. Choisir quelques extraits. La nature de l’oeuvre : titre du film, présenter les principaux personnages, leurs traits dominants, les lieux principaux, le genre du film (drame, fantastique,...), nationalité, l’auteur ou le réalisateur. Le contexte de production du film : acceuil du film à sa sortie en salle (réaction ?) Faire un résumé (synopsis) du film. Exemple : "Le pianiste" est un film dramatique de Roman Polanski, sortie en salle en 2002. Première partie : Situer la scène : lieu, situation géographique, contexte historique, date Décrire la scène : Rythme du film, mise en scène (décor intérieur ou extérieur, objets, situation des personnages..), le son (silence, musique, effet dramatique renforcé ou non par le son..), les dialogues expliquer la scène : que faut-il comprendre de l’extrait ? Deuxième partie : Interprétation Quel est le message ? Quels sont les moyens utilisés pour faire passer ce message ? Conclusion : la portée d film

Littérature de la Shoah Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « De tant de morts donnez-moi la mémoire, de tous ceux-là qui sont devenus cendre, d’une génération donnez-moi la mémoire, sa dernière fureur, sa dernière douleur ». Isaïe Spiegel, Donnez-moi la mémoire[1]. Stèle en mémoire des Juifs anéantis à Majdanek La littérature de la Shoah est constituée par les ouvrages littéraires qui témoignent directement ou évoquent l'anéantissement des Juifs par le nazisme entre 1939 et 1945. La littérature de la Shoah commence, avant même l'anéantissement dans les camps de concentration et d'extermination, dans les ghettos où sont entassés les Juifs de toute l'Europe allemande. « Tout le monde écrivait » dans les ghettos, note l'historien Ringelblum[2]. Traditions littéraires juives et littérature de l'anéantissement[modifier | modifier le code] Rupture ou continuité des traditions littéraires juives? L'anéantissement, lui, échappe à toute tentative de dénomination. Mort du yiddish[modifier | modifier le code]

Le Pianiste de Polanski Film ô combien personnel sur un sujet hors du commun, Le Pianiste de Roman Polanski jette un regard profondément original sur cette sombre période de la barbarie nazie. 1. Analyse Ce film, récompensé par la Palme d'or du festival de Cannes (2002), par le César du Meilleur Film (2002) et par le prix du Meilleur Réalisateur aux Oscars (2003), retrace un épisode de la 2° guerre mondiale - l'entrée des troupes allemandes en Pologne et l'oppression qui s'ensuivit pour les Juifs polonais - à travers le destin d'un brillant pianiste juif, Wladyslaw Szpilman (interprété par Adrian Brody), dont le livre a inspiré Roman Polanski qui vécut lui-même les événements tragiques. Toutes ces modifications se déroulent, à l'évidence, semaine après semaine, et, de même que l'espace se rétrécit comme peau de chagrin et que l'être humain se réduit à sa seule personne, de même le temps, lui, s'efface dans l'urgence de la survie. Il faut naturellement s'attarder sur la fin du film si riche de sens. 2. 3. 4. 5.

La musique du film Le pianiste - Sujet - Histoire des arts - 3ème - Brevet Dans ce film, Roman Polanski fait réfléchir le spectateur, qui se pose des questions: Comment une telle horreur est-elle possible? Comment des êtres humains sont ils capables d'être aussi cruels? Comment ce pianiste a-t-il pu survivre dans des conditions si difficiles? Pour cela, Roman Polanski a fait des choix: raconter telle ou telle partie du livre, en supprimer d'autres, filmer de telle ou telle façon... Il a fait des choix musicaux: Expliquez pourquoi il a choisi telle ou telle musique à tel endroit du film. Montrez au jury un court extrait du film. Vous ne pouvez pas tout dire pendant l'épreuve. Les moments de musique off: La musique off est normalement la plus utilisée dans les films d'Hollywood. Un solo de clarinette, sans accompagnement, instrument de musique juive, dite klezmer, qui symbolise la solitude du musicien sans partenaire, l’homme seul. Les moments de musique in De la musique « in », jouée par le pianiste dans le film à des moments importants.

Mémorial de la SHOAH - Musée, centre de documentation juive contemporaine. APOCALYPSE HITLER : La Menace - Le Führer Apocalypse Hitler, est un documentaire (2h08) sur l'ascension de ce marginal idéologiste devenu le maître de l’Allemagne et l’un des plus grands criminels de tous les temps, l’histoire aussi de la mort d’une démocratie et d'un chemin vers l’horreur de la Seconde Guerre mondiale. Patientez ou cliquez sur start vidéo pour démarrer. Apocalypse Hitler, est un documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle en deux épisodes, La menace et Le Führer, commenté par Mathieu Kassovitz, qui fait suite à la série en liens ci-dessous, Apocalypse, La 2ème Guerre Mondiale. Il raconte l’ascension inimaginable d’Adolf Hitler, petit peintre autrichien raté né d’une union consanguine, son règne sur l’Allemagne et son emprise tyrannique sur le monde entier. De la prise de pouvoir par Hitler à la marche irrémédiable vers la guerre, ce film retrace le parcours de celui qui allait devenir le Reichsführer. - 1ère partie (0h55) : La menace. - 2ème partie (0h53) : Le Führer. - 3ème partie (0h20) : Le débat.

Le Pianiste Des tracts illégaux circulent dans le ghetto et Wladyslaw rencontre de temps à autres les membres du petit groupe dissident. Jusqu'au jour où les nazis les assassinent tous. Wladislaw travaille en tant qu'ouvrier tandis que sa famille est déportée. Il essaie tout de même de fournir des armes à ses camarades juifs qui résistent aux Allemands. La confrontation est terrible, laissant encore beaucoup de traces dans l'esprit du musicien. Wladislaw est tout de même hébergé par des résistants qui lui apportent régulièrement de quoi survivre sans éveiller les soupçons des nazis. Mais sa passion pour la musique va le sauver lorsque l'officier découvre que Szpilman est pianiste. Wladislaw Szpilman fait partie des rares survivants du ghetto, ayant énormément souffert de la famine, de la guerre, et des exactions des nazis. Il faut naturellement s’attarder sur la fin du film si riche de sens. Mais on peut y voir aussi la célébration d’un instinct de vie plus fort que la folie homicide. Distribution

DOSSIER SHOAH Francetveducation Mais la ruine de l'Europe, causée par la Première Guerre mondiale et renforcée par la crise économique mondiale de 1929, plongea dans la pauvreté un grand nombre de personnes. En 1933, l'Allemagne, comme l'Italie en 1925, porta au pouvoir des dirigeants fascistes qui proposaient des solutions radicales. Le parti nazi, abréviation de Parti national-socialiste, arriva au pouvoir. Les nazis gouvernèrent en prônant la haine et la xénophobie, et en favorisant un climat de peur. Leur postulat était que tous les individus n'étaient pas égaux, qu'il existait des groupes "supérieurs" et "inférieurs". Ils estimaient que certains individus, particulièrement les juifs, se situaient au bas de l'échelle humaine et étaient des êtres dangereux qu'il fallait éliminer physiquement : c'est la "solution finale", mise en place en 1942. Ces idées ont conduit au plus grand massacre systématique qu'ait connu l'humanité.

Verdun Contexte historique La guerre de 1914-1918 a fortement marqué les peintres comme la grande majorité des artistes et intellectuels de l’époque. Qu’ils soient mobilisés ou non, tous ont participé à la culture de guerre. Analyse de l'image Le document est un tableau du Suisse Félix Vallotton (1865-1925), qui jouit d’une renommée internationale grâce à ses gravures sur bois et à ses illustrations. Interprétation Cette œuvre a pour sous-titre « Tableau de guerre interprété, projections colorées noires, bleues et rouges, terrains dévastés, nuées de gaz ». Arts et totalitarismes - 1/3- Histoire des arts L’ouvrier et la kolkhozienne du Pavillon SoviétiqueExposition Universelle de 1937 à Paris Deux épisodes éloquents de l’année 1937, l’Exposition Universelle de Paris, qui ouvre ses portes en Mai et l’exposition « d’art dégénéré » qui se tient à Munich en été, permettent d’approfondir la question de l’assujettissement artistique et culturel par rapport au pouvoir politique et de comprendre les politiques culturelles des régimes totalitaires de la période située entre les deux guerres mondiales et leur prolongement. • La démarche pédagogique Il s’agit de sonder les connaissances de base sur le sujet à travers l’étude des situations économiques et historiques des états et ainsi replacer les dictateurs dans les états. On montrera le cheminement de l’émulation des peuples ainsi que le rôle du cinéma, de l’affiche, de la sculpture et de la peinture, dans la propagande nazie, fasciste ou encore soviétique. Les objectifs disciplinaires Comprendre :

Histoire des arts : œuvre musicale Analyser un chant Avec la réforme du brevet, l’histoire des arts est devenue une épreuve à part entière. Travailler sur un œuvre musicale sans paroles risque d’être délicat pour l’épreuve d’histoire des arts du Brevet. Voici un plan type pour le brevet : Introduction : présentation du chant La Nature de l’œuvre : Présentez l’œuvre, en précisant sa nature (litanie religieuse, musique populaire, chant patriotique, …), sa date de création et son auteur. Origine de l’œuvre : Quel est le compositeur à l’origine de cette œuvre ? Contexte historique : Quels sont les enjeux politiques, économiques et sociaux de l’époque ? Exemple de présentation d’une chanson : Strange Fruit est chantée par l’interprète afro-américaine Billie Holiday, qui la chanta pour la première fois en 1939. Première partie : description et analyse Les paroles : Quel est le répertoire ? La musique : Quel est le tempo de la mélodie ? Description éventuelle de l’affiche, la couverture de disque… Seconde partie : interprétation

Related: