background preloader

Mythorama.com

Mythorama.com
Related:  Mythologie grecqueBazar temporaire 2

Mythologies La mythologie évoque tout un univers imaginaire, un monde qui fascine et fait rêver, elle est tellement ancrée dans nos mémoires, qu'on en oublie l'étymologie. D'où vient ce terme de « mythologie » et que signifie-t-il originellement ? Il convient à cette fin de noter que le mot est constitué de deux parties : mytho- et -logie. « Mytho » renvoie au mot d'origine grecque, « muthos » (le u en grec est devenu le y en français) qui désigne, « de manière neutre, tout type de parole ou de discours. Il correspond primitivement à un mode de pensée […] dont il est l'expression. Dans ce cas, pourquoi différencie-t-on ces deux termes aujourd'hui ? C'est de là que vient la différence entre « muthos » et « logos » : le logos se définit ainsi par sa subordination à la raison, et sa recherche de la vérité ; le muthos s'est quant à lui définit négativement, c'est-à-dire par opposition au logos. La distinction que l'on a faite entre le « muthos » et le « logos » a également été faite par Platon. Notes :

¤ Portail des civilisations anciennes Douglas B. Holt on Branding as Cultural Activism Branding as Cultural Activism by Douglas Holt from How Brands Become Icons: The Principle of Cultural Branding, Harvard Business School Press (Sept. 2004) Iconic brands are built by cultural activists. Yet, while many companies would love to create a Nike, a Budweiser, or a Mountain Dew, most are organized to act as cultural reactionaries, whose practices are the opposite of the activism that is required. Managers typically view identity brands through the prism of the mind-share model. Mind share constructs a present-tense snapshot view of the brand, which blinds managers to emerging cultural opportunities. And mind share's impulse to abstract-to yank the brand out of its cultural context-leaves managers arguing over adjectives that are largely devoid of strategic consequences. To systematically build iconic brands, companies must reinvent their marketing function. Four Kinds of Cultural Knowledge Managers require knowledge about their brands and their consumers to develop strategy.

Page d'accueil des mythes gréco-romains Electre Enée Eole Etéocle Guerre de Troie Gygès Hector Hécube Hélène Hélénos Hérodiade Hermès Hésione Hippolyte Hyacinthe Iphigénie Ismène Jason Jocaste Laïos Laocoon Laomédon Léda Marsyas Médée Memnon Ménélas Mercure Midas Myrrha Nausicaa Nécromancies

Les Institutions romaines sous la République (M. Tillard) L'organisation censitaire : La cité romaine, comme l'Italie toute entière, est un tout cohérent et fortement structuré : c'est une société qui tend à s'organiser en classes et ordres bien structurés et juridiquement reconnus. Mais c'est aussi une société profondément inégalitaire. Les centuries : Le census est fondamental : opération quinquennale depuis 443 av. Le peuple romain se définit en deux grandes catégories : 1. 2. Les ordines: En dehors de ces classes, il existe 27 ordines (catégories) apparues à différentes époques : sénateurs, officiers de l'administration (scribes, appariteurs, crieurs, licteurs...), certains publicains, et enfin les juges (dont la liste est établie par les prêteurs). Ces ordres manifestent une tendance certaine à devenir héréditaires : au Ier siècle, un fils de sénateur est lui-même sénateur, et il en est de même des chevaliers (120-90 : quasi disparition de la chevalerie nationale). Le sommet de la hiérarchie romaine : patriciat et nobilitas. Les patriciens :

Domenico Jervolino Paul Ricoeur et la pensée de l'histoire - Labyrinth vol. 3, Winter 2001 Domenico Jervolino Ricoeur et la pensée de l’histoire: Entre temps et mémoire Il nous a bien donné une sorte de récapitulation de l’essentiel de son travail philosophique dans Soi-même comme un autre, mais il nous offre encore de nouveaux développements comme des dons amicaux qui nous permettent de synphilosophein, de penser ensemble, avec lui. C’est justement la pensée de l’histoire qui constitue le thème d’une méditation qui ne cesse de se présenter dans l’itinéraire de Ricoeur, en partant - si l’on veut choisir un point de repère emblématique - de l’article de jeunesse Husserl et le sens de l’histoire paru en 1949 dans “La revue de métaphysique et de morale”. Après quelques années on retrouve cette problématique de l’histoire dans le premier recueil d’essais du philosophe : Histoire et vérité, 1955 - avec son double volet : vérité dans la connaissance historique, vérité dans l’action historique.

Mythologias La séparation des pouvoirs  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.</p> Élaborée par Locke (1632-1704) et Montesquieu (1689-1755), la théorie de la séparation des pouvoirs vise à séparer les différentes fonctions de l’État, afin de limiter l’arbitraire et d’empêcher les abus liés à l’exercice de missions souveraines. Si cette théorie est souvent invoquée dans les régimes démocratiques, elle a été plus ou moins rigoureusement mise en pratique. La théorie classique La théorie classique de la séparation des pouvoirs distingue trois fonctions principales au sein des différents régimes politiques : – la fonction d’édiction des règles générales constitue la fonction législative ; – la fonction d’exécution de ces règles relève de la fonction exécutive ; – la fonction de règlement des litiges constitue la fonction juridictionnelle. La doctrine des checks and balances La séparation des pouvoirs et la protection des droits de l’homme

Le triangle mimétique Professeur de littérature dans une université de Californie,René Girard est né en France en 1923 à Avignon. Etudes à l’école des Chartres puis aux Etats-Unis où il devient archiviste-paléographe et docteur de l’Université de l’Indiana ; il enseignera longtemps à l’Université John Hopkins et vit désormais à Stanford en Californie. Pourquoi Stanford et la Californie ? : car d’après lui les universités américaines sont l’équivalent de nos monastères du Moyen Âge, ou de ce que fut autrefois la Sorbonne. Girard a de très hautes prétentions :il veut révéler entre autres les origines de toute les civilisations, en particulier de la civilisation occidentale porteuse selon lui de trois secrets essentiels : la violence est le fondement de toute société ; le rite religieux est le fondement de toute culture ; la Révélation chrétienne a radicalement bousculé ces fondements en substituant l’amour à la violence. Nous consacrerons 3 parties dans cet exposé Le triangle mimétique Les ailes du désir...

Godchecker.com - Your Guide To The Gods. Mythology with a twist! Tite-Live : Ab urbe condita 3-72 LIVRE PREMIER SOMMAIRE. - Descente d'Énée en Italie; ses exploits.— Règne d'Ascagne à Albe, et des Silvius ses successeurs. — La fille de Numitor, surprise par Mars, devient mère de Romulus et de Remus. — Meurtre d'Amulius. — Fondation de Rome. — Établissement du sénat. — Guerre contre les Sabins.— Consécration de dépouilles opimes à Jupiter-Feretrien. — Division du peuple en curies. — Défaite des Fidenates et des Véiens. — Apothéose de Romulus. — Numa Pompilius institue les cérémonies religieuses; élève un temple à Janus; fait la paix avec tous les peuples voisins, et ferme, le premier, les portes de ce temple. A la faveur des entretiens nocturnes qu'il feint d'avoir avec la nymphe Égérie, il inspire à ce peuple farouche des sentiments religieux. — Tullus Hostilius porte la guette chez les Albains. — Combat des Horaces et des Curiaces. — Horace absous. — Supplice de Vettius Suffetius. — Ruine d'Albe; incorporation de ses habitants dans Rome. 759-788 partim NOTES SUR LE LIVRE I

Related: