background preloader

Hypertext Transfer Protocol

Hypertext Transfer Protocol
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'HyperText Transfer Protocol, plus connu sous l'abréviation HTTP — littéralement « protocole de transfert hypertexte » — est un protocole de communication client-serveur développé pour le World Wide Web. HTTPS (avec S pour secured, soit « sécurisé ») est la variante du HTTP sécurisée par l'usage des protocoles SSL ou TLS. Les clients HTTP les plus connus sont les navigateurs Web permettant à un utilisateur d'accéder à un serveur contenant les données. Ces clients se connectent à des serveurs HTTP tels qu'Apache HTTP Server ou Internet Information Services. Historique[modifier | modifier le code] HTTP a été inventé par Tim Berners-Lee avec les adresses Web et le langage HTML pour créer le World Wide Web. En , HTTP/1.0 voit le jour et est décrit dans la RFC 1945. En , HTTP/1.1 devient finalement standard de l'IETF. Méthodes[modifier | modifier le code] Capture d'écran d'une requête GET et de sa réponse. GET / HTTP/1.1 Host: www.perdu.com Requête :

Nom de domaine Pour les articles homonymes, voir Domaine. Un nom de domaine (NDD en notation abrégée française ou DN pour Domain Name en anglais) est, dans le système de noms de domaine, un identifiant de domaine internet. Un domaine est un ensemble d'ordinateurs reliés à Internet et possédant une caractéristique commune. Par exemple, un domaine tel que .fr est l'ensemble des ordinateurs hébergeant des activités pour des personnes ou des organisations qui se sont enregistrées auprès de l'Association française pour le nommage Internet en coopération (AFNIC) qui est le registre responsable du domaine de premier niveau .fr ; en général, ces personnes ou ces entreprises ont une certaine relation (qui peut être ténue dans certains cas) avec la France ; le domaine paris.fr est l'ensemble des ordinateurs hébergeant des activités pour la ville de Paris. Un nom de domaine est un « masque » sur une adresse IP. Syntaxe[modifier | modifier le code] Serveur DNS[modifier | modifier le code] Portail d’Internet

Adresse IP Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une adresse IP (avec IP pour Internet Protocol) est un numéro d'identification qui est attribué de façon permanente ou provisoire à chaque appareil connecté à un réseau informatique utilisant l'Internet Protocol. L'adresse IP est à la base du système d'acheminement (le routage) des messages sur Internet. Utilisation des adresses IP[modifier | modifier le code] L'adresse IP est attribuée à chaque interface avec le réseau de tout matériel informatique (routeur, ordinateur, modem ADSL, imprimante réseau, etc.) connecté à un réseau informatique utilisant l’Internet Protocol comme protocole de communication entre ses nœuds. Les adresses IPv4 sont dites publiques si elles sont enregistrées et routables sur Internet, elles sont donc uniques mondialement. Adresse IP et nom de domaine[modifier | modifier le code] La plupart des adresses IP des serveurs peuvent être converties en un nom de domaine et inversement. Sous-réseau[modifier | modifier le code]

Suite des protocoles Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La suite TCP/IP est l'ensemble des protocoles utilisés pour le transfert des données sur Internet. Elle est souvent appelée TCP/IP, d'après le nom de ses deux premiers protocoles : TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol). Ils sont inventés par Vinton G. Le réseau Arpanet adopte le la suite de protocoles TCP/IP qui sera la base d'Internet[1]. Le modèle OSI, qui décompose les différents protocoles en sept couches, peut être utilisé pour décrire la suite de protocoles Internet, bien que les couches du modèle OSI ne correspondent pas toujours avec les habitudes d'Internet (Internet étant basé sur TCP/IP qui ne comporte que quatre couches[2]). Le modèle Internet a été créé afin de répondre à un problème pratique, alors que le modèle OSI correspond à une approche plus théorique, et a été développé plus tôt dans l'histoire des réseaux. Couches TCP/IP[modifier | modifier le code] Couche physique[modifier | modifier le code]

Tunnel (réseau informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Par exemple, pour faire passer le protocole IPv6 dans l'Internet actuel (qui est presque entièrement en IPv4) on va créer un tunnel entre deux machines IPv4 ; ce tunnel, pour le protocole IPv6, semblera un simple lien point-à-point (un logiciel comme traceroute ne verra donc pas le tunnel). En sécurité, on crée souvent des tunnels chiffrés, par exemple comme le fait SSH. Les tunnels peuvent être utilisés pour créer des réseaux privés virtuels (VPN). Le tunnel HTTP est le cas particulier de faire passer une connexion interdite par un pare-feu (SSH par exemple) dans un protocole HTTP presque toujours autorisé. Exemples de tunnels Portail des télécommunications

Trame (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Trame. Dans les réseaux informatiques, une trame est le PDU de la couche 2 (Liaison de donnée) dans le modèle OSI. Il existe 3 versions différentes dont une qui a été abandonnée: Ethernet Type I (créée par Xerox) abandonnée a l'heure actuelleEthernet Type II (propriétaire Intel, Digital, Xerox)IEEE 802.3 Préambule (7 octets) qui sert à la synchronisation du signal,Délimiteur (1 octets) pour signaler le début des informations de la trame, adresse destination (6 octets), adresse source (6 octets), EtherType (2 octets, protocole de la couche supérieure), données et PAD (remplissage) (taille maximum est égale au MTU définit, qui par défaut vaut 1500 octets , et l'utilisateur doit envoyer des paquets d'au moins 46 octets sinon remplissage pour atteindre les 46 octets avec le champ PAD), et CRC (4 octets). Datagramme ou paquet

Hypertext Transfer Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'HyperText Transfer Protocol Secure, plus connu sous l'abréviation HTTPS — littéralement « protocole de transfert hypertexte sécurisé » — est la combinaison du HTTP avec une couche de chiffrement comme SSL ou TLS. HTTPS permet au visiteur de vérifier l'identité du site web auquel il accède, grâce à un certificat d'authentification émis par une autorité tierce, réputée fiable (et faisant généralement partie de la liste blanche des navigateurs internet). Il garantit théoriquement la confidentialité et l'intégrité des données envoyées par l'utilisateur (notamment des informations entrées dans les formulaires) et reçues du serveur. Il peut permettre de valider l'identité du visiteur, si celui-ci utilise également un certificat d'authentification client. HTTPS est généralement utilisé pour les transactions financières en ligne : commerce électronique, banque en ligne, courtage en ligne, etc. HTTPS et piratage[modifier | modifier le code]

Transport Layer Security Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Transport Layer Security (TLS), et son prédécesseur Secure Sockets Layer (SSL), sont des protocoles de sécurisation des échanges sur Internet, développés à l'origine par Netscape (SSL version 2 et SSL version 3). Il a été renommé en Transport Layer Security (TLS) par l'IETF à la suite du rachat du brevet de Netscape par l'IETF en 2001. Le groupe de travail correspondant à l'IETF a permis la création des RFC 2246 pour le TLS et RFC 4347 pour son équivalent en mode datagramme, le DTLS. Depuis son rapatriement par l'IETF, le protocole TLS a vécu deux révisions subséquentes : TLSv1.1 décrite dans la RFC 4346 et publiée en 2006 et TLSv1.2, décrite par la RFC 5246 et publiée en 2008. Il y a très peu de différences entre SSL version 3 et TLS version 1 (qui correspond à la version 3.1 du mécanisme SSL) rendant les deux protocoles non interopérables. Par abus de langage, on parle de SSL pour désigner indifféremment SSL ou TLS.

File Transfer Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir FTP. File Transfer Protocol (protocole de transfert de fichiers), ou FTP, est un protocole de communication destiné à l'échange informatique de fichiers sur un réseau TCP/IP. Il permet, depuis un ordinateur, de copier des fichiers vers un autre ordinateur du réseau, ou encore de supprimer ou de modifier des fichiers sur cet ordinateur. Ce mécanisme de copie est souvent utilisé pour alimenter un site web hébergé chez un tiers. La variante de FTP protégée par les protocoles SSL ou TLS (SSL étant le prédécesseur de TLS) s'appelle FTPS. FTP obéit à un modèle client-serveur, c'est-à-dire qu'une des deux parties, le client, envoie des requêtes auxquelles réagit l'autre, appelé serveur. FTP, qui appartient à la couche application du modèle OSI et du modèle ARPA, utilise une connexion TCP. Ce protocole peut fonctionner avec IPv4 et IPv6. Histoire[modifier | modifier le code] Interopérabilité[modifier | modifier le code]

Transmission Control Protocol Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir TCP. Transmission Control Protocol (littéralement, « protocole de contrôle de transmissions »), abrégé TCP, est un protocole de transport fiable, en mode connecté, documenté dans la RFC 793[1] de l’IETF. Dans le modèle Internet, aussi appelé modèle TCP/IP, TCP est situé au-dessus de IP. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Une session TCP fonctionne en trois phases : l'établissement de la connexion ;les transferts de données ;la fin de la connexion. L'établissement de la connexion se fait par un handshaking en trois temps. Structure d'un segment TCP[modifier | modifier le code] En bits Signification des champs : Établissement d'une connexion[modifier | modifier le code] Le client envoie un segment SYN au serveur,Le serveur lui répond par un segment SYN/ACK,Le client confirme par un segment ACK. Durant cet échange initial, les numéros de séquence des deux parties sont synchronisés : RTT moyen = (1- est 0.125.

Related: