background preloader

Le Réseau Carel veut positionner les bibliothèques dans l’univers numérique

Le Réseau Carel veut positionner les bibliothèques dans l’univers numérique
Officiellement constitué en association le 20 mars 2012, le Réseau Carel (www.reseaucarel.org) entame l’année 2013 par une campagne d’adhésion. Car l’association doit maintenant grossir ses rangs pour peser face aux éditeurs. Manifeste – Elle s’est d’ores et déjà dotée de « recommandations pour le livre numérique en bibliothèque publique », publiées le 5 décembre 2012. Un document qui sonne comme un manifeste, avec une présentation des « enjeux » de la diffusion du livre numérique dans les lieux de lecture publique », et les « lignes directrices » du positionnement de l’association. « Nous sommes dans un contexte de développement du livre numérique, avec des offres très diverses, tant sur le plan des supports que des tarifs. Concrètement, cela signifie que les bibliothèques puissent, entre autres : Entamer discussions et négociations – Tels sont quelques-uns des principes qui constituent les « recommandations » de Carel. Focus Carel a changé de braquet Un enjeu de société

Médiathèques : nouvelle offre à distance Vodeclic Après 4 mois de négociation avec l’association pour la Coopération pour l’Accès des Ressources numériques en bibliothèque (Carel), Vodeclic est heureux de pouvoir vous présenter sa nouvelle offre à distance pour le marché des bibliothèques. Objectifs de la nouvelle offre L’offre Vodeclic pour les bibliothèques / médiathèques avait été négociée en 2009 lors de notre arrivée sur le marché. Les bibliothèques souhaitent de plus en plus proposer des accès à distanceLa solution d’accès illimité correspond aux besoins de nos 200 bibliothèques clientesLa tarification unique de notre offre Portail (3500 € HT) est injuste et inadaptée pour les petites communesLes communautés d’agglomération souhaitent de plus en plus réaliser des achats groupésVodeclic ne propose pas d’offre négociée avec le Carel pour les bibliothèques départementales souhaitant ouvrir un accès au réseau des villes de moins de 10.000 habitants Descriptif de l’offre Portail Vodeclic Grille de prix Négociation avec le Carel

Offre numérique payante Cette page présente les ressources numériques en bibliothèque. Musique et soniels[modifier] Les Juke-Boxes numériques[modifier] Ils permettent l'écoute sur place des collections physiques préalablement numérisées Polyphonie[modifier] Produit conçu par Opsys en 2005, fonctionnant exclusivement avec les SIGB d' Opsys. Sonolis[modifier] Concu en 2002 par la société Kersonic, le logiciel permet des écoutes sur bornes murales ou bornes totem. CristalZiK[modifier] Conçu par Cristal Shop, du groupe Cristal. Automazic[modifier] Service conçu par l'association Musique libre! Les plateformes permettant le prêt de soniels en ligne[modifier] iThèque[modifier] Conçu par Tonality en 2006, iThèque est une des références en matière de base de données en ligne qui propose le prêt de documents numériques ( soniels c'est à dire musique et livres audio, livrels, vidéos et jeux). Bibliomedias[modifier] Bibliomédias est un service de la société CD Consulting, en place depuis 2008. Archivia[modifier] Voir la page dédiée

Bibliothèque du futur : les usagers attendent les conseils du personnel Le Pew Research Center se veut comme l'organisme de référence en matière de levée des clichés, à l'aide de sondages à grande échelle : l'interrogation de près de 2.500 Américains lui a cette fois permis de conclure que le service public restait important pour une écrasante majorité d'entre eux. Toutefois, beaucoup attendent encore la révolution des établissements de prêt, en phase avec l'époque et les usages, rapporte l'American Librairies. thejester100, CC BY 2.0 Voilà un résultat qui mettra du baume au coeur des bibliothécaires américains lancés dans le combat pour le prêt des livres numériques : sur les 2.252 individus, minimum d'âge 16 ans, interrogés par le Pew Research Center (PRC), 80 % soutiennent mordicus qu'emprunter des livres et demander conseil à un bibliothécaire reste « un service très important ». L'objet de l'étude, réalisée par téléphone, s'inscrit dans la recherche de nouveaux modèles pour les établissements de prêt, plus en phase avec les attentes du public.

Diffuser ses résultats de veille « veillestrat La diffusion des résultats d’une veille est, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’un des exercices les plus complexes du processus de veille. Il existe effectivement de nombreuses manières de diffuser l’information et le choix parmi ces manières dépendra des compétences du veilleur (un consultant et un analyste se chargeront d’analyser l’information pour en tirer des recommandations stratégiques, un documentaliste la collectera et éventuellement la triera), mais également des exigences de son/ses client(s) interne(s)/externe(s). Si ces derniers n’ont aucune connaissance sur les manières de diffuser l’information récoltée, il est important de pouvoir leur présenter un éventail des solutions potentielles: Via ce schéma, j’ai essayé de synthétiser les différentes méthodes de diffusion des résultats d’une veille. Je ne prétends bien évidemment pas être exhaustif donc si vous avez des suggestions ou différentes méthodes à proposer n’hésitez pas à me contacter. La présentation

Aldus - tout sur le livre numérique, depuis 2006 Biblio Numericus - Le numérique se joue aussi en bibliothèque Piratebox de la bibliothèque Dumont Cela fait maintenant plusieurs mois que nous avons mis en place des piratebox à la bibliothèque. C’est l’occasion de réaliser un petit bilan, de partager cette expérience et peut-être de donner envie de la vivre ! Après plusieurs semaines de mise en service, nous commençons à avoir plus de questions de la part des lecteurs. De quoi s’agit-il? « Et sinon, vous connaissez la piratebox ? Comme tout projet, il est important de communiquer autour de la piratebox. Nous sommes passés par différents canaux de diffusion. Les bibliothèques de la ville disposent aussi d’un blog dédié à l’actualité numérique du réseau. Nous nous appuyons également sur les réseaux sociaux pour disséminer l’information. Pour la rendre visible dans nos murs, nous avons également réalisé des affiches afin de la matérialiser dans la bibliothèque. « D’accord, mais les lecteurs alors ? Nous aimerions avoir un retour de l’utilisation de la piratebox. « Ça vous intéresse ?

La rentrée littéraire sur les liseuses Les liseuses sont à la disposition des usagers des médiathèques de l’Albigeois depuis le 02 juin, et disons-le clairement : elles ont un succès fou ! Elles sont systématiquement empruntées, ce qui implique que nos braves lecteurs doivent obligatoirement passer par la case « Réservation » pour avoir le bonheur infini d’en approcher une ! Et nous nous sommes aperçus que, contrairement à ce que nous avions – naïvement, peut-être – imaginé au départ, les usagers réservent une liseuse en fonction de son contenu et non en fonction du modèle de la machine… Le contenant devient donc moins important que le contenu, ce qui est une fort belle nouvelle ! Mais revenons un peu aux contenus des liseuses : nous avons fait le choix de ne proposer quasiment que des titres récents, tout en étant conscients qu’il allait falloir gérer des DRM… L’achat des livres numériques s’est fait sur la plateforme ePagine, par l’intermédiaire de la librairie toulousaine Ombres Blanches.

Livre numérique en bibliothèque : une démission de la politique de lecture publique Lundi dernier en conclusion des Assises des bibliothèques organisées à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, la Ministre de la Culture Fleur Pellerin a annoncé la signature d’un protocole d’accord entre l’État, les bibliothèques, les éditeurs, les auteurs, les libraires et les élus culturels concernant la « diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques« . Ce texte qui prend la forme de 12 recommandations a été publié le lendemain sur le site de l’ABF, accompagné d’un communiqué où l’association annonce qu’elle a accepté de le signer, mais en prenant assez nettement ses distances. L’ABF déplore notamment que seule la voie contractuelle soit ouverte aux bibliothèque, les pouvoirs publics ayant renoncé à adapter le cadre législatif en vigueur. Fleur Pellerin dans son discours de clôture des Assises avait pourtant affirmé que cet accord constituait « l’acte fondateur du prêt numérique en bibliothèque » et le « fruit d’une démarche pionnière en Europe ». J'aime :

Related: