background preloader

Cloud computing (Iaas) Numergy, solutions de Cloud en France

Cloud computing (Iaas) Numergy, solutions de Cloud en France
Related:  Cloudhardware

Cloud : Bull apporte à Atos ses datacenters et sa part dans Numergy 01net. le 26/05/14 à 12h25 Bull avait inauguré mi-2013 un datacenter de nouvelle génération, modulaire et économe, sur son site situé aux Clayes-sous-Bois (78) En rachetant Bull, Atos va hériter d'une force de frappe importante, en matière d'infrastructure, dans le cloud souverain en France. La filiale de Bull, Agarik, dispose de 5 datacenters en propre situés à Saint-Ouen (93), aux Clayes-sous-Bois (78) près de Paris, ainsi qu'à Trélazé (49), près d'Angers et à Grenoble (38), en région. Bull les exploite dans le cadre de prestations d'infogérance et de services Cloud (offre MyCloudmaker) sous forme de serveurs "virtuels" mis à disposition de ses clients. Bull exploite le centre opérationnel de sécurité de Numergy Elle revendique comme clients dans le secteur privé, Dassault Systèmes, Randstad ou Accenture Insurance Services. Lire aussi :

Cloud Computing : offres, conseils, témoignages Le Cloud Computing permet d'accéder à des logiciels en ligne, sous forme d'abonnement, dans de nombreux domaines : ERP, CRM, et autres applications métiers... Mais aussi à des services de stockage et de calcul accessibles par Internet. Qu'est ce que le cloud computing ? L'ensemble de la puissance de calcul et de mémoire, conçu comme un outil et proposé comme un service à des clients par une entreprise est annoncé par certains professionnels du secteur IT comme l'ultime étape de l'industrialisation des centres de données.

Asnt | Decentralised entertainment platform powered by Blockchain Les 5 questions que pose le rachat de Bull par Atos via 01Business le 26/05/14 à 17h41 Est-ce que ce rapprochement fait sens ? Avec son OPA amicale sur Bull, Atos entend se renforcer sur tous les marchés « buzzwords » du moment : le cloud, le big data et la cybersécurité. « Des activités qui affichent des croissances à deux chiffres et une marge à deux chiffres également », s’enthousiasme Thierry Breton, PDG d’Atos. Bien loin du petit 1,1 % de croissance annoncé pour 2014 par Syntec Numérique pour l’ensemble du marché français des services informatiques et du logiciel. Etudié depuis un peu plus d’un an, le rapprochement entre Bull et Atos donnerait naissance au numéro un du cloud professionnel en Europe (Amazon Web Services se positionnant avant tout sur le cloud public), avec près de 400 millions d’euros de chiffre d’affaires cumulé. Avec l’apport de Bull (1,26 milliards), Atos change aussi de dimension, le nouvel ensemble approchant la barre symbolique des dix milliards d’euros de revenus. 9,877 milliards plus exactement.

Cours complet : Cloud computing et Saas Internet est apparu dans les années 1960, mais il a fallu attendre les années 1990 pour qu'il ait un impact sur le monde de l'entreprise. Le World Wide Web est né en 1991 et, en 1993, le navigateur Mosaic a été lancé. Il permettait aux utilisateurs de consulter des pages web qui comprenaient des textes et des images. C'était le début des premiers sites web d'entreprise et, bien entendu, la plupart de ceux-ci appartenaient à des sociétés dans la technologie et les ordinateurs. Lorsque la vitesse et la fiabilité des connexions s'est améliorée, un nouveau type d'entreprise est apparue : les fournisseurs d'applications en ligne (Application Service Provider, ASP). Mais il a fallu attendre les années 1990 pour que le cloud computing fasse son apparition. Être exécutée « dans le cloud » Offrir un accès via Internet à l'aide d'un navigateur Être utilisée par un important volume de clients simultanément et à faible coût

Paris, capitale du cloud OpenStack Paris se transforme en capitale mondiale des logiciels open source pour le cloud en accueillant, du 3 au 7 novembre 2014, le sommet OpenStack. L’événement rencontre un vif succès à l’image de l’intérêt grandissant que cette technologie suscite auprès des développeurs, supporters et entreprises utilisatrices. Quelque 4600 personnes sont inscrites. C’est plus que les 4400 participants à l’édition précédente à Atlanta aux États-Unis, du 11 au 16 mai 2014. Si la fondation OpenStack, qui compte aujourd’hui près de 430 sociétés dans son écosystème, a choisi Paris, c’est pour rendre hommage à la base importante d’utilisateurs en Europe, notamment en France. D’ailleurs les utilisateurs sont à l’honneur lors de la keynote d’ouverture de Jonathan Bryce, directeur exécutif de la fondation. Témoignages d’Ericsson ou BMW Même souci de réactivité chez BMW mais pas seulement. Une technologie pour Bull, Thales, Numergy, Cloudwatt, Alcatel-Lucent… Ridha Loukil

Cloud computing Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cloud computing[1], ou l’informatique en nuage ou nuagique ou encore l’infonuagique (au Québec), est l'exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l'intermédiaire d'un réseau, généralement Internet. Ces serveurs sont loués à la demande, le plus souvent par tranche d'utilisation selon des critères techniques (puissance, bande passante, etc.) mais également au forfait. Le cloud computing se caractérise par sa grande souplesse : selon le niveau de compétence de l'utilisateur client, il est possible de gérer soi-même son serveur ou de se contenter d'utiliser des applicatifs distants en mode SaaS[2],[3],[4]. Terminologie[modifier | modifier le code] Les francisations « informatique en nuage »[7], « informatique dématérialisée »[9], ou plus rarement « infonuagique »[10] sont également utilisées. Principes - le Nuage[modifier | modifier le code] Services[modifier | modifier le code] Distribution :

Open source : le français eNovance passe sous pavilon Red Hat Une pépite français passe sous pavillon américain... Red Hat, annonce en effet la signature d’un contrat de rachat d’eNovance pour 50 millions d’euros environ au comptant et 20 millions d’euros en actions ordinaires de Red Hat. "L’association du leadership OpenStack de Red Hat avec les capacités d’intégration système et d'ingénierie d’eNovance vont rencontrer la demande croissante des entreprises pour des services de conseil, de conception et de déploiement de la technologie OpenStack", commente l'éditeur. Créé en 2008 par Raphaël Ferreira, Nicolas Marchal et Pierre Molin, eNovance aide les fournisseurs de services et les grands groupes privés à bâtir et déployer des infrastructures Cloud. Cloudwatt Les deux entreprises travaillent ensemble depuis 2013 avec des services d’implémentation et d’intégration d’OpenStack à leurs clients communs. La société compte notamment comme client le cloud souverain Cloudwatt à qui il fournit des briques logicielles Openstack.

Le cloud computing expliqué aux nuls Le phénomène du "cloud computing" prend de plus en plus d'ampleur dans les entreprises et le grand public commence à le connaître sous la forme de services de stockage à distance, ou encore de musique en streaming. Le cloud est sur toutes les lèvres. Bernard Ourghanlian est directeur technique et sécurité de Microsoft France. Comment définissez-vous le cloud computing ? Le grand public utilise depuis longtemps le cloud computing sans le savoir. Peut-on dire que le cloud computing est une révolution pour l'informatique ? C'est une révolution économique, mais pas technologique. Quel est l'intérêt du cloud computing ? Il est surtout économique. Que nous permet de faire le cloud, que l'on ne pouvait pas faire avant ? Par exemple, préserver le contexte quand on change de terminal. Où se trouvent ces ressources informatiques, qui ne sont plus en local ? Les grands acteurs du cloud sont en effet peu nombreux. L'internaute lambda ne peut pas savoir. Ce genre de services existe. Pas vraiment.

Online va concurrencer les serveurs virtuels avec de l’ARM Traditionnellement, l’hébergement de sites web se découpaient en deux grandes catégories. Il y avait d’un côté les hébergeurs mutualisés, où un même serveur était partagé entre un grand nombre d’utilisateurs avec des accès limités aux ressources matérielles. L’autre solution, beaucoup plus coûteuse, consistait à utiliser un serveur dédié, c'est-à-dire une seule machine avec un accès complet aux ressources matérielles. Depuis quelques années, une troisième voie est apparue et elle est vite devenue très populaire : le « cloud hosting ». Derrière ce nom très à la mode, une idée au fond assez simple : ce type d’hébergement ne dépend pas directement d’un matériel, mais vous utilisez des ressources en fonction de vos besoins. D’un clic, on peut augmenter les ressources de son site et ainsi répondre à une demande plus élevée, sans pour autant payer un serveur supplémentaire. Parmi toutes les offres basées sur ce modèle, celles de Digital Ocean ont particulièrement la cote.

Définition | Cloud computing - Informatique en nuage | Futura Tech Le cloud computing ou informatique en nuage est une infrastructure dans laquelle la puissance de calcul et le stockage sont gérés par des serveurs distants auxquels les usagers se connectent via une liaison Internet sécurisée. L'ordinateur de bureau ou portable, le téléphone mobile, la tablette tactile et autres objets connectés deviennent des points d'accès pour exécuter des applications ou consulter des données qui sont hébergées sur les serveurs. Le cloud se caractérise également par sa souplesse qui permet aux fournisseurs d'adapter automatiquement la capacité de stockage et la puissance de calcul aux besoins des utilisateurs. On distingue plusieurs types de services cloud : Cela vous intéressera aussi

demande en ligne sur leur site avec le pgm startup . by guyla Aug 18

Related: