background preloader

Vaine stratégie française au Mali

Vaine stratégie française au Mali
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Olivier Roy, directeur d'études à l'EHESS Les buts de guerre officiels de la France au Mali sont de combattre le "terrorisme islamique" et rétablir l'intégrité territoriale du Mali. Le problème est de savoir quel est le rapport entre les deux : l'intégrité du Mali est-elle menacée par le "terrorisme islamique" ? Cela dépend bien sûr de ce que l'on appelle "terrorisme islamique", et l'on voit ici que l'on n'est pas sorti de la confusion sémantique et politique introduite par l'administration Bush lorsqu'elle a lancé le slogan de la "guerre contre le terrorisme" après le 11-Septembre. Sous le vocable de terrorisme islamique on met à peu près n'importe quoi : Al-Qaida bien sûr, mais aussi des partis qui sont avant tout nationalistes, comme le Hamas palestinien, des mouvements locaux voulant établir la charia, comme les talibans afghans ou l'Ansar Eddine malien, voire n'importe quelle communauté religieuse parlant de charia islamique.

nathalieguibert : L'opération Serval au #Mali... La France n'a pas à rougir de défendre ses intérêts au Mali LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Enseignant-chercheur à la faculté de droit de l'université McGill (Montréal) Dans ses voeux à la presse du 16 janvier, le président François Hollande insiste : "La France, elle libère. (...) Elle porte des valeurs. Elle n'a aucun intérêt au Mali. Ce discours est une exception française. Abdoulaye Babou, ex-président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale du Sénégal, croit qu'il s'ag it d' "une affaire d'intérêt national". Ce qui est une évidence pour le reste du monde - qu'il est dans l'intérêt des Européens, des Américains et des Africains d'empêcher "la mise en place d'une zone franche terroriste au coeur de l'Afrique", selon les termes de l'envoyé spécial de l'ONU pour le Sahel - ne l'est pas pour la France. Elle a conscience que l'on soupçonnera toujours l'ex-puissance coloniale d'être intéressée. La communication élyséenne est conçue pour prévenir ce type d'accusation.

La mission EUTM Mali retardée… par la Belgique | Bruxelles2 - Pale Moon Nicolas Gros-Verheyde / Sahel / Les hélicoptères belges AB 109 ne peuvent franchir le 17e parallèle. Un peu inutiles ? (crédit : ministère belge de la Défense) (BRUXELLES2) Même si la Belgique ne l’avait pas proposé officiellement, tout le monde comptait sur les hélicoptères belges pour assurer l’évacuation médicale lors de la mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM Mali). En attente d’une évaluation … Entre le ministre de la Défense, Pieter de Crem (CD&V, chrétien-démocrate flamand) et le Premier ministre, Elio de Crem (PS), on ne peut pas dire que l’ambiance soit au beau fixe. Blocage de fait de la mission La question est cependant plus qu’urgente. Une candidature de Pieter de Crem à l’OTAN qui trouble le jeu En coulisses, ce qui peut s’apparenter à un refus est dû à un mouvement d’humeur entre le ministre de la Défense, Pieter de Crem (*), qui est parti… un peu trop vite sur l’opération française et le Premier ministre, Elio di Rupo. Le message n’est pas passé inShare0

"Et si l'intervention au Mali ouvrait la porte des réformateurs en islam" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michel Rocard, ancien premier ministre Malgré la prise importante et spectaculaire de Tombouctou, l'événement essentiel de ces derniers jours au Mali n'est pas de nature militaire. Il est fait de deux déclarations. L'une est de Chérif Ousmane Haïdara, prédicateur célèbre et chef charismatique des "Partisans de la Religion" alias Ansar Eddine, légalisée en 1992, forte de près d'un million de membres au Sahel, dont la plupart au Mali, et totalement étrangère à son homonyme du même nom qui, liée à Al-Qaida au maghreb islamique (AQMI), occupe le nord du Mali. Dans cette déclaration on peut lire "AQMI, Ansar Eddine, Mujao : c'est pareil. L'autre, encore plus explicite, est de l'imam Mahmoud Dicko, Président du Haut Conseil Islamique du Mali. "Nous ne sommes pas d'accord avec cette interprétation, nous pensons que c'est le contraire. A ma connaissance ce sont les toutes premières déclarations d'autorités religieuses musulmanes sur ce sujet.

L'opération au Mali marque un périlleux retour aux conflits d'antan LE MONDE | • Mis à jour le | Par Bertrand Badie, professeur des universités à Sciences Po Paris Il était un temps où l'entreprise était simple et facilement identifiable : la guerre opposait deux ou plusieurs Etats qui étaient en compétition de puissance. Cet affrontement paroxystique entre Etats, dotés de diplomates et de soldats, d'institutions et de frontières, et d'une propension à négocier à un moment donné, est au centre de notre histoire européenne. Elle en est même fondatrice, c'est bien ainsi que se sont constituées la carte et même les règles de notre Europe moderne. Depuis quelques jours, on nous parle d'une "guerre au Mali" : en est-ce bien une si l'on fait preuve de rigueur ? Une chose est sûre : ces bandes ne constituent pas des Etats, n'ont pas de frontières, pas de territoire fixe, ni institutions, ni diplomates, ni soldats au sens classique ; elles n'ont même pas d'intérêt à négocier, tant leur survie est intimement liée à la pérennité des conflits.

Les positions changeantes de Nicolas Sarkozy sur l'intervention au Mali Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent et Jonathan Parienté "Que fait-on là-bas ? Sinon soutenir des putschistes et tenter de contrôler un territoire trois fois grand comme la France avec 4 000 hommes ? La règle, c'est qu'on ne va jamais dans un pays qui n'a pas de gouvernement." La charge est signée Nicolas Sarkozy ; elle est rapportée par l'hebdomadaire Valeurs actuelles. Elle est d'autant plus sévère qu'elle vient rompre une tradition républicaine, qui veut qu'on ne critique pas son successeur à la tête de l'Etat, surtout sur les questions internationales. Cette position sur la guerre au Mali apparaît comme extrêmement difficile à tenir. Mais au-delà de l'aspect purement politique, les propos même de Nicolas Sarkozy sont en contradiction avec ceux qu'ils pouvait tenir lorsqu'il était encore président de la République et donc, à ce titre, chef des armées. Des positions qui ne sont pas sans rappeler celle du président Hollande.

Hollande : l'opération militaire au Mali "n'a pas d'autre but que la lutte contre le terrorisme" Au lendemain du début de l'intervention des forces françaises sur le territoire malien, François Hollande a justifié sa décision, affirmant qu'elle "n'a pas d'autre but que la lutte contre le terrorisme" et qu'il a "toute confiance" dans la réussite de l'opération, baptisée "Serval". "La France ne défend aucun intérêt particulier", a--t-il déclaré. Le chef de l'Etat a souligné que les moyens militaires déployés doivent être limités au soutien de l'intervention africaine au Mali, qui doit prendre forme en début de semaine. Il s'est félicité que "l'action de la France soit saluée par l'ensemble de la communauté internationale et les pays africains". M. Sur le terrain des opérations, le gouvernement a confirmé la mort d'un soldat français, mortellement blessé lors d'un raid d'hélicoptère"contre une colonne terroriste" se dirigeant vers deux villes de la partie sud du Mali, Mopti et Sévaré, après la prise de Konna. >> Lire aussi L'inquiétude des familles d'otages au Mali

Mali : le choix raisonné de la France LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-François Bayart, directeur de recherche au CNRS La France se trouve à nouveau engagée dans une opération militaire en Afrique. Cette répétition ne doit pas tromper. Elle est porteuse de différence par rapport à la plupart des interventions précédentes. Elle ne vise pas à départager les protagonistes de la vie politique locale en prenant le parti de l'un d'entre eux, comme avaient cru devoir le faire Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy en Côte d'Ivoire ou, de manière encore plus contestable, au Tchad, en 2008, en couvrant militairement la liquidation physique de l'opposition démocratique par le président Idriss Déby. François Hollande reste fidèle à la ligne que Lionel Jospin avait adoptée. Celui-ci s'était abstenu d'épauler quelque camp que ce soit lors de la reprise de la guerre civile au Congo-Brazzaville en 1997 ou du coup d'Etat de 1999 en Côte d'Ivoire. Le plus difficile est à venir. Politiquement, le défi est plus redoutable encore.

La lettre du président malien, base légale de l'intervention française LE MONDE | • Mis à jour le | Par Natalie Nougayrède Sur quelle base juridique la France est-elle intervenue militairement au Mali ? Tout repose sur la lettre adressée à l'Elysée, le 10 janvier, par le président du Mali, Dioncounda Traoré, appelant la France à l'aide face à l'avancée des groupes armés du Nord. François Hollande se trouve, sur le dossier malien, en contradiction avec la doctrine qu'il avait énoncée lors d'un discours de politique étrangère, le 27 août 2012. L'intervention française au Mali s'écarte de ce principe. La "légitime défense", parfois invoquée dans des commentaires, n'est pas non plus opérante. La lettre du président Traoré constitue la seule base légale. Washington exclut, pour cette raison, de fournir la moindre aide directe à l'armée malienne. La légalité de l'intervention française au Mali n'a pas été sans confusion. Celle-ci découle de la lettre du président malien.

Mali : une intervention sans doute nécessaire, pas nécessairement juste LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Jacques Roche Attendre de la classe politique française qu'elle ouvre le débat sur l'opportunité de l'intervention au Mali est illusoire. Malgré quelques inévitables escarmouches politiciennes, le réflexe en pareilles circonstances est l'union sacrée, comme en témoignèrent les 523 députés (sur 566) qui approuvèrent, le 16 janvier 1991, l'utilisation de la force pour libérer le Koweït. Même la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui a complété l'article 35 de la Constitution en instituant une procédure d'information et de contrôle du Parlement sur les opérations extérieures (OPEX), n'a guère changé les pratiques puisque le 12 juillet 2011, seuls 27 députés sur 509 votants se sont opposés à l'opération "Harmattan" en Libye. La guerre, dans la culture politique française, reste dans le domaine réservé de l'Elysée, protégé en la matière des "miasmes des polémiques intérieures", selon l'expression si peu démocratique de Roland Dumas.

Mali : la France peut-elle partir ? LE MONDE GEO ET POLITIQUE | • Mis à jour le | Par Alexandra Geneste ((à New York)) et Nathalie Guibert La situation du Mali est des plus précaires, souligne le rapport remis au Conseil de sécurité par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, mardi 26 mars. Ce document présente les options pour la mise en place d'une force de stabilisation du pays. Où en est la situation sécuritaire ? Ban Ki-moon recense plus de 260 000 déplacés dans le pays depuis sa partition de facto proclamée par les Touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) en avril 2012. Quand les forces françaises engagées dans l'opération "Serval" vont-elles quitter le Mali ? Engagées depuis le 11 janvier, date à laquelle elles ont arrêté la progression des groupes djihadistes qui avaient pris la ville de Konna, au centre du pays, les forces françaises ont progressé jusqu'au nord dans le but de "permettre au Mali de recouvrer l'intégralité de sa souveraineté". L'armée malienne peut-elle sécuriser le pays ?

Related: