background preloader

Il est interdit de partager sur Internet le «I Have a Dream» de Martin Luther King

Il est interdit de partager sur Internet le «I Have a Dream» de Martin Luther King
Ce lundi 21 janvier, c’est le Martin Luther King, Jr. Day, le jour où les Etats-Unis célèbrent la mémoire du combattant des droits civiques. Un événement qui va prendre un relief particulier cette année puisque Barack Obama va, sur les marches du Capitole, prêter serment pour un second mandat sur la Bible de King. Mais il est un hommage que ses admirateurs ne pourront pas lui rendre, c’est celui de réutiliser librement son célèbre discours «I Have a Dream», prononcé le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial de Washington: celui-ci est en effet sous copyright, les droits appartenant aux héritiers de King, qui en ont confié l’administration à la société britannique EMI Publishing, aujourd'hui propriété de Sony. Comme l’explique le site Digital Trends, le groupe, qui incitait les utilisateurs à partager la vidéo dans un «petit acte de désobéissance civile», a ensuite été informé qu'elle violait les conditions d’utilisation et qu’elle avait été retirée. Dr.

http://www.slate.fr/lien/67399/martin-luther-king-i-have-a-dream-piratage-copyright

Related:  Licences, droits d'auteurs et domaine publicSociety - Sociéténetneutrality | access and information

Brest en biens communs : quelques dizaines d'initiatives pour faire connaître localement et élargir les biens communs numériques A propos du projet Éditer Les années impaires, en alternance avec le Forum des usages coopératifs, la ville de Brest propose aux acteurs soucieux de faire connaître et d'élargir les biens communs numériques d'organiser au mois d'octobre des rencontres, débats initiatives. En 2011 pour la seconde édition un millier de personnes ont participé à l'une des trente initiatives. Au fur et à mesure de la diffusion des idées de partage et de coopération les propositions s'élargissent et touchent un public plus large au delà de la seules question du numérique. Ainsi en 2013 s'ajouteront les fablabs, l'open bidouille camp, les cours massivement ouverts (MOOC), la réutilisation d'objets, les gaspillages évités, le faire soi-même, les nouvelles formes de consommation collaborative, le projet Brest ville wikipedia et l'innovation sociale ouverte. En quoi ce projet est-il singulier et créatif ?

Se faire tatouer le logo de sa "boîte" : 15 % d'augmentation Une augmentation de salaire de 15 % , c'est ce que Anthony Lolli, le patron d'une société immobilière de Brooklyn (USA/NYC) propose à ses employés. (COPIE D'ECRAN YOUTUBE) Anthony Lolli, le patron de Rapid Realty, une société immobilière de Brooklyn (USA/NYC), propose, à ses employés, une augmentation de salaire de 15 % dans la mesure où ils acceptent de se faire tatouer le logo de l'entreprise. Tout a commencé il y a environ un an et demi.

Les questions que se posent les jeunes journalistes Crédit: Flickr/CC/Pedroreyna Faut-il que je me spécialise sur un seul support? Dois-je savoir coder? Quel salaire puis-je espérer pour mon premier poste de journaliste? Voici quelques unes des questions que les étudiants en journalisme et les jeunes diplômés se posent le plus souvent. Tentatives de réponses avec l’aide de leurs futurs employeurs.

incroyable 2 ! Une fève à l'effigie de Marine Le Pen dans la galette Par: rédaction 19/01/13 - 18h03 © photo news. Une famille de Lorient (Bretagne) a eu la mauvaise surprise de tomber sur une fève à l'effigie de Marine Le Pen en partageant la galette des rois, relate Ouest-France. La figurine sur laquelle la famille de Delphine s'est "cassée les dents" représente une femme en robe qui repose sur un socle sur lequel est indiqué "Catch et politique - Marine Le Pen".Pour le boulanger, il s'agit de simples caricatures. "Nous ne faisons pas de politique. (...) Cette année, nous avons choisi quatre sortes de fèves: les blagues de toto, Mickey, les jeux de balles et les hommes et femmes politiques".

Quelques (bonnes) nouvelles du monde « Béquilles - Pale Moon Les "objectifs du Millénaire", vous vous souvenez? Adoptés en 2000 par les 193 Etats membres de l’ONU, ils sont au nombre de huit et visent, entre autres, à réduire de moitié le taux de pauvreté extrême dans le monde d’ici à fin 2015. Il reste moins de mille jours – 968 exactement en ce 7 mai 2013 – pour atteindre ce but. Au début, les médias étaient partagés entre scepticisme et franche critique, puis ils se sont plus ou moins désintéressés du sujet.

Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France ! L’association COMMUNIA, l’Open Knowledge Foundation France, La Quadrature du Net, Framasoft, Regards Citoyens, Veni Vidi Libri, le Parti Pirate, Libre Accès et SavoirsCom1 publient ce jour un communiqué dénonçant la signature par la BNF, le Commissariat aux investissements d’avenir et le ministère de la Culture et de la communication d’accords qui privatisent l’accès numérique à une part importante de notre patrimoine culturel. Paris, le 18 janvier 2013 — Le ministère de la Culture a annoncé hier la conclusion de deux accords, signés entre la Bibliothèque nationale de France et des firmes privées, pour la numérisation de corpus de documents appartenant pour tout (livres anciens) ou partie (78 et 33 tours) au domaine public. Les fonds concernés sont considérables : 70 000 livres anciens français datant de 1470 à 1700, ainsi que plus de 200 000 enregistrements sonores patrimoniaux. Contacts presse Crédit photo : Massimo Barbieri (Creative Commons By-Sa)

Réutiliser des images en ligne : entre Copyright, Copyleft et … Copydown Un des grands plaisirs du blog, c’est la chasse aux images pour illustrer les billets. L’écriture web peut difficilement se passer de l’image, tant elle est nécessaire pour capter l’attention du lecteur et condenser le message. Force est de constater que lorsqu’on écrit sur Internet, on devient vite avide d’images … Non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France ! L'association COMMUNIA, l'Open Knowledge Foundation France, Creative Commons France, La Quadrature du Net, Framasoft, et SavoirsCom1 publient ce jour un communiqué dénonçant la signature par la BNF, le Commissariat aux investissements d'avenir et le ministère de la Culture et de la communication d'accords qui privatisent l'accès numérique à une part importante de notre patrimoine culturel. Paris, le 18 janvier 2013 — Le ministère de la Culture a annoncé la conclusion de deux accords, signés entre la Bibliothèque nationale de France et des firmes privées, pour la numérisation de corpus de documents appartenant pour tout (livres anciens) ou partie (78 et 33 tours) au domaine public. Les fonds concernés sont considérables : 70 000 livres anciens français datant de 1470 à 1700, ainsi que plus de 200 000 enregistrements sonores patrimoniaux. Toute tentative infondée ou trompeuse de s'approprier des œuvres du domaine public doit être punie légalement.

« The next big thing ? » L’offre de contenus personnalisés par des médias de précision Ensevelis tous les jours un peu plus sous un déluge croissant de contenus et de données qui déferlent sur tous nos écrans, quelques questions deviennent urgentes : Þ Comment découvrir ceux qui sont faits pour moi ? Þ Qui parviendra à nous y aider ? Þ Les machines ? Les hommes ? Une combinaison des deux ? Léonard de Vinci serait bien l'auteur d'une "Mona Lisa" antérieure Le portrait, qui représenterait la Joconde dix ans avant celle exposée depuis plus de trois siècles au Louvre, a été authentifié comme ayant été peint de la main du maître de la Renaissance à partir de nouveaux tests. Ce portrait de la petite sœur de la Joconde avait été exhumé d'un coffre en Suisse où il avait été conservé pendant quarante ans, et son existence avait été révélée en septembre, lors d'une présentation par la Mona Lisa Foundation à Genève. Dès le début du XXe siècle, la possibilité que l'œuvre ait été peinte par Léonard de Vinci (1452-1519) avait été envisagée.

Photos libres de droits et droit d'auteur : comment ça marche ? Le contenu écrit reste aujourd’hui primordial sur Internet : il permet aux auteurs d’aller au bout de leurs raisonnements et aux internautes de bien comprendre les concepts, les projets et les sujets d’actualité. Et puisque les robots référencent les sites Internet en se basant sur le texte, l’écrit a encore un bel avenir devant lui. Mais dans bien des cas, les images et les photos permettent d’illustrer les articles publiés. Qu’il s’agisse de photos d’actualité pour montrer la réalité du terrain ou de représentations de concepts pour habiller son papier, l’image a tendance à prendre de l’importance. Cependant, les droits relatifs aux images ne doivent pas être oubliés : toutes les photos ne peuvent être utilisées librement, Internet n’est pas une zone de non-droit.

L'abandon du droit d'auteur lors de la mise en ligne de photographies sur internet En l’espèce, deux passionnés d’aéronautique, se sont inscrits sur un site internet consacré à l´aviation sur lequel ils ont notamment publié, sous leur pseudonyme, leurs photographies de passionnés d'avion dans le forum de discussion de ce site. Après avoir vainement sollicité le retrait de leurs photographies du site, ils ont fait assigner le responsable de ce site internet devant le tribunal de grande instance de Paris sur le fondement de la contrefaçon des photographies protégées par le droit d’auteur. En effet, les deux internautes ont fait valoir que les photographies en cause sont protégeables par le droit d’auteur à raison de leurs différentes caractéristiques et qu’ils étaient titulaires des droits de propriété intellectuelle sur ces œuvres sur le fondement de l’article L113-1 du code de la propriété intellectuelle. Le jugement rendu est intéressant en ce qu’il a précisé les critères pour que :

Twitter : l’affichage de vidéos se rapproche à grands pas Twitter a pas mal évolué ces dernières années. Alors même que le service ne permettait, à la base, que de partager du texte, il s’est très rapidement mis à la mode avec le support des images et des photos. Mieux, depuis quelques temps, il est même capable d’afficher du contenu en provenance d’autres plateformes, ce qui s’avère finalement très pratique. Oui, et si vous suivez un peu l’actualité, alors vous savez sans doute que Twitter nous proposera très prochainement d’héberger et de partager… des vidéos. Intéressant, pour sûr, et sachez d’ailleurs que Dick Costolo a publié hier la toute première vidéo hébergée directement sur le service, une vidéo que vous allez pouvoir retrouver dès à présent et un peu plus bas dans l’article. Pour partager cette vidéo, Dick n’a évidemment pas eu à se creuser la tête puisqu’il s’est tout simplement appuyé sur une application dédiée du nom de Vine.

Les politiques d’éducation aux médias dans le monde L’Unesco et l’Alliance des civilisations de l’Onu (en partenariat avec la Commission européenne et Grupo comunicar) viennent de publier « Mapping media education policies in the world : visions, programmes and challenges » ,un ouvrage sur les politiques d’éducation aux médias dans le monde. Abdul Waheed Khan, sous-directeur général de l’Unesco pour la communication et l’information estime : « Cette publication arrive à un moment crucial, alors que l’éducation aux médias apparaît de plus en plus comme un élément essentiel des programmes de développement et des orientations politiques dans les pays développés, en développement et les économies émergentes ». Ce livre dresse un tableau complet de l’éducation aux médias en fonction de trois paramètres étroitement liés : L’ouvrage, en anglais peut être téléchargé.

Related: