background preloader

Turn over - définition et causes

Turn over - définition et causes
En entreprise, ce ne sont pas les termes compliqués et incompréhensibles qui manquent ! Certaines expressions provenant de l’anglais se sont vu offrir une place dans notre vocabulaire et on hésite souvent sur leur sens exact. C’est le cas de turn-over. Alors, savez-vous ce qu’on entend exactement par turn over ? Définition de turn over Dans « turn over » il y a « turn » qui signifie « tourner » et c’est ainsi qu’on décrit le renouvellement de l’emploi ou ce qu’on appelle couramment la rotation de l’emploi. C’est un indicateur qui doit être étudié avec beaucoup de précision car il va décrire l’ambiance au travail mais aussi les coûts des départs et des arrivées de ces effectifs. Un turn over élevé n’est souvent pas bon signe. Pour mieux interpréter cet indicateur, le turn over est exprimé en pourcentage. Les causes d’un turn over élevé Comme nous vous l’avons dit, un turn over élevé n’est jamais bon signe. Une mauvaise gestion des ressources humaines peut en être la cause.

Absentéisme au travail: 7 leviers pour réduire la facture 1. Mesurer le phénomène Mesurer convenablement l'absentéisme, c'est commencer à comprendre. Chiffrez-le par équipe, par tranche d'âge, par métier, par catégorie professionnelle... Cette mesure du problème doit permettre de mieux comprendre les mécanismes de l'absentéisme dans votre établissement. 2. On a l'absentéisme que l'on mérite ! 3.Bien analyser les causes internes Sur les quatre principales causes d'absentéisme trois sont internes à l'entreprise comme le montre notre dernier baromètre* : selon 59% des DRH interrogés, certes le premier facteur d'absentéisme est externe puisqu'il s'agit de l'état de santé des salariés (maladies saisonnières, problèmes de santé, fatigues et états de santé psychologiques). 4. Les contre-visites médicales**, réflexe assez fréquent de l'employeur, n'ont pas d'impact véritable sur le taux d'absentéisme et coûtent cher à l'entreprise. 5. 6. 7. *5e Baromètre ALMA CG sur l'Absentéisme, septembre 2013.

Les conseils clés pour réduire l'absentéisme Immobilisation de services entiers, embauches d'intérimaires à la dernière minute, augmentation de la charge de travail pour les présents... Les conséquences de l'absentéisme peuvent vite devenir graves et coûteuses, à la fois en termes d'image, de qualité, de chiffre d'affaires mais également de relations sociales. Lutter contre ce phénomène est devenu une des priorités d'un nombre croissant d'entreprises. Eviter les solutions globales Certaines approches du problème, pourtant très répandues dans les entreprises, sont clairement à éviter. La pratique de la contre-visite systématique est un processus relativement simple à mettre en place puisqu'il suffit de faire appel à l'une des nombreuses sociétés extérieures proposant ce service. L'utilisation de menaces ou de récompenses globales peut même avoir des effets contre-productifs. S'appuyer sur les managers Le rôle des managers dans cette lutte est prépondérant. Lever les tabous

L'absentéisme dans l’entreprise - Ressources Humaines N°2 - Septembre 2006 Les origines de l’absentéisme Les origines de l’absentéisme sont nombreuses : il faut distinguer l’absentéisme lié à la santé individuelle, celui lié à l’environnement professionnel ou à l’environnement familial, mais aussi l’absentéisme « de confort » (abusif). Les solutions : Lorsque l’absentéisme est lié à un problème de santé : Il est nécessaire de prévoir et d’anticiper. Lorsque l’absentéisme est lié à l’environnement professionnel interne à l’entreprise : Il faut travailler à partir d’un axe directeur : débanaliser l’absentéisme. Lorsque l’absentéisme est lié à l’environnement familial : Un seul mot d’ordre : déculpabiliser l’absentéisme. Une gestion au cas par cas Quelle que soit la cause de l’absentéisme, il y toujours des raisons à une absence. L’interface en ligne "Abonnés" met votre disposition : Consultez les sommaires de l’intégralité des numéros sur le kiosque numérique.

Comprendre et réduire l'absentéisme - LE GUIDE DU DIRIGEANT - Tribune Certains pensent que l'absentéisme professionnel résulte d'habitudes et d'initiatives personnelles injustifiées, prises par des salariés dépourvus de conscience professionnelle. Si cette forme d'absentéisme est bien une réalité, cette dernière est généralement surévaluée (en moyenne, elle ne représente pas plus de 10 % du volume total des absences). Différentes variables à prendre en compte Des travaux de recherche mettent en évidence sept variables pouvant expliquer l'absentéisme: le processus administratif de production de données sur l'absentéisme, le contexte réglementaire et économique, la structure démographique de l'entreprise, les normes sociales et d'équipe, les conditions sanitaires de la population et les conditions et les relations de travail. Ainsi, il faut se garder de comparer l'absentéisme d'une entreprise à l'autre. Pourquoi traiter l'absentéisme? En premier lieu, il désorganise les services et dégrade l'ambiance dans l'entreprise.

Un absentéisme élevé en entreprise : quelles causes ? Quelles solutions D'après le 6e Baromètre Alma Consulting Group portant sur l'absentéisme en 2013, l'absentéisme demeure à un niveau élevé dans les entreprises en France. En effet, les salariés sont absents en moyenne 15,6 jours par an. Ce chiffre décroît très légèrement par rapport à celui de 2012 (16,6 jours) mais le coût de l'absentéisme s'accroît pour les entreprises, ces dernières ayant effectué plus de remplacement pour pallier aux absences de leurs salariés. En 2013, l’absentéisme leur aurait ainsi coûté pas moins de 8,83 milliards d'euros (6,98 milliards d'euros en 2012). Sur un plan géographique, ce sont les régions Méditerranée et Rhône-Alpes qui sont les plus touchées, ainsi que les régions Nord et Ile-de-France. Par ailleurs, d'un point de vue sectoriel, c'est le transport qui est le plus atteint (24,7 jours d’absence en moyenne) ainsi que le secteur de la santé. Si l'absentéisme reste élevé, il n'est cependant pas généralisé. Absentéisme : les causes Absentéisme : les solutions

Comment réduire l'absentéisme ?, Comment gérer l absence maladie d un salarié ? Tourisme - Transport Grève des contrôleurs aériens : 40 % des vols annulés mercredi Les aiguilleurs du ciel ont déposé un préavis de grève pour les 8 et 9 avril. Politique Suicide de Jean Germain : le monde politique sous le choc + VIDEOS Âgé de 67 ans, le sénateur socialiste a laissé une lettre d’adieu. Conso - Distribution Vivarte (André, La Halle...) supprime 1.600 emplois Le groupe qui compte 16 marques dont la Halle aux vêtements, Kookaï, André et Minelli et emploie 22.000 salariés a décidé de supprimer 1.600 postes selon...

Comment soigner l'absentéisme ? "Mes gars me balancent de courts arrêts maladie, mais je ne peux rien dire : le boulot n'est pas excitant, le salaire pas motivant et on ne leur offre aucune perspective d'évolution !" Ainsi parle le responsable logistique d'une entreprise rhônalpine de VPC, qui encadre vingt manutentionnaires. Après trois avertissements, il peut éventuellement licencier pour faute ceux qui tirent trop sur la corde de l'absentéisme. Mais, outre le fait qu'une telle procédure doit être maniée avec précaution, il faut ensuite réembaucher. Même dans des contextes moins extrêmes, l'absentéisme reste l'un des problèmes de management les plus délicats à gérer. Etape 1 : quantifier le phénomène L'absentéisme coûte cher : on estime généralement que 1 % de taux d'absentéisme coûte 1 % de masse salariale. Mais dire qu'il faut réduire le problème revient implicitement à fixer une norme d'absentéisme "incompressible" vers laquelle il faudrait tendre. L'absentéisme est un indicateur "climatique".

Turnover: comment éviter le départ des employés Parler du turnover c’est avant tout se demander pourquoi ou qu’est ce qui motive des salariés à quitter leur emploi. Le turnover est presque naturel. Dans les entreprises ou il est très élevé la priorité est à la recherche des causes. Il peut s’agir : d’une mauvaise intégration, du manque de perspectives d’évolution, de reconnaissance, de responsabilité, d’équité, de formation interne, de reclassement, manque de communication claire, mauvaise gestion du plateau carrière, des aires de mobilités…. S’il est toujours difficile de convaincre un salarié décidé à partir de rester, il n’en demeure pas moins vrai que diminuer son turnover requiert une gestion quotidienne des actions RH. La gestion du turnover est un travail qui doit se faire en amont et en aval c’est-à dire à l’engagement et durant toute la vie de l’entreprise. Fidéliser les salariés est un levier important pour assurer un haut niveau de qualité des prestations. Accompagnement du salarié lors de son embauche

Related: