background preloader

Le harcèlement en milieu scolaire

Le harcèlement en milieu scolaire
Définition du harcèlement en milieu scolaire Le harcèlement en milieu scolaire, moins visible que les violences verbales, physiques, d'atteinte aux biens ou d'intrusions, dégrade, de manière insidieuse et durable, le climat scolaire au sein des écoles et des établissements. Ses conséquences à court, moyen et long termes peuvent être graves tant pour les victimes que pour les auteurs. Le harcèlement en milieu scolaire se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Le harcèlement se fonde sur le rejet de la différence et la stigmatisation de certaines caractéristiques. Il revêt des aspects divers en fonction de l'âge et du sexe. On peut considérer qu'il y a harcèlement lorsque: les agressions sont répétées et s'inscrivent dans la durée,la relation entre l'agresseur ou les agresseurs et la victime est asymétrique. Agir contre le harcèlement à l'école.gouv.fr Conséquences Deux guides pour les professionnels Related:  Violence scolaire/ Climat scolaireLutte contre la violence scolaire et le harcèlement

Prévenir la violence Lutter contre l'échec scolaire La lutte contre l'échec scolaire et pour l'égalité des chances constitue la première des préventions. Le socle commun de connaissances et de compétences prend largement en compte la nécessité, pour l'élève, d'acquérir des compétences sociales et civiques, d'apprendre à vivre ensemble à travers des actions concrètes (prise de responsabilité, débat et respect des idées d'autrui). Faire respecter les règles de vie dans l'établissement La lutte contre la violence repose sur le rappel de l'obligation scolaire et sur le contrôle de la fréquentation et de l'assiduité scolaires. Elle implique la connaissance et la compréhension des règlements intérieurs par les élèves et les parents ainsi que des sanctions encourues en cas de manquement au respect des règles établies. Dispositifs spécifiques Les Comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), généralisés en 2005, participent à l'élaboration du plan de prévention de la violence dans chaque établissement.

Le ressenti du harceleur Quand un jeune ou un groupe en maltraite un autre, il peut éprouver de la jubilation ou de la haine et avoir parfois le sentiment d’être supérieur. Mais pourquoi a-t-on besoin de se sentir supérieur en agressant ? Serait-ce pour masquer un sentiment d’infériorité ? Pourquoi peut-on en arriver à détester quelqu’un qui ne nous a rien fait au point d’avoir besoin de se défouler sur lui ? Peut-être parce qu’il nous rappelle quelque chose qui nous fait souffrir ou dont on a honte, et cela peut mettre en colère. « Je l’ai toujours su mais je ne l’ai pas toujours accepté. Parfois on harcèle parce qu’on a été nous même harcelé, et on décide alors de se venger parce qu’on ne trouve pas d’autres solutions pour dépasser la peur qu’on a vécue. Ce n’est donc pas le jeune harcelé qui est à remettre en cause, mais plutôt ce qu’il représente pour le harceleur. Le jeune qui harcèle tourne alors en rond sans surmonter ses difficultés, n’avançe pas et a honte de s’avouer qu’il a besoin d’aide. La réputation

Équipes mobiles de sécurité académiques Missions Les équipes mobiles de sécurité académiques ont principalement pour missions : d'accompagner et aider les établissements en cas de fortes tensions ou en temps de crise liée à l'insécurité ;d'assurer la protection et la sécurité des personnes et des biens au sein des établissements et à leurs abords ;d'améliorer la prise en charge des élèves aux conduites problématiques. Composition Chaque académie définit la composition de l'équipe selon sa taille et ses spécificités. des personnels appartenant à l'Éducation nationale : chef d'établissement, enseignant, conseiller principal d'éducation, ... Quelle que soit leur origine professionnelle, les membres de ces équipes sont formés pour s'adapter aux spécificités des interventions en milieu scolaire. Modalités d'intervention Elles agissent sur instruction du recteur : Ces équipes interviennent sous la responsabilité du chef d'établissement.

Le cyber peut blesser Agir contre la violence Les grands axes d'action pour lutter contre la violence à l'école La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République traduit l'engagement du ministère de répondre au phénomène de violence à l'école. Une politique d'ensemble est menée afin de mettre en place les conditions favorables à une communauté éducative sereine, en ciblant notamment les établissements les plus exposés au phénomène de la violence. La réalisation de diagnostics de sécurité Les diagnostics de sécurité présentent des préconisations d'ordre technique et organisationnel afin de sécuriser au mieux l'établissement scolaire concerné. Cette mesure de sécurisation est complémentaire des diagnostics de sûreté menés par les fonctionnaires du ministère de l'intérieur. Le dispositif des correspondants pour la sécurité de l'école Les "correspondants police-gendarmerie sécurité de l'école" sont désignés dans tous les établissements scolaires et dans certaines écoles.

La campagne Agir contre le harcèlement à l'école Huit mesures pour agir contre le harcèlement à l'école Un site Internet rénové : agircontreleharcelementalecole.gouv.fr 31 référents académiques à l’écoute des victimes et des témoins 2 clips-vidéo pour sensibiliser aux enjeux du harcèlement : Le Ministère de l’Education nationale s’est associé à deux personnalités, la chanteuse Chimène Badi et le champion d’Europe d’athlétisme Christophe Lemaitre, qui ont accepté de témoigner de leur expérience d’anciens élèves victimes de harcèlement. Ils seront diffusés sur le web (site agircontreleharcelementalecole.gouv.fr et réseaux sociaux) ainsi que sur les antennes de France Télévisions du 27 novembre au 10 décembre. 6 fiches pour savoir quoi faire : Pour les élèves victimes ou témoins d’actes de harcèlement, pour des parents inquiets pour leurs enfants, le ministère propose des fiches répondant à leurs questions les plus fréquentes et les accompagnant dans leurs démarches.

Mesure de la violence en milieu scolaire Conçu par la direction de l'Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP), en concertation avec les chefs d'établissement, le Système d'information et de vigilance sur la sécurité scolaire (SIVIS) repose sur un échantillon, scientifiquement élaboré, d'établissements publics du second degré, représentatif au niveau national (France métropolitaine et DOM). SIVIS a remplacé Signa (Signalement des actes de violence) à la rentrée scolaire 2007. Il est centré sur les actes de violence les plus graves : faits portés à la connaissance de la police, de la gendarmerie ou de la justice, faits susceptibles de donner lieu à dépôt de plainte ou à conseil de discipline et faits ayant entraîné des soins. Il permet également de recenser des actes comme les atteintes à la vie privée (droit à l'image et représentation des personnes). La DEPP publie de façon régulière des notes d'information qui analysent les données collectées. Une vision consolidée de l'état de la sécurité dans les collèges

Stop la violence! : le serious game contre le harcèlement au collège 10 %. C'est le nombre de collégiens français qui subiraient du harcèlement dans les établissements de formation et sur Internet. Conséquemment, ces situations de détresse causent de l'absentéisme, du stress, de la dépression et d'autres effets néfastes sur les jeunes de l'Hexagone. Dans ce jeu, le joueur devient une élève qui enquête sur 3 mystères concernant des camarades. La société de production Tralalere est une habituée du genre. Ce jeu n'est peut-être pas la plus grande réalisation de Tralalere – un peu trop court et facile –, mais certainement un incontournable dans les collèges pour diminuer la proportion d'élèves harcelés. Référence : Climat scolaire En novembre 2012, le ministère de l'éducation nationale crée la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire (DMPLV), animée par Éric DEBARBIEUX, rattachée à la direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO). Dans ces domaines, la délégation est chargée des missions d'impulsion, d'observation, d'analyse, de conseil et de formation. La recherche scientifique a établi le lien très fort entre qualité du "climat scolaire", victimation à l'école, qualité des apprentissages et réussite scolaire. Il y a donc un enjeu majeur à sensibiliser et mobiliser tous les acteurs à ces thématiques, mentionnées tant dans la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République que dans le rapport annexé. La DGESCO, la DMPLV et l'inspection générale de l'éducation nationale ont contribué à l'élaboration de ces ressources. Il vient en lieu et place d'un précédent dossier de sensibilisation conçu en 2011.

Contre le cyberharcèlement, l’Éducation nationale mise sur la prévention Vincent Peillon, le ministre de l’Éducation nationale, a lancé hier matin une campagne intitulée « Agir contre le harcèlement à l'École ». Pour l’occasion, huit mesures ont été dévoilées, dont une vise tout particulièrement les cas dits de cyberharcèlement (via les réseaux sociaux, les téléphones portables...). Explications. L’Éducation nationale diffuse des clips sur le thème "Et si on s’parlait du harcèlement ?" C’est donc un « guide de prévention de la cyberviolence entre élèves » (PDF) qu’a présenté hier le ministre de l’Éducation nationale. La Rue de Grenelle met en avant le chiffre de 40 % des collégiens et des lycéens qui déclarent avoir été victimes de cyberviolence au moins une fois pendant l’année scolaire. Mais que faire contre la cyberviolence ? Sensibilisation et prévention Ensuite, en classe, les élèves sont sensibilisés au phénomène - en fonction de leur niveau - dans le cadre de l’enseignement d’éducation aux médias. Sanctions internes ou judiciaires Xavier Berne

Classement PISA : la France championne des inégalités scolaires Le rapport PISA 2012 sur le niveau scolaire publié par l'OCDE mardi situe notre pays à la 25e place sur 65. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Y aura-t-il un « choc PISA » ? Nul doute que la mauvaise note attribuée par l'OCDE à la France, dans le cadre de son Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), va susciter l'émoi. Les résultats de cette enquête triennale, publiés mardi 3 décembre, révèlent que la France bat des records d'injustice. L'édition 2012 de PISA met l'accent sur le niveau des élèves de 15 ans en mathématiques. Voir l'infographie : Les gagnants et les perdants du classement PISA Des écarts qui se creusent Le fossé n'a jamais été aussi grand entre les « bons » et les « mauvais ». Ce sont eux qui tirent les résultats de la France vers le bas, eux que le système ne parvient pas à faire progresser. Lire notre analyse (abonnés) : Comment PISA est devenu la norme mondiale de l'évaluation scolaire Des élèves anxieux

Related: