background preloader

Enfants et écrans : psychologie et cognition

Enfants et écrans : psychologie et cognition
L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans. A l’inverse, chaque culture apporte également son lot d’avantages.

http://www.internetactu.net/2013/01/29/enfants-et-ecrans-psychologie-et-cognition/

Related:  Impact du numérique sur les processus sociocognitifsLes enfants (0-6 ans) et les écransSociété cognitive universelleConstruction de l'identité virtuellePEARLTREES

Les Cahiers de l'université Paris Descartes Par Olivier Houdé,Professeur de psychologie,Directeur du LaPsyDÉ Avec les progrès fulgurants de l’informatique, des sciences cognitives et de l’imagerie cérébrale, on peut aujourd’hui produire sur ordinateur des images numériques tridimensionnelles reliées à l’activité des neurones en tout point du cerveau. Depuis la fin du XXe siècle, les deux principales techniques d’imagerie utilisées pour étudier les réseaux neuronaux qui sous-tendent les fonctions cognitives chez l’Homme sont la Tomographie par Émission de Positons (TEP) et l’Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf), l’une et l’autre assistées par ordinateur. Dans le cas de la TEP, on mesure le débit sanguin cérébral dans les différentes régions du cerveau par le biais de la concentration d’une molécule d’eau radioactive injectée à l’individu qui passe l’expérience (sans danger pour lui). Dans le cas de l’IRMf, on suit la concentration en désoxyhémoglobine, une molécule qui reflète l’oxygénation du sang.

Face aux écrans, responsabiliser les enfants plutôt qu’interdire LE MONDE | • Mis à jour le | Par Martine Laronche Consoles de jeux, ordinateurs, télévisions, tablettes numériques : les tentations sont de plus en plus nombreuses pour les enfants. De 4 à 14 ans, ils regardent la télévision 2 h 15 par jour en moyenne, selon Médiamétrie. Dans un avis publié mardi 22 janvier, l'Académie des sciences s'attaque aux écrans mais se garde bien de donner des leçons aux parents et se borne à donner quelques conseils de base. Elle les invite, au contraire, à responsabiliser très tôt leur progéniture. L'avis, intitulé L'Enfant et les écrans et publié aux éditions Le Pommier (267 pages, 17 euros), est consultable sur Academie-sciences.fr.

Noëmie_André TRICOT, Franck AMADIEU, Apprendre avec le numérique ? Les élèves utilisent mieux que nous le numérique car ce sont des "digital natives". On apprend mieux avec le numérique car il motive. Et puis il s'adapte mieux aux besoins des élèves .On a tous entendu ces affirmations. Mais qu'en est-il en vrai ? De quelques pathologies sociales de l'individualité numérique Les modalités d’exposition de soi se sont aujourd’hui amplifiées et diversifiées. Portées par des formes idéologico-culturelles incitant à la publicisation des facettes de soi et conjuguées aux potentialités ouvertes par les plus récents réseaux numériques au nombre desquels se trouvent les sites de réseaux sociaux (social network sites – SNS : CyWorld, Facebook, Twitter, Youtube, etc.), les auto(re)présentations numériques de soi ne cessent de prendre de l’ampleur. Les SNS proposent en effet des formats d’exposition de soi qui se présentent sous forme de profils colligeant des traits identitaires censément fixes (i.e. plutôt ce que l’on est ou dit être) et des caractéristiques plus erratiques relevant davantage de préférences culturelles, d’activités prisées ou de contenus produits (i.e. ce que l’on fait).

Maîtriser son identité numérique sur Facebook RESEAUX SOCIAUX Si 78% des Français prennent garde à leur identité numérique, seuls 7% estiment bien maîtriser les informations en ligne les concernant, d’après un sondage publié mercredi. L'occasion de rappeler les bonnes règles... Capucine Cousin Publié le Mis à jour le Maîtrisez-vous votre identité numérique? Autrement dit, est-ce que vous parvenez à gérer les traces que vous laissez de vous sur Internet, sur les blogs, forums de discussion, et réseaux sociaux tels que Facebook?

SANKORÉ Session Inserm : Cognition et numérique : anges ou démons ? SANKORÉ Session Inserm : Cognition et numérique : anges ou démons ? Conférence-Débat : INSERM / SANKORE : ZOOM SUR LES NEUROSCIENCESQue disent les neurosciences sur l’Education numérique ? Les nouveaux médias viennent concurrencer les outils traditionnels de la transmission des savoirs et du développement des capacités cognitives.Dans un domaine où l'innovation est constante, la recherche devient rapidement obsolète. Cependant, une recherche abondante est déjà à notre disposition.Nous essaierons d'en dégager quelques grandes lignes et de proposer des axes sur lesquels les outils à venir pourront être évalués pour mettre en évidence leur valeur ajoutée du point de vue du développement de l'enfant. "Il faut donner à l'enfant un temps global d'écran par jour" Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par François Béguin et Martine Laronche (chat modéré) Dans un chat sur Le Monde.fr, le psychiatre Serge Tisseron estime que l'usage des écrans par les enfants doit être accompagné et l'autorégulation encouragée. Visiteur : Je suis orthophoniste. Ne pensez-vous pas qu'une prise de conscience est absolument nécessaire chez tous les parents de jeunes enfants pour limiter l'utilisation d'écrans (tablette, télévision, ordinateur, etc... )? Serge Tisseron : Oui, cette prise de conscience est d'autant plus importante que les enfants jeunes sont très sensibles à l'avis de leurs parents. Mais ils ont aussi tendance à les imiter.

Nolwenn Une conférence intitulée « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information » se tiendra à Lyon les 21 et 22 mai prochains. Le développement des outils et instruments numériques accompagne et accélère de profondes transformations de notre société, modifiant notamment notre rapport aux savoirs. Dans un environnement communicationnel caractérisé par une connexion quasi permanente et de multiples formes d’accès nomade, avec des jeunes actuellement massivement utilisateurs, producteurs et diffuseurs d’information, mais dont les compétences sont très inégales, la question se pose de former des citoyens qui pourront prendre toute leur place dans cette nouvelle société. L’enjeu est ainsi d’assurer à chaque élève une éducation aux médias et à l’information qui soit une voie d’accès efficace aux savoirs et un vecteur de leur partage et que chaque enseignant puisse contribuer à cette éducation. Plus d'infos :

 Internet responsable Concours « Trophées des classes » pour un usage responsable d'Internet La 2e édition du concours « Pour un usage responsable d’Internet » s’étend aux classes de l’école élémentaire, du collège et du lycée. Vous avez encore jusqu’au 5 mai 2017 pour concourir en soumettant par voie numérique une production aboutie en lien avec l’une des quatre thématiques suivantes : le respect des droits des personnes, la protection de la vie privée, les traces laissées sur Internet et la vérification des sources.

Identité numérique, quels enjeux pour l'école ? Alors qu'Internet est en passe de devenir le loisir préféré des jeunes devant la télévision [1], les rapports sur la cybercriminalité mettant en garde contre les dangers du web 2.0 et l'utilisation frauduleuse des données personnelles se multiplient. Ce double constat amène à penser qu'il est plus que jamais nécessaire d'éduquer les jeunes à Internet et d’aborder avec eux la question de l'identité numérique - ce qui n’est pas chose aisée. En effet, cette question nous renvoie à nos pratiques, nos jugements, nos positionnements intellectuels et moraux (voire juridiques) qui sont généralement différents de ceux des élèves. Pour schématiser : d'un côté, l'adulte enseignant qui, interloqué, se demande comment « ils » peuvent s'afficher ainsi sur Internet, comment « ils » peuvent ne pas se rendre compte des dangers qui les guettent, de l'autre, des adolescents qui pensent que, s'ils ne s'affichent pas, ils n'existent pas et que demain est un autre jour ...

Neurosciences et numérique : le futur de la pédagogie Le 26 novembre prochain s’ouvrira, au Foyer de Cachan, un colloque intitulé « Pédagogies, neurosciences & numérique ». Organisée par Apprendre et réussir, le fonds de dotation créé par le Foyer de Cachant, cette manifestation interrogera les évolutions actuelles de l’art d’enseigner. Après l’apparition du langage, de l’écriture et de l’imprimerie, le développement fulgurant du « paire à paire » (« peer to peer »), de l’hypertexte et de l’hypermédia constitue la quatrième transformation radicale des moyens d’échange et de communication de l’humanité depuis le début de son histoire. Le monde s’organise en réseau et les outils coopératifs changent la donne de l’apprentissage, du travail et même de la vie personnelle. L’enseignement, centré sur la triade enseignant-enseigné-savoir est interrogé, d’autant que sa massification prend difficilement en compte les particularités ou singularités des personnes.

Oui il est important de maïtriser le contenu exposé à l'enfant et le temps passé devant les écrans de toute sortes. L'écran empêche une vraie sociabilisation. Mais l'on peut y trouver quelques avantages pour permettre un apprentissage ludique. Il existe par exemple des livres animés avec textes et sons qui rendent la lecture moins rébarbative pour des enfants de CP-CE1. Il existe aussi des applications type cahier de vacances qui récompensent les progrès par ceintures de couleurs et renforcement positif. Au final les enfants apprennent mieux en s'amusant. out cela doit rester sous le contrôle des adultes afin d'éviter tout excès. by laraside Mar 2

Bonjour, je suis entièrement d'accord avec vous, l'article surligne bien le fait que ce qui est le plus dangereux est de laisser l'enfant seul devant son écran. Un autre élément pourrait nous encourager à nous poser des question, je vais partager un deux articles a ce sujet, Il s'agit du choix les employés de sociétés high-tech de la Silicon Valley (Steeve Jobs y compris) mettent leurs enfants dans une école Waldorf dépourvue d'ordinateurs. Il me semble qu'il n'y a pas de réponse absolue, maitriser le temps passé devant les écrans me semble impératif et il est important de nous informer et de traiter les situations au cas par cas. Les conséquences de l'exposition aux ordinateurs et écrans fait partie, selon moi, de la problématique de la construction de l'identité virtuelle. Etes vous aussi de cet avis? Bonne journée, by roy_groupea_psy Feb 26

Related: