background preloader

Les dossiers d'Alimentation et Santé

Les dossiers d'Alimentation et Santé
Related:  Notions de base

Alimentation et nutrition humaine Face à la mondialisation des échanges, à l’apparition de nouveaux modes de consommation et à la diversité de l’offre, une grande vigilance s’impose pour prévenir de nouveaux risques dans le champ alimentaire. Ceux-ci doivent être évalués, sans laisser de côté les risques « classiques » physico-chimiques ou microbiologiques (contaminations par des bactéries, salmonelles,…) ainsi que certains risques liés aux contaminants de l’environnement. C’est le rôle de l’Anses qui intervient à toutes les étapes de la chaine alimentaire et évalue les risques sanitaires de la production primaire à l’assiette du consommateur. L’Agence évalue les risques et les bénéfices nutritionnels des aliments et leurs constituants, la qualité sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine, assure le suivi des comportements alimentaires et contribue à l’élaboration des objectifs et des recommandations de santé publique. Consommation d’algues : rester vigilant sur le risque d’excès d’apport en iode

Leçon n°1 : la balance énergétique Comme une voiture a besoin d’essence pour rouler, notre corps a besoin d’énergie pour vivre et effectuer les tâches du quotidien. Cette énergie se mesure en calories. Comme on les compte par milliers, l’unité utilisée est la kilocalorie (= 1.000 calories), que l’on note kcal ou Cal. Par abus de langage, on continue d’utiliser le terme « calories » à la place de « kilocalories ». Notre consommation d’énergie répond à deux besoins principaux 1) Le métabolisme de base Il s’agit de l’énergie minimale dont le corps a besoin pour maintenir les fonctions vitales, un peu comme une voiture à l’arrêt dont le moteur tourne. 2) L’activité physique De « marcher, prendre les transports en communs, monter des escaliers, etc. » pour un sédentaire, à « faire 1h de course, 1h30 de musculation ou une journée de randonnée en montagne » pour les actifs. NB : Il existe en réalité d’autres besoins, comme la digestion ou la thermogénèse, mais nous ne rentrerons pas dans ce niveau de détail au cours de cette leçon.

Cancer et nutrition Dossier réalisé en collaboration avec l’Institut thématique multiorganismes Cancer (ITMO Cancer) et l’Institut national du cancer (INCa) - Mars 2012. Nutrition, un impact prouvé sur la survenue de cancers © Fotolia Des travaux ont mis en évidence, avec des degrés de certitude variables, le rôle de certains aliments ou comportements individuels (diversité de l’alimentation, activité physique) dans l’initiation ou le développement de certains cancers. Toutefois, aucun aliment ne peut à lui seul s’opposer au développement d’un cancer. En outre, le développement du cancer fait intervenir un très grand nombre de facteurs dont certains sont indépendants de l’alimentation. Pour réduire le risque de cancer, les organisations de santé française et internationale recommandent une alimentation équilibrée et diversifiée, un apport calorique adapté aux dépenses énergétiques et une activité physique régulière. (*)WCRF/AICR. Aliments ou comportements alimentaires à risque(*) © Inserm, Jerôme Galon

Le tabac, qu'est-ce que c'est ? Effets et dangers Cigarettes, roulées, cigare, pipe, le tabac entraine la mort de 78 000 personnes chaque année en France. Le tabac, généralités Le tabac est une plante tropicale originaire d’Amérique du Sud. Le tabac a une particularité, il murit de bas en haut. Ensuite, les feuilles sont séparées selon leur étage car elles ne présentent pas toutes les mêmes qualités gustatives. Une fois la récolte terminée, les feuilles de tabac sont séchées. On distingue différentes méthodes de séchage en fonction du type de tabac. Le tabac peut-être fumé sous forme de cigarettes, de cigares, en pipe ou à rouler. Les composants chimiques de la cigarette La nicotine substance toxique entraine une dépendance mais ne provoque pas de cancer. Effets et dangers du tabac Le tabac contient une substance appelée nicotine qui va directement agir sur le cerveau du fumeur. Le tabac est une substance psychoactive qui a un « pouvoir » anxiolytique, anorexigène et excitant. Les femmes enceintes Le tabagisme passif

Végétarisme – aspects nutritionnels à considérer pour passer au vert Beaucoup de personnes prennent la décision d’exclure la viande ainsi que certains produits d’origine animale de leur alimentation. Ils le font pour diverses raisons et à divers niveaux. Il est important de bien se préparer pour s’assurer un apport correct en éléments nutritifs. Eviter les carences Bien que le végétarisme couvre toute une série de type de régimes, les vrais végétariens excluent de leur alimentation tout type de viande ou dérivés. Dans les régimes strictement à base de plantes, des déficiences en certains éléments nutritifs peuvent apparaître, d’autres seront manquants ou faiblement absorbés par le système digestif. Ces éléments nutritifs se trouvent en général en quantité suffisante dans les régimes de type lacto-ovo-végétariens ou pesco-végétariens. Tableau 1 – Nutriments importants pour les régimes végétariens/végétaliens et les apports recommandés7 Un support nutritionnel Bénéfices potentiels pour la santé Conclusion Références Hercberg S, Preziosi P, Galan P. (2001).

Planning alimentaire NUBEL: FONTIONS DE L ALIMENTATON Support >Le commentaire scientifique L'homme a besoin d'aliments pour la construction, l'entretien, la réparation des structures cellulaires de son organisme, pour l'apport d'énergie et pour les substances de protection. Outre ce rôle physiologique, l'alimentation remplit également une fonction psycho-sociale. Il s'agit, en effet, de l'un des piliers sur lesquels repose la société et la civilisation. 2.1. L'alimentation a comme mission primordiale d'apporter au corps des nutriments en suffisance. Les matériaux de construction sont nécessaires à la croissance et au développement du corps, ainsi qu'à la régénération constante des tissus (réparation des tissus usés). Les principales sources d'énergie sont les lipides et les hydrates de carbone digestibles. Des habitudes de vie saines contribuent certainement à la prévention de ces maladies. 2.2. Un aliment ne sert pas uniquement à nourrir. > Début

Obésité Dossier réalisé en collaboration avec Arnaud Basdevant, nutritionniste et chercheur, unité Inserm U872, Institut hospitalo-universitaire ICAN (Institute of cardiology metabolism and nutrition), Paris, président du Plan National Obésité 2010-2013 - Janvier 2014. © Fotolia Maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie, l’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Ce déséquilibre aboutit à une inflation des réserves stockées dans le tissu graisseux qui entraîne elle-même de nombreuses complications. L’obésité concerne aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, y compris de nombreux pays émergents : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 35 % des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids. Mesurer l’excès de masse grasse Le diagnostic de l’obésité passe notamment par le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC), méthode qui reste à ce jour le seul moyen simple pour estimer la masse grasse d’un individu.

Végétarisme : des conseils avant de passer au vert Actuellement, de plus en plus de personnes sont tentées par un changement de mode d'alimentation, par l'abandon des aliments carnés ainsi que de certains produits d'origine animale. Les régimes peuvent inclure ou non les oeufs, les produits laitiers et les poissons et fruits de mer. Les vrais végétariens excluent de leur nourriture tout type de viande et ses dérivés. Quant aux végétaliens, ils sont encore plus stricts, éliminant même le miel. Il existe d'ailleurs une large variété de produits pour aider les végétariens à conserver un bon équilibre alimentaire. Moins de risque de diabète Les adeptes des régimes végétariens consomment en général beaucoup de fruits, de légumes et de fruits à coque. FoodToday insiste néanmoins sur le fait qu'une alimentation équilibrée est bénéfique pour la santé, qu'elle contienne ou non de la viande et des produits d'origine animale.

Thème Eau Faites des expériences avec vos élèves sur le thème de l'eau ou découvrez l'aventure de l'eau à travers des livrets éducatifs. Alors, plongez ! 1. Minimat : L'eau dans la maison - cliquer sur PROJET avec des PS (Maternelle) 2. 2012 7. 13. Retour au menu Eau Obésité (surpoids) Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’obésité se caractérise par « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ». À la base, l’obésité résulte d’une consommation trop grande de calories relativement à la dépense d’énergie, durant plusieurs années. On doit distinguer l’obésité de l’embonpoint, qui est aussi une surcharge pondérale, mais moins importante. Diagnostiquer l’obésité On ne peut se fier uniquement au poids d’une personne pour déterminer si elle est obèse ou si elle fait de l’embonpoint. L’indice de masse corporelle (IMC). Des chercheurs travaillent à mettre au point de nouveaux outils de mesure de l’excès de graisse. Pour évaluer l’existence de facteurs de risque de maladies, un bilan sanguin (en particulier du profil lipidique) donne des renseignements précieux au médecin. L’obésité en chiffres La proportion de personnes obèses s’est accru au cours des 30 dernières années. Voici quelques données. Des causes multiples

Recommandations nutritionnelles exprimées en termes d’aliments : sommes-nous sur le bon chemin Établir des recommandations nutritionnelles en termes d’aliments est une chose. S'assurer qu'elles soient lues, comprises et suivies en est une autre. Les chercheurs du réseau d'excellence EURRECA ont étudié comment les consommateurs perçoivent ces recommandations. En quoi consistent les recommandations nutritionnelles exprimées en termes d’aliments ? Les recommandations nutritionnelles exprimées en termes d’aliments (Food-based dietary guidelines (FBDG)) sont des messages simples sur une alimentation saine destinés au grand public. L’indication qu’elles donnent sur ce qu’il convient de manger est exprimée en termes d'aliments plutôt que de nutriments ; elles constituent un guide basique pour la planification des repas ou menus quotidiens. Plus précisément, les recommandations FBDG tiennent compte des habitudes alimentaires dans leur globalité pour obtenir une alimentation saine. Les études sur la compréhension des recommandations par les consommateurs indiquent des résultats mitigés.

Fourchettes & Baskets Un outil pour mettre en œuvre au collège des actions d’éducation pour la santé sur l’alimentation et l’activité physique Dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) mis en place depuis 2001, un nouvel outil d’intervention en éducation pour la santé destiné aux classes de collège, intitulé « Fourchettes et baskets », a été élaboré par l’INPES en collaboration avec l’Education nationale et la Direction générale de la santé. Il permet de mener un travail éducatif avec les adolescents sur l’alimentation et l’activité physique en adoptant une approche globale et positive de la santé des jeunes. Les activités proposées dans l’outil ont pour objectifs de : Ces thèmes sont abordés de façon globale, à travers 6 chapitres : Qu’est-ce qu’ils mangent ? Elément central de l’outil, un cédérom destiné aux professionnels permet d’accéder à 45 Fiches d’Activité qui peuvent aussi bien être utilisées séparément qu’en association. A chaque Fiche Activité sont associés différents documents :

Related: