background preloader

Broca: le langage

Broca: le langage

situer Broca & Wernicke hémisphère Gauche Pour suivre une conversation, comprendre un texte ou une plaisanterie, on doit non seulement être capable de comprendre la syntaxe des phrases et le sens des mots mais également de mettre en relation plusieurs éléments et de les interpréter par rapport à un contexte donné. Si des lésions dans l’hémisphère gauche produisent , celles qui surviennent dans l’hémisphère droit provoquent une variété de déficits que l’on peut regrouper en deux grandes catégories. Certains exercent d’abord un effet indirect sur la communication en perturbant l’habileté à interagir de façon compétente avec son environnement. L’autre grande famille de déficits que l’on peut observer suite à une lésion dans l’hémisphère droit affecte directement la communication et la cognition. Ils peuvent être regroupés sous le vocable de troubles pragmatiques, la pragmatique étant cette discipline qui s’intéresse aux rapports entre le langage et l’utilisation contextuelle qu’en fait ses utilisateurs.

Intelligences Multiples : présentation présentation Parmi les nombreuses grilles d'intelligences qui ont été élaborées, la théorie des Intelligences Multiples d'Howard Gardner a le mérite d'être particulièrement simple à comprendre (car parlant bien à l'intuition) et pratique à utiliser dans une quelconque situation d'apprentissage. Son succès dans le monde anglo-saxon depuis sa parution en 1983 a été considérable, en particulier dans les champs de l'éducation et de la formation permanente. Elle a fait l'objet de très nombreux livres d'application en langue anglaise. Selon Gardner, on peut distinguer huit intelligences : Les huit intelligences, selon Howard Gardner l'intelligence verbale / linguistique C'est la capacité à être sensible aux structures linguistiques sous toutes ses formes. l'intelligence visuelle / spatiale C'est la capacité à créer des images mentales, et à percevoir le monde visible avec précision dans ses trois dimensions. l'intelligence musicale / rythmique l'intelligence logique / mathématique

La théorie de la dissonance cognitive une théorie âgée d’un demi-siècle Selon la théorie de la dissonance cognitive, lorsque les circonstances amènent une personne à agir en désaccord avec ses croyances, cette personne éprouvera un état de tension inconfortable appelé dissonance, qui, par la suite, tendra à être réduit, par exemple par une modifi cation de ses croyances dans le sens de l’acte. Notre article se propose de présenter cette théorie dans ses grandes lignes. Dans les expériences sur la dissonance, on amène par exemple le sujet à donner des arguments en faveur de la peine de mort alors qu’il est contre (il réalise donc un acte dit « problématique »). Aussi étonnant que cela puisse paraître, lorsque nous sommes amenés à agir contrairement à nos convictions, nous avons ainsi tendance à justifier nos actions et à adapter nos opinions à nos comportements. Genèse de la théorie Léon Festinger. Un séisme en Inde. 1. Au coeur de la théorie Une théorie de la consistance ? Un animal rationalisant. Éveil de la dissonance.

Histoire des sciences cognitives L'histoire des sciences cognitives est-elle vraiment celle d'une révolution qui ravage tout sur son passage? En réalité, au fil de leurs conquêtes progressives, les sciences cognitives n'ont cessé de diversifier leurs approches, leurs modèles et leurs niveaux d'analyse. Récit d'une aventure scientifique. 1700 / 1800 - Vers la formalisation de la pensée C'est un vieux rêve de philosophe. Du XIXe au début du XXe siècle : vers la pensée automatique Au début du xxe siècle, de nombreuses découvertes convergent vers l'invention de l'ordinateur : - Le projet d'une mécanisation de la pensée a commencé à prendre forme au xixe siècle. - A la même époque, Charles Babbage (1792-1871) dessine les plans d'une « machine analytique » capable de traiter des équations de type « (a + b) x (c + d) » ou de calculer des logarithmes. L'invention de l'ordinateur - En 1936, le mathématicien anglais Alan M. 1860 / 1900 - Premières découvertes sur le cerveau 1945 / 1955 - Cybernétique, cerveau et ordinateur En 1958, J.

Intelligence ou intelligences Réflexion générale: « Pourquoi l'échec affecte autant l'estime de soi et pourquoi les individus ont tellement besoin de protéger leur estime de soi quand ils échouent? Intellect, beauté... Une des pistes de réflexion actuelle suppose une survalorisation de l'intelligence dans la société. L'intelligence est la valeur par excellence que tout le monde souhaite posséder. Ce n'est pas parce qu'on parle bien qu'on est intelligent! I. Les modèles de l'intelligence sont basés sur les modèles cognitifs au sens large. • L'évaluation des fonctions intellectuelles repose sur une théorie de l'intelligence: - Il n'existe pas de définition abstraite de l'intelligence - L'intelligence c'est mettre en pratique des capacités adaptatives qui résultent d'aptitudes (Thurnstone) - Ces aptitudes représentent l'efficacité fonctionnelle de différents processus cognitifs (exemple: degré de perception, ou d'attention) • Les modèles classiques de l'intelligence sont donc des modèles de l'efficience intellectuelle. II.

La structure de l’intelligence. Facteur g ou pas facteur g ? Cet article complète le dossier sur le QI publié dans le n° 289 de SPS. Intelligent : se dit d’une personne convaincue que je suis intelligent. Émile Ducôté Un débat pérenne lié à l’intelligence est celui de sa structure : l’intelligence est-elle unidimensionnelle (auquel cas on peut la mesurer par une valeur numérique unique) ou, au contraire, multidimensionnelle (dans ce cas, il faudra la décomposer en capacités plus précises). La polémique est maintenant plus que séculaire, et l’on pourra s’étonner que les scientifiques n’aient pas pu se mettre d’accord. Pour comprendre que ce qui divise la communauté scientifique n’est pas aussi fondamental qu’il y paraît, il nous faut faire un saut en arrière, à la naissance de cette question. Le facteur g Avant Spearman, une bonne partie des psychologues scientifiques considéraient comme impensable de s’occuper de mesurer autre chose que la perception sensorielle (seuils de détection, vitesse de discrimination…). Le facteur g comme moyenne Conclusion

Le cerveau et la pensée (nouvelle édition 2014) Jean-François Dortier 23 janvier 2014 - 480 pages - ISBN : 9782361060466 Le présent ouvrage est une réédition revue et augmentée en 2014 du livre Le Cerveau et la Pensée, publié en 2012. Les sciences cognitives sont nées autour d’une grande ambition : expliquer les lois générales de la pensée. Longtemps polarisées autour d’un modèle unique de la pensée, elles se sont récemment enrichies de nouveaux modèles de la cognition et se sont diversifiées. Cet ouvrage présente l’histoire, les modèles, les disciplines et l’ensemble des débats qui animent la vie des sciences cognitives. Version numérique 19 € (pdf) 19 € (epub) présentation de l' auteur : Sous la direction de Jean-François Dortier Avec notamment les contributions de : au sommaire : Table Introduction Sciences cognitives/Histoire, modèles, disciplines Une histoire des sciences cognitives Les modèles Psychologie cognitive L’empire des neurosciences De l’intelligence artificielle à l’intelligence collective Les émotions Annexes

Structure du cerveau Sommaire Structure du cerveauLa mémoireLe sommeilLa fatigue Retour à Conseils pour la santé Le cerveau est la structure la plus complexe de l’univers. Sa cellule de base est la cellule nerveuse, ou neurone. Celle-ci se caractérise par l’existence de prolongements, dont les uns apportent des informations au neurone (les dendrites), alors que les autres communiquent les informations recueillies par le neurone (les axones). Si quelque jour, passant par le Berry, vous avez l’occasion de visiter la cathédrale St Etienne de Bourges, vous pourrez y observer la superposition de trois édifices successifs : une crypte ancienne d’une grande simplicité, surmontée d’un chœur roman aux voûtes encore incertaines ; enfin surmontant le tout et l’enveloppant de toutes parts, l’admirable église gothique avec ses 5 vaisseaux de lumière s’élançant vers le ciel. Au cours de l’évolution, des premiers vertébrés à l’homme, sont apparus 3 cerveaux superposés : Or le cerveau est un organe fragile : (J.M. (P. (R. 1.

Théorie des intelligences multiples La théorie des intelligences multiples suggère qu'il existe plusieurs types d'intelligence chez l'enfant d'âge scolaire et aussi, par extension, chez l'Homme. Cette théorie fut pour la première fois proposée par Howard Gardner en 1983. L'origine de la théorie Lorsque Howard Gardner publia son livre Frames of Mind: the Theory of Multiple Intelligence en 1983, il introduisit une nouvelle façon de comprendre l'intelligence des enfants en échec scolaire aux États-Unis. Intelligences multiples et polymathes Selon certains auteurs, l'existence de polymathes invalide cette théorie1. L'intelligence sociale Avec ses rapports L'état social de la France, Jean-François Chantaraud développe une autre forme d'intelligence : l'intelligence sociale est la capacité à réfléchir ensemble pour définir ensemble la notion existentielle de l'être ensemble, support à l'agir ensemble pour réussir ensemble dans la durée. Les diverses catégories d'intelligence pour Howard Gardner L’intelligence logico-mathématique 1.

Zoom sur... - Zoom sur... les intelligences multiples La théorie des Intelligences multiples d'Howard Gardner La notion d' « Intelligences multiples » a été proposée par un professeur de l'Université de Harvard, Howard Gardner, en 1983 dans son livre Frames of Minds : the Theory of Multiple Intelligence. Il suggère que chaque individu dispose de plusieurs types d'intelligences, pour lesquelles il a naturellement une plus ou moins grande compétence. Sa théorie a été reprise par de nombreux chercheurs et on distingue aujourd'hui huit principales formes d'intelligences : L'intelligence corporelle / kinesthésique C'est la capacité à utiliser son corps d'une manière fine et élaborée, à s'exprimer à travers le mouvement, à être habile avec les objets. L'utilisation de la théorie des Intelligences multiples ne vise pas, bien sûr, à classifier les individus selon un seul type d'intelligence et à les enfermer dans des catégories et exclusives. L'expérimentation à l'école maternelle des Hauldres Mise en œuvre L'exemple d'une séquence en grande section

Carte mentale : L'intelligence émotionnelle Je découvre aujourd’hui le site « Mind Map Art » et notamment la dernière carte mise en ligne par Nitya Wakhlu : L’intelligence émotionnelle. « Ma vision de l'école repose sur deux hypothèses : la première est que tout le monde n'a pas les mêmes capacités ni les mêmes intérêts, et que nous n'apprenons pas tous de la même façon. […] La seconde hypothèse est plus douloureuse : c'est qu'il est impossible aujourd'hui à quiconque d'appréhender le savoir dans son intégralité. » dit Gardner. Nous sommes bien tous intelligents, mais tous de manière très différente. Malheureusement, notre système scolaire fait encore la part trop belle à l'intelligence verbale linguistique et à l'intelligence logique mathématique... J’ai consacré une page du site Idées ASH aux Intelligences multiples, j’y présentais alors les huit intelligences définies par Howard Gardner, à savoir : confiance en soiempathieassertivitécongruencerésilienceautomotivation… Pour en savoir plus sur la carte de Nitya Wakhlu :

Related: