background preloader

Géopolitique de l'Arctique: jeux de puissances. Comprendre

Géopolitique de l'Arctique: jeux de puissances. Comprendre
L’OCEAN Arctique a tenu un rôle non négligeable durant la Seconde Guerre mondiale. Puis, il a été oublié durant les rapports Est-Ouest, alors qu’il représentait un théâtre clé de la dissuasion nucléaire : en effet, les sous-marins nucléaires atomiques, porteurs de l’apocalypse, se tapissaient sous la banquise. On a retrouvé l’Arctique dans les années 2000, au point qu’il connut son époque de gloire vers 2007-2009. Où en est-on aujourd’hui ? La période d’euphorie On pourrait presque dater la période de grande curiosité que suscita l’Arctique, à la fois dans les médias et dans les opinions publiques européennes : les années 2007-2009, tant le retentissement de certains événements était grand. L’intérêt pour le bassin arctique était à son apogée. Réévaluation drastique Cette période d’euphorie doit être recadrée. Pour une raison simple : la géographie a vite repris ses droits. Cela est d’autant plus prévisible que les rapports de force interétatiques seront la règle. Retour de la géopolitique . Related:  Arctiqueemiliekochert2nde Geo Mondes arctiques

Arctique: les intérêts divergent, le Canada s’affirme Le premier ministre Harper se rend dans le Nord chaque année depuis sept ans (Photo: Ministère de la Défense nationale) Alors que le réchauffement climatique s’accélère aux quatre coins de la planète, la fonte progressive de la Banquise devrait ouvrir les routes maritimes dans les années à venir. Face à la recrudescence des intérêts au cœur de l’océan Arctique, l’Observatoire de la Politique et la Sécurité de l’Arctique (OPSA), représenté par Stéphane Roussel, professeur à l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP), organisait, ce jeudi, un séminaire intitulé « Arctique : Regards croisés Canada – Espagne ». «C’est une problématique importante», assure Stéphane Roussel, ce jeudi. Pour cela, le professeur Roussel s’appuie sur le Conseil Arctique, créé en 1996 à Ottawa. Cette organisation de coopération internationale réunit huit membres permanents (Canada, Etats-Unis, Finlande, Russie, Norvège, Islande, Danemark, Suède), en plus de six communautés arctiques indigènes. A lire aussi:

Le tramway qui divise des communes riches et pauvres de l’est du 93 Calicots anti tramway à Livry-Gargan (DR) T4, une lettre et un chiffre qui cristallisent toutes les passions dans l'est de la Seine-Saint-Denis. Ce projet de tramway, moins médiatisé que le Grand Paris express, le super métro attendu en Ile-de-France, est cœur d'une bagarre qui agite depuis sept ans les communes de Clichy-sous-Bois, Montfermeil d'un côté, et Livry-Gargan et Pavillons-sous-Bois de l'autre. Sur les bords de la route nationale à l'entrée de Livry-Gargan, des panneaux annoncent déjà « Non au tracé 4 », du nom du parcours prévu du futur tramway à l'intérieur de la commune. Sortir les habitants de leur isolement L'enjeu de ce projet porté par la Région est de désenclaver les communes de Clichy et Montfermeil et particulièrement le Plateau, quartier populaire éloigné de toute infrastructure de transport. "Peur des voitures qui brûlent" M. Sylvia Zappi Cette entrée a été publiée dans Non classé.

Exploitation des ressources : pour un développement durable - L'Arctique, un nouvel Eldorado ? Modes de vie traditionnels et exploitation des ressources Dans les régions de prospection et d’exploitation des hydrocarbures, les intérêts économiques s’opposent le plus souvent à la protection de la faune locale, notamment le caribou et l’ours blanc. Chasse à l'ours polaire sur la banquise du golfe de Boothia (Nunavut, archipel arctique canadien). Agrandir l'image Les populations autochtones sont de plus en plus partagées sur ce sujet et des divergences se font jour autour de plusieurs projets, dont celui de la "zone 1002", située au nord du "Refuge national de la vie sauvage arctique" (ANWR créé en 1980). En Alaska, la loi de protection environnementale permet d’exploiter la partie littorale riche en pétrole dénommée zone 1002. « Elle appartient depuis 1971 à la communauté inupiate de Kaktovik et à l’Arctic Slope Regional Corporation, une coopérative à but lucratif détenue par les Inupiats du North Slope. Autre espèce menacée, l’ours blanc Le tourisme Une population autochtone vulnérable

GÉOPOLITIQUE DE L’ARCTIQUE - Under The Pole L’Arctique tel qu’il est défini par le cercle polaire comprend huit Etats : La Norvège, le Danemark (de par son lien avec le Groenland), la Suède, la Finlande, l’Islande, la Russie, les Etats-Unis d’Amérique et le Canada. Cinq d’entre eux ont un accès côtier à l’Océan Arctique, sur lequel ils se disputent actuellement la souveraineté, poussés entre autres par les intérêts économiques que représentent les ressources minières des plateaux océaniques et les nouvelles routes maritimes qui s’ouvrent peu à peu avec le réchauffement climatique. La coopération internationale dans le domaine l’arctique n’a commencé à progresser qu’assez récemment, notamment après un discours prononcé en 1987 par le secrétaire général de l’Union soviétique de l’époque, Mikhaïl Gorbatchev, dans lequel il souhaitait la création d’une vraie « zone de paix et de coopération fructueuse » entre les États de l’Arctique. Les membres permanents du Conseil arctique sont les huit Etats arctiques.

Diploweb.com, revue geopolitique, articles, cartes, relations internationales ARTE - Le dessous des cartes Ours blancs au pays de l'or noir LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Caramel Les ours polaires seront-ils les premiers réfugiés climatiques à trouver une terre d'asile ? Le département américain des affaires intérieures chargé de la protection de la nature a proposé jeudi 22 octobre de leur octroyer un territoire de 200 000 miles carrés au nord de l'Alaska. Soit environ 514 000 km2, l'équivalent d'une petite France composée des espaces qu'affectionne particulièrement ce mammifère en voie d'extinction pour se nourrir et se reproduire : de la banquise, un cordon d'îles et des terres inhabitées sur le continent. Si la proposition est entérinée, cette réserve deviendrait le plus grand espace jamais consacré à la protection d'une espèce aux Etats-Unis. "La fonte de la banquise due au réchauffement climatique est la principale menace qui pèse sur les ours polaires. Que restera-il alors du royaume de l'ours blanc ? Le projet du département américain des affaires intérieures n'est pas pour autant un conte de fées.

L'Arctique : Les enjeux géopolitiques Natalie Mychajlyszyn Division des affaires internationales du commerce et des finances Le 24 octobre 2008 PDF (317 Ko, 6 pages) Avertissement Table des matières Les enjeux géopolitique qui caractérisent la région de l’Arctique sont véritablement de nature circumpolaire et mettent en évidence les intérêts concurrents et complémentaires des huit États qui bordent l’océan Arctique : le Canada, le Danemark (Groenland), les États-Unis, la Finlande, l’Islande, la Norvège, la Russie et la Suède. Caractéristiques générales de la géopolitique de l’Arctique La dynamique géopolitique de l’Arctique est de nature changeante et dépend de différents facteurs. Statut secondaire historique Contrairement à d’autres territoires et continents, l’Arctique n’a pas fait l’objet de conquêtes territoriales brutales ou de concurrence féroce. Géopolitique contemporaine Différends relatifs à la souveraineté Différends en suspens entre les États de la région de l’Arctique circumpolaire (1) Un profil accentué pour l’Arctique

Après une série noire, Shell renonce à forer en Arctique cette année Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La série d'incidents et de défaillances techniques aura finalement eu raison de la quête de l'or noir : le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a annoncé, mercredi 27 février, qu'il renonçait à faire des forages dans l'océan arctique en 2013. "Shell va faire une pause dans ses activités de forages d'exploration dans les mers de Beaufort et des Tchouktches en Alaska", indique le groupe dans un communiqué publié sur le site Internet de sa filiale américaine. Shell a procédé à ses premiers forages l'été dernier sur deux puits en mer de Beaufort et en mer des Tchouktches, au large des côtes nord de l'Alaska. Deux mois plus tard, une plateforme de secours, l'Artic-Challenger, dotée d'un "dôme d'endiguement" censé éviter tout risque de marée noire, avait été endommagée lors d'un test d'homologation. Lire : Un navire de forage de Shell s'échoue en Alaska et La plate-forme pétrolière de Shell en sécurité dans une baie d'Alaska

Mali: comment informer face au "black out" militaire ? Michel Polacco, Régis Le Sommier, Jean-Pierre Perrin, Isabelle Lasserre © Radio France L'armée française mène en ce moment des opérations au Mali pour aider l'armée malienne à reprendre le nord du pays aux djihadistes. Des journalistes sont présents sur place mais ils ont beaucoup de mal à obtenir des informations. Il existe très peu de journalistes "embedded" et les relations armée-journalistes ne sont pas toujours empreintes de confiance. Pour évoquer ce sujet : - Isabelle Lasserre, journaliste au Figaro, responsable des questions de défense et de stratégie - Jean-Pierre Perrin, co-chef du service international de Libération - Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris Match - Michel Polacco, journaliste, spécialiste aéronautique-espace-défense et secrétaire général de l'Information de Radio France Le regard d'Isabelle Veyrat-Masson, historienne et sociologue des médias : Et, comme chaque semaine, la chronique multimédia d'Eric Chaverou. Ainsi que le clin d'oeil de Yassine Bouzar :

Alaska : du pétrole dans un parc naturel L'Alaska est un immense territoire, grand comme une fois et demie la France. Avec une densité de 0,43 hab/km2, il reste sous peuplé. Cette périphérie arctique n'a n'attiré l'attention de l'Etat fédéral que depuis la Seconde Guerre mondiale en raison de sa position stratégique face au Japon. La guerre froide conforte ce rôle face à l'URSS. En 1968, des gisements de gaz et de pétrole sont découverts à Prudhoe Bay, au centre de la côte septentrionale du territoire, dans une région appelée le « North Slope ». Depuis sa mise en service, l'oléoduc a conduit 15 milliards de barils transportés dans plus de 20 000 navires ! La zone pétrolifère de Prudhoe Bay est la plus importante, elle représente environ la moitié de la production de l'Etat et 8 % de la production totale américaine mais elle n'est plus aussi florissante que dans les premières décennies. Claude Robinot

Related: