background preloader

Exclusif. République irréprochable, saison 5 : Sarko viole la Cour des comptes

Exclusif. République irréprochable, saison 5 : Sarko viole la Cour des comptes
« Une nomination sans précédent ». L’intitulé de la lettre de protestation du bureau de la très discrète association des magistrats et anciens magistrats de la Cour des comptes vaut son pesant de cacahuètes. Il s’agit en effet, d’une première dans l’histoire de l'institution de la rue Cambon. En charge des questions de défense au cabinet de Nicolas Sarkozy depuis 4 ans, après d'autres missions dans les divers cabinets ministériels, elle a été nommée Conseillère maître sur décret du Président, malgré l’avis défavorable que Didier Migaud, premier Président de la Cour, a signifié à l’Elysée : « Certes, cet avis n’est que consultatif mais les motifs qui ont conduit le Premier président, après avoir recueilli le point de vue du Procureur général et des huit présidents de chambre, à se prononcer contre la nomination de la personne en cause auraient dû être d’autant plus respectés qu’un tel avis défavorable revêt un caractère exceptionnel. » Cette nomination d’ami n’est pas une première. Related:  2007-2012 : ère Sarko

Un peu malade à Odessa, Pierre Sarkozy rapatrié aux frais de l'Etat Pierre Sarkozy cache son visage en sortant d’un hôpital d’Odessa, Ukraine, 25 janvier 2012 - Dumskaya.net via Reuters TV Pas facile la vie de DJ. Juste avant de mixer dans une soirée privée, en Ukraine, le fils aîné du président de la République Pierre Sarkozy (a.k.a. DJ Mosey) a été hospitalisé à Odessa en raison d’un malaise, la semaine dernière. L’information avait été abondamment reprise par les médias people, et même par des médias sérieux. Selon une porte-parole du maire de cette cité balnéaire de la mer Noire, citée par l’AFP dans une dépêche du mercredi 25 janvier : « Il ne se sent pas mal, sa vie n’est pas en danger. » Pierre Sarkozy, 26 ans, a tout de même été rapatrié à Paris le même jour dans un « petit avion ». Petit ? Finalement, c’est à 10h04 que le Falcon 50 (pas un coucou donc) de l’Etec (l’escadron chargé de transporter les ministres et le Président) décolle de Villacoublay. Après trois heures trente de vol, le Falcon se pose à Odessa.

Comment le président les a tués. Acte 3 : le grand cimetière de la droite - Le dossier de l'Obs Retrouvez l'intégralité du dossier "Sarkozy, le président flingueur" dans "le Nouvel Observateur" du 8 septembre 2011 C'est par un coup de fil de Claude Guéant que Dominique Paillé, ex-conseiller à l'Elysée, a appris qu'il était démis de ses fonctions à la tête de l'Office français de l'Immigration et de l'Intégration, une semaine avant que la nouvelle ne soit rendue publique jeudi 1er septembre. "Je dois te dire que tu ne seras pas reconduit", lui annonce le ministre de l'Intérieur. "Mais je n'avais pas besoin d'être reconduit puis que je suis en principe nommé pour trois ans", fait mine de s'étonner Paillé, nommé en janvier dernier. Gêné, Guéant précise alors : "C'est une décision venue d'en haut." "T'es avec moi ou contre moi ?" Le crime : rouler pour Borloo Mais ce n'est pas là la pire de ses fautes aux yeux de Nicolas Sarkozy. Idem pour Rama Yade. L'heure de sa disgrâce a sonné avec son refus de mener la liste d'Ile-de-France aux élections européennes en 2009. Coïncidence ?

Jacob et Copé ont-ils voulu blanchir les députés fraudeurs ? Christian Jacob et Jean-François Copé (Audrey Cerdan/Rue89). « C’est un suicide politique en direct ! » Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne, ne mâche pas ses mots à l’endroit de Christian Jacob et Jean-François Copé. Le nouveau président du groupe UMP à l’Assemblée et son prédécesseur ont tenté de s’opposer à l’incrimination de la fausse déclaration de patrimoine par un député. Pourquoi ont-ils pris le risque d’une légitime impopularité ? « Ça, je ne sais pas, il faut leur demander... » soupire l’élu souverainiste. Le fait est rare et le baptême particulièrement ardu pour Christian Jacob. Dans l’état actuel du droit, un député qui oublie de faire sa déclaration de patrimoine est sanctionné ; pas celui qui en fait une, mais fausse. Tollé dans les rangs de l’opposition, mais aussi de la majorité. « C’est d’une telle stupidité que c’est choquant » Le Nouveau Centre s’est dit partout scandalisé. « C’est politiquement maladroit et naturellement dévastateur. « Hallucinant !

FRANCE • Un système schizophrène, un peuple fatigué Depuis quatre ans, Sarkozy est accusé de pervertir l’esprit de la Ve République. Pour l’essayiste allemand Benjamin Korn, le président reste pourtant fidèle à l’héritage gaulliste. L’agitation en plus… L’histoire de France est riche en séismes politiques et révolutions sanglantes ; des rois ont été renversés, le clergé évincé, l’aristocratie désarçonnée ; la bourgeoisie a pris le pouvoir et maté le prolétariat rebelle ; rien n’est resté – rien, si ce n’est l’immuable socle du centralisme. Il y a ainsi eu, sous Louis XIV, l’Etat absolu qui attachait à la Cour tous les aspirants au pouvoir afin de les surveiller de très près. Il est possible en France de débattre de l’existence de Dieu, du pouvoir des sectes, de la violence à la télévision et du sexe sur Internet – de tout, sauf d’une chose : la fin nécessaire de la Ve République. Les pleins pouvoirs La trouvaille appartient au général de Gaulle. La république bananière Sarkozy a ses complexes. Ridicule ? Traîtres et transfuges Benjamin Korn

La nomination d'un conseiller de Sarkozy à l'hôpital Pompidou passe mal | Rue89 Présidentielle Philippe Juvin, conseiller santé du candidat Nicolas Sarkozy, eurodéputé, secrétaire national de l’UMP, maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), a été nommé chef des urgences de l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP). C’est peu de dire qu’il a bataillé pour décrocher ce poste. Dernier acte d’allégeance politique, sa défense héroïque du soldat Claude Guéant, « victime d’une chasse aux sorcières par ceux qui n’ont rien retenu des leçons de l’histoire » après sa déclaration sur les civilisations début février. « Heureusement qu’il a été obligé, pour cause de cumul des mandats, de lâcher son poste de vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine », fulmine la CGT dans un communiqué. L’actuel patron du service, le docteur Alain Davido, qui devait partir en retraite en novembre, a rapporté à l’AFP travailler « douze heures par jour ».

Comment le président les a tués. Acte 2 : les journalistes et les patrons - Le dossier de l'Obs (Lire l'intégralité du dossier "Sarkozy, le président flingueur" dans Le Nouvel Observateur du 8 septembre 2011). > Le zapping du président Alain Genestar s'apprête à lancer le quatorzième numéro de "Polka", ce bimestriel de photojournalisme qu'il a créé après son licenciement, en 2006, de "Paris Match". Le portfolio du Cartier-Bresson turc, Ara Güler, ou les saisissants clichés de Robert Clark sur le 11-Septembre ont ceci de reposant qu'ils ne lui vaudront pas l'ire de Nicolas Sarkozy. Pas comme "la" photo de "Match", publiée en août 2005, où l'infidèle Cécilia était shootée avec son amant, le publicitaire Richard Attias. Disgrâce présidentielle Avec Genestar, Sarkozy a fait un exemple. Impossible de jurer non plus que le président a "tué" Arlette Chabot, qui entretenait des relations tendues avec la rédaction de France Télévisions. Même chose pour Patrick Poivre d'Arvor, prêt à se draper dans la toge du martyr sarkozyste. Véronique Groussard – Le Nouvel Observateur > Des patrons remerciés

Tollé à Air France : un voyage quasi gratuit pour l'Ile Maurice pour l'ex PDG Gourgeon L'ancien directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon, sa femme et deux de leurs proches vont bénéficier de billets à tarifs préférentiels pour l'Ile Maurice, ce qui suscite un vif émoi au sein des personnels de la compagnie française soumis à des économies drastiques. «Nous avons appris que M. Gourgeon, sa femme Mireille allaient partir cette semaine à l'Ile-Maurice en bénéficiant de billets quasi gratuits, 24 euros avec une réservation confirmée en business. Ils partent accompagnés de deux de leurs proches qui bénéficient eux aussi d'un régime de faveur», a indiqué aujourd'hui une source syndicale sous couvert d'anonymat. Selon cette source, les proches de l'ancien dirigeant ont même reçu une approbation spéciale du nouveau patron d'AirFrance, Alexandre de Juniac, pour pouvoir voyager sur cette destination. «Il y a normalement un embargo sur les vols Maurice en cette période de l'année qui a été levé pour la famille Gourgeon», a-t-elle poursuivi. Des pilotes choqués et indignés

Comment le président les a tués. Acte 1 : les policiers et les juges - Le dossier de l'Obs (Lire l'intégralité du dossier "Sarkozy, le président flingueur" dans Le Nouvel Observateur du 8 septembre 2011). Acte 1 : les policiers et les juges > La valse des képis Saint-Lô, dans la Manche, janvier 2009. A deux ans de la retraite, le commissaire Philippe Bourgade est muté à l'Ecole nationale de la Police de Vannes (Morbihan). Un peu comme Dominique Rossi : pour avoir préféré laisser des militants nationalistes s'inviter pacifiquement chez l'acteur Christian Clavier, un ami du président, le coordinateur des forces de sécurité en Corse a été évincé du jour au lendemain. Exécution publique Ancien premier flic de France, Nicolas Sarkozy ne supporte pas qu'un policier lui manque. Le ministre organise l'exécution publique du "responsable", Jean-Pierre Havrin, policier réputé de gauche, chef de la police locale et adepte de la police de proximité. Olivier Toscer – Le Nouvel Observateur > Le procès des magistrats "Sarkozy me déteste. Exilé à Cayenne Stéphane Arteta – Le Nouvel Observateur

Ex-ministres et élus deviendront avocats sans passer l’examen Des membres du gouvernement Fillon arrivent à l’Elysée, le 4 janvier 2012 (Benoit Tessier/Reuters) Juste avant les élections, le gouvernement facilite la reconversion de ses futurs ex-ministres et des parlementaires. Ils pourront devenir avocats sans aucun examen, simplement au nom de leur expérience. Les polémiques suscitées par les cas de Jean-François Copé ou de Dominique de Villepin seraient-elles déjà oubliées ? Le décret paru ce mercredi au Journal officiel est d’apparence très technique, mais sa portée est en réalité très politique. la voie traditionnelle, celle des étudiants en droit, prévoit une formation et un examen pour décrocher le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (Capa) ; des dérogations sont prévues pour les professionnels du droit – magistrats, juristes, notaires, certains hauts fonctionnaires... –, qui peuvent être dispensés de la formation et de l’examen. « Naturel et logique », selon le ministère La réforme ne s’applique pourtant pas qu’aux parlementaires.

Un policier fait trembler l’Intérieur La France a peur d’un… gardien de la paix. C'est ainsi qu'en 2009, je me faisais l'écho du calvaire vécu par Philippe Pichon, un commandant de police que le ministère de l'Intérieur voulait expulser de ses effectifs, au motif qu'il avait osé dénoncer les dysfonctionnement du "système de traitement des infractions constatées" (STIC), ce méga-fichier policier qui, fichant plus de 5 millions de suspects, et plus de 28 millions de victimes -soit plus de la moitié de la population française- est par ailleurs truffé d'erreurs. Philippe Pichon est convoqué, ce 20 octobre, au tribunal administratif, qui va le juger sur le fond, et qui pourrait bien le révoquer, définitivement, et donc l'expulser de la police nationale. A qui profite le STIC ? William Bourdon, son avocat, parle même de "cri d'alarme" entraîné par le "refus de son supérieur hiérarchique de veiller à une stricte et légaliste utilisation du STIC". Une Justice très sélective Un fichier truffé d'erreurs

Le patron de la police serait intervenu pour éviter des poursuites à son fils Le Directeur général de la police nationale (DGPN) Frédéric Péchenard, serait intervenu en 2009 pour éviter des poursuites à l'encontre de son fils de 16 ans, interpellé à Paris pour état d'ivresse et outrage à agent. Révélation, ce jeudi, du Parisien. Le quotidien, qui publie des extraits de deux procès-verbaux et d'une note de service pour appuyer ses affirmations, souligne que la plainte déposée par un gardien de la paix parisien pour outrage à agent n'a engendré aucune poursuite judiciaire. Selon le Parisien, le fils du DGPN a été interpellé sur les Champs-Elysées pour conduite en état d'ivresse et outrage à agent, dans la nuit du 17 au 18 février 2009. «Tu fais qu'un métier de con, je vais te muter à la circulation» D'après un procès verbal publié par le Parisien, le fils de Frédéric Péchenard aurait notamment lancé au brigadier qui l'avait verbalisé pour conduite d'un scooter en état d'ivresse: «tu fais qu'un métier de con, je vais te muter à la circulation.» (Source AFP)

Related: