background preloader

Monumenta 2012 - Daniel Buren

Monumenta 2012 - Daniel Buren
Related:  Boltanski

Monumenta Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Grand Palais, lieu de l'exposition Monumenta. Principe[modifier | modifier le code] L'exposition se tient une fois par an depuis 2007 (avec une interruption en 2009). Les artistes participants sont : Éditions[modifier | modifier le code] Anselm Kiefer (2007)[modifier | modifier le code] En 2007, Anselm Kiefer est le premier artiste participant à la manifestation[1]. Richard Serra (2008)[modifier | modifier le code] En 2008, Richard Serra expose Promenade[2]. Entre le 7 mai et le 15 juin, l'exposition attire 142 000 visiteurs[3]. Christian Boltanski (2010)[modifier | modifier le code] L'édition se déroule du 13 janvier au 21 février 2010, sous la responsabilité de Catherine Grenier (commissaire d'exposition). Anish Kapoor (2011)[modifier | modifier le code] En 2011, Anish Kapoor crée Leviathan. L'œuvre est exposée du 11 mai au 23 juin 2011 ; l'édition de Monumenta étant sous la responsabilité de Jean de Loisy (commissaire d'exposition).

Bétonsalon Monumenta 2011 Monumenta Pour sa 4e édition, Monumenta invite Anish Kapoor, à investir le Grand Palais. Après Anselm Kiefer (2007), Richard Serra (2008), Christian Boltanski (2010), c’est au tour de cet artiste parmi les plus reconnus et honorés de sa génération de créer une œuvre spécialement conçue pour les 13 500 m2 de la Nef du Grand Palais. Né à Bombay en 1954, Anish Kapoor vit et travaille à Londres.

Accueil | Maison des arts de Malakoff Exposition Monumenta 2011 - Nef du Grand Palais De l’espace monumental du Grand Palais a germé une grande idée : MONUMENTA. Pour sa quatrième édition en 2011, MONUMENTA invite Anish Kapoor, artiste britannique né en Inde, à investir les 13 500 m2 de la Nef du Grand Palais. Après le succès des trois premières éditions consacrées à Anselm Kiefer, Richard Serra puis Christian Boltanski, Anish Kapoor relève le défi avec une œuvre inédite. Né en 1954, Anish Kapoor produit depuis les années 80 une œuvre à la fois méditative et puissante.

Monumenta 2010, Boltanski: Personnes, l'absence, la présence et le hasard Dès l'entrée, le regard bute sur un mur de boîtes de biscuits rouillées, sorte d'iconostase séparant le monde profane du monde symbolique. Le bruit hypnotique de centaines de coeurs battant désunis s'amplifie lorsqu'on découvre l'installation de Christian Boltanski sous la verrière du Grand Palais. Le son vient des haut-parleurs qui encadrent au sol 69 rectangles, carrés de cimetière, recouverts de vêtements usagés. S'y ajoute les grincements d'une grue qui prélève et rejette des vêtements sur une montagne de fripe. L'immense nef résonne comme une usine. Personnes, installation de Christian Boltanski Monumenta 2010, Grand Palais, Paris « Ce qui m’intéresse principalement aujourd’hui c’est que le spectateur ne soit plus placé devant une oeuvre, mais qu’il pénètre à l’intérieur de l’oeuvre. En 2008, Richard Serra exposait Promenade, une impressionnante sculpture abstraite. Personnes, installation de Christian Boltanski Monumenta 2010, Grand Palais, Paris Personnes, Christian Boltanski

actes if- Réseau solidaire de lieux culturels franciliens Anish Kapoor Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kapoor. Anish Kapoor Anish Kapoor en 2008 Anish Kapoor, né à Bombay en Inde le , est un plasticien contemporain (principalement sculpteur) britannique d'origine indienne. Biographie[modifier | modifier le code] Anish Kapoor est né à Bombay dans une famille de confession juive par sa mère, immigrée en Inde en provenance de Bagdad quand elle était âgée encore de quelques mois (son père et son grand-père étaient les chantres de la synagogue de Puna). Anish Kapoor a passé ses premières années à Bombay, puis à Dehra Dun où il étudie à la La Doon School. Il est reconnu pour ses créations inspirées à la fois de la culture occidentale et de ses origines orientales. Anish Kapoor a été élu membre de la Royal Academy le 26 mai 1999[2]. Travail artistique[modifier | modifier le code] À l'automne 2006, un autre vaste miroir, version plus grande du Sky Mirror, a été installé au Rockefeller Center à New York.

Monumenta 2010 : « Personnes » de Christian Boltanski | Christian Boltanski | Les vies possibles de Christian Boltanski | Echappées culturelles Après l'allemand Anselm Kieffer et l'américain Richard Serra, c'est au tour du français Christian Boltanski d'investir la nef du Grand Palais à Paris pour la troisième édition de la Monumenta. Mémoire individuelle et mémoire collective, défi contre le temps et l'absurdité du destin, rempart contre la mort et l'oubli, Christian Boltanski installe la disparition des corps et restitue l'éternité des âmes avec « Personnes ». L'interview de Christian Boltanski en intégralité - Exclusivement pour le web Des boîtes de biscuits comme un mur d'archives, des rectangles d'habits comme des tombeaux, le tout au rythme de battements de cœur, Christian Boltanski nous invite à célébrer notre condition d'être vivant : un jour nous serons morts et oubliés. « C'est une forme de vaste lieu de commémoration, comme de très grands cimetières. Ici, on doit se poser des questions. Le reportage Expositions Sur ARTE Livres

Artfactories Nous, espaces intermédiaires, Nous qui occupons des espaces délaissés, Nous, pratiques d’espace membres de la grande famille des occupations, au côté du mouvement squat, du Tiers-paysage, des Tiers-lieux, de l’occupation des places, du mouvement 15M... Boltanski - Personnes - MONUMENTA 2010 - nef du Grand Palais Christian Boltanski présente Personnes pour la troisième édition de « Monumenta » par Werner Spies Christian Boltanski : Personnes - Monumenta 2010 Il y a quelques jours se sont ouvertes à Paris, au Grand Palais, les portes de la troisième édition de « Monumenta », un des grands événements les plus ambitieux de la politique culturelle de la métropole. Pour la première fois, après Anselm Kiefer et Richard Serra, c'est un Français, Christian Boltanski, qui occupe aujourd'hui l'immense espace sous la coupole de verre des Champs-Élysées. Christian Boltanski représente une génération qui, dans le sillage et l'« imitatio » de Duchamp, a définitivement renoncé à la toile, à la peinture et au pinceau. Quand le visiteur pénètre dans la nef de verre, il se heurte d'emblée à un écran qui lui barre la vue, une haute paroi de boîtes en fer blanc piquetées de rouille. « Monumenta » fait immédiatement penser à monument, à quelque chose de monumental.

Magazine : Art actuel, Art contemporain Christian Boltanski au Grand Palais dans le cadre de Monumenta Christian Boltanski au Grand Palais dans le cadre de Monumenta par Gina Kehayoff et Alain Dreyfus Christian Boltanski « Personnes » est le titre choisi par Christian Boltanski pour son installation au Grand Palais dans le cadre de Monumenta, une expérience qui propose à un artiste d'intervenir à sa manière les 13 500 m2 du chef-d'œuvre parisien de l'architecture de fer et de verre. En place depuis 2007, cette manifestation, produite sous l'égide du ministère de la Culture et de la Réunion des musées nationaux, a abrité successivement les propositions du peintre allemand Anselm Kiefer et celle du sculpteur américain Richard Serra. Artiste de la mémoire et de la disparition, Christian Boltanski, considéré comme l'un des rares plasticiens français de dimension internationale, aurait aussi bien pu intituler son œuvre « présence des morts. » À lire également l'article de Werner Spies sur Christian Boltanski : LE GRAND FROID DES CŒURS ABSENTS

Related: