background preloader

Supercondensateur.com : batterie ultra-rapide

Supercondensateur.com : batterie ultra-rapide

Bouclier de Captain America = supercondensateur Captain America avec son bouclier supercondensateur Le bouclier de Captain America est célèbre pour absorber des quantités énormes d'énergie cinétique. Quelle provienne d'un obus d'artillerie ou d'un coup de poing de Hulk, Captain America non seulement n'est pas blessé, mais il reste également stable sur ses pieds. Comment expliquer ceci ? Il est difficile d'expliquer comment le bouclier fonctionne, en partie parce qu'il se comporte différemment dans des circonstances différentes. "Cependant, d'un point de vue scientifique, il est important de se rappeler que nous parlons de la première loi de la thermodynamique", dit Suveen Mathaudhu, un gestionnaire de programme de la division des sciences des matériaux de l'Office de recherche de l'armée américaine, professeur de science en substances adjuvantes à la NC State University et fan absolu de comics. "Quand une énorme énergie, comme un coup de marteau de Thor, frappe le bouclier de Cap, l'énergie doit aller quelque part."

Brèves | Energie RS2E Comment suivre avec précision la cinétique du transport des ions au sein des pores d’une électrode de carbone, étudier l’influence de la solvatation des ions ou de la taille des pores sur la capacité de stockage d’une électrode ? Ces questions sont essentielles pour pouvoir créer de meilleurs matériaux pour le stockage de l’énergie dans les supercondensateurs. Trois membres du RS2E affiliés au laboratoire CIRIMAT (CNRS/Université Toulouse 3 - Paul Sabatier) à Toulouse ont choisi d’utiliser la microbalance à quartz, ou EQCM, pour confirmer leurs découvertes précédentes. Il s’agit de Patrice Simon, professeur, également directeur-adjoint du RS2E, Pierre-Louis Taberna, chargé de recherche, et Wan-Yu Tsai, doctorante. La microbalance à quartz exploite un principe simple : sous l’influence d’un courant électrique, le quartz vibre à une fréquence connue (propriété aussi exploitée dans les montres). L’étude a été publiée dans le journal JACS.

Supercondensateur versus condensateur : vue de l'intérieur Un supercondensateur décortiqué Pour bien comprendre la différence entre un condensateur et un supercondensateur, quoi de mieux que de les décortiquer ? C'est ce qu'a fait Richard de R&TPreppers dans cette vidéo (en anglais) : (voir aussi : Brique solaire à supercondensateur et Un supercondensateur à faire soi même !) Explications : Un condensateur permet de stocker l'électricité grâce à deux électrodes métalliques, séparées par un matériau isolant appelé diélectrique. Dans un supercondensateur, le milieu diélectrique est remplacé par un électrolyte : un solvant contenant des ions dissous. Lorsqu'un supercondensateur est chargé, les ions négatifs contenus dans l'électrolyte migrent vers l'électrode positive et les ions positifs migrent vers l'électrode négative. La plupart des supercondensateurs du commerce utilisent actuellement du charbon actif, c'est à dire du carbone qui a été attaqué chimiquement pour y créer une grande porosité.

Stockage Station HPOD module d'hybridation GELEC - GELEC Le H-POD est un module intelligent de stockage et de gestion d’énergie. Une gestion sécurisée, automatique et intelligente de votre énergie. Placé entre une source d’énergie extérieure (réseau, éolien, solaire, groupe électrogène...) et l’installation, le H-pod, véritable « réservoir électrique intelligent » stocke l’énergie et la restitue en fonction du besoin. Grâce à son interface « machine to machine », il commande et dialogue avec les équipements de production et de consommation. Vous limitez votre consommation et gagnez en autonomie ! Les avantages de l'H-POD Tous nos prix sont affichés hors taxes (HT) H-POD 6 Monophasé Placé entre une source d’énergie extérieure (réseau, éolien, solaire, groupe électrogène...) et l’installation, le h-pod, véritable « réservoir électrique intelligent » stocke l’énergie et la restitue en fonction du besoin.Grâce à son interface « machine to m... H-POD 12 Monophasé (Triphasé en option) H-POD 23 Monophasé (Triphasé en option)

Grand dossier sur les supercondensateurs Ce grand dossier sur les supercondensateurs est un recueil de tout ce qu'il faut savoir pour bien connaître ce système de stockage d'électricité qu'est le supercondensateur. Pour avoir un point de vue d'ensemble plus résumé, nous invitons le lecteur à consulter en premier lieu la page "C'est quoi un supercondensateur ?". Ce dossier sur les supercondensateurs explique ce qu'est un supercondensateur, ses applications, son mode de fonctionnement et son potentiel d'amélioration. De nombreuses technologies peuvent être utilisées pour concevoir des supercondensateurs performants, nous ferons donc le tour des différentes technologies existantes, de leurs potentiel et des avancées de la recherche. Enfin, nous parlerons de ce que pourrait être le supercondensateur idéal : le système de stockage de l'énergie ultime. Ce document sera mis à jour régulièrement selon les avancées de la recherche et les nouvelles utilisations des supercondensateurs. Introduction L'essor du photovoltaïque Les batteries

La première unité de production électrique hybride, autonome et non polluante, est née Alors qu'une nouvelle transition énergétique est en cours et que la question du mix énergétique se pose une nouvelle fois, les énergies renouvelables sont vraisemblablement les réponses à de nouvelles dispositions internationales. C'est dans ce contexte que les ingénieurs de GELEC ENERGY ont développé l'«Hybrid Power Station», une unité de production hybride totalement autonome. Une unité de production mobile et autonome L'«Hybrid Power Station» utilise plusieurs sources d'énergie réunies au cœur de son système pour offrir une solution autonome, économe et respectueuse de l'environnement. Partout où le réseau est inexistant ou manque de fiabilité, lorsque l'approvisionnement en carburant est rare ou compliqué, l'«Hybrid Power Station» s'adapte en basculant sur la source d'énergie disponible. Une unité de production créatrice d'énergie intelligente Une unité de production qui respecte l'environnement

Ouest Valorisation » [Technologie] BATELECCIR : la batterie propre du futur Des chercheurs de l’Institut des Sciences Chimiques de Rennes (Université de Rennes 1 / CNRS) ont développé une batterie innovante, BATELECCIR. Celle-ci permettra une gestion optimisée des énergies renouvelables. Accompagné par la SATT Ouest Valorisation, ce projet s’inscrit pleinement dans la transition énergétique et écologique des territoires. Interview avec l’équipe de recherche : Didier Floner, Maître de conférences – Université de Rennes 1Florence Geneste, Chargée de recherche CNRS – Université de Rennes 1Dominique Paris, Technicien – Université de Rennes 1 Quels sont vos axes principaux de recherche ? Décrivez-nous votre innovationER : L’innovation, protégée par plusieurs brevets, consiste dans le développement d’une nouvelle génération d’électrode utilisant des composants chimiques, naturels et durables. Quels sont les secteurs d’applications de votre projet ? Comment Ouest Valorisation vous a-t-elle accompagnée ? Quelles sont les prochaines étapes de votre projet ?

Ionwatt prépare les batteries du futur pour stocker l'énergie du vent Ionwatt prépare les batteries du futur pour stocker l'énergie du vent Les éoliennes produisent de l'électricité de façon intermittente et parfois de façon déphasée par rapport à la demande. De même, les panneaux photovoltaïques captent l'énergie solaire le jour, mais ne peuvent pas conserver l'électricité. Pour pallier ces problèmes, Ionwatt vient d'inventer un nouveau type de batterie de stockage de l'électricité produite. Issue d'un transfert de technologie du laboratoire « matière condensée et systèmes électroactifs » de l'Université de Rennes-I et du CNRS, cette jeune société a mis au point une batterie à électrolytes circulants, dont les électrodes « à haute performance sont issues de matières premières moins chères que celles actuellement utilisées », précise François Huber, président d'Ionwatt. Ce nouveau type de batterie pourra stocker de l'électricité au pied de l'éolienne pendant au moins une dizaine d'heures sans danger. Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Tyva Energie applique le principe du Lego au développement de batteries à la demande Créée en 2013, la jeune société ardéchoise Tyva Energie a élaboré une technologie de rupture dans le domaine du développement et de l'assemblage de batteries. Une technologie également écologique qui évite d’avoir, à chaque fois, à réinventer la roue pour répondre aux contraintes de tension ou de capacité nominales, d’encombrement et d’habillage exprimées par un équipementier. On ne vexera personne (on l’espère…) en affirmant que les batteries pour automobiles, robots et autres équipements autonomes, même si elles s’avèrent incontournables, ne sont pas des « objets » marqués par des innovations tous azimuts. Raison de plus pour s’intéresser de près à de nouvelles approches techniques dans ce domaine, surtout si c’est une start-up française qui en est à l’origine. Une brique de base prête à l'emploi De fait, Tyva Moduloo repose sur une brique de base Li-Ion prête à l’emploi dont les dimensions sont fixées une fois pour toutes. Une deuxième activité

NanoFlowcell : la puissance de l’électricité sans les inconvénients Nunzio La Vecchia aurait-il trouvé la solution miracle pour propulser les voitures avec une énergie électrique débarrassée des inconvénients du stockage ? C’est la question que l’on peut se poser en visitant le stand de NanoFlowcell au Salon international de l'automobile de Genève. De fait, l'entreprise ne fait que remettre au goût du jour une technologie développée par la Nasa dans les années 70 pour alimenter en énergie ses vaisseaux spatiaux. La technologie Flow Cell fonctionne à partir de deux liquides ioniques, l’un chargé positivement et l’autre chargé négativement, dont on remplit deux réservoirs séparés dans la voiture, de la même manière qu’on le fait actuellement avec des hydrocarbures. Les liquides chargés en particules de sels métalliques alimentent en continu une batterie Redox assurant à la fois la création et le stockage tampon de l’énergie électrique. Une fois leur charge fournie, les fluides sont évacués de la batterie. 800 à 1 000 km d’autonomie Jean-François Prevéraud

Tesla vs nanoFlowcell : de l’électricité dans l’air…et dans l’eau ! 3 avril 2015 - 14:05 Quatre moteurs, plus de 1000 chevaux sous le capot, de 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes ! Le tout sans émettre un gramme de CO2… Une nouvelle F1 électrique ? La future VGV (voiture à grande vitesse) sur le modèle du TGV ? Plus simplement, l’énième alternative automobile. Son nom ? Retenez votre souffle. Son concepteur a lui-aussi un nom (rai)sonnant et (tré)buchant : Nunzio La Vecchia. Quant, l’Europe 3.0… Celle que les jeunes générations attendent… Pour alimenter les 512 CV de ses deux moteurs électriques et assurer son autonomie de 480 km avant recharge, la Koenigsegg NLV de 2009 tirait son énergie du soleil, pas encore de la mer. Vous avez dit révolution ? A en croire son concepteur, la bête a un atout majeur : c’est la première voiture électrique qui n’a pas besoin de se brancher régulièrement pour recharger ses batteries. Suggestion de « naming », à l’attention du maestro La Vecchia : « Quant Vivaldi », ça sonnerait bien, non ? Olivier Keller

Première ligne de production de supercondensateurs en graphène en Chine Etude de graphène pour supercondensateur La société chinoise Changzhou Cubic Energy Technology Co., Ltd a annoncé l'achèvement de la première ligne de production de supercondensateurs à base de graphène de la Chine. Cette ligne de production de supercondensateurs nouvelle génération à base de graphène a été mise en place à Changzhou le 10 janvier 2014. Cubic Energy Technology est spécialisée dans le développement de produits de stockage d'énergie à base de graphène pour les énergies renouvelables, les transports, l'électronique grand public et l'industrie. Son ambition est de fournir des composants de stockage d'énergie efficaces et fiables. Avec cette ligne de production automatisée, la société s'est dotée d'une capacité de production annuelle de 50 000 supercondensateurs en graphène de 3000 Farads. La société marque ainsi une nouvelle avancée dans les applications du graphène à Changzhou et fait un pas de plus dans le processus d'industrialisation du graphène.

Related: