background preloader

Analyses musicales

iAnalyse 4 Fr | Pierre Couprie Recherche et développement : Pierre Couprie Version : 3.x ou 4.xLangages : français, anglaisSystème minimum : version 3 : Macintosh PowerPC G5 ou Intel Core (2) Duo, 1.5 Ghz, système OS 10.5, 10.6 ou 10.7, 1Go de RAM, écran 1024×768 pixels ou plus. (Aucune version Windows n’est et ne sera développée) Pierre Couprie Software Faites également la promotion de votre Page Presentation iAnalyse permet de synchroniser les pages d’une partition (images ou PDF) sur un fichier audio ou vidéo. Fonctionnalités de la version 4 iAnalyse 4 apporte de nombreuses nouveautés et l’interface a été repensée afin d’être plus simple et laisser un maximum de place à vos objets d’analyse. Téléchargements Télécharger iAnalyse 4 pour Mac OS 10.7 ou supérieur Télécharger iAnalyse 3 pour Mac OS 10.5 ou 10.6 Télécharger la licence pour activer la version 3 Pro En cas de problèmes avec l’installer l’image de disque, voici une version en format zip. Télécharger iAnalyse 3 pour Mac OS 10.5 ou supérieur en format zip

Comment analyser une oeuvre musicale ou un extrait sonore ? (Methodologie) - atelierdezarts Comment analyser un extrait sonore ? I. Replacer l’œuvre musicale dans son contexte. (voir cahier d'histoire des arts) II. Analyser la musique : choisir le plus important. Les différents paramètres de la musique qui vont être détaillés ci-dessous ne sont pas forcément de même importance dans une œuvre musicale. · Le tempo et le rythme : Quelle est la vitesse (tempo) de la musique ? · La formation et les instruments : Quels instruments jouent ? · La voix : Quel est le registre (grave, aigu / soprano, basse, ténor…) ? · L’intensité et la dynamique (le volume du son) : Quel est le volume (intensité) du son ? · L’impression produite : Quel est le « caractère » de la musique (très agitée, très calme, très joyeuse…) ? · La forme et la structure : Comment s’organise le morceau de musique et quelles sont les différentes parties du morceau (introduction, coda, exposition du thème, transition, couplet, refrain, pont…) ? III. La musique et les images sont-elles synchronisées ?

Histoire des arts : œuvre musicale Analyser un chant Avec la réforme du brevet, l’histoire des arts est devenue une épreuve à part entière. Travailler sur un œuvre musicale sans paroles risque d’être délicat pour l’épreuve d’histoire des arts du Brevet. En revanche, l’analyse d’un chant est un sujet tout à fait approprié pour l’oral car il vous sera facile d’en faire ressortir le message. Voici un plan type pour le brevet : Introduction : présentation du chant La Nature de l’œuvre : Présentez l’œuvre, en précisant sa nature (litanie religieuse, musique populaire, chant patriotique, …), sa date de création et son auteur. Origine de l’œuvre : Quel est le compositeur à l’origine de cette œuvre ? Contexte historique : Quels sont les enjeux politiques, économiques et sociaux de l’époque ? Exemple de présentation d’une chanson : Strange Fruit est chantée par l’interprète afro-américaine Billie Holiday, qui la chanta pour la première fois en 1939. Première partie : description et analyse Les paroles : Quel est le répertoire ?

Comment analyser une oeuvre musicale ou un extrait sonore ? (Methodologie) - atelierdezarts Comment analyser un extrait sonore ? I. Replacer l’œuvre musicale dans son contexte. II. Les différents paramètres de la musique qui vont être détaillés ci-dessous ne sont pas forcément de même importance dans une œuvre musicale. · Le tempo et le rythme : Quelle est la vitesse (tempo) de la musique ? · La formation et les instruments : Quels instruments jouent ? · La voix : Quel est le registre (grave, aigu / soprano, basse, ténor…) ? · L’intensité et la dynamique (le volume du son) : Quel est le volume (intensité) du son ? · L’impression produite : Quel est le « caractère » de la musique (très agitée, très calme, très joyeuse…) ? · La forme et la structure : Comment s’organise le morceau de musique et quelles sont les différentes parties du morceau (introduction, coda, exposition du thème, transition, couplet, refrain, pont…) ? III. La musique et les images sont-elles synchronisées ?

Alceste (Rondeau pour la Gloire) de Jean-Baptiste Lully La forme rondeau existe depuis le Moyen Age où elle était l'une des formes de chanson les plus utilisées, avec le lai et la ballade. A l'époque de Lully, elle est une alternance entre un refrain et plusieurs couplets. Ce Rondeau pour la Gloire extrait de l'opéra Alceste (Prologue, scène 1) de Jean-Baptiste Lully est un exemple très simple : Refrain (x2)Couplet 1RefrainCouplet 2Refrain (x2) Alceste (Prologue, scène 1) : Rondeau pour la Gloire Jean-Baptiste Lully (1632-1687) Livret : Philippe Quinault Extrait d'un concert enregistré à la Cité de la musique le 15 novembre 2008 François-Xavier Roth, direction Les Siècles

Symphonie n° 4 (1er mvt) de Brahms Brahms compose sa Symphonie n° 4 à Vienne, en 1885. Comme ses symphonies précédentes, elle s'inscrit dans une tradition héritée des grands compositeurs qui l'ont précédé comme Beethoven, Mozart, Haydn, Bach, Haendel ou encore Palestrina. Il suit avec rigueur la forme d'une symphonie classique, autant dans sa composition générale en quatre mouvements que dans la structure interne de chacun d'eux. Ses idées musicales sont elles d'expression romantique comme l'illustre ce premier thème à la mélodie haletante et lyrique. Symphonie n° 4 en mi mineur op. 98 (1er mouvement) Johannes Brahms (1833-1897) Concert enregistré à la Cité de la musique le 17 mars 2009 Emmanuel Krivine, direction La Chambre Philharmonique Seules les premières minutes de l'œuvre sont présentées dans ce guide.

Le récit du Prince Kalender Rimski-Korsakov compose ce poème symphonique inspiré des Mille et Une Nuits, en cherchant à faire ressentir l'essence même de l'histoire plus que sa description précise. Aussi, il fait de l'orchestre un narrateur subtil dont les mélodies et les timbres suggèrent les couleurs de l'Orient, le charme envoûtant de la voix de Shéhérazade et les nombreux récits qui s'imbriquent les uns aux autres. Lire la suite… Shéhérazade : II. Le Récit du prince Kalender Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) Extrait d'un concert enregistré à la Cité de la musique le 3 octobre 2010 François-Xavier Roth, direction Les Siècles Seules les premières minutes de l'œuvre sont présentées.

Le jeune prince et la princesse Lorsque Rimski-Korsakov compose sa suite symphonique inspirée des Mille et Une Nuits, il cherche à faire ressentir à l'auditeur l'essence même de l'histoire plus qu'à la décrire avec précision. Aussi, il fait de l'orchestre un narrateur subtil dont les mélodies et les timbres suggèrent les couleurs de l'Orient et le charme envoûtant de la voix de Shéhérazade. Dans cet extrait, c'est un jeune prince épris d'une princesse qui a inspiré au compositeur un thème constitué d'une longue phrase entrecoupée d'envolées, véritables arabesques musicales. lire la suite Shéhérazade (III. Le Jeune Prince et la Princesse) Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) Extrait d'un concert enregistré à la Cité de la musique le 3 octobre 2010 François-Xavier Roth, directionLes Siècles Seules les premières minutes de l'œuvre sont présentées dans ce guide.

Siegfried-Idyll de Richard Wagner : un cadeau d'anniversaire Le titre de cette œuvre évoque un des plus grands opéras composé par Richard Wagner, Siegfried, le troisième volet de la Tétralogie. Le compositeur reprend d'ailleurs des thèmes de cet opéra auquel il travaille simultanément - dans cet extrait : le thème de L'Immortelle bien-aimée et celui du Sommeil de Siegfried. Pourtant, quand Wagner compose en secret pour Cosima, son épouse, il pense à un tout autre Siegfried : leur fils, né un an avant la création de ce poème intime et émouvant, très éloigné du gigantisme qui caractérise son œuvre. Le matin du 24 décembre 1870, veille de son anniversaire, Cosima Wagner est réveillée par une tendre mélodie interprétée par un ensemble de treize musiciens installés dans l'escalier de leur maison. Siegfried-Idyll Richard Wagner (1813-1883) Extrait du concert donné à la Cité de la musique le 15 novembre 1998 David Robertson, direction Ensemble Intercontemporain Seules les premières minutes de l'œuvre sont présentées dans cet extrait.

Tannhäuser de Richard Wagner : une ouverture grandiose Tannhäuser est un des premiers grands chefs-d'œuvre de Richard Wagner. Cet opéra conte l'histoire de Tannhäuser, un homme en quête d'identité, partagé entre le sensuel et le spirituel, l'amour profane et l'amour sacré, mais aussi celle d'un artiste cherchant la reconnaissance. La première version est créée à Dresde en octobre 1845. Dès l'ouverture, deux thèmes principaux s'opposent, symbolisant la dualité de Tannhäuser. Le thème dit du Repentir lui succède, plus lyrique mais introspectif. Quand le thème initial des pèlerins réapparaît, c'est alors avec puissance et éclat, joué par 2 trombones, un trombone basse et un tuba, soutenus par des roulements de timbales. Richard Wagner puise dans la richesse de l'orchestre symphonique une puissance dramatique telle qu'il nous plonge en quelques instants au cœur de ce grand opéra romantique.

La Mer (Jeux de vagues) de Claude Debussy : une palette de timbres pour dépeindre les vagues Debussy donne à entendre une mer chahutée, tantôt en colère, tantôt espiègle, dont les innombrables vagues sont représentées par les différents instruments. Lorsque Debussy compose La Mer, dont sont issus ces Jeux de vagues, il est en vacances en Bourgogne… loin de la mer ! Il explique comment il peut composer cette œuvre en étant aussi loin de l'océan : « J'ai d'innombrables souvenirs ; cela vaut mieux à mon sens qu'une réalité dont le charme pèse généralement trop lourd sur votre pensée… ». La Mer (Jeux de vagues) (1903-1905) Claude Debussy (1862-1918) Extrait d'un concert enregistré à la Salle Pleyel le 27 septembre 2009 Valery Gergiev, direction London Symphony Orchestra Seules les premières minutes de l'œuvre sont jouées dans ce guide.

Related: