background preloader

Nous devons empêcher la privatisation du domaine public

Nous devons empêcher la privatisation du domaine public
Le site Actualitté a commenté hier un communiqué diffusé par le ministère de la Culture dans lequel Louis Gallois (Commissaire général à l’investissement) et Bruno Racine (président de la Bibliothèque nationale de France) annoncent la signature de deux nouveaux partenariats public-privé en matière de numérisation du patrimoine physique détenu par la bibliothèque. Ces accords se caractérisent par une privatisation (droits d’exploitation commerciale exclusive pour 10 ans) d’un patrimoine appartenant pour tout (les livres anciens) ou partie (les enregistrements sonores 78 et 33 tours) au domaine public. Ironiquement, cette annonce s’effectue alors que dans ses vœux aux personnels de la culture, la ministre prononçait un discours dans lequel elle a répété que la culture ce sont les biens communs, c’est le bien commun de tous. Elle n’a sans doute pas fait le rapport. Généalogie du désastre Pourquoi est-ce scandaleux ? Le pire c’est qu’ils trouvent ça « normal ». Ce qui m’amène au que faire.

Qu’est ce que Android en 10 réponses simples Mais au fait : Android c’est quoi exactement? 10 réponses simple pour en savoir plus 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Le ministère de la Culture accusé de vouloir monétiser le domaine public Deux partenariats signés entre le ministère de la Culture et plusieurs entreprises privées au sujet de la numérisation d'oeuvres appartenant à la Bibliothèque nationale de France suscitent depuis quelques jours une vive polémique. En effet, la Rue de Valois est accusée de vouloir monétiser des oeuvres appartenant au domaine public, au détriment de l'intérêt général. Le ministère de la Culture a annoncé cette semaine la signature de deux partenariats avec des entreprises privées, visant à la numérisation et la diffusion d’œuvres appartenant aux collections de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Une monétisation pointée du doigt Jusqu’ici, rien de particulièrement choquant. Nos confères d’ActuaLitté ont ainsi fait le rapprochement avec l’extrait d’un programme de commercialisation qu’ils se sont procuré dès cet été. Montée au créneau afin de défendre le domaine public Contacté, le ministère de la Culture n’a pas pu nous donner plus d’informations sur le contenu de ces partenariats.

Hackaton : règlement du concours | Délégation Académique ... UFR STGI, 6 et 7 Avril 2016 Campus des portes du Jura, à Montbéliard Règlement du concours Préambule : – L’Hackaton « Mon école à l’ère du numérique » est un concours gratuit sans obligationd’achat organisé dans le cadre du PAF de l’Académie de Besançon dont RéseauCanopé et le SUN’IP sont deux des partenaires. – Il est mis en œuvre par les partenaires de laDANE dénommé « l’organisateur » sous la responsabilité juridique du Rectorat deBesançon. – La langue officielle du concours est le français. Article 1. 1.1. Le concours L’Hackaton « Mon école à l’ère du numérique » s’inscrit dans le thème « Mon école du 21è siècle : les nouveaux espaces de formation en et hors la classe». 1.2. Le concours se déroule du 6 Avril 2017 à 10 heures au 7 avril à 10 heures. 1.3 Lieux Le concours se déroule en présentiel et à distance : – dans d’autres ateliers du réseau Canopé ; – à distance. 1.4.Participants A titre exceptionnel des inscriptions de dernière minute pourront être acceptées. Article 2. 2.1.Prérequis :

BnF : Filippetti cautionne la commercialisation du domaine public Dans un communiqué émanant du ministère de la Culture, Aurélie Filippetti, le commissaire général à l'investissement, Louis Gallois et le président de l'établissement BnF, Bruno Racine, annoncent la signature de deux nouveaux accords. Ces derniers portent sur la numérisation et la diffusion des collections de la BnF, et plus spécifiquement les livres anciens et fonds musicaux. Euh... Dans le cadre des investissements d'avenir, le Fonds national pour la société numérique, qui s'inscrit dans le Développement de l'économie numérique, la Caisse des Dépôts va être sollicitée. Ainsi, pour assurer la continuité de la politique de numérisation du patrimoine, la BnF, par le biais de sa filiale BnF-Partenariats, a signé deux accords de numérisation. Livre et musique, sous les scanners Le premier, oh, surprise, est conclu avec la société ProQuest, éditeur de bases de recherches historiques et culturelles. Pipeau. Et le combat cessa, pourtant, c'est pas faute de trouver des combattants Eh bien oui.

Créer un « domaine commun » anticipant le domaine public Je rediffuse sur ce blog un billet publié par le collectif SavoirsCom1 pour interpeller La France Insoumise à propos d’une proposition de leur programme culturel portant sur le domaine public et le financement de la création. Nous y proposons l’idée de créer un nouveau « domaine commun », anticipant sur l’entrée des oeuvres dans le domaine public, qui combinerait des idées de Victor Hugo et de Jean Zay. Au-delà de l’enjeu immédiat de la campagne présidentielle, il me semble que c’est une idée à considérer, car elle montre parfaitement que l’amélioration des conditions de vie des créateurs et l’ouverture des usages ne sont pas incompatibles, bien au contraire. La France Insoumise (mouvement citoyen pour promouvoir la candidature de Jean-Luc Mélenchon) a publié la semaine dernière son livret « Arts et Culture » dans lequel on retrouve des propositions consacrées au domaine public. Des propositions ambiguës et un appel à la clarification WordPress: J'aime chargement… Sur le même thème

Refuser la privatisation du domaine public par la BnF Depuis le début de la semaine, et l'annonce d'un double accord signé par la BnF avec deux acteurs de la numérisation, ActuaLitté a fait état des risques et dangers liés à ce projet. Il s'agit bien de privatiser des milliers d'oeuvres du domaine public, qui seront commercialisées par la suite, à travers de BnF Partenariats, sa filiale marchande. ActuaLitté publie ce jour une tribune signée de plusieurs organisations, révoltées par le projet, l'assentiment reçu du ministère de la Culture et le silence des autorités. Nous publions leur communiqué dans son intégralité. BigPilou, (CC BY-NC-ND 2.0) L'association COMMUNIA, l'Open Knowledge Foundation France, La Quadrature du Net, Framasoft et SavoirsCom1 publient ce jour un communiqué dénonçant la signature par la BNF, le Commissariat aux investissements d'avenir et le ministère de la Culture et de la communication d'accords qui privatisent l'accès numérique à une part importante de notre patrimoine culturel. Pour approfondir

Logiciel Carte Mentale Gratuit (Freeware) Créer des cartes mentales parfaites avec des logiciels libres, des exemples et des modèles! Edraw MindMap est le logiciel de carte mentale rapide et facile pour créer des mind maps éblouissants (des représentations graphiques des processus de pensée) pour résoudre le problème de brainstorming, l'analyse rationnelle, et la prise de décision. Il comprend des milliers de graphique prêt-à-utiliser que vous coller simplement pour créer votre dessin. Nous croyons que vous bénéficiez non seulement des facilités apportés par ce logiciel, mais aussi les gens aux alentours de vous bénéficient aussi! Télécharger Logiciel Carte Mentale Gratuit: Laissez plus de personnes bénéficier, partagez-le. Caractéristiques du logiciel Symbole de Carte Mentale Fonction du guide intelligent Quand vous glissez et déposez le sujet, pas besoin du lien manuel, le guide intelligent vous aide à faire la disposition. Fonction de mise en page automatique Plus de 10 modes de dispositions possibles pour commuter librement.

Collections numériques et domaine public | PremierMardi Depuis la généralisation de l’accès à Internet, des oracles amateurs nous prédisent dans les pages de la presse nationale et à la fin des repas de famille que « c’est la fin des bibliothèques ». Pour quiconque a pris la peine de réfléchir quelques minutes sur le sujet (donc a fortiori une proportion non négligeable des professionnels), cette prophétie millénariste semble ne pas tenir compte de ce qu’est une bibliothèque. Il ne s’agit pas en effet d’un amoncellement séculaire de matière première intellectuelle, capharnaüm à visée universelle. Le rôle des bibliothèques n’est pas d’amasser les sources de connaissance, mais de les sélectionner, de les décrire, de les ordonner et de les valoriser pour les mettre à la disposition des usagers. En théorie, le réservoir de contenu culturel potentiellement infini qu’est le web devrait donc fournir aux bibliothèques plus de travail que d’inquiétude. Imprimer ce billet Mots clefs : BnF, domaine public, ressources numériques Posté dans : Paysages

OpenData : La moyenne pour un data.gouv.fr sous formats propriétaires Mise-à-jour du 5/12/11 à 8h40 : Les 500 jeux de données évoqués dans cet article ont apparemment été éclatés en plus de 350 000 notamment en divisant les données de l’INSEE commune par commune, mais notre analyse reste la bonne, série de données par série de données. Alors que Regards Citoyens semble tenu à distance de la sortie du portail data.gouv.fr, nous avons réussi à consulter des documents de travail de la mission ÉtaLab nous permettant d’évaluer le contenu de la plateforme OpenData française qui sera présentée ce lundi matin en conférence de presse. Tout d’abord, Regards Citoyens ne peut que se réjouir de la sortie d’un portail référençant les données publiques librement réutilisables. C’est un effort à notre sens indispensable de l’État pour un renouveau démocratique et citoyen. Moins d’un an après son installation, l’objectif que s’est fixé ÉtaLab est donc globalement atteint. Formats propriétaires : le point noir d’ÉtaLab

Livres : Manuscrits de Tombouctou : la BnF à la rescousse Alors que plus de 10% des manuscrits de Tombouctou ont été brûlés, vandalisés ou détruits, la Bibliothèque nationale de France propose son aide pour préserver le patrimoine malien. Les mains de François Hollande laissaient échapper samedi les cendres des manuscrits de Tombouctou. Alors que les conflits s'acheminent vers la région de Kidal, l a BnF se mobilise auprès de l'Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba pour le sauvetage et la numérisation des documents. «Dans un premier temps, elle peut collaborer au diagnostic des dommages, envoyer les fournitures nécessaires au reconditionnement des ouvrages et à leur restauration, aider sur place à la conservation ou à la restauration des documents endommagés», précise la BnF dans un communiqué. Entre 100.000 et 900.000 références à numériser 90 % des œuvres seraient préservées , notamment grâce à un transfert précoce des documents de valeur vers Bamako. » La plupart des manuscrits de Tombouctou à l'abri

Biblio Remix : les projets – Biblio Remix La première expérimentation de Biblio Remix a eu lieu durant l’évènement TIC (Tu imagines ? Construis !) qui s’est tenu à l’Ecole européenne supérieure d’Art de Bretagne à Rennes, du 28 au 30 juin 2013. La bibliothèque de l’école a été notre premier cobaye. Pendant une journée, par équipes de 3 à 5 personnes, les participants ont été invités à choisir un projet de remix, à le concevoir et le décrire, puis à pousser sa réalisation le plus loin possible jusqu’à un rendu visuel (maquette, schéma), et enfin à mettre en scène un scénario d’usage. Accompagnés tout au long de la séance par les animateurs de Biblio Remix, les équipes ont montré leur prototype à la fin de la journée et raconté leur démarche, afin que ces expériences puissent être compilées et documentées. Les projets 3 jours, 8 équipes, 8 projets. La borne enrichissante est un dispositif qui, à partir d’un document, fournirait, agrégerait et synthétiserait un grand nombre de ressources utiles autour de ce document Les photos

Pourquoi je ne crois pas à la privatisation du domaine public - Another world ‽ - seb35’s blog Je n’ai pas l’habitude de poster sur ce blog, mais c’est bien pratique que d’avoir un endroit où exprimer des idées longues (i.e. pas Twitter). J’ai suivi ces derniers jours la polémique autour de la signature entre la BnF et deux partenaires privés pour la numérisation de deux fonds (70 000 ouvragres datant de 1470 à 1700 ainsi que des 200 000 vinyles). Les documents numérisés pourront être revendus par les partenaires privés et la BnF bénéficiera d’une copie à laquelle elle pourra donner accès dans ses locaux à Paris ainsi que, pour 5 % des œuvres, sur sa bibliothèque numérique Gallica. Dix ans après la numérisation, la BnF pourra utiliser comme elle veut les documents numérisés, par exemple pour les exposer sur Gallica. Du haut de mes quelques connaissances en droit de la propriété intellectuelle et de la pratique amateure des licences libres, je ne comprend pas cette expression de « privatisation du domaine public », et par là même cette indignation par rapport à ce partenariat.

Le projet – Biblio Remix Biblio Remix est un dispositif librement copiable, remixable et adaptable. Si vous avez envie d’en organiser un dans votre bibliothèque, n’hésitez plus : voici la documentation détaillée de l’organisation de l’évènement. En bref Biblio Remix est un dispositif d’expérimentation, d’invention et de création participatives, autour des services en bibliothèque. L’idée est de réunir des participants aux compétences diverses (bibliothécaires, lecteurs, bidouilleurs, designers, architectes, usagers ou non des bibliothèques…), et de leur proposer d’esquisser leur vision de la bibliothèque idéale, à travers des questions, des problèmes concrets et des projets à réaliser. L’objectif Dans un environnement technologique, social et culturel mouvant, comment imaginer la bibliothèque publique de demain, son périmètre d’intervention, ses dispositifs de médiation, ses modes d’action, son offre documentaire ? Partagez ! Les projets réalisés Redesigner le bibliothécaire : ils ont l’air distants ou occupés ?

Related: