background preloader

Citer ses sources

Citer ses sources

Babelio - Vos livres en ligne - Connectez vos bibliothèques Traces laissées sur le Web et Evaluer l’info en ligne : 2 séquences pédagogiques pour réfléchir et agir Gaëlle Sogliuzzo, professeur-documentaliste en lycée à la Cité Scolaire Beaumont (Redon, 35) poursuit son partage de séquences et expérimentations pédagogiques sur la culture de l’information et des médias élaborées pour des élèves au sein de son blog Culture de l’info et des médias en lycée. Cette enseignante propose une approche collaborative de l’éducation au numérique avec plusieurs axes de travail. Pour chaque séquence, un ensemble de documents pédagogiques en libre accès est fourni : document de préparation de séance, fiches et documents élèves, exercices et corrigés et documents de synthèse. Des dossiers complets (avec infographies, explicitations, quizz et contenus informatif) pour développer des activités dans le cadre scolaire, en formation ou en espace public numérique (EPN). Identité / présence numérique : quelles traces laissons-nous sur le web ? Séquence complète sur la notion de trace numérique, permettant de réfléchir à celles d’identité / présence numérique.

Chercher pour trouver 1996-2011 Responsable du site : Audrey Laplante, professeure adjointe École de bibliothéconomie et des sciences de l'information (EBSI), Université de MontréalConception et réalisation originale : Hélène Guertin et al.MBSI, professeure, Collège de Maisonneuve (1974-2002)avec la collaboration de Paulette Bernhard, professeure honoraire, École de bibliothéconomie et des sciences de l'information (EBSI), Université de Montréal. Tous droits réservés © 1996-2011 Hélène Guertin et al. | Documents consultésAvertissement : Les textes sur ce site présentent les idées des auteurs et en aucun cas une position officielle de l'école ou de l'université. L'utilisation du genre masculin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n'a aucune intention discriminatoire. Form@net : Scénarios pour développer les compétences informationnelles (Québec / France)

Interview : un prof se fait passer pour un élève sur Facebook L’histoire a été relayée par quelques médias généralistes, mais elle mérite qu’on s’y attarde. Un enseignant a décidé de s’immerger dans le quotidien de ses élèves en se faisant passer pour l’un d’entre-eux sur Facebook. Une expérience étonnante qui montre que chez les plus jeunes, le concept d’identité numérique a encore quelques progrès à faire (chez les moins jeunes aussi d’ailleurs). Si certaines réponses peuvent surprendre, n’oublions pas qu’il n’est pas un professionnel du web, mais un enseignant ! Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ? J’ai 51 ans, je suis professeur d’économie gestion dans un lycée professionnel. Pour résumer, vous vous êtes fait passer pour un lycéen sur Facebook. Au départ, je voulais m’inscrire sur Facebook simplement pour voir ce qui s’y passait par curiosité. Quelle était votre identité fictive auprès de vos élèves ? Bob Issand en référence à Bobby Sands. N’avez-vous pas l’impression de les avoir trompé en agissant de la sorte.

L'art de faire une "petite" recherche : le document de collecte Une petite anecdote du jour qui en dit long sur l’intérêt de présenter la démarche aux collègues de discipline. Plusieurs élèves de 5e viennent en autonomie faire une recherche en éducation musicale (cette collègue n'était pas encore nommée au collège lors de la pré-rentrée quand j'ai présenté la démarche). Je retranscris les grandes lignes du dialogue qui s'est alors engagé avec un élève : - Bonjour, je viens faire une recherche sur le chant grégorien - Que vous a-t-on demandé exactement ? (L'élève sort son carnet de bord sur lequel le travail est noté) Je lis : Faire une « petite » recherche sur le chant grégorien (avec les guillemets) - L'élève s'empresse de me dire : elle a dit qu'il fallait faire du copier-coller parce que on va en reparler en cours - Ah OK !.... Cette précision de vocabulaire (passer d'une « petite » recherche à « faire un document de collecte ») a permis aux élèves de mieux cerner le travail attendu.

La boîte à lire Anne Rabeau est professeur documentaliste au Lycée professionnel Emile Combes à Bègles en Gironde, académie de Bordeaux. Une boîte à lire pour toute la communauté scolaire La boîte à lire donne à chacun la possibilité d'y déposer un livre avec l'intention de faire partager à d'autres le plaisir de sa lecture ou de prendre l'un de ceux déjà en place. Chacun peut s'y servir pour découvrir une œuvre ou un auteur. Des boîtes à lire sont installées dans différents quartiers de nombreuses villes de France. Cette action s'inscrit dans le phénomène mondial de bookcrossing : le concept consiste à faire circuler des livres en les "libérant" dans la nature pour qu'ils puissent être retrouvés et lus par d'autres personnes, qui les relâcheront à leur tour, via une base sur internet. La boîte à lire que j'ai proposé d'installer dans mon établissement est une table de nuit customisée. L'expérience proposée s'inscrit dans la démarche Agenda 21 du lycée. Retour sur expérience

Unité régionale de formation et de promotion pour l'information scientifique et technique (URFIST) Vous êtes personnel ou usager de l’une des universités de Bretagne et des Pays de la Loire… Vous souhaitez être mieux formé à la recherche et aux usages de l’information numérique ? Avoir une meilleure connaissance des ressources électroniques ? Vous voulez en savoir plus sur les outils, applications, pratiques d’Internet, sur les modalités actuelles de la diffusion de l’information scientifique ? Vous pouvez bénéficier des formations de l’URFIST L’URFIST de Rennes est un service commun de l’Université Rennes 2, elle dessert les universités des régions Bretagne et Pays de la Loire et a pour mission de développer dans l'enseignement supérieur l'usage et la maîtrise de l'information scientifique ainsi que des ressources numériques. Pour en savoir plus, consultez le site de l’URFIST :

Pour remplacer les devoirs ? Dessin de Jack Kock pour les Cahiers Pédagogiques Supprimer les devoirs est une idée généreuse déjà assez ancienne, mais qui peine à s’imposer malgré les nombreuses restrictions ministérielles, et malgré le fait qu’il est connu et montré que les devoirs ne facilitent pas les apprentissages comme ils le devraient, et augmentent les inégalités scolaires. Pour beaucoup de parents, et d’enseignants, les devoirs restent indispensables car ils constituent le lien privilégié entre l’école et les familles. Aussi, il serait vain de supprimer les devoirs sans penser ce lien nécessaire. A ce titre, le cahier des apprentissages peut présenter de nombreux avantages comme outil pour tisser un nouveau lien entre les temps scolaires et extra-scolaires. L’une des attentes les plus fortes des familles est en effet de savoir ce qui se passe en classe, et qui est bien souvent une boîte noire pour elles. Le cahier des apprentissages ne se confond avec le cahier d’un enseignement. Sur le temps scolaire.

Livre et lecture en Bretagne

Related: