background preloader

Cristaux, Cristallisation et Géométrie cristalline

Cristaux, Cristallisation et Géométrie cristalline
Cristaux et Géométrie cristalline Alain Boudet Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant Résumé: Un cours pour débutants sur la géométrie cristalline. A qui ce texte s'adresse-t-il? Vous voulez en savoir plus sur les cristaux, mais vous en avez déjà une idée. Ce mot vous fait-il penser à la vaisselle de luxe de grand-mère, aux magnifiques minéraux de la terre, ou encore à une construction atomique géométrique? Le but de cet article est donc de brosser un panorama des caractéristiques des cristaux dans leurs différents aspects. Minéraux et pierres précieuses Votre premier contact avec les cristaux a peut-être été d'admirer la vitrine d'un marchand de cristaux, de les observer et de les toucher. Wulfénite (Ojuela Mine, Mapimi, Durango, Mexique) en association avec de la mimétite verte Photo Frédéric Hède ©Alpinisme et minéraux Le terme minéral décrit un élément de l'écorce terrestre. Les pierres fines sont translucides ou transparentes. Vertus curatives et protectrices des cristaux Related:  TPE: cristauxG4

CRISTALLOGRAPHIE La cristallisation. Comme tous les corps simples et combinaisons chimiques, les minéraux peuvent se trouver sous les trois états: gazeux (dans les fumerolles), liquides (dans les magmas et les solutions hydrothermales) et solides. Lorsqu'ils se solidifient, ils le font très souvent sous la forme cristalline. Certains comme l'agathe se présentent sous l'état solide "amorphe", mais ils peuvent aussi se transformer en cristaux au bout d'un temps plus ou moins long. La croissance des cristaux commence quand, après formation d'un minuscule cristal, celui-ci soustrait à son environnement de plus en plus de la substance dont il est composé. Les cristaux naissent fréquemment dans des fissures ou les cavités de roches préalablement formées. Conditions de formation des minéraux. Il est certain que l'environnement dans lequel se forment les minéraux change grandement leurs caractères.

Alignements de sites sacrés de la Terre Alain Boudet Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant 1. 2. 3. Résumé: L'observation des lieux sacrés partout sur la planète (mégalithes, monuments, ouvrages de terre, lieux de cérémonie) révèle qu'ils ne sont pas situés au hasard, mais sur des lignes géométriques précises. Depuis l'espace, la Terre nous apparait comme une boule ronde et lisse très légèrement aplatie aux pôles. On peut tout d'abord noter que puisque la Terre tourne autour d'un axe qui traverse les pôles, ces points se distinguent des autres parce qu'ils ne bougent pas. A partir de ces 2 pôles, on peut également construire l'équateur, comme cercle équidistant des 2 pôles. Ce sont ces coordonnées, par exemple, qui sont utilisées par les satellites géostationnaires GPS (Global Positioning System – ou système mondial de localisation). Il existe effectivement un treillis de lignes entrelacées qui se révèlent par leurs traces physiques sur la Terre. En 1882, G. Une ligne de ley à Saintbury, Angleterre.

Cristal liquide Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un cristal liquide est un état de la matière qui combine des propriétés d'un liquide conventionnel et celles d'un solide cristallisé[1],[2]. On exprime son état par le terme de mésophase ou état mésomorphe (du grec « de forme intermédiaire »)[3]. Transition smectique-nématique Historique[modifier | modifier le code] Les premières observations - Buffon, Mettenheimer et Rudolph Virchow[modifier | modifier le code] L'étude du cholestérol par Reinitzer en 1888 marque le début de l'étude des mésophases : observation de l'opacité optique et de couleurs iridescentes lorsque la température des esters de cholestérol varie, de la phase cristalline jusqu'à la phase liquide isotrope. La découverte - Friedrich Reinitzer et Otto Lehmann[modifier | modifier le code] De Lehmann à Reinitzer le 20 août 1889 : La découverte suscita énormément d'intérêt à l'époque, mais le faible potentiel pratique fit vite retomber l'attention qu'on y portait. En 1968, George H.

Cristallographie [modifier] Cristallographie Cristallographie du latin crystallus cristal (objet de cristal, glace, ...), dérivé du grec ancien krystallos glace ; et de graphie écriture.La cristallographie est la science qui se consacre à l'étude des substances cristallines à l'échelle atomique. Les propriétés physico-chimiques d'un cristal sont étroitement liées à l'arrangement spatial des atomes dans la matière. L'état cristallin est défini par un caractère périodique et ordonné à l'échelle atomique ou moléculaire. Cristallographe (n. m. ou f.) : Celui ou celle qui s'adonne à l'étude de la cristallographie.Cristallographique (adj.) : Qui se rapporte à la cristallographie. Cristallogénèse(n.f.) c'est la formation d'un cristal, soit en milieu naturel, soit de façon expérimentale. [modifier] Historique Les cristaux ont depuis fort longtemps passionné les minéralogistes et collectionneurs. [modifier] Termes utilisés en cristallographie [modifier] Formes cristallines [modifier] La Cristallographie 2D :

Un diamant aussi gros qu’une planète. Les astronomes ont trouvé les restes d’une étoile massive de jadis, désormais transformés en un solide diamant, cinq fois plus grand que la Terre. L’objet tourne autour d’une étoile pulsante (étoile à neutrons), à environ 4 000 années-lumière de la Terre dans la constellation du Serpent (Le Serpent), qui se trouve à environ un huitième du chemin vers le centre de la Voie lactée. Image d’entête : représentation artistique de ce système, dont la planète est si proche de son étoile (pulsar), qu’il pourrait tenir à l’intérieur du soleil. L’année dernière une planète aux montagnes de diamants, avait été découverte, contrairement à cette nouvelle planète qui est un “noyau de diamant”. Les astronomes ont remarqué que les régulières impulsions d’énergie provenant de l’étoile, connue sous le nom de J1719-1438, étaient régulièrement et minutieusement perturbées, un phénomène provoqué par l’attraction gravitationnelle d’un autre objet plus petit l’encerclant. Source

La nouvelle grille planétaire et l'évolution de la conscience Le système de circuits vitaux de la Terre 3. La nouvelle grille planétaire et l'évolution de la conscience Alain Boudet Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant 1. 2. 3. Résumé: Sur tous les continents, la Terre porte des édifices sacrés qui sont disposés sur les mailles d'une vaste grille de flux énergétiques. Dans la première partie de cette étude, nous avons observé, partout sur la Terre, des réseaux de lignes droites qui joignent des sites sacrés et transportent des flux d'énergie. Des civilisations anciennes techniquement avancées Sur tous les continents, la Terre porte les traces d'une ou de plusieurs civilisations anciennes. À quelle époque ces civilisations ont-elles vécues? Le Grand Sphinx d'Égypte est situé à Guizeh à côté des pyramides du Caire. Or la plus ancienne grande période de pluie connue en Égypte remonte à la fin de la dernière glaciation, soit au moins 8'000 ans avant JC. Bien plus étonnant, les contours du continent Antarctique y sont également représentés.

Quasi-cristal Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un quasi-cristal est un solide qui possède un spectre de diffraction essentiellement discret (comme les cristaux classiques) mais dont la structure n'est pas périodique (alors que les cristaux classiques sont périodiques). Découverts en avril 1982, les quasi-cristaux ont mis fin à une certitude qui durait depuis deux siècles, restreignant la notion d'ordre à celle de périodicité. En 1992, l'Union internationale de cristallographie a modifié la définition d'un cristal pour englober celle d'un quasi-cristal, en ne retenant que le critère de diffraction essentiellement discrète[note 1]. La découverte de 1982 a valu à son auteur, Dan Shechtman, le prix Nobel de chimie 2011[1]. Découverte[modifier | modifier le code] Diagramme de diffraction d'un quasi-cristal, montrant une symétrie d'ordre 5. Physiquement, la figure de diffraction d'un matériau est un moyen relativement simple d'accéder à des informations sur la structure de ce matériau. (en) B.

Introduction à la cristallographie/Systèmes cristallins Une page de Wikiversité. Début de la boite de navigation du chapitre fin de la boite de navigation du chapitre En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la cristallographie : Systèmes cristallinsIntroduction à la cristallographie/Systèmes cristallins », n'a pu être restituée correctement ci-dessus. La matière solide se caractérise par une cohésion relativement forte : un corps solide, bien qu'éventuellement déformable, n'occupera pas tout l'espace d'une pièce (comme le ferait un gaz) ni ne prendra la forme de son contenant (comme le ferait un liquide). Ainsi contrainte à occuper un minimum d'espace, la matière adopte souvent des configurations régulières : ce sont les cristaux. Le cristal « parfait »[modifier | modifier le wikicode] Le modèle de base pour étudier un cristal est de pousser ses propriétés à l'extrême : Dans beaucoup de cas, cet ordre se caractérise par : Trigonal versus rhomboédrique[modifier | modifier le wikicode]

Réseau de Bravais Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Formellement, un réseau de Bravais en dimension n est défini comme l'ensemble des vecteurs {m1a1 + m2a2 + ... + mnan}, où m1, ..., mn appartiennent à Z et où les vecteurs de base du réseau a1, ..., an sont n vecteurs linéairement indépendants. Les paramètres du réseau sont constitués des longueurs a1, ..., an et des angles entre les vecteurs de base du réseau. Lorsqu'il existe dans un cristal une invariance par rotation, on dit qu'il existe un axe de symétrie d'ordre 2, 3, 4 ou 6, selon que la rotation en question corresponde respectivement à un angle de ± 180°, ± 120°, ± 90° ou ± 60°. Mathématiques[modifier | modifier le code] Dans un réseau, il existe une famille, illustré en rouge sur la figure, tel que tout point s'exprime comme combinaison linéaire de manière unique, des points de la famille. Espace unidimensionnel[modifier | modifier le code] Réseau de l'espace unidimensionnel. Espace bidimensionnel[modifier | modifier le code]

La Science Occulte | Chez Mutien Le mot « Science occulte » ou « Occultisme » éveille, suivant les individus, des idées contradictoires. Sur l’un, il exerce une attraction magique, il est l’annonciateur de quelque chose qui émeut les forces intimes de l’âme. Chez l’autre, il provoque le mépris, la risée, l’éloignement, ou parfois un sourire de compassion. Les uns y voient le couronnement de tout savoir ; les autres un vagabondage de l’esprit, une rêverie creuse, aussi peu estimable que la superstition. Et ces derniers sont parfois précisément ceux qui s’adonnent à ce qu’ils pensent être la science vraie avec le sérieux le plus profond, avec l’amour le plus noble de la vérité ; Pour beaucoup, l’occultisme est comme une clarté, sans laquelle la vie n’aurait point de prix : pour les autres, c’est un danger spirituel, une invention propre à faire tourner les têtes faibles et les âmes mal trempées. Entre ces deux opinions qui s’opposent brutalement, nous trouvons une gamme complète de nuances intermédiaires.

La cristallisation - Les techniques de cristallogénèse ← Chapitre précédent :La cristallisationLa croissance en théorie Chapitre suivant : →La cristallisationLes défauts cristallins dans la réalité Les techniques de cristallogénèse Pour cela, on distingue deux types d'approches : On peut prendre un constituant naturel dans un de ses états physiques, la phase (solide, liquide ou gazeuse) est modifiée via des opérations physiques et chimiques successives. On s'intéresse plus particulièrement à la cristallogénèse chimique car c'est la plus courante et la plus naturelle. Dans la cristallogénèse chimique, on distingue plusieurs méthodes. a) La croissance en solution On distingue deux procédés différents : Dans le premier, la sursaturation est obtenue par diminution de la température de la solution qui provoque la sursaturation. Ce sont ces deux méthodes que nous avons expérimentées, voici le suivi et le compte-rendu. b) La dissolution hydrothermale Seules des enceintes (autoclaves) permettent d'atteindre de telles conditions.

Diamant et graphite Graphite, diamant, tout ça c'est du carbone... Alors pourquoi ces différences? Et oui, c'est ce que dit la chimie: formule du graphite: C et formule du diamant: C aussi Les différences entre ces deux frères sont spectaculaires: Mais comment expliquer toutes ces différences, alors même qu'ils sont composés d'exactement des mêmes atomes? Ces structures permettent déjà de comprendre la différence de dureté. En ce qui concerne la conduction électrique, il faut se souvenir qu'un courant est un déplacement d'électrons. Pour la conduction thermique, c'est un peu plus compliqué. Le graphite est opaque, c'est un cas fréquent chez les conducteurs. Pour finir, jetons un oeil pas trop distrait sur ce diagramme. Le même diagramme indique aussi que l'on peut transformer du graphite en diamant... Ah oui, j'oubliais, le carbone, ça brûle... Alors vous voyez, au prix où on les paye, c'est fragile comme tout, alors il faut bien les assurer contre les risques ... naturels...

Les relations karmiques. J'ai toujours pris avec beaucoup de réserve voire de prudence, les messages de channels. Mais celui là,a répondu à bon nombrede mes questions. je comprends mieux maintenant pourquoi tant de couples se font et se défont.et je me dis qu'avec un peu plus de conscience, on peut "limiter les dégâts" ! tendresses à tousfifi je voudrais dire quelque chose au sujet des 'relations karmiques'. A cause de cette ' charge' émotionnelle non résolue, ils se sentent attirés l'un vers l'autre dans une autre incarnation. Le but de se rencontrer à nouveau est de fournir une occasion concrète de résoudre le problème. Je vais donner un exemple ici: Imaginez une femme qui, dans une incarnation précédente, avait un mari très possessif et autoritaire. Dans une autre incarnation ils se rencontrent à nouveau. Le choix le plus libérateur pour la femme serait maintenant de rompre la relation et d'aller son chemin sans sentiment de culpabilité. Cependant, les choses ne sont pas comme elles semblent.

Des cristaux et des maths Des yeux de mouche aux ruches d’abeilles, les structures géométriques des cristaux se retrouvent partout dans la nature. Comment l’expliquer ? La question taraude de nombreux mathématiciens, dont Mathieu Lewin, qui nous éclaire sur ce sujet intrigant. À l’échelle microscopique, la plupart des cristaux sont constitués d’atomes qui sont arrangés sur un réseau périodique, c’est-à-dire suivant des motifs qui se répètent comme des nœuds sur un filet de pêche. Cette structure géométrique particulière au niveau atomique induit souvent un comportement singulier à notre échelle. Or de telles structures périodiques sont présentes partout autour de nous dans la nature. L’arrangement périodique hexagonal des atomes explique la forme géométrique à six branches de ce cristal de glace. Percer les secrets du réseau hexagonal… Comment expliquer l’omniprésence dans la nature de certains de ces arrangements périodiques particuliers, comme le réseau hexagonal ? … et de l’organisation spontanée de la matière

Related: