background preloader

Réflexion philosophique sur la relation soignant/soigné

Réflexion philosophique sur la relation soignant/soigné
Notre article a pour thème une réflexion sur la qualité, sur la démarche qualité à l'hôpital. Cet exposé permet de nous éclairer sur les différents points de vue de l'ensemble des acteurs sur ce que représente la qualité dans la santé. C'est à ce titre que je vais entreprendre une réflexion sur la relation entre le patient et le soignant en m'attardant sur la définition d'un soin de qualité. Je porterai ma réflexion sur la différence entre la médecine scientifique dite objectivée et le patient qui lui appartient au domaine de la subjectivité. J'expliciterai dans cette réflexion mon questionnement sur la relation entre le soignant et le patient, sur la qualité de celle-ci. Je montrerai l'importance d'une relation responsable, avec le concept du prendre soin. La relation soignant/ patient La relation soignant/patient a subi des modifications profondes comme toute relation hiérarchisée et clairement définie dans nos démocraties libérales. Une relation responsable cliquer pour imprimer

http://www.cadredesante.com/spip/profession/profession-cadre/Reflexion-philosophique-sur-la.html

Prendre soin des autres : un travail invisible - Catherine Halpern, article Sciences humaines Le soin des autres est devenu un enjeu de société. C'est aussi un nouvel objet pour les sciences humaines qui interrogent tout à la fois sa valeur économique, la spécificité des professions d'aide à la personne ou plus largement les valeurs morales qui régissent notre société. Mais, métier ou réalité familiale, il manque encore cruellement de reconnaissance sociale. Quel point commun entre une mère de famille, une infirmière ou une aide ménagère ?

L'évolution de la relation soignant-soigné La communication a une dimension intime et une dimension comportementale, un langage médical et un langage quotidien, verbal et non verbal. Il est légitime de comprendre le rôle important qu'elle semble jouer sur les états de santé, d'explorer quels facteurs, du côté du médecin, du côté du patient et, au-delà, du côté des messages sanitaires, peuvent favoriser l'accès aux soins et son déroulement. Le modèle paternaliste a longtemps marqué la relation soignant-soigné, conduisant le médecin à décider pour le patient dont le professeur Portes disait en 1950 devant l'Académie des Sciences qu'il était « à protéger, à consoler, affaibli par la maladie, ne sachant pas ce qui était bien pour lui ». Ce modèle a évolué vers un modèle informatif, puis un modèle de partage de la décision, sous différentes pressions : associations de patients, presse, normes de responsabilisation et de revendication d'autonomie de l'individu, judiciarisation des rapports sociaux. Encadré 1. Le principe d'autonomie

Démarche de soins de l'aide-soignante Cet ouvrage est destiné aux élèves aides-soignantes préparant leur diplôme. Il suit exactement la méthode de la démarche de soins appliquée sur le terrain. La première partie propose des modèles de recueil de données. C’est la première étape de la démarche de soins qui permet de cerner le patient dans sa globalité.La deuxième partie aborde chaque besoin fondamental de la personne avec les savoirs associés nécessaires à sa compréhension et les actions à mener.La troisième partie est un guide d’évaluation des actions de soins que l’élève assimile tout au long de son parcours de formation. Il pourra s’autoévaluer et apprécier ainsi les compétences acquises et celles qui restent à acquérir. Communication non verbale, arme de conviction massive Le bon docteur Porter a beau maintenant être devenu un fugitif camouflé derrière un bar sexy aux Bahamas, l'homme a été jusqu'à sa fuite récente une star parmi les puissants. Tour à tour gestionnaire étoile du Centre médical de la ville de Détroit, directeur vénéré du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), et sans aucune logique apparente, membre du très fermé Comité canadien de surveillance des activités de renseignement de sécurité. Avec un curriculum vitae aussi gonflé qu’entaché, selon ce qu’on apprend après des mois d’enquête, on se demande de ses compétences ou de sa capacité inouïe à se tricoter un fil dans les plus hauts échelons a le plus contribué à son succès.

Processus d’altérité entre le personnel de santé et le malade dans la relation éducative en santé 1Cet article développe les résultats d’une recherche sur le processus d’altérité dans la relation éducative qui se construit entre le personnel de santé et le patient hospitalisé. L’altérité est définie dans ce qui échappe toujours de Soi et de l’Autre et dont on peut appréhender la dimension dans la rencontre, dimension de l’Autre en Soi et entre Soi et Autrui (Lacan, 1966, Vasse, 1977, Ricœur, 1990). Permettre à l’autre d’advenir mais aussi de devenir autonome (Ardoino, 1993) en découvrant ses potentialités est une difficulté que le soignant rencontre face à un patient aliéné par la maladie ancré dans un contexte de fragilité, de souffrance, de révolte, qui a perdu parfois toute notion de devenir. Et pourtant, c’est bien avec de telles finalités que le soin dans sa fonction éducative prend sens et permet au sujet d’exister dans ses choix de santé et ses appréhensions de la maladie. La fragilité de nos vies, que révèle la maladie, est épreuve de l’altérité. Le site de la recherche

Éthique de la relation de soin. Récits cliniques et questions pratiques La relation entre le soigné et le soignant a évolué, mais reste marquée par le décalage des savoirs : l’un éprouve le fait patho­logique comme une expérience intérieure, tandis que le second l’observe et le décode comme une énigme dont il est supposé avoir les clés. Or, aujourd’hui, le respect de l’autonomie de la personne malade est devenu une exigence. Cet ouvrage pose un nouveau regard sur la relation thérapeu­tique, et questionne les modes de décision en matière de prévention, de soins et de traitement. La démarche éthique proposée par les auteurs se présente comme une réflexion sur le sens de l’engagement thérapeutique et ne se cantonne pas aux situations de crise. Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées - Education pour la santé du patient - Formation de soignants Dans le cadre du Plan Alzheimer et maladies apparentées 2004-2007, l’Inpes a élaboré une formation présentée dans ces écrans. Il s’agit de fournir aux formateurs de soignants prenant en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et pathologies apparentées, les ressources pédagogiques nécessaires pour mettre en œuvre une formation sur la relation de soins et sur la démarche éducative centrée sur le patient. Cette formation est destinée aux professionnels du champ sanitaire (médecins, infirmières, aides-soignantes…) et du champ social (assistantes sociales…). Elle porte sur les aspects suivants : Comprendre le rôle des représentations dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer et leur influence dans la pratique professionnelle.

L’empathie en anthropologie 1 Deux séminaires de plusieurs journées en 1998 et 2000, coordonnés par Bruno Martinelli, lui ont été (...) 1Transitant de discipline en discipline, le concept d’empathie énonce un paradoxe en anthropologie. Si le concept est relativement ancien, il n’a jamais fait l’objet d’une appropriation directe bien qu‘il ait été abordé dans des ouvrages et des manifestations scientifiques1.

L'apprentissage du raisonnement clinique Le raisonnement clinique de l’infirmière dans une approche interdisciplinaire est aujourd’hui formalisé à la fois dans un référentiel de compétences et dans un référentiel de formation. Infirmiers praticiens, formateurs, personnels d’encadrement sont tous concernés par le processus d’apprentissage du raisonnement clinique dans une alternance intégrative. Ils vont donc accompagner les étudiants à développer un haut raisonnement clinique auprès des usagers afin de proposer des soins de qualité adaptés aux vrais problèmes de santé et en respectant les compétences du patient et de sa famille. Dans la première partie de l’ouvrage, le concept du raisonnement clinique fait découvrir les ressources indispensables et leur interaction pour développer un haut raisonnement clinique. Cet ouvrage s’adresse à l’ensemble des professionnels de santé qui s’intéressent au raisonnement clinique collectif et à l’apprentissage de ce raisonnement auprès des étudiants et des professionnels débutants.

élèves infirmier infirmières gérontopsychiatrie Soins infirmiers aux personnes atteintes de syndrome démentiel Généralité Plan Alzheimer 2004-2007 : 10 mesures pour améliorer la reconnaissance, le dépistage précoce et la prise en charge, dont la création de 13.000 à 15.500 places en petites unités de vie... pour 2007. La démence représente un problème de santé publique et touche 5% des plus de 65 ans (20% des plus de 85 ans). C'est très dur à vivre pour le malade, qui perd son autonomie, mais surtout son histoire, son identité, sa personnalité. Le patient qui vit ces deuils de lui-même peut se replier dans une pseudo-surdité pour ne plus affronter ses déficiences. Intervient alors une tolérance, une compensation de l'entourage qui peut établir différents mécanismes de défense (déni, projection, minimisation, intellectualisation...) qui sont tous à considérer sans jugement.

Related: