background preloader

SPILF - Infectiologie - Accueil

SPILF - Infectiologie - Accueil

http://www.infectiologie.com/site/index.php

Related:  UE 2.5 PROCESSUS INFLAMMATOIRES ET INFECTIEUX

PHYSIOPATHOLOGIE DE L’INFECTION VIRALE Au cours d'une infection virale, le virus se multiplie tandis que l'organisme résiste ... Cette situation conflictuelle génère chez l'hôte des réactions, des lésions et des dysfonctionnements cellulaires responsables de la maladie. L'analyse physiopathologique de ces états implique donc la connaissance des deux acteurs : l'agent infectieux avec ses effets pathogènes et l'hôte avec ses réactions. L'agent infectieux : le virus Les virus s'introduisent dans l'organisme, s'y disséminent, s'y multiplient et s'en échappent. a) le réservoir de virus Notions d'hygiène hospitalière A. Définitions généralesB. Fréquence : distinguer les études par incidenceC. CoûtD. Germes en cause* * * Classification des agents contaminants - bactéries* * * Classification des virusE. Evolution historiqueF.

Les infections nosocomiales : questions réponses Qu’est ce qu’une infection nosocomiale ? Les infections nosocomiales sont les infections contractées au cours d’un séjour dans un établissement de santé (hôpital, clinique…). Elle est aussi appelée infection associée aux soins. Ceci veut dire que ces infections sont absentes au moment de l’admission du patient dans l’établissement. Antisèches de consultation en médecine générale Combien de dents possède un enfant de 2 ans? La pointue, là en haut à droite, c’est la N° combien déjà? Les prémolaires, c’est où? Ces quelques précisions ne vont pas changer grand chose à la prise en charge des patients, mais peuvent être utiles pour rassurer les parents et communiquer entre soignants.

IST_Société Française de Dermatologie Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement Transmissibles Le groupe "IST et SIDA" de la SFD vient de publier les "Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement Ttransmissibles" 2016 Sommaire Inflammation; - Notre Expérience En Micro-Immunothérapie - Nous reprenons ici quelques extraits d’un article de la pharmacienne Mme Béatrice Lejeune sur la contribution de la Micro-Immunothérapie dans le traitement de l’arthrose, publié dans la revue trimestrielle des professionnels de la santé de l’Association Espagnole de Micro-Immunothérapie « Nuevo Contact » (nº 7 – Automne 2011). Schéma d’évolution de l’arthrose : Schéma d’évolution de l’arthrose. « Le propre de l’être humain, outre son habileté à penser, est de pouvoir se mouvoir dans l’espace. Nos bras, nos jambes, notre tête, tout peut être bougé par notre seule volonté.Les piliers de soutènement de nos mouvements sont nos articulations, jonctions entre deux ou plusieurs os. Ces articulations sont faites de très nombreux composants : musculaires, ligamenteux, mais également d’une capsule articulaire qui protège le cœur de notre articulation : le cartilage qui recouvre la terminaison osseuse.

DESINFECTION B. Désinfection - Antiseptiques - Désinfectants 1. La désinfection - généralités Une désinfection est un procédé dont l'objectif est bien défini : elle est dirigée et vise à supprimer le danger lié à la présence de certains micro-organismes. Son but est de réduire le nombre de micro-organismes à un niveau tel que le risque de transmission d'une infection puisse être éliminé dans une application particulière.

Certificats scolaires Mon attention a été attirée à diverses reprises sur les circonstances de demandes de certificats médicaux à fournir aux chefs d'établissement et aux directeurs d'école. C'est pourquoi je souhaite rappeler la conduite à tenir dans les différentes circonstances où ces pratiques ont été maintenues jusqu'à présent. L'entrée à l'école maternelle Conformément à l'article L.113-1 du code de l'Éducation, « tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l'âge de trois ans, dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande ». ECN Pilly2016 - Accueil - spilf - infectiologie Les questions et commentaires doivent être adressées exclusivement à ecnpilly@infectiologie.com Les documents sont ceux de l'ouvrage ECN.PILLY 2016 (les items mis à jour depuis l'impression de l'ouvrage sont suivis de l'icone Il s'agit de documents protégés ne permettant ni la copie de texte, ni l'impression. Ils peuvent être consultés sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone par un logiciel lisant les fichiers pdf (par exemple acrobat reader). UE6 N°156 Tétanos UE6 N°157 Infections urinaires de l'adulte (dont les particularités au cours de la grossesse)

Tuberculose Dossier réalisé en collaboration avec Camille Locht, microbiologiste et directeur du Centre d’Infection et Immunité de Lille (Unité Inserm 1019) à l’Institut Pasteur de Lille - Janvier 2011. Il faut attendre 1882 pour que le germe responsable de cette maladie soit identifié par le médecin allemand Robert Koch : il s’agit d’un bacille tuberculeux de la famille des mycobactéries, Mycobacterium tuberculosis, mais que l’on désigne souvent par le nom de son découvreur, le bacille de Koch. © PFMU, Imagopole, Institut Pasteur

Antibiotiques : une arme en péril Grâce au système belge de sécurité sociale, la plus grande partie de vos frais médicaux vous sont remboursés par votre mutualité. Seuls les tickets modérateurs (montant qui reste à charge du patient, après l'intervention de l'assurance maladie) et les suppléments éventuels restent à votre charge. Le système du maximum à facturer (MAF), mis en place par le gouvernement il y a quelques années, complète encore cette protection puisqu'il vous garantit de ne pas dépenser plus d'une certaine somme pour vos soins de santé (on parle ici de soins remboursables et nécessaires). Seuls les tickets modérateurs que vous avez réellement payés sont pris en compte dans le système de calcul du MAF. Les suppléments éventuellement réclamés par les prestataires de soins n'entrent donc pas en considération. Pour bénéficier du MAF, vous n'avez aucune démarche à entreprendre.

Le certificat médical d'aptitude au sport , les contre indications médicales à la pratique sportive Il est démontré que la pratique régulière de l’exercice physique : contribue à la prévention de nombreuse maladies chroniques (maladies cardiovasculaires ; cancer du sein et du côlon ; maladies ostéoarticulaires et dégénératives ; obésité) et au traitement (comme adjuvant) de certaines pathologies (maladies neurologiques (sclérose en plaques, hémiplégie, Alzheimer...) ; dépression ; maladies rhumatismales (maladies inflammatoires, arthrose…) ; hypertension artérielle ; diabète ; obésité). est un traitement à part entière de certaines affections chroniques invalidantes (l’insuffisance respiratoire chronique par la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ; les maladies cardiovasculaires ischémiques ; les pathologies métaboliques comme le diabète de type 2) En outre, l’exercice physique est un déterminant essentiel de la dépense énergétique et est donc fondamental pour l’équilibre énergétique et le contrôle du poids.

Evictions scolaires Les réponses à ces questions de pratique courante évoluent avec les connaissances médicales et les avancées thérapeutiques, qu’elles soient curatives ou préventives. C’est pourquoi le Conseil supérieur d’hygiène publique de France (CSHPF) vient d’élaborer un nouveau guide destiné aux médecins traitants et aux médecins des collectivités d’enfants qui doivent, avec les directeurs de ces collectivités, prendre les mesures en cas de maladies transmissibles. Il est composé de 42 fiches, une par pathologie. Pour chacune de ces maladies transmissibles, l’intérêt et la durée de l’éviction nécessaires pour réduire la transmission à la collectivité sont indiquées, ainsi que les mesures de prévention. En revanche, les attitudes thérapeutiques concernant la santé de l’individu sont laissées au jugement des médecins traitants.

Related: