background preloader

De quoi l'énergie est-elle le nom ?

De quoi l'énergie est-elle le nom ?

Théorème de Noether (physique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Établi en 1918 par la mathématicienne Emmy Noether à Göttingen, ce théorème fut qualifié par Albert Einstein de « monument de la pensée mathématique ». Autrement dit : Soit , un jeu de coordonnées généralisées qui dépendent continûment d'un paramètre . est indépendant de , c'est-à-dire avec , alors : est une intégrale première, c'est-à-dire que , où désigne l'hamiltonien associé à et où utilise la notation du crochet de Poisson. (en utilisant les équations d'Euler-Lagrange) Le théorème s'applique à certaines classes de théories décrites soit par un lagrangien, soit par un hamiltonien, ce qui est le cas de la plupart des théories en physique. Amaury Mouchet, L'élégante efficacité des symétries, chap 10, Dunod, 2013 (ISBN 9782100589371) 240 pages(en) Nina Byers, « E. Théorème et exemples de symétries Portail de la physique

Le temps et sa flèche Texte de la 188e conférence de l’Université de tous les savoirs donnée le 6 juillet 2000. Le temps, son cours et sa flèche par Etienne KLEIN Un peu de poésie pour commencer C'est à un physicien britannique, Arthur Eddington, que le temps doit d'être équipé (depuis 1929) d'un emblème, la flèche, que la mythologie attribuait jusque-là à Éros, le dieu de l'amour, représenté comme un enfant fessu et ailé qui blesse les cœurs de ses flèches aiguisées. La flèche du temps ne symbolise plus le désir amoureux, hélas, mais le sentiment tragique que nous éprouvons tous d'une fuite inexorable du temps. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je voudrais vous proposer quelques phrases d'écrivains ou de poètes, qui chacune à sa façon, évoquent soit le cours du temps, soit sa flèche, soit un mélange des deux. Commençons par Sacha Guitry : « Madame est en retard. Qu'est-ce que temps ? On oublie trop souvent que la puissance de la physique vient de ce qu'elle a su limiter ses ambitions. La physique et le temps

Étienne Klein Pour les articles homonymes, voir Klein. Étienne Klein en 2015. Étienne Klein, né à Paris le 1er avril 1958, est un physicien et un philosophe des sciences français. Il dirige le Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière tout en menant une intense carrière de vulgarisation autour des questions soulevées par la physique contemporaine, notamment par la physique quantique et la physique des particules. Biographie[modifier | modifier le code] Il fait, en 1981, un stage d'été au CERN[5]. Travaux en philosophie des sciences[modifier | modifier le code] De plus en plus engagé dans les questions relatives à la philosophie des sciences, Étienne Klein publie en 1991, sur les conseils de Michel Cazenave, un premier ouvrage consacré aux paradoxes en physique et intitulé Conversations avec le sphinx. En 1999, il obtient, sous la direction de Dominique Lecourt, un doctorat en philosophie des sciences, dont le mémoire sera publié sous le titre L'unité de la physique.

Etienne Klein - Cours introductif de Philosophie des Sciences 2/9 Charles Tellier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Tellier. Charles Tellier en 1912 Biographie[modifier | modifier le code] Fils d'un marchand épicier devenu industriel de la filature à Condé-sur-Noireau en Normandie mais ruiné par la Révolution de 1848, il étudie en faculté l'ammoniaque, un engrais concentré puis la production domestique de l'air comprimé. Le projet sur la production domestique de l'air comprimé est présenté à la ville de Paris, mais le baron Hausmann qu'aucune idée audacieuse n'effraie lui donne ce conseil : « La glace manque à Paris quand les hivers sont chauds, vous devriez vous occuper de la fabriquer artificiellement. » Il faut dire qu'à l'époque, pour conserver les denrées, on remplissait un grand puits appelé glacière de deux cents tombereaux de neige et de glace. En 1876, le navire Frigorifique parti de Rouen rapporte de la viande à Buenos Aires en bon état de conservation après 105 jours de mer. Hommages[modifier | modifier le code]

Culture scientifique Des observateurs parlent d’un « illettrisme scientifique » qui gagnerait notre société 1. Même s’ils ne valent pas démonstration, certains signes peuvent nous porter à les suivre. L’un de ces indices tient au fait que ceux qui, comme moi, écrivent des livres destinés à un « public large », savent d’expérience que les éditeurs se montrent de plus en plus insistants sur un point : le niveau de ce que l’on écrit ne doit pas être trop élevé et le moins de choses possibles doivent être supposées connues du lecteur. Cette demande pressante relève toutefois d’une motivation ambiguë : faut-il la mettre sur le compte d’un louable souci démocratique, celui de toucher le plus grand nombre de personnes, ou avère-t-elle plutôt qu’il existerait effectivement une croissance de l’illettrisme scientifique ? Un deuxième signe est la montée en puissance d’une sorte de relativisme paresseux. Cette évolution n’est pas sans incidence politique. Qu’est-ce à dire ?

Related:  Physiquesucre19