background preloader

Sécurité du cloud

Sécurité du cloud
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sécurité du cloud (Cloud Security en anglais) est un sous domaine du cloud computing (informatique dans les nuages) en relation avec la sécurité informatique. Elle implique des concepts tels que la sécurité des réseaux, du matériel et les stratégies de contrôle déployées afin de protéger les données, les applications et l'infrastructure associée au cloud computing. La sécurité dans le cloud[modifier | modifier le code] Modéles de sécurité du cloud L'utilisation de plus en plus fréquente du cloud computing fait apparaître de nouveaux risques de sécurité. En 2009, le groupe "cloud security alliance" a été formé pour promouvoir les bons usages en matière de sécurité dans le milieu du cloud. La sécurité des données[modifier | modifier le code] La non-interopérabilité des fournisseurs Un client peut éprouver le besoin de changer de fournisseur de cloud. Le chiffrement dans le cloud L'intégrité des données La gestion des logs Le stockage L'audit

Les dangers du cloud computing : la position de la CNIL Nous avons déjà évoqué les dangers du cloud computing dans une actualité du 6 septembre dernier, relative à la sécurité des données des entreprises. Nous revenons aujourd’hui plus particulièrement sur les risques du cloud. Notre premier regard concernera la question de la protection des données à caractère personnel. Prendre des risques sur des données qui n'appartiennent pas à l'entreprise Si les entreprises souhaitent externaliser leurs données les plus stratégiques et ainsi courir le risque d'intrusions ou d'espionnage industriel, libres à elles — à supposer qu'elles soient bien conscientes de ces risques. Dans le climat de relative inconscience générale que nous soulignions dans notre précédente actualité, certains esprits et certaines institutions ont tout de même vite ouvert les yeux. La CNIL et ses recommandations spécifiques La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) est de ces institutions. La sécurité juridique, certes, mais la sécurité technique avant tout

EMC et VMware créent une entité cloud basée sur Virtustream Rodney Rogers, l'ancien CEO de Virtustream, assurera la direction de l'entité cloud hybride baptisée Virtustream. (Crédit D.R.) Sur fond de rachat par Dell, EMC et VMware renforcent leur collaboration dans le cloud hybride avec la création d'une business unit conjointe autour de Virtustream. Afin d’étendre sa « fédération », EMC et sa filiale VMware ont annoncé la création d'une activité cloud reposant en partie sur la plate-forme xStream de l'éditeur Virtustream, racheté 1,2 milliard de dollars un plus tôt cette année. Cette opération, qui arrive juste après la décision de Dell d'acquérir EMC pour 67 milliards de dollars, place Virtustream au cœur de la stratégie cloud hybride des deux sociétés. Cette entité, qui sera détenue à parts égales par EMC et VMware, opèrera sous la marque Virtustream. Cette business unit vendra les technologies cloud computing de VMware, EMC et Virtustream.

Le nuage et les frontières Pour les sociétés, quelle que soit leur taille, les données constituent une valeur essentielle. Exposés à leur dématérialisation grandissante, les dirigeants d’entreprise et responsables informatiques se posent des questions de plus en plus cruciales, notamment par rapport au traitement, à la sécurité ou encore à la localisation desdites données. Jadis stockées dans des classeurs, eux-mêmes empilés sur des étagères au cœur de l’entreprise, elles sont désormais digitales. D’abord rassemblées sur des serveurs en interne, elles s’envolent progressivement pour être placées, on ne sait pas toujours où, dans le nuage informatique, le fameuxcloud. Un modèle plus qu’une localisation Le mot «valise» est lâché, même si on ne comprend pas toujours bien la – ou les réalités – qu’il recouvre. Les États, d’ailleurs, n’hésitent pas à mettre en place une réglementation exigeant de préserver une certaine souveraineté liée aux données. Le concept de cloud est relativement récent. Privé, local, global

Le cloud computing : accélérateur de transformation pour les entreprises Dossier Réalisé Par Florence Puybareau | 09 Nov. 2015, 07h00 | MAJ : 09 Nov. 2015, 13h05 Après quelques années d'incertitude et de tâtonnement, les entreprises, quelle que soit leur taille, utilisent désormais quasiment toutes des solutions en mode cloud. Pour certaines, il ne s'agit que de la messagerie ou d'une application de ressources humaines (RH) ou bureautique. Et s'il y a encore aujourd'hui un débat, la question n'est plus « Faut-il ou ne faut-il pas y aller ? « Le cloud computing, c'est la flexibilité, le paiement à l'usage et la rapidité. Le nuage permet de tester de nouveaux services Or aujourd'hui, pour quelques dizaines d'euros par mois, une PME s'équipe de la même suite bureautique ou du même logiciel de gestion intégrée que son client grand compte. Un niveau de services plus faible qu'un modèle classique Le cloud c'est aussi parfois accepter d'avoir un niveau de services plus faible qu'un modèle classique. > Venez débattre et poser vos questions sur nos forums !

Le cloud expliqué aux nuls Dell et Microsoft lancent une solution de cloud hybride tout-en-un Dell a annoncé le lancement d’une nouvelle solution de cloud hybride, fruit d’un partenariat avec Microsoft. Cette offre, baptisée Dell Hybrid Cloud System, combine hardware et software. Fournie assemblée et pré-configurée par Dell, elle repose sur un serveur PowerEdge C6320, sur Windows Server 2012 R2 et comprend également le pack Windows Azure, ainsi que la solution de gestion Dell Cloud Manager. Cette dernière est incluse dans le système et prête pour une utilisation immédiate, assure Dell, qui présente Dell Cloud Manager comme la «seule solution de l'industrie qui fournit un point unique de contrôle intégré, pour la gestion des cloud privés et publics avec le cloud Azure et le pack Windows Azure.» Pouvant être délivré via un nouveau mode de tarification décrit comme flexible («Cloud Flex Pay»), le Dell Hybrid Cloud System a pour objectif annoncé d’aider les entreprises à faire fi des obstacles inhérents à l'adoption du cloud hybride.

Le cloud public montera à 160 Md$ en 2018 En 2021, le marché mondial du cloud public devrait représenter 277 Md$. Illustration : D.R. Cette année, le montant des souscriptions aux services de cloud public devrait atteindre 160 Md$ dans le monde. Selon IDC, le marché mondial des services de cloud public va connaître une croissance annuelle moyenne de 21,9% jusqu'en 2021 et générera alors 277 Md$. L'accès aux applications représente la moitié du marché En termes de services consommés, c'est le SaaS qui captera la plus grande partie des dépenses des entreprises en matière de services de cloud public en 2018. Le marché chinois en très forte croissance Les Etats-Unis constitueront cette année encore le plus gros débouché pour les fournisseurs de services de cloud public qui y engrangeront 97 Md$.

Le cloud nécessite un nouveau type d'optimisation du réseau le 02/10/2015, par Zeus Kerravala, Network World, Cloud / Virtualisation, 695 mots En règle générale, la plupart des tendances technologiques passent par une période où elles sont trop à la mode, à tel point qu'elles ne répondent jamais aux attentes mises en elles. Pensez à des tendances telles que la voix sur IP ou la virtualisation, qui ont mis beaucoup plus de temps que prévu à l'origine pour se développer. Le cloud computing a décollé comme une fusée, il est toujours resté sur cette trajectoire de forte croissance. Il reste toutefois un domaine où l'informatique n'a pas encore évolué pour s'aligner avec le cloud, c'est l'optimisation du réseau. - Le CDN (Content delivery network). - L'optimisation WAN. - La qualité de service / les classes de service. - Les protocoles réseau. Le trafic cloud lui-même a beaucoup changé au cours des cinq dernières années.

Big Data en mode Cloud : IBM lance son offre Spark-as-a service Après avoir annoncé de gros investissements sur Spark, Big Blue dévoile sa nouvelle solution de cloud analytics basée sur cette technologie open source. IBM continue de s'engager fortement dans Spark. En juin dernier, Big Blue annonçait un investissement de plusieurs centaines millions de dollars dans cette solution open source taillée pour le Big data, et gérée par la fondation Apache (lire notre article "Big Bata : trois projets Apache qui vont marquer 2015"). 3500 spécialistes d'IBM devaient travailler sur cette technologie, qui bénéficie en plus d'un nouveau centre de recherche dédié à San Francisco. IBM annonce aujourd'hui avoir franchi l'étape suivante : lors de son événement IBM Insight, le géant d'Armonk a lancé une nouvelle solution de cloud d'Analytics basée sur Spark. IBM avait déjà annoncé il y a quelques mois vouloir placer Spark au centre de ses solutions dédiées au traitement des données, devant affecter Watson ou ses produits dédié au commerce.

L'avenir du datacenter réside dans une virtualisation totale - ChannelNews Le SDDC (software defined data center) est crucial pour l’évolution à long terme de l’entreprise numérique agile. Toutefois elle n’est pas la meilleure solution pour l’ensemble des départements IT, du moins actuellement, affirme Gartner dans un document consacré à ce sujet. » Les responsables des infrastructures et de l’exploitation (I&O) doivent bien évaluer le dossier. les meilleurs cas d’utilisation et les risques du SDDC « , y affirme Dave Russel, analyste au cabinet. » A cause de son manque de maturité actuelle, le SDDC est plutôt destiné aux organisations visionnaires disposant d’une expertise avancée en matière d’ingénierie et d’architecture I&O. Un SDDC est un datacenter dans lequel l’infrastructure est virtualisée et délivrée en tant que service. Une des principales difficultés pour les responsables I&O réside dans le choix du meilleur moment pour basculer.

Toute l'Actualité Le Monde du Cloud computing du Monde Informatique Le 18 Juillet 2016 Paas Entretien Jean-Paul Alibert, président de T-Systems France : « Un plan volontairement ambitieux pour la France » Président de T-Systems France depuis juin 2013, Jean-Paul Alibert a entamé la réorganisation de la filiale de Deutsche Telekom av... Le 18 Juillet 2016 Paas AWS met la main sur Cloud9, plate-forme de développement web et mobile Amazon Web Services fait l'acquisition de Cloud9, qui propose un environnement de développement intégré destiné aux développeurs web et mobile avec un... Le 15 Juillet 2016 Cloud Recap IT : Privacy Shield adopté, WPC et Cisco Live 2016, Google Vs Europe La semaine écoulée s'est achevée sur l'effroi d'un nouvel attentat perpétré à Nice dans la nuit du 14 juillet, ayant coûté la vie de 84 personnes.

Quelques idées reçues sur la virtualisation par les entreprises Qu’est-ce que la virtualisation ? C’est la technologie qui casse la relation traditionnelle « un-à-un » entre le hardware et le software, en permettant d’installer sur un seul poste, plusieurs systèmes d’exploitation et de les faire fonctionner de manière indépendante, via une plateforme virtuelle. La prolifération des systèmes avec des microprocesseurs multi-cœurs a largement contribué à la popularité de la virtualisation. Si vous êtes une entreprise, un de vos principaux challenges est de maîtriser les coûts de production et d’exploitation, y compris dans les services IT, et la virtualisation de vos systèmes informatiques présente de nombreux avantages décisifs à ce niveau ! Les statistiques récentes sur l’adaptation et les usages de la virtualisation en entreprise montrent que les petites structures (5 serveurs et moins de 25 ordinateurs de bureau ou portables), ne disposent probablement pas d’un service informatique interne à temps complet. Les faits : Tout dépend de votre secteur.

Related: