background preloader

Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord

Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord
562 042 lectures / 242 commentaires14 décembre 2007 ; révision : 30 mai 2014, 16 h 44 Déchets récupérés en septembre 2007© Oceanographic Research Vessel Alguita Dans le Nord-est du pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans sont acheminés par les courants marins vers un nouveau "continent"[1] boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de km² ! En 1997, le capitaine Charles Moore a été le premier à découvrir cette zone improbable de l'océan Pacifique où les déchets plastiques flottants s'accumulent. Ainsi, selon Chris Parry, chef de programme d'éducation du public, de la California Coastal Commission de San Francisco, depuis plus de 50 ans, les déchets tourbillonneraient sous l'effet du gyre[2] subtropical du Pacifique Nord (North Pacific Gyre) et s'accumulent dans cette zone peu connue : peu de routes commerciales et peu de bateaux de pêches l'empruntent. Un "continent" de déchets mortels Sources Notes

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1471_continent_dechets_pacifique_nord.php#openavert

Related:  Pollution de l'eau et des solsDéchets plastiquescontinent de plastiquedéchets plastiquesLe plastique dans les océans, le 7ème continent.

Ecotoxicologie.fr Comme nous l’avons vu dans la page "Notions essentielles", un polluant est une substance naturelle ou artificielle que l'homme a introduite dans un milieu où elle était absente (ou présente en quantité différente). Toute substance ou tout produit est donc potentiellement un polluant. D’ailleurs, comme l’a dit avec raison Paracelse, célèbre médecin et alchimiste suisse du XVème siècle, « rien n’est poison, tout est poison, seule la dose fait le poison ».

Pacifique, Greenpeace a découvert une île de déchets grande comme la France L'organisation écologiste Greenpeace a découvert, au milieu du Pacifique, une île de déchets, poussés par les courants et regroupés sur une surface grande comme la France entre Hawaï et la Californie. Modification : selon l'un de nos lecteurs assidus, la paternité de cette découverte ne revient pars à Greenpeace (voir en fin d'article). La découverte de cette île de déchets flottants d’un peu plus de 600 000 km2, illustre une nouvelle fois la pollution des océans qui, faute d'autorité compétente, qui est trop souvent négligée. En novembre 2006, lors d’une expédition dans le Pacifique, Greenpeace a découvert entre Hawaii et la Californie, une vaste plaque de déchets de plusieurs millions de tonnes, formant une île plus grande que la France juste à proximité de la plus grande réserve marine au monde. La plaque de déchet du Pacifique, est la manifestation d’un phénomène qui touche l’ensemble des océans de la planète, formant une des plus grande menace sur les écosystèmes marins.

EM - Le CNES embarque pour le septieme continent Nous sommes aujourd'hui familiarisés avec le concept de réchauffement climatique et ses effets : fonte de la banquise, élévation du niveau de la mer… Mais peu de personnes ont entendu parler des « îles plastiques », ces déchets de toute sorte rassemblés par les courants océaniques dans certaines zones des océans du globe plus ou moins définies. Charles Moore et Patrick Deixonne, 2 navigateurs soucieux de la planète. Crédits : P. Deixonne. Le CNES s’implique dans l’expédition « 7ème continent » par le biais du projet Argonautica. L'aventure, dont le départ est prévu le 20 mai prochain amènera Patrick Deixonne et ses co-équipiers à la rencontre de la « soupe plastique », ou Great Pacific Garbage Patch comme on l’appelle, au Nord-Est de l’océan Pacifique.

Le 7ème continent : un monstre de plastique L'expédition “7ème Continent“ A bord d'un catamaran de 18 mètres, une équipe de chercheurs a mis le cap sur ce 7ème continent de plastique à deux reprises, en mai 2013, puis en mai 2014. Ils viennent tout juste de rentrer de cette dernière expédition. Le "7e continent de plastique" : ces tourbillons de déchets dans les océans Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Le "7e continent de plastique". On le décrit comme une immense plaque de déchets évoluant dans le nord de l'océan Pacifique, de la taille d'un tiers des Etats-Unis ou de six fois la France. Aussitôt se forme à l'esprit l'image d'un gigantesque amas compact de sacs plastiques, bouteilles, filets et autres bidons... En réalité, ce phénomène, qui effraye et fascine à la fois, ressemble plus à une "soupe de plastique" constituée de quelques macro déchets éparses, mais surtout d'une myriade de petits fragments.

Nombre de décès dus à la pollution de l'eau dans le monde 40%Cause environnementale. Une étude de la revue Human Ecology menée en 2007 le démontre : 40% des décès dans le monde résultent de différents facteurs environnementaux, notamment les polluants chimiques, le tabac et la malnutrition. 1,3 million 1,3 million de personnes perdent la vie dans un accident de la circulation, dont 90% dans les pays en développement 226 000 Il y a environ 226 000 centenaires dans le monde en 2010. En 2050, ce nombre pourrait être multiplié par 20 Pétition 1 MILLION DE CLICS POUR SAUVER LA MÉDITERRANÉE L'Expédition MED 2010 / 2013 est une grande campagne scientifique et environnementale en Méditerranée, qui mobilise une équipe de chercheurs issus d'une dizaine de laboratoires universitaires européens. Inédit en France et en Europe, ce programme de recherche met en lumière un phénomène alarmant, la présence d'une pollution quasi invisible, susceptible de rentrer dans notre chaine alimentaire : les microfragments de plastiques. La première série d'analyses des échantillons réalisée par l'IFREMER et l'université de Liège, estiment qu'environ 250 MILLIARDS de microfragments de plastiques contaminent la Méditerranée en surface. La mer Méditerranée est-elle en train de devenir une "soupe de plastique" ingérée par les poissons et même le plancton, base de toute la chaîne alimentaire ?

269 000 tonnes de déchets plastiques flottent sur les océans Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir Les océans, qui couvrent 70 % de la surface de la planète, sont un immense dépotoir à ciel ouvert, où s'accumulent les déchets plastique de l'humanité. C'est le sombre tableau que brosse, dans la revue PLOS ONE (Public Library of Science) du 10 décembre, une vaste étude internationale (Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Chili, France, Afrique du Sud et Australie). Elle livre, pour la première fois, une évaluation globale de la pollution de la surface de l'ensemble des mers par ces détritus. Les chiffres sont vertigineux : 269 000 tonnes constituées de plus de 5 mille milliards de particules de toutes tailles. Encore les auteurs soulignent-ils que leurs estimations sont « très prudentes » et peuvent être considérées comme un « minimum ».

Plastiques, pétrole ... Les Océans agonisent sous les déchets. Page 2 de 3 Océans, la pollution invisible est la plus grave Bien moins médiatisée que les marées noires, la pollution chimique insidieuse est pourtant la plus dangereuse car elle est permanente et massive. Les scientifiques l’affirment, la pire pollution pour la mer est celle causée par les déchets chimiques de l’industrie et des activités humaines, notamment l’agriculture.

Pollution: tout savoir sur les continents de plastique Cette vidéo intitulée « Des îles de déchets », et issue d’un reportage de l’émission Le dessous des cartes sur arte, illustre et explique très bien le phénomène d’amas de plastique dans les océans du monde. Cliquer sur la photo pour agrandir Découvrez le cas de la Méditerranée et plus de visuels à ce sujet sur envi2bio ! Qu’est-ce que c’est? Ce sont des zones immenses, en pleine mer, composées d’éléments de plastique flottant en dessous de la surface de l’eau et jusqu’à 30 m de profondeur! Attention cependant, l’image et le terme de continent n’est pas adéquat mais permet de sensibiliser au maximum les personnes à ce problème de pollution indétectable par images satellites.

Magnétiser le pétrole pour lutter contre les marées noires Ce Lockheed C-130 Hercules de l'armée des États-Unis largue des dispersants sur du pétrole libéré lors de la catastrophe de la plateforme Deepwater Horizon, en 2011. La méthode n'est pas très écologique même si elle constitue un moindre mal en comparaison d'une marée noire. © Adrian Cadiz, Wikimedia Commons, DP Magnétiser le pétrole pour lutter contre les marées noires - 2 Photos D’ordinaire, Arden Warner s’occupe de la physique des accélérateurs, c’est-à-dire des problèmes rencontrés lorsque des paquets de particules sont accélérés afin de former des faisceaux stables destinés à entrer en collision. Il est membre du Fermilab et son travail a donc eu des répercussions sur la chasse aux particules supersymétriques et au fameux boson de Brout-Englert-Higgs avec le Tevatron. Voici quatre ans, tandis que sa femme lui demandait s’il n’y avait pas un moyen efficace de lutter contre la marée noire causée par l’explosion de Deepwater Horizon, le chercheur eut une idée lumineuse.

L’expédition 7e continent confirme : l’océan est une soupe de plastique L'expédition 7e continent souhaitait rapporter des preuves visuelles de la pollution au plastique des océans, en voici une. Il n'existe pas à proprement parler de continent de plastique, mais les gyres accumulent et dégradent les macrodéchets. On peut observer dix macrodéchets défiler toutes les heures, sur seulement 150 m de long. © Soizic Lardeux, OSL L’expédition 7e continent confirme : l’océan est une soupe de plastique - 5 Photos On estime que 26 millions de tonnes de plastique, soit un dixième de la production totale, finissent dans les océans. Le matériau est dégradé et emporté loin des côtes, dans les grands tourbillons océaniques.

Un étudiant de 19 ans a trouvé une solution pour «nettoyer» les océans Recevez nos newsletters : Pour intercepter et extraire les objets en plastique qui polluent les océans, ce jeune Hollandais propose la conception d’un «entonnoir géant». Son projet, qui a gagné plusieurs prix, nécessite de trouver 2 millions de dollars. Certains s’en plaignent lorsqu’ils se baignent durant les vacances d’été, d’autres décident de prendre les choses en main. C’est le cas de ce jeune étudiant hollandais de 19 ans.

La pollution au plastique concerne 88% de la surface des océans (heureusement, il y a de l’espoir…) Le chiffre est catastrophique, et ne concerne QUE le plastique! Ajoutez à cela les hydrocarbures, la radioactivité, les restes médicamenteux.. L’océan n’est plus qu’une poubelle, mais pour le plastique, il reste quand même un espoir, un espoir pas tellement grand, mais il est là, la récupération des déchets pour les réutiliser: « l’océan plastic » dont nous parlons dans la seconde partie de l’article.

Related: