background preloader

Des allemands résistaient au nazisme- 22 février 1943 - Décapitation de la «Rose blanche»

Des allemands résistaient au nazisme- 22 février 1943 - Décapitation de la «Rose blanche»
Le 22 février 1943, trois étudiants allemands d'une vingtaine d'années sont guillotinés dans la prison de Stadelheim, près de Munich. Leur crime est d'avoir dénoncé le nazisme dans le cadre d'un mouvement clandestin, «La Rose blanche» (Die Weiße Rose en allemand). Comment, de juin 1942 à février 1943 une poignée de jeunes étudiants chrétiens ont-ils pu défendre les valeurs démocratiques au prix de leur vie ? Comment ont-ils pu diffuser six tracts incendiaires tout en écrivant le soir des slogans pacifistes et antinazis sur les murs de Munich ? Pierre Le Blavec Les prémices de la résistance Résidant à Ulm et âgé de 14 ans en 1933, le lycéen Hans Scholl n'est pas au début insensible aux discours de Hitler. Aidé par ses parents et encouragé par l'éditeur Carl Muth du mensuel catholique Hochland, il rompt avec le national-socialisme et se consacre à ses études de médecine. Quatre ans plus tard, sa décision est prise. La rose s'épanouit Un procès expéditif Un film émouvant et vrai

http://www.herodote.net/22_fevrier_1943-evenement-19430222.php

Related:  Seconde Guerre mondiale et espoirs de paixHistoireA Classer 3

video expo Paris : la Collaboration jusqu'au 2 mars2015 Déplacement du Président de la République François Hollande à l'exposition La Collaboration (1940-1945) Samedi 20 décembre, François Hollande s'est rendu aux Archives nationales, accompagné de la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, pour visiter l'exposition. Entouré tout au long de sa visite par les commissaires de l'exposition, le Président de la République a ensuite découvert les Grands Dépôts et les documents exceptionnels que renferme notamment l'Armoire de fer. Diaporama sur le site de l'Elysée En savoir plus sur le site de France Info Du 26 novembre 2014 au 5 avril 2015 Portrait d'Adolf Hitler et portrait du maréchal Philippe Pétain, affiche de Draeger Archives nationales/Atelier photo des Archives nationales. © Design Saluces.com Les 3 vidéos de l'exposition

Guy Môquet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Môquet. Guy Môquet, né le 26 avril 1924 à Paris et mort le 22 octobre 1941 à Châteaubriant (Loire-Inférieure[1]), est un militant communiste, célèbre pour avoir été le plus jeune des quarante-huit otages fusillés, le 22 octobre 1941, à Châteaubriant, Nantes et Paris en représailles après la mort de Karl Hotz[2],[3]. Son nom, plus particulièrement associé à celui des vingt-sept fusillés du camp de Châteaubriant, est passé dans l'histoire comme un des symboles de la Résistance française. Le qualificatif de résistant, souvent utilisé à son propos, notamment dans les médias, est cependant l'objet d'un débat récent parmi quelques auteurs.

Massacre d'Oradour-sur-Glane: Le parquet allemand espère bientôt boucler son enquête Le parquet de Dortmund (ouest), qui enquête sur le massacre d'Oradour-sur-Glane, espère bientôt boucler ses investigations contre six criminels présumés, a rapporté l'hebdomadaire allemand Focus à paraître dimanche. Selon le magazine, l'un des six octogénaires entendus par le parquet, un ancien mitrailleur habitant Cologne (ouest), a avoué avoir été présent lors du massacre de 642 personnes commis le 10 juin 1944 dans cette petite ville française. Cet ancien SS, baptisé «C.» par Focus, a avoué s'être posté avec sa mitrailleuse près de l'église, dans laquelle périrent plus de 400 femmes et enfants.

Document : Pétain -Le projet de loi portant sur le Statut des Juifs Accès direct : Les documents en ligne Les actes de la conférence du 70e anniveraire de l'adoption du Statut des juifs Liberté, j'écris ton nom (Paul Eluard) - Liberté Pendant la guerre, engagé dans la Résistance, Paul Eluard participe au grand mouvement qui entraîne la poésie française, et le poème Liberté ouvre le recueil Poésie et Vérité paru en 1942. Les textes qui forment ce recueil sont tous des poèmes de lutte. Ils doivent entrer dans la mémoire des combattants et soutenir l'espérance de la victoire : comme on le faisait pour les armes et les munitions, le poème Liberté à été, à l'époque, parachuté dans les maquis. Et par le pouvoir d'un motJe recommence ma vieJe suis né pour te connaîtrePour te nommer : Liberté. Sur mes cahiers d'écolier Sur mon pupitre et les arbres Sur le sable sur la neige J'écris ton nom

Le Débarquement de 1944 : mémoire et tourisme 1. Histoire et géographie patrimoniales du débarquement France Télévision - Le débarquement de Normandie du D-Day à la libération de Paris. Avec une infographie variée. SGM Dans les griffes de la mort : les troupes américaines traversant une étendue d'eau sous le feu des nazis Description Cette photographie de la bibliothèque Franklin D. Roosevelt à Hyde Park, New York, montre des soldats américains débarquant en Normandie, en France, le matin du 6 juin 1944, au début de l'intervention attendue depuis longtemps pour libérer l'Europe continentale de l'emprise de l'Allemagne nazie.

Auschwitz, la mémoire d'un lieu Auschwitz , le plus grand camp de concentration conçu par les nazis désigne désormais par métonymie la Shoah. Dans le cadre de la transmission de la mémoire du génocide, de nombreux voyages scolaires y sont organisés. Auschwitz, est un immense complexe concentrationnaire. Le camp de concentration naît en avril 1940, lorsque Heinrich Himmler décide d'installer un camp de quarantaine pour les Polonais dans les faubourgs d'Owiesciem, petite ville de Haute Silésie, située à un carrefour ferroviaire. Sous l'impulsion de son commandant, Rudolf Höss, le camp croît rapidement.

Colloque sur les résistantes au Sénat - Sénat Présidence : Mme Rose-Marie ANTOINE, directrice générale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC) Mme Christine BARD, professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers : « Des oubliées de l’histoire ? » Des résistantes en politique : Mme Sabrina TRICAUD, docteure en histoire, chercheure associée à Sciences po : « Des sénatrices issues de la Résistance : portrait de groupe »

Dictionnaire de la Collaboration. Collaborations, compromissions, contradictions Historien spécialiste de la France Libre et de la Seconde Guerre mondiale, François Broche a co-dirigé le Dictionnaire de la France Libre (Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010) et publié de nombreux ouvrages parmi lesquels : L’Armée française sous l’Occupation ( trois volumes, Presses de la Cité, 2002-2003) et Une Histoire des antigaullismes des origines à nos jours (Bartillat, 2007). Il nous propose aujourd’hui un gros dictionnaire de la collaboration, composé d’une courte introduction synthétique, de plus de 850 notices et d’un index des noms propres, des œuvres, des organisations et des publications, de plus de 1500 entrées (ce qui n’est pas courant dans un dictionnaire). Les notices sont précises, complètes, synthétiques et toujours assez brèves comme il convient pour ce type d’ouvrage. Leur titre est suivi d’une définition de leur contenu et elles sont toujours complétées par une bibliographie présentée par ordre chronologique de rédaction des ouvrages.

Related: