background preloader

Episciences.org

Episciences.org
Related:  La rechercheOpen Access

Le déclin des grandes revues | Acfas | magazine Découvrir | février 2013 Être publié chez les « majors » Les revues sont au cœur du processus de communication savante. D’un point de vue pratique, elles coordonnent l’évaluation par les pairs, permettant ainsi une certaine validation des connaissances qu’elles publient. Bien que cette étape cruciale soit imparfaite – comme en témoigne la hausse des articles rétractés, observée depuis quelques années –, elle demeure le mode d’évaluation standard utilisé pour départager ce qui mérite d’être publié de ce qui ne le mérite pas. À une échelle plus symbolique, les revues savantes déterminent une certaine hiérarchie des découvertes. Dans un échange de capital purement bourdieusien1, les chercheurs envoient leurs résultats les plus importants aux « meilleures » revues, qui, en les acceptant, confirment aux auteurs et à la communauté scientifique la supériorité de la découverte publiée. Nouvelle compétition dans l’écosystème L’importance d’une revue ou d’une autre dans le champ scientifique est tout sauf statique. 1.

Open Journal Systems | Public Knowledge Project Open Journal Systems “Scholars need the means to launch a new generation of journals committed to open access, and to help existing journals that elect to make the transition to open access…”Budapest Open Access Initiative, 2002 Open Journal Systems (OJS) is a journal management and publishing system that has been developed by the Public Knowledge Project through its federally funded efforts to expand and improve access to research. OJS 3 is Here! OJS 3 was released on August 31 2016. OJS Features OJS is installed locally and locally controlled.Editors configure requirements, sections, review process, etc.Online submission and management of all content.Subscription module with delayed open access options.Comprehensive indexing of content part of global system.Reading Tools for content, based on field and editors’ choice.Email notification and commenting ability for readers.Complete context-sensitive online Help support.

2016 : on partage encore plus dans HAL Le partage de la science est au coeur de la philosophie du libre accès. Depuis le début de l’année, HAL renforce cette dimension en facilitant le partage de propriété d’un dépôt et l’accès aux fichiers sous embargo. Partager la propriété d’un dépôt entre co-auteurs Le principe du partage de propriété est simple : la personne qui dépose une publication dans HAL est « propriétaire » de ce dépôt. Le partage de propriété, implémenté avec la nouvelle version fin 2014, est devenu plus visible et plus facile à mettre en œuvre. Plus visible puisqu’à l’affichage d’un dépôt, une personne qui constate qu’une publication dont il est co-auteur a été déposée dans HAL, peut en demander la propriété (l’onglet Demander la propriété est proposé seulement si cet utilisateur est connecté bien sûr). HAL gère la demande, l’utilisateur n’a pas besoin de connaître le propriétaire des dépôts. Si vous publiez avec d’autres chercheurs et avant une saisie dans HAL, il peut être utile de faire cette démarche.

Prix Wikimédia France de la Recherche : récompenser les travaux de recherche sur Wikipédia Accueil > Actualité Wikimédia France, Projets Wikimedia > Prix Wikimédia France de la Recherche : récompenser les travaux de recherche sur Wikipédia Logo Prix Wikimédia France de la recherche Impact de l’écriture collaborative sur la qualité des articles de Wikipédia, méthodes facilitant le suivi des contributions pour lutter contre le vandalisme, nature et qualité des contenus selon le statut des contributeurs, le domaine abordé, etc : ces sujets concernent au premier plan les bénévoles qui participent à la construction de Wikipédia.. mais aussi de plus en plus de chercheurs ! En lançant un prix international de la recherche sur Wikipédia et la connaissance libre, Wikimédia France souhaite donner un coup de projecteur à ces travaux de recherche, les encourager et les rendre accessibles à l’ensemble de la communauté Wikimedia. Vous pouvez découvrir les résumés et les textes complets en anglais ci-dessous :

Open access: du rêve au cauchemar Couverture de ScienceCe matin, la revue Science a publié une petite bombe qui va exploser dans de très nombreux laboratoires de recherche. L'un de ses journalistes, John Bohannon a concocté un faux article de recherche pharmacologique, signé d'un chercheur baptisé Ocorrafoo Cobange, d'un laboratoire du Wassee Institute of Medicine, censé se trouver à Asmara, la capitale de l'Erythrée. Il est vrai que la ville d'Asmara existe. En revanche, ni l'institut, ni le chercheur n'existent. L'article comportait des erreurs d'un niveau détectable par un étudiant de biologie, et de nombreux «chiffons rouges», relate Bohannon, comme une claire incompatibilité entre la première légende de graphique proclamant la découverte d'un effet anti-cancer de la molécule testée... alors que le tableau de données montre clairement l'inverse. Pourtant, le Journal of Natural Pharmaceuticals a accepté de publier cet étrange article. Le piège de la "Voie dorée" Elles singent les revues classiques Est-ce grave ?

HAL en 2015 : quelques chiffres Quelques chiffres en guise de bilan de l’activité dans HAL pour 2015 : On compte 46 205 dépôts avec texte intégral, tous types de publications confondus. 21 9281 documents ont été produits ou publiés en 201514 338 articles publiés dans des revues9 738 communications dans des colloques7 831 thèses, dont 5752 ont été déposées via STAR284 HDR1 494 chapitres d’ouvrages et 132 ouvrages3 334 images478 postersnombre de transferts vers ArXiv : 4392nombre de transferts vers PubMed Central : 17nombre de dépôt mis à disposition de RePec : 5001Nombre total d’IdHAL créés : 7144Nombre total de CV configurés : 2901 Courrier des lecteurs Bonjour, Au risque de me faire l’avocat du diable, car un peu de recul semble nécessaire : Quelle est (était) la finalité d’une telle réglementation ? Au regard d’une histoire assez riche en conflits, le rôle de la Défense Nationale - au delà de l’aspect strictement militaire - est aussi de se préparer à défendre notre bien commun (res publica ?) dans tous les domaines, et donc, aussi "Énergie, alimentation, eau (épuration, retraitement), médecine, logistique", etc. J’imagine que dans l’esprit du législateur, ce droit de préemption ne visait pas à spolier "l’humanité" de ses inventions pour mieux permettre de "préparer des guerres", mais effectivement de prévenir l’exportation d’inventions qui pouvaient se retourner contre les intérêts du pays. Des spécialistes du droit international se feraient probablement un plaisir de montrer comment la gestion des brevets peut être différente entre nos pays européens, les USA et la Chine. Pour finir,

Open access: du rêve au cauchemar? L'avis de J-C Guédon Ce matin, la revue Science révèle que plus de 150 revues en open access (accès libre), sur 304 sollicitées, ont accepté un faux article scientifique concocté par un journaliste. Je relate dans cette note (Open access: du rêve au cauchemar ) cette histoire qui met en cause, a minima, les revues électroniques reposant sur le paiement par l'auteur massivement créées ces dernières années. Un problème sérieux pour la qualité du système scientifique mondial et la confiance en la science. Pour aller plus loin, voici une interview de Jean-Claude Guédon, historien et sociologue des sciences à l’Université de Montréal , qui fut l’un des signataires de la Déclaration de Budapest, en février 2002, souvent considérée comme l’origine du mouvement en faveur de l’open access des publications scientifiques. Jean-Claude GuédonL’open access est-il passé du rêve au cauchemar ? Aviez-vous anticipé cela lorsque vous avez rédigé la Déclaration de Budapest ? Jean-Claude Guédon: Non, pas du tout.

Related: