background preloader

Page 19

Page 19
L'or jaune. L'urine apparaît comme un engrais naturel précieux pour les cultures agricoles. Elle contient beaucoup d'azote, mais aussi du phosphore, du potassium et des microéléments, indispensables à l'alimentation des plantes. Une litre de l'urine contient 11 g. d'azote, 0,8 g. de phosphore et 0,2 g. de potassium. Une personne, en moyenne, rejette près de 500 l de l'urine par an, soit l’équivalent de 5-á kg d'azote, de 0,4 kg de phosphore et 0,1 kg potassium. C’est suffisant pour assurer entièrement la subsistance, avec ces éléments, de la végétation de 2,5 ares de terre, mais aussi, pour augmenter, à son tour, la fertilité de votre terre et de diminuer les dépenses de développement de la récolte. L'urine d’une personne saine ne contient pas de microorganismes nuisibles. Les matières fécales peuvent, elles aussi, être utilisées comme engrais, mais pas immédiatement. Conseils pratiques concernant la réduction des risques liés à l'utilisation de l'urine en tant qu’engrais : 1. 2. 3. 4.

Plan de potager en cultures associées | Le jardin des conseils L’aide potager Il peut être fastidieux de réunir tous les paramètres pour la création d’un potager en culture associées, nous avons donc réalisé un plan de potager, qui permettra aux plus débordés de passer l’étape de planification. Notre exemple porte sur un potager de 50 m2 environ. Ce plan de potager, est réalisé année par année, attention, toutes les plantes ne se sèment pas en même temps, référez vous à l’étiquette du plan ou de la graine ou regardez dans nos calendriers. il est assorti d’un plan d’arrosage et des techniques pour un montage facile rapide. Une plante ne vous plaît pas sur le plan? Et si votre choix vous fait perdre la tête… Demandez-nous de l’aide! Essayez la grelinette

Désherber de façon écologique ! Adieu les mauvaises herbes Pour de nombreuses personnes, le jardinage est une passion, un moment de détente et de contact avec la nature. Cependant, dans cette activité, le désherbage peut vite devenir une tâche fastidieuse et difficile. Saviez-vous que chaque année nous utilisons pas moins de 5 000 tonnes de produits (pesticides notamment) pour venir à bout de nos mauvaises herbes ! Cette activité a donc un impact direct, négatif sur notre environnement. Alors il est urgent de vous présenter des astuces vous permettant de désherber de manière la plus écologique possible votre jardin : Arrachez les mauvaises herbes à la main ! La manière la plus simple mais répétitive et fastidieuse reste bien évidemment de désherber à la main vos mauvaises herbes en les arrachant avec leurs racines. Utilisez de l’eau bouillante ! L’utilisation de l’eau bouillante est particulièrement efficace pour les petites zones à désherber, comme sur une terrasse ou une allée par exemple. Paillage - Des billes d’argiles

forêt comestible | La liberté de créer demain Site web: J’arrive à Paï, cette petite ville perdue au milieu des montagnes, et pourtant truffée de touristes. On dirait un village de vacances, les touristes se promenant en minishort dans la rue tandis que les Thaïs tiennent les boutiques. La ville regorge de restaurants végétariens et de boutiques de vêtements hippies. L’ambiance est très baba cool et bien éloignée de la culture thaïlandaise… Heureusement, dès qu’on sort de la ville, on se retrouve au milieu des rizières verdoyantes, où pâturent quelques buffles. Et en s’éloignant un peu dans la montagne, on découvre de magnifiques cascades. Je retrouve David et Lilly, un couple germano-américain, qui a décidé, il y a trois ans, de créer une forêt comestible sur un terrain auparavant utilisé pour cultiver du riz avec des engrais chimiques. Les journées passent rapidement, les pieds dans la boue ou les mains dans la bousse de buffle. - La recherche de fonds, facile pour un projet de reforestation

Planter les épluchures et restes de légumes pour les faire repousser Chaque année, plusieurs millions de tonnes de gaspillage alimentaire sont générés, et seulement 3 % de ce gâchis est détourné vers le compostage. Les déchets alimentaires sont vite expédiés aux ordures, or il existe de nombreux légumes et fruits capables de se re-développer grâce à leurs propres restes. En effet, faire repousser des légumes à partir de leurs épluchures ou restes peut sembler étonnant voire même surréaliste, pourtant c’est toute à fait possible ! La laitue romaine : Coupez la partie de la laitue que vous comptez utiliser et laissez à peu près 5 cm à partir de la base de la plante. L’oignon : C’est un autre légume facilement cultivable à partir de ses restes. La carotte : Il n’est pas possible de cultiver des carottes à partir de restes de carottes, par contre vous pouvez faire pousser les feuilles de carottes. La pomme de terre (ou Topinambour) : Lorsque les pommes de terre commencent à germer, notre premier réflex est de les jeter.

Vegetable Plant Families – Using Family Names Of Vegetables For Rotating Crops By Kristi Waterworth Crop rotation is a common practice in the home garden, giving vegetable family-specific diseases time to die out before reintroducing families back into the same area of the garden years later. Gardeners with limited space may simply divide up their garden plot into three or four sections and rotate plant families around the garden, while others have separate plots they use for vegetable family crop rotation. It can be hard to know which vegetables belong to the different vegetable families just from looking at them, but understanding the major vegetable plant families will make the task a little less daunting. The following vegetable families list will help get you started with appropriate vegetable family crop rotation: Solanaceae – The nightshade family is perhaps the most commonly represented group in most home gardens. Fabaceae – The legumes are a large family, important to many gardeners as nitrogen fixers.

Plantations de la forêt comestible | La Permaculture Simplifiée Depuis un bon mois, j’ai pu reprendre les plantations sans m’arrêter. Temps sec principalement. Plutôt gé-nial! Voilà une vue du terrain maintenant. On peut même dire que cette jeune forêt comestible prend forme! Ici, on peut voir les buttes vite faites pour surélever un peu les plantations entre les drains. J’ai fait des tests. Idem pour les arbres. Donc, autour des plantes, et sur les buttes de culture, je mets du carton ou je n’en mets pas car il y a des endroits où la végétation ne semble pas encore très développée au sol, je pense que l’arbre ne court aucun risque de concurrence… Ensuite, après ce carton (si j’en mets), je mets une couche de déchets végétaux, coupes de branches, feuilles, et aussi du fumier mélangé à de la paille. Ensuite, là-dessus, je dépose une bonne grosse couche de BRF d’environ 5 à 10 cm si possible. Parfois, j’ai testé une couche de BRF, puis une couche de fumier-déchets végétaux, puis encore une couche de BRF. L’Aggradation. à bientôt…

Forêt comestible Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. La forêt comestible est un agrosystème complexe créé par l'homme, tendant à imiter un écosystème forestier naturel en associant une large diversité de plantes utiles. La permaculture cherche à développer ce type de système, potentiellement très productif et beaucoup plus résilient qu'un système simple. L'écosystème forestier, source d'inspiration de la forêt comestible Observation de l'écosystème forestier La mise en comparaison d'un écosystème naturel complexe de type forestier et d'un système cultivé, aussi productif soit-il, montre généralement que le premier est le plus fertile. La forêt comestible tend vers cette complexité et cette diversité : l'empilement de différentes strates de végétation reproduisant les strates forestières est alors recherchée. Les strates de la forêt comestible Plusieurs strates de végétation sont identifiées dans l'écosystème forestier : Créer une forêt comestible Analyse préalable du milieu Choix des espèces

la forêt cueillie Que ce soit pour se nourrir, se soigner ou même se vêtir, l’homme a toujours trouvé au sein de la forêt un grand nombre de plantes pouvant répondre à ses besoins. La cueillette a pourtant évolué au cours du temps : sa place dans le quotidien de l’homme, les différentes espèces ramassées ainsi que leurs utilisations, n’ont pas toujours été les mêmes. La liste des végétaux ramassés par l’homme en forêt est très longue… © Ingrid Laromiguière / ONF La châtaigne a eu pendant longtemps la valeur du pain Durant toute la Préhistoire, l'alimentation de l'homme est basée sur la chasse, la pêche et la cueillette. Plantes sauvages, fruits, racines et champignons sont ramassés pour être consommés. A partir du Néolithique (environ - 5500 av. Les végétaux ramassés par l'homme pour se nourrir sont nombreux. Certaines sont utilisées comme condiments ou aromates : genévrier, marjolaine, menthe sauvage, ail des ours, ciboule, aspérule, etc. Back to top

Related: