background preloader

Exoplanète

Exoplanète
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vue d'artiste des trois étoiles de l'exoplanète HD 188753 Ab (l'une des étoiles étant couchée), à partir d'un hypothétique satellite de cette dernière Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète située en-dehors du Système solaire. Initialement le terme était seulement utilisé pour qualifier les planètes en orbite autour d'étoiles autres que le Soleil. Un biais dans les méthodes de détection utilisées fait que l'on a d'abord détecté majoritairement des planètes assez particulières comparées à celles présentes dans le Système solaire, en particulier des planètes très massives et très proches de leur étoile hôte. Depuis que les méthodes se sont améliorées, nombre de travaux dans ce domaine visent à mettre en évidence des planètes ressemblant à la Terre et pouvant héberger une vie comparable à celle qui y existe, en particulier lorsqu'elles orbitent dans la zone habitable de leur étoile. Définition[modifier | modifier le code] Related:  Exoplanètes

Découverte inédite d'une planète solitaire qui n'a pas d'étoile Des chercheurs canadiens ont découvert une planète qui n'orbiterait autour d'aucune étoile. C'est la première fois qu'un tel corps est déniché dans l'espace. Baptisée CFBDSIR2149, elle ferait environ sept fois la taille de Jupiter. Si la découverte de nouvelles exoplanètes est loin d'être rare, celle-ci relève plus de la surprise astronomique. Des chercheurs canadiens et français ont annoncé avoir déniché une planète errante qui n'orbiterait autour d'aucune étoile. En effet, plusieurs objets "errants" avaient été dénichés jusqu'ici mais aucun ne présentait les caractéristiques de CFBDSIR2149, comme l'ont nommé les scientifiques. Observer une planète sans être gêné par la lumière d'une étoile Si l'existence des planètes errantes a largement été évoquée par les spécialistes, le scénario qui a pu conduire à leur formation reste un mystère. "Cet objet a été découvert au cours d'un scan qui a couvert l'équivalent de 1.000 fois la surface de la pleine Lune. Vous nous aimez déjà ?

Système Extrasolaire Comparaison des exoplanètes du système Kepler-37 avec la Terre, la Lune, Mars et Mercure Découverte du plus petit système extrasolaire connu à ce jour grâce au satellite Kepler. Une équipe d’astronomes a découvert avec le satellite Kepler dédié à la recherche d’ exoplanètes , le plus petit ensemble planétaire connu : trois minuscules planètes gravitant autour d’une étoile semblable à notre Soleil (un peu plus petite et moins chaude). Leurs orbites sont inférieures à celle de Mercure , petite planète de “chez nous” qui tourne autour du Soleil en 88 jours à une distance moyenne de 58 millions de km. Lire la suite » Image composite de l'étoile Fomalhaut et de son anneau de poussières escorté de 2 planètes La vue pénétrante du télescope spatial Hubble avait révéler en 2008 , une jeune planète au sein de la nuée de poussières qui entoure Fomalhaut . Illustration de l'exoplanète Kepler-20e où il règne une température supérieure à 700 °C Illsutration de la planète habitable Kepler-22 b Via CNRC .

Expansion de l'Univers Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expansion de l'Univers imagée par le gonflement d'un gâteau aux raisins. En cosmologie, l'expansion de l'Univers est le nom du phénomène qui voit à grande échelle les objets composant l'univers (galaxies, amas, …) s'éloigner les unes des autres. L'expansion de l'univers est la solution théorique trouvée par Friedmann pour rendre compte du fait que l'univers ne se soit pas déjà effondré sous l'effet de la gravitation. Du point de vue observationnel, l'expansion se traduit par une augmentation de la longueur d'onde de la lumière émise par les galaxies : c'est le phénomène de décalage vers le rouge. La découverte de ce décalage vers le rouge est attribuée à l'astronome américain Edwin Hubble en 1929, bien qu'il ait été implicitement mis en évidence 15 ans plus tôt par Vesto Slipher et prédit, voire mesuré, par Georges Lemaître à la fin des années 1920. Manifestation de l'expansion de l'Univers[modifier | modifier le code]

Notre galaxie pourrait abriter des milliards de planètes habitables Et si la Voie Lactée était une grande colocation? Des milliards de planètes de taille terrestre en orbite autour d'étoiles similaires au Soleil dans notre galaxie seraient potentiellement habitables, ont estimé lundi des astronomes. Une étoile sur cinq similaire au soleil dans la Voie Lactée, qui en compte quelque 55 milliards, a en orbite une planète, dont la taille est similaire ou proche de celle de la Terre, qui se trouve ni trop éloignée ni trop rapprochée de leur astre, ce qui permet des températures sous lesquelles l'eau peut exister et les rend potentiellement habitables. Les scientifiques se sont basés sur les données des trois premières années d'observation par le télescope Kepler, aujourd'hui hors service. «Des planètes comme la Terre sont relativement fréquentes dans toute la Voie Lactée» N'est pas habitable qui veut Sur la base des trois premières années de données collectées par Kepler, les astronomes ont détecté 3.538 exoplanètes potentielles, dont 833 confirmées. Avec AFP

Méthodes de détection des exoplanètes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En astronomie, la recherche des exoplanètes fait appel à plusieurs méthodes de détection des exoplanètes. La majorité de ces méthodes sont à l'heure actuelle indirectes, puisque la proximité de ces planètes avec leur étoile est si grande que leur lumière est complètement noyée dans celle de l'étoile. Les méthodes indirectes[modifier | modifier le code] Les vitesses radiales[modifier | modifier le code] La méthode des vitesses radiales est la méthode qui a permis aux astronomes suisses Michel Mayor et Didier Queloz de détecter la première exoplanète autour de l'étoile 51 Peg. La détection par vitesse radiale consiste à utiliser l'effet Doppler-Fizeau. C'est cette méthode qui a pour le moment permis de découvrir la majorité des planètes extrasolaires que nous connaissons. Les transits[modifier | modifier le code] Le transit de la planète devant son étoile fait varier la luminosité de cette dernière. L'astrométrie[modifier | modifier le code] Cor.

Exoplanètes - UFOcenter 13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 10:51 L’essai raté. 1992: les premières planètes extrasolaires sont découvertes. Déception : elles orbitent non pas autour d’une étoile, mais d’un pulsar nommé PSR B1257+12, une étoile à neutron à forte vitesse de rotation, prodigues en radiations. Les rayons provoquent sur les planètes de fabuleuses aurores boréales, mais aucun être humain ne pourra les y observer. NASA/JPL-Caltech La première. 1995, deux astronomes suisses détectent la première planète en orbite autour d’une étoile comparable à notre Soleil. La voisine. La doyenne. Les égarées. L’illuminée. La planète noire. La planète « Janus ». La jumelle. Source:le figaro

La première exoplanète potentiellement habitable, à seulement 20 années-lumière de la Terre Le système planétaire de l'étoile naine Gliese 581, l'une des plus proches voisines du Soleil, est l'objet de nombreuses études depuis plusieurs années, notamment pour y détecter la première exoplanète potentiellement habitable. Après deux premières candidates, écartées depuis, le cas de la planète Gliese 581d ressurgit aujourd'hui. Une équipe du Laboratoire de météorologie dynamique (CNRS/UPMC/ENS/Ecole Polytechnique) de l'Institut Pierre-Simon Laplace à Paris vient en effet de mettre en évidence qu'elle pourrait être propice à la vie telle que nous la connaissons sur Terre. Ces résultats sont publiés dans « The Astrophysical Journal Letters ». Existe-il dans l'Univers d'autres planètes habitées que la Terre, ou au moins propice à la vie telle que nous la connaissons ? Dans cette quête, les planètes autour de l'étoile Gliese 581 ont déjà suscité plusieurs espoirs. Source(s): "Gliese 581d is the first discovered terrestrial-mass exoplanet in the habitable zone". Contact(s):

Horizon (trou noir) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Horizon. En astrophysique, l'horizon d'un trou noir, ou l'horizon des événements (event horizon en anglais), représente la partie d'un trou noir à partir de laquelle la vitesse de libération atteint celle de la lumière. Selon le type de trou noir concerné, la taille et la forme de l'horizon seraient variables. Elles seraient en grande partie déterminée par la masse et par le moment cinétique du trou noir. L'horizon représente la limite de l'extension spatiale du trou noir, définissant ce qui peut être considéré comme étant sa taille. Jusqu'ici, aucun horizon des événements n'a été observé. Selon le théorème de calvitie, les trous noirs peuvent être décrits à partir de trois paramètres : la masse, le moment cinétique et la charge électrique. Selon ces paramètres, on distingue quatre types de trous noirs[1] : Équation : Rs=2GM ⁄c2 Ainsi, par exemple, le rayon de Schwarzschild du Soleil correspond à environ 3 km.

Découverte d'une incroyable planète composée d'eau Mardi, des astrophysiciens ont confirmé la découverte d'une nouvelle sorte de planète située hors de notre système solaire. Celle ci serait essentiellement composée d'eau et entourée d'une atmosphère épaisse et humide. Ils ont basé leurs conclusions sur l'examen des données de l'exoplanète GJ1214b, découverte en 2009 par le téléscope de la NASA Hubble. Un monde aquatique Le système solaire compte trois sortes de planètes: les planètes telluriques ou rocheuses, à l'image de la Terre (Mercure, Vénus, Mars), les géantes gazeuses (Jupiter et Saturne) et les géantes glacées (Uranus et Neptune). En analysant GJ1214b, l'astronome Zachory Berta, du centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian (CFA), a démontré qu'il s'agissait d'un monde aquatique enveloppé d'une atmosphère épaisse et chaude. Son diamètre est 2,7 fois celui de la Terre "GJ1214b ne ressemble à aucune planète que nous connaissons", a-t-il déclaré dans un communiqué publié par le CFA. Des substances complètement étrangères

La première image d'une planète naissante ? Cette tache lumineuse, au centre de l’image, est peut-être la première photographie d’une planète en formation autour d’une jeune étoile… L’image a été obtenue avec le télescope européen VLT et son système d’optique adaptative Naco. La jeune étoile HD 100546 est masquée derrière un cache situé au foyer de l’instrument. Photo ESO. L’annonce de l’observatoire européen austral (ESO) est prudente, car la découverte, si elle se confirme, est si remarquable qu’elle exige des vérifications et observations complémentaires : en matière d’exoplanétologie, les annonces fracassantes aussitôt publiées aussitôt démenties sont encore trop fréquentes. L’étoile HD 100546 se trouve à environ 330 années-lumière, dans la constellation de la Mouche, entre la Croix du Sud et le Pôle céleste sud. Le disque protoplanétaire de HD 100546 photographié par le télescope spatial Hubble. Serge Brunier

GJ 504b, la planète rose qui intéresse les scientifiques Une nouvelle exoplanète a été décelée. Selon le site du National Geographic et selon l’AFP qui publie des illustrations, l’astre serait d’une couleur rose. Baptisée GJ 504b, cette planète est en dehors du système solaire. Une planète jeune Cette planète se situe à 57 années-lumière de la Terre. D'après la Nasa, GJ 504b serait âgée de 160 millions d'années, ce qui en fait une planète relativement jeune à l'échelle de l'univers. M. Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

Gliese 581 c Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gliese 581 c est une exoplanète en orbite autour de l'étoile Gliese 581, située à 20,5 années-lumière de la Terre qui a été découverte le par une équipe d'astronomes français, portugais et suisses dirigée par Michel Mayor. D'une masse au moins cinq fois et demie supérieure à celle de la Terre, elle serait d'un diamètre une fois et demie plus grand. Gliese 581 c appartient à un système de six planètes, dont la première (Gliese 581 b) était connue antérieurement[3]. Description[modifier | modifier le code] Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code] Gliese 581 c est l'exoplanète découverte qui se rapproche le plus de la Terre du point de vue des conditions supposées de surface, de température et de taille. Néanmoins, ces valeurs théoriques de température à sa surface ont été estimées à partir de l'albédo théorique de la planète : Caractéristiques orbitales[modifier | modifier le code] Vue d'artiste de Gliese 581 c.

Big Crunch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En cosmologie, le Big Crunch est un des possibles destins de l'Univers. Il désigne l'effondrement de l'univers, c'est-à-dire une phase de contraction faisant suite à la phase d'expansion. C'est donc en quelque sorte un « Big Bang à l'envers », qui consiste à ramener le cosmos à son point de singularité d'origine annulant l'espace et le temps. Vers la fin de cet effondrement, l'univers aura atteint une densité et une température gigantesques. Le Big Crunch[modifier | modifier le code] Représentation schématique du Big Crunch. L'univers est en expansion. Dans un univers fini (ou fermé), appelé donc à subir le Big Crunch, les équations montrent que la densité réelle de matière est supérieure à une quantité désignée sous le nom de densité critique, mesurant pour sa part le taux d'expansion[1]. On utilise à tort l'image suivante (hélas reprise par de très nombreux ouvrages de vulgarisation). Densité de l'univers[modifier | modifier le code]

Trois planètes potentiellement habitables découvertes autour de l'étoile Gliese 667C Des astronomes de l'Observatoire européen austral (ESO) ont annoncé avoir découvert trois nouvelles exoplanètes potentiellement habitables. Ces "super-Terres" orbiteraient autour d'une étoile appelé Gliese 667C située à quelque 22 années-lumière de nous dans la constellation du Scorpion. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter D'une masse équivalant à un tiers de celle du Soleil, l'étoile Gliese 667C fait partie d'un système à trois étoiles connu sous le nom de Gliese 667 ou GJ 667. Ces travaux avaient permis de découvrir que Gliese 667C hébergeaient trois planètes dont une au moins serait située dans la zone habitable de l'étoile. "Nous savions, d'après des études antérieures, que l'étoile était entourée de trois planètes, nous voulions donc vérifier l'éventuelle existence d'autres planètes", explique Mikko Tuomi cité dans un communiqué de l'Observatoire européen austral (ESO). Plusieurs planètes avec une seule étoile Trois "super-Terres"

Related: