background preloader

« Nous franchissons le mur du temps »

« Nous franchissons le mur du temps »
Thierry GaudinChiclayo (Pérou), 2012, cliché DL Entretien avec Thierry Gaudin, 1er février 2013 Pour le prospectiviste Thierry Gaudin, nous vivons une révolution cognitive. Nous sommes en train de franchir « le mur du temps ». Dominique Lacroix : L’Université de la Singularité est en train de recruter sa troisième promotion, 80 étudiants-entrepreneurs qui, pendant 10 semaines cet été en Californie, étudieront la civilisation censée advenir à partir de la « singularité », vers 2045, moment, imaginé par extrapolation, où l’on saurait produire « un supercalculateur plus intelligent qu’un humain ». Évolution de la puissance de calcul. Cette initiative de Raymond Kurzweil, héraut du transhumanisme, a pour principaux sponsors Google et la Nasa. Thierry Gaudin : La démarche des transhumanistes consiste à prêter à la technique des vertus mythiques. Le transhumanisme est un nouveau rêve d’ordre et de réforme de l’humain. Il s’agit fondamentalement d’une perspective inhumaine. Related:  Temps et Criseà trierAccélération ou Ralentissement ?

TEDxParis - Mathieu BAUDIN - Les conspirateurs positifs | Macrophone Temps et Crise Rethinking Money: How New, Cooperative Currencies Can Save Small Businesses Santa Fe Institute economist Brian Arthur cogently describes the ongoing transition from industrial to information age: “With the coming of the Industrial Revolution--roughly from the 1760s, when Watt’s steam engine appeared, through around 1850 and beyond--the economy developed a muscular system in the form of machine power. Now it is developing a neural system. This may sound grandiose, but actually the metaphor seems valid. Around 1990, computers started to talk to each other, and all kinds of connections started to happen. The individual machines--servers--are like neurons, and the axons and synapses are the communication pathways and linkages that enable them to be in conversation with each other and to take appropriate action. The upshot of this second economy is that while it’s an engine of growth and prosperity, it does not provide jobs. Van Arkel remembers, “We started with the relations we had at the time. When this program was launched in Uruguay, political problems arose.

Données le vertige Des flots d’octets, un océan de données, un déluge de connaissances… A mesure qu’Internet tisse sa toile, le volume d’informations numérisées n’en finit plus d’exploser. D’ici huit ans, cette masse vertigineuse de «datas» sera 50 fois supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui, prédit le cabinet d’études IDC. Et il faudra dix fois plus de serveurs informatiques pour espérer gérer cette déferlante. Pas par crainte d’être submergés, mais plutôt pour être en mesure de retrouver, d’extraire et d’exploiter cette nouvelle manne. Il y a vingt ans, nous stockions encore nos fichiers sur des disques durs de quelques mégaoctets (1 Mo équivaut à 1 000 000 d’octets, soit 106 octets, 1 octet valant 8 bits ; le bit est l’unité de base en informatique, à savoir un 0 ou un 1). Photo: Emmanuel Pierrot.Vu pour Libération «Capteurs». C’est là qu’intervient une nouvelle discipline : le «big data». Mesagraph fournit ainsi à Canal + une modélisation de son audience à partir des conversations sur Twitter.

Université de la Terre: Quels rêves, quels projets pour mieux éduquer et mieux transmettre ? #4 Futur font drawing par Chris Radcliff - CC BY-SA 2.0 La parole est ensuite donnée à Fabrice Bardèche, Vice-président Executive de IONIS Education Group, un groupe d’enseignement supérieur privé sponsor de l’évènement. On se rendra vite compte par ailleurs que la raison de sa présence au débat à du être intimement lié à la position même de sponsor de son employeur et non à la profondeur de sa réflexion prospective sur l’éducation. Pas grand chose donc à retirer de son allocution sur l’avenir, sinon le constat d’un présent où les difficultés sont de plus en plus visibles au sein même des grandes écoles. La place de l’élève et du professeur semble évoluer : l’élève dispose de sources d’informations de plus en plus riches, le professeur ne peut plus se placer en garant de l’information, mais doit apprendre à partager le savoir avec ses élèves. Marc Luyckx Ghisi tentera de secourir à sa manière son camarade de table.

» [Livre] La grande fraude, de Jean-François Gayraud Excellent livre, que je vous recommande. Jean-François Gayraud est commissaire divisionnaire, ancien élève de l’Ecole nationale supérieure de police (ENSP, Saint-Cyr-au-Mont-d’Or).Docteur en droit, diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’Institut de criminologie de Paris, Jean-François Gayraud est l’auteur de nombreux articles et d’ouvrages traitant de criminologie et de géopolitique. Il exerce au Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques (CSFRS). Critique Decitre : Et si la crise financière dont nous subissons encore les effets était bel et bien une vaste fraude ? En tout cas, pas celui proposé en général par les économistes ou les financiers. Dès lors, pour lui, il est impossible d’envisager un vrai assainissement, une reconstruction durable de la finance si ce diagnostic criminel n’est pas fait. Petite vidéo avec l’auteur : Crtiique Le Figaro par Jacques de Saint Victor : La face cachée du krach

Osons penser l'impossible: Et si l'argent n'avait plus d'importance? Si vous étiez libre de vivre comme vous l’entendez, en dehors de toute contrainte financière, à quoi ressemblerait votre vie? Je vous invite à un voyage en aller simple dans le champ des possibles : celui du revenu de base. Taxez-moi d’utopisme, d’optimisme invétéré ou même de folie pure si le cœur vous en dit : pour moi, les étiquettes ont leur place sur les pots de confiture, pas sur les rêves des humains. Je crois qu’il faut savoir s’extirper du quotidien, des défaillances observées de notre société, et retrouver un espace de rêve où s’échafaudent les réalités de demain. Penser notre liberté est encore un luxe Si la crainte de manquer d’argent ne vous tenaillait plus, à quoi emploieriez-vous l’énergie ainsi dégagée ? Cette vidéo nous invite fort brillamment à suivre ce raisonnement jusqu’au bout et à s’émanciper de la dictature du travail contraint : Parce que nous sommes conditionnés par les discours alarmistes et les schémas sociétaux rigides, penser cette liberté est encore un luxe.

Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique 1On parle beaucoup, aujourd’hui, de ce que l’on appelle la « crise de la politique » – une expression qui rassemble une constellation de processus dont le résultat final est la disparition de la politique en tant que forme de gouvernement du changement. À la base de cette crise, il y a l’hégémonie de la logique du marché dans la vie sociale, une dominance qui privatise les questions concernant l’existence des individus : en transformant les citoyens en consommateurs et en érodant l’espace de rencontre et de confrontation entre le public et le privé qu’est l’agora. La distance grandissante que nous ressentons aujourd’hui entre la citoyenneté responsable et la politique peut être considérée comme une des conséquences collatérales de ce processus. 1 Wright Mills (1997) faisait référence à cette capacité de connexion entre ce qui paraît intime, per (...) 2 Voir, à ce propos, Bauman (2002).Alors que pour Anthony Giddens (2004), qui a proposé en premier le (...) 5 Voir Gleick (1999).

Libye: Nicolas Sarkozy, vers la trahison des intérêts de la France et de l'Europe Dès Mai 2008, dans un article intitulé Nicolas Sarkozy : vers la trahison des intérêts de la France et de l'Europe, Franck Biancheri, président de Newropeans, anticipait le comportement de Nicolas Sarkozy, dont on voit aujourd'hui l'expression parfaite avec cette opération militaire en Libye où il fait jouer à la France le rôle de simple masque d'une opération conçue et dirigée par Washington, trahissant ainsi les intérêts stratégiques de la France et de l'Europe. S'il y avait la moindre vérité dans les préoccupations "humanitaires" et "démocratiques" du discours légitimant l'intervention occidentale en Libye, nous verrions la même exigence s'imposer pour le Yemen, Bahrein, Oman ... où des civils sont également tués par les forces des dictateurs au pouvoir semblables à Kadhafi. La décision d'attaquer la Libye n'est que le dernier avatar d'un Occident qui s'effondre sous le poids de ses dettes, de sa perte de légitimité morale et de l'absence de dirigeants politiques d'envergure.

« La dette neutralise le temps, matière première de tout changement politique ou social » - Contrôle social Basta ! : Vous dites que l’Homo debitor est la nouvelle figure de l’Homo economicus. Quelles sont les caractéristiques de ce « nouvel homme » ? Maurizio Lazzarato : De nombreux services sociaux, comme la formation ou la santé, ont été transformés en assurance individuelle ou en crédit. Le mode de développement néolibéral est fondé sur le crédit et l’endettement. Cette situation s’est aggravée avec la crise des subprimes de 2007. Le droit à la formation ou au logement s’est transformé en droit au crédit… C’est une logique qui ne fonctionne que si l’économie est en expansion. En quoi cela fonde-t-il un nouveau rapport social, et un nouveau rapport au temps ? J’ai repris l’hypothèse que développe Friedrich Nietzsche : le rapport social fondamental n’est pas l’échange économique ou l’échange symbolique, mais le rapport débiteur/créditeur. Une dette, ce n’est pas seulement de l’argent à rembourser, mais des comportements à ajuster, du temps passé à se plier à des contraintes, écrivez-vous.

Complementary currencies Can a community print its own money? The short answer is a resounding YES and for many this has become a symbol of a Transition town taking the local economy into its own hands. We are very used to using money for exchange and will likely still need it in some form, but ideally one that reduces the problems with conventional money. We generally think of money as created and guaranteed by national governments. In fact most money is created by private banks, through the process of offering loans (see more on how money is created). There is now a strong ‘complementary currency’ movement that enables communities to create their own money. Local currencies with printed notes A form of local currency that has become popular with Transition towns in the UK uses printed notes, based on Berkshares, a local currency circulating the Massachusetts, USA. Local businesses are recruited who will accept it. Here’s a handy guide that explains how to set up a local currency, based on the Lewes Pound.

Ralentir, une nouvelle utopie ? Couverture d'"Accélération. Une critique sociale du temps" par Hartmut Rosa aux éditions La Découverte. Cliquer sur la couverture pour visualiser en grand. >>> Article paru dans Marianne daté du 12 septembre Marianne : Vous écrivez : « Les sociétés occidentales sont confrontées à une pénurie de temps, une véritable crise du temps. » Cette compulsion vers l'accélération est-elle en train de gipper la machine sociale ? Hartmut Rosa* : Avant de vous répondre, j'aimerais attirer votre attention sur un paradoxe actuel : plus nous accélérons et plus nos rythmes de vie se tendent, plus nos sociétés se figent dans leur fonctionnement concret. Or, justement, les deux diagnostics de l'époque, celui d'une accélération sociale et celui d'une pétrification de la société, ne semblent contradictoires qu'à première vue.

Related: