background preloader

Pour ou contre l'iPad à l'école ? Le cas de la Corrèze

Pour ou contre l'iPad à l'école ? Le cas de la Corrèze
Fin 2010, François Hollande annonçait (sans cacher sa fierté pour son département) que la Corrèze avait décidé de mettre un iPad entre les mains de tous les élèves de Sixième dans le cadre du projet Ordicollège. On peut voir ici en vidéo l’intégralité de son allocution. On y parle d’« égalité », de « meilleur outil pour réussir », on y parle aussi d’un « coût de 1,5 million d’euros ». Cette opération ayant été reconduite cette année, l’association P.U.L.L.CO (Promotion de l’Utilisation des Logiciels Libres en COrrèze) a décidé de réagir en convoquant la presse et surtout en publiant une lettre ouverte au président du Conseil Général. Cet échange nous a semblé suffisamment intéressant et révélateur pour que nous décidions de le reproduire ci-dessous. iPads au collège : lettre ouverte au président du Conseil Général URL d’origine du document Association P.U.L.L.CO - 26 janvier 2013 Lettre ouverte adressée au Président du Conseil Général de la Corrèze Gérard Bonnet. Monsieur le Président,

Le iPad au secondaire | Manx Cette année, le collège Jean-Eudes a rendu obligatoire le iPad pour les élèves de secondaire 1, 2 et 3. L’an prochain, cela s’appliquera aux élèves de secondaire 4 et 5 (ce qui est un peu stupide; les étudiants de secondaire 5 devront louer/acheter un iPad pour un an). La tablette iPad, d’une valeur de 500$ pour le modèle de base, est un choix défendu par l’administration du collège. Vendu par la direction comme une innovation dans la formation d’un « cartable numérique », le iPad permettra d’avoir des livres à jour grâce aux fonctions iBooks. Les élèves pourront aussi avoir une attitude moins passive dans les salles de cour. Malgré tout, le cahier Canada et les examens papier ne disparaîtront pas, quoique l’administration rapporte elle-même qu’elle se considère en phase de transition vers une électronisation de l’enseignement général. L’autre avantage du iPad est que les professeurs pourront développer de nouveaux outils à utiliser en classe, comme des fiches de lecture dynamiques.

TClass+ : la diffusion de contenus multimédia pour la classe sur tablettes Android Toutes les classes ne sont pas équipées d’iPad, d’Apple TV et de serveur média Apple, et pour celles qui ont fait le choix d’une base Android, des solutions existent également. Présentation de la solution TClass+. La promesse de cette toute jeune application sortie après un an et demi de développement est donc de permettre à un professeur d’interagir via tablettes interposées avec ses élèves, dans le but de leur diffuser du contenu, que cela soit des images, des vidéos, des liens web, etc. Le dispositif demande tout de même un peu d’organisation car il faut un serveur de type PC dans la classe (ou dans l’établissement sur le même réseau Wifi) sur lequel est installé le logiciel (payant) servant à synchroniser les tablettes, puis d’installer respectivement TClass+ Student sur les tablettes des élèves, et TClass+ Teacher sur celle du professeur. Voici les liens pour télécharger les deux premières applications (professeur et élève) TClass : D’autres images du produit en action ci-dessous :

Un cartable numérique sur l'iPad Comme de plus en plus de personnes souhaitent introduire l’iPad en classe, nous nous sommes penchés sur la question et avons tenté de trouver un équivalent de notre cartable numérique pour l’iPad. Avant toute chose, s'il est envisageable d'utiliser l'iPad en classe, il nous semble indispensable d'y adjoindre un clavier. En effet, si le clavier disponible sur l'écran de l'iPad est approprié pour prendre quelques notes, il est en revanche insuffisant s'il s'agit de produire du texte comme c'est le cas dans un cadre scolaire. Comme l'utilisateur n'a pas accès au système de fichiers de l'iPad, il faut désormais utiliser un système de "cloud", notamment pour envoyer,recevoir ou sauver des documents depuis l'iPad. Voici une petite vidéo qui explique comment mettre ses fichiers "sur un nuage". Pour pouvoir transférer des documents d'un ordinateur à un iPad ou inversement sans WiFi, et donc sans le "Cloud" voici la marche à suivre. lire et annoter des pdfs: imprimer: dropbox: open office: géométrie:

7 raisons pour ne pas utiliser les tablettes dans l'éducation Une récente passe d’armes sur le bien fondé d’offrir des iPad à des collégiens en Corrèze avait fait couler beaucoup d’encre dans les commentaires du Framablog. Nous récidivons aujourd’hui en laissant de côté les arguments du libre pour se concentrer uniquement sur la pertinence de la tablette en milieu scolaire. Trop cool pour l’école : 7 raisons pour lesquelles les tablettes ne devraient PAS être utilisées dans l’enseignement Too cool for school : 7 reasons why tablets should NOT be used in education Donald Clark – 24 février – Blog perso(Traduction : Moosh, Max, DansLeRuSH, CedricA, Sphinx, Mila Saint Anne, Catalaburro, VifArgent, goofy, @paul_playe, Miles, Alpha + anonymes) Est-ce que les élèves en achètent ? J’écris ceci sur un netbook. Est-ce que les étudiants en achètent ? Que ce soit à l’école, au lycée ou à l’université, il semble que les jeunes préfèrent les ordinateurs, que ce soit pour prendre des notes, écrire des devoirs ou autres choses. Et puis il y a l’entreprise. 1. 2. 3.

La tablette numérique entre à l’école {*style:<a href='javascript:void(0);'>*} 1 / 6 2 / 6 3 / 6 4 / 6 5 / 6 Qui a eu cette idée folle un jour d'apporter sa tablette numérique à l'école ? C'est François Lamoureux, originaire de Pau et professeur des écoles à Gaujacq, petit village au sud des Landes. D'abord support l'an dernier de son travail personnel, la curiosité des élèves a convaincu "le maître" d'intégrer l’outil à ses enseignements. A la rentrée 2011, la classe a donc été équipée de cinq tablettes numériques pour 24 enfants de CE1-CE2. Finies les ardoises noires et leur poussière de craie, finies les ardoises blanches et leurs feutres qui ne marchent jamais, place à l'ardoise numérique qui répond à une simple pression du doigt. Côté financement, il faut compter 400 euros par appareil. Les élèves, eux, se sont rapidement approprié l'objet. >> Regardez Les parents saluent l’initiative. Dans cette classe, le maître-mot est “autonomie”. Pourquoi utiliser les tablettes ?

1000 iPads dans les classes d'Angers : retour d'expérience après 4 mois Les écoles de la ville d’Angers se sont vu dotées d’un millier d’iPad pour enrichir leur pratiques pédagogiques. Qu’en est-il quatre mois après de la prise en main de ces tablettes en classe, et des usages qui ont pu en naître ? Un grand merci à Jean-Michel Robineau, Directeur de l’école Notre-Dame de la Miséricorde à Angers pour sa disponibilité et son retour d’expérience dans le cadre de son école. Cela ne constitue bien évidemment pas un retour d’expérience pour toute la ville. Privées ou publiques, pas de différence : toutes les écoles de la ville d’Angers ont reçu une quinzaine d’iPad il y a quatre mois, et si le déploiement n’a pas forcément été accompagné de ressources pédagogiques spécifiques facilitant la prise en main rapide des tablettes avec les élèves, force est de constater que des initiatives terrain confirment la pertinence de l’usage des tablettes dans l’enseignement, même si des difficultés persistent. L’organisation de DropbBox au sein de l’école Rated: 4+

iPads – A Tool, Not Alchemy, for Education The topic of kids and technology is a hot topic again. This would normally be a good thing, if the questions that are being discussed weren’t fundamentally the wrong ones. It is, however, a familiar situation. We are going through a normalization of a new technology, and it will be met in the same way that technology has been met before: with skepticism, doubt and the occasional hint of technophobia. Firstly, we need to stop talking about the notion of screen time. Secondly, there is a big difference between watching something and interacting with it. Thirdly, it is no longer a matter of “if” you should use technology for learning but rather “how” it can be done. Finally, technology is not a replacement for anything else. The iPad is not a babysitter, some say. Björn Jeffery is the CEO and Co-Founder of Toca Boca, a play studio that makes digital toys for touchscreen devices.

Le manuel scolaire numérique victime de la crise économique Dans les salles de classe, le constat est simple : aucun équipement, pas d'infrastructures, et des éditeurs qui redoutent de voir leurs ventes chuter plus encore. Le manuel scolaire numérique, vieux débat pédagogique, partout autour de la planète, est ici freiné clairement par le contexte économique, et la crainte d'investissements malheureux... Leigh Murrell, (CC BY-NC-SA 2.0) Personne n'ose en effet se lancer, et Stephen Lawrence, directeur de Edebé Digital, le confirme : tout le monde voit les changements se produire, mais le processus est encore lointain. À ce jour, le catalogue numérique compterait entre 100 et 2700 textes, avec des investissements qui ont malgré tout dû être opérés, pour répondre aux besoins immédiats, explique le président de l'Association nationale des éditeurs de livres et de matériel pédagogique, (Asociación Nacional de Editores de Libros y material de Enseñanza, ou ANELE), José Moyano. Pour approfondir

Haguenau : des tablettes numériques pour les écoliers éducation Quand le numérique entre à l'école. C'est la volonté de la Ville de Haguenau d'équiper dans un but pédagogique l'ensemble des établissements scolaires de la commune. Publié le 04/02/2013 | 09:33, mis à jour le 04/02/2013 | 12:21 Depuis la semaine dernière, quinze tablettes numériques sont testées dans deux écoles haguenoviennes Depuis quelques jours une quinzaine de tablettes numériques ont fait ainsi leur apparition dans une école élémentaire et une école maternelle. Voir la vidéo Haguenau : des tablettes numériques pour les écoliers

Une tablette numérique en lieu et place d'un cartable ? L'expérience de l'académie de Toulouse Le Rectorat de l’Académie de Toulouse a décidé de mener une expérimentation d’utilisation de tablettes numériques en collège et en lycée. Au Collège DESAIX à Tarbes 44 tablettes ont été acquises et distribuées aux 25 élèves d’une classe de 4ème, aux 13 enseignants de la classe ainsi qu’au CDI et à l’équipe de direction. Le professeur responsable du projet, Fabien Vergez est enseignant en histoire géographie et référent numérique du collège. Au lycée Pardaillan d’Auch, c’est une classe de seconde qui a été choisie ; là aussi les 35 élèves de la classe, l’équipe enseignante, le CDI et la direction de l’établissement ont été dotées de tablettes numériques . L’originalité de ce projet réside dans le fait que les tablettes sont confiées aux usagers pour toute la durée de l’expérience. Anne Marie GROS Conseillère TICE du recteur de l’académie de Toulouse, dans cet interview, précise les objectifs de cette expérience qu’Educavox va suivre de plus près en rencontrant les acteurs du projet.

Related: