background preloader

La Marseillaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Marseillaise est décrétée chant national le (26 messidor an III) par la Convention, à l'initiative du Comité de Salut public. Abandonnée en 1804 sous l’Empire et remplacée par le Chant du départ, elle est reprise en 1830 pendant la révolution des Trois Glorieuses qui porte Louis-Philippe Ier au pouvoir. Berlioz en élabore une orchestration qu’il dédie à Rouget de Lisle. La IIIe République en fait l'hymne national le 14 février 1879 et, en 1887, une « version officielle » est adoptée en prévision de la célébration du Centenaire de la Révolution. Pendant la période du régime de Vichy, bien qu'elle soit toujours l'hymne national, elle est souvent accompagnée par le chant « Maréchal, nous voilà ! Son caractère d’hymne national est à nouveau affirmé dans l’article 2 de la Constitution du 27 octobre 1946 par la IVe République, et en 1958 — par l’article 2 de la Constitution de la Cinquième République française. Partition du XIXe siècle Related:  Chants Révolutionnaires

Musique, citoyennes ! Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Musique, citoyennes ! est un double album de Francesca Solleville, sorti pour le bicentenaire de la Révolution française en 1989. Titres[modifier | modifier le code] Disque 1, face A Disque 1, face B Disque 2, face A Disque 2, face B Arrangements et direction musicale[modifier | modifier le code] Michel Précastelli Autour de l'album[modifier | modifier le code] Le Divorce et La Chanson nouvelle des deux dames de la halle sont enregistrées avec le concours de Corinne Ciccolari.Enregistré aux studios Harry Son.Dessin original : Ernest Pignon-Ernest.Numérisation et mise en couleur informatique réalisées à l'Atelier d'Image et d'Informatique de l'ENSAD.Maquette : Marc Morand.

Chant du départ Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] C'est un tableau musical : à chacune des sept strophes l'hymne est chanté par un individu ou des groupes d'individus différents. Le chant a survécu à la Révolution et au Premier Empire. Paroles[modifier | modifier le code] Titre de l'œuvre (La Victoire en chantant) en bas relief sur le socle du monument de bronze et pierre Un député du Peuple La victoire en chantant nous ouvre la barrière[4]. La Liberté guide nos pas. Chant des guerriers (Refrain) La République nous appelle Sachons vaincre ou sachons périr Un Français doit vivre pour elle Pour elle un Français doit mourir. Une mère de famille De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes : Loin de nous de lâches douleurs ! Un enfant De Bara, de Viala le sort nous fait envie ; Ils sont morts, mais ils ont vaincu. Musique[modifier | modifier le code] Premier couplet du Chant du départ, tel qu'édité en 1794[5], avec basse chiffrée :

La Marseillaise de Rouget de Lisle A l'origine chant de guerre révolutionnaire et hymne à la liberté, la Marseillaise s'est imposée progressivement comme un hymne national. Elle accompagne aujourd'hui la plupart des manifestations officielles. Claude Joseph Rouget de Lisle chantant la marseillaisePaul Adolphe Rajon (XIXème siècle), BnF En 1792, à la suite de la déclaration de guerre du Roi à l'Autriche, un officier français en poste à Strasbourg, Rouget de Lisle compose, dans la nuit du 25 au 26 avril, chez Dietrich, le maire de la ville, le "Chant de guerre pour l'armée du Rhin". Ce chant est repris par les fédérés de Marseille participant à l'insurrection des Tuileries le 10 août 1792. Interdite sous l'Empire et la Restauration, la Marseillaise est remise à l'honneur lors de la Révolution de 1830 et Berlioz en élabore une orchestration qu'il dédie à Rouget de Lisle. Né en 1760 à Lons-le-Saunier, Claude-Joseph Rouget de Lisle est capitaine du génie mais a mené une carrière militaire assez brève. 1er couplet Refrain Quoi !

Les paroles de la Marseillaise Aux armes, citoyens ! Formez vos bataillons ! Marchons, marchons ! Qu'un sang impur... Allons ! Que veut cette horde d'esclaves, De traîtres, de rois conjurés ? Quoi ! Tremblez, tyrans et vous, perfides, L'opprobre de tous les partis ! Français, en guerriers magnanimes Portons ou retenons nos coups ! Amour sacré de la Patrie Conduis, soutiens nos bras vengeurs ! Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n'y seront plus ; Nous y trouverons leur poussière Et la trace de leurs vertus.

Hymne des Montagnards aux Jacobins Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Hymne des Montagnards aux Jacobins (contre les Brissotins) est une chanson écrite en 1793 au cours de la Révolution française, chantée sur l'air de La Marseillaise. Francesca Solleville dans l'album Musique, citoyennes !, disque 33 tours de Francesca Solleville, sorti pour le bicentenaire de la Révolution en 1989. Distribution Carrere, production Chantons 89 WH. n°66586 CA 272. La Complainte du partisan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Partisan. La Complainte du partisan est une chanson écrite à Londres en 1943 par Emmanuel d'Astier de La Vigerie[N 1] pour le texte et Anna Marly pour la musique. Les quatre premiers vers sont : Les Allemands étaient chez moi,On m'a dit « Résigne-toi »,Mais je n'ai pas pu,Et j'ai repris mon arme. Elle est désormais moins connue que le presque homonyme Chant des partisans, également composé par Anna Marly mais écrit par Joseph Kessel et Maurice Druon, devenu l'hymne officiel de la résistance française. Par la suite, La Complainte du partisan est interprétée par de nombreux artistes comme les Compagnons de la chanson, Leny Escudero, Mouloudji, Marc Ogeret, Anna Prucnal, etc.[2] Ce chant connaît finalement une deuxième jeunesse quand il est repris dans sa version anglaise, Song of the French Partisan, sous le titre The Partisan, en 1969 par Leonard Cohen dans son deuxième album Songs from a Room.

Histoire du port de Bordeaux pendant la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’histoire de la Seconde Guerre mondiale constitue, depuis une vingtaine d’années, un nouveau terrain de recherches pour la communauté scientifique. L’ouverture progressive des archives offre une nouvelle approche de la période, peut-être plus juste que celle des premiers historiens du conflit puisqu’elle s’appuie sur les documents de l’époque et non plus sur les témoignages postérieurs à la Libération et, de par ce fait, contestables car déformés par le temps et le recul. Cette injuste lacune commence à être comblée car un intérêt nouveau pour la dimension économique de la Seconde Guerre mondiale est né chez les historiens. Or, dans cette guerre mondiale, les transports ont joué un rôle stratégique. Le cas du port de Bordeaux, sur lequel porte la présente étude, semble en cela très significatif des changements survenus au cours de la guerre. Le déclin commercial[modifier | modifier le code] Les efforts alliés sont payants.

La Marseillaise La Marseillaise est l'hymne national de la République française depuis 1795. Elle fut écrite en 1792 par Rouget de Lisle, sous la Révolution française alors en guerre avec l'Autriche, et fut d'abord nommée Chant de guerre pour l'armée du Rhin. Son nom fut très vite changé en l'honneur des volontaires marseillais remontant vers le nord de la France. Le septième couplet, dont l'auteur reste à ce jour inconnu, a été ajouté en 1792. Histoire de la Marseillaise Rouget de Lisle chantant la Marseillaise dans le salon du maire de Strasbourg. Elle refait surface après la révolution française de 1830 qui place sur le trône le roi Louis-Philippe Ier. Pour la mélodie, Rouget de Lisle se serait servi de souvenirs musicaux, en particulier le 25e concerto en ut de Mozart pour piano et orchestre. Paroles Une des premières partitions de La Marseillaise-1792 1er couplet Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie, L'étendard sanglant est levé, (bis) refrain: 2e couplet

La Carmagnole Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Assiette avec le texte du début de la chanson La Carmagnole est une chanson révolutionnaire anonyme et très populaire créée en 1792 au moment de la chute de la monarchie (journée du 10 août 1792). Originaire du Piémont, ce chant gagne d’abord la région de Marseille, avant d’atteindre Paris. Elle se popularise ensuite dans toute la France après la chute du trône pour devenir un hymne des sans-culottes. On appelle aussi carmagnoles les discours prononcés à la tribune de la Convention par Barère, rapporteur du Comité de salut public, fin 1793 et début 1794, pour annoncer aux députés les victoires révolutionnaires. Anonymat[modifier | modifier le code] Dans son recueil de chansons, Claude Duneton[3] émet l'hypothèse que si l'auteur de La Carmagnole est resté anonyme, c'est qu'il était dangereux pour lui de la revendiquer. Musique[modifier | modifier le code] Mélodie de la Carmagnole, telle qu'imprimée en 1794[4] : De s'amuser il est si doux. ou

Chants Le port de Bordeaux Contexte historique Le dynamisme retrouvé de l’ancienne porte des Antilles Dans le dernier tiers du XIXe siècle, le port de Bordeaux a connu une période de croissance remarquable alors que, à partir de 1873, plusieurs crises secouaient l’économie des pays industrialisés. En France, la multiplication des expériences politiques depuis 1789 n’a pas empêché le pays d’entrer de plain-pied dans l’âge industriel, suivant et imitant l’Angleterre. L’instabilité politique est encore à l’ordre du jour en 1874. Au-delà des turbulences politiques du moment, le choix économique du libre-échange opéré par le régime impérial dès 1860 concourt à la prospérité retrouvée de la ville et de son port. Analyse de l'image Eugène Boudin saisit l’activité bruissante du commerce du vin Interprétation Succès de la bourgeoisie négociante Le rendez-vous manqué avec la révolution industrielle n’empêche pas Bordeaux et son port d’être dynamiques.

Symboles et emblèmes de la France - Les secrets du 14 Juillet Saviez-vous que la fête nationale du 14 Juillet ne date que de 1880 ? Dix ans après la défaite face à la Prusse, l’objectif était de redonner de la superbe à l’armée française. À l’époque, le défilé n’a pas lieu sur les Champs-Elysées. Petite histoire d’un grand chant Nous sommes en 1792, l’Autriche et la France entrent en guerre. Une Marianne, des Mariannes Quels sont les visages qui ont inspiré les figures de Marianne ? Les symboles de la France, en 3′ La République a quatre symboles principaux : le drapeau tricolore, la Marseillaise, Marianne et son bonnet phrygien, et la devise « liberté, égalité, fraternité ». Aux armes Et Caetera Aux armes et caetera , la Marseillaise version reggae de Serge Gainsbourg À quoi ça sert un drapeau ? À quoi sert un drapeau ? « Le Droit et la Loi » 1988 : au lendemain de son investiture, le Président de la République française, François Mitterrand, demande qu’un texte consacré à la République soit lu aux écoliers et lycéens. L’insoumise

Related: