background preloader

Roms

Roms
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Rom. Roms (Kalé, Sinti, Romanichels) Le drapeau de la communauté rom. Les Roms (ou Rrom[2]) est un terme qui a été adopté en 1971 par l'Union romani internationale (IRU) pour désigner un ensemble de populations, ayant en commun une origine indienne[3], dont les langues initiales sont originaires du nord-ouest du sous-continent indien et constituant des minorités connues sous de nombreux exonymes vivant entre l'Inde et l'Atlantique ainsi que sur le continent américain. Il faut noter que certains médias préfèrent l'utilisation du terme « rrom ». « Rom » est un endonyme signifiant « homme accompli et marié au sein de la communauté[4] » en langue romani (langue des roms). Présentes en Europe dès le XIe siècle[5], ces populations y forment au XXIe siècle la minorité « la plus importante en termes numériques »[6]. - Kalé[7] : aussi appellés Gitans, ils peuplent la péninsule Ibérique et l'Amérique latine. Bayaches R.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roms

Related:  ROMS

Roms : le gouvernement irlandais accusé de discrimination Dublin fait face aux critiques après deux cas d'enfants blonds retirés cette semaine puis rendus à leurs familles roms, dans la foulée de l'affaire Maria en Grèce. Excès de zèle ou véritable discrimination ethnique? Le gouvernement irlandais est sous le feu des critiques ce jeudi après deux cas d'enfants blonds retirés puis rendus à leurs familles roms en moins d'une semaine. Mercredi, en effet, la police irlandaise a remis à leurs parents respectifs une fillette de 7 ans habitant Tallaght, dans la banlieue sud de Dublin, et un garçon de deux ans vivant à Athlone, au centre du pays. Ces deux enfants avaient été éloignés pour la même raison: ils étaient blonds aux yeux clairs, contrairement à leurs parents. À chaque fois, des tests ADN ont finalement prouvé que les couples de Roms étaient bien les parents.

Un maire PS relègue les élèves roms dans un gymnase Ce jeudi matin, la «classe» est sortie de «l'école» un peu avant 11h30. Treize enfants roms scolarisés depuis lundi dans une annexe de gymnase municipal de Ris-Orangis (Essonne) en bordure de la nationale 7, à quelques centaines de mètres du bidonville où ils vivent depuis l'été dernier. Le maire PS de la ville, Stéphane Raffalli, leur a refusé l'inscription dans les écoles de la ville au début de l'année scolaire, comme il en a pourtant l'obligation. Après l'occupation de la mairie par des associations de soutiens aux Roms et des familles début janvier, il a fini par proposer la solution du gymnase, avec l'aval de l'inspection d'académie. «Classe ghetto» Une solution jugée «honteuse et scandaleuse» par les associations de soutiens aux familles roms, syndicats enseignants et élus Front de gauche qui manifestaient hier devant la préfecture de l’Essonne, dénonçant la mise en place d’une «classe ghetto» et réclamant au préfet d’imposer la scolarisation dans de vraies écoles de ces enfants.

Des outils pour la scolarisation des enfants roms Alors que la scolarisation des enfants roms est remise en cause par certaines collectivités, le CDERE a publié deux documents pour répondre aux idées reçues et assurer dans les meilleures conditions leur scolarisation. Alors que certaines communes refusent de scolariser les enfants roms, le CDERE (Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation, dont le SNUipp-FSU est membre) met à la disposition des enseignants des outils pour combattre les idées reçues et les aider à accueillir et scolariser ces enfants dans les meilleures conditions. La législation, conformément à la Convention internationale des droits de l’enfant, impose aux Pouvoirs publics de garantir le droit à l’éducation à tout enfant se trouvant sur le territoire national, quels que soient son origine et ses modes de vie ou d’habitation.

Gitans, manouches et tsiganes : la route du Rom : Les origines Préambule : question de vocabulaire Attention aux amalgames qui jettent l’opprobre sur toute une communauté ! Il ne faut pas confondre les gens du voyage, les tsiganes et les Roms. - Les gens du voyage : il s’agit d’un terme administratif, qui désigne les individus vivant en France de façon nomade.

L'Union européenne et les Roms - Justice Les Roms constituent la plus grande minorité ethnique d'Europe. Sur une population totale estimée entre 10 à 12 millions de personnes en Europe, environ six millions vivent au sein de l'UE et la plupart d’entre eux sont des citoyens européens. Dans l'Union européenne, bon nombre de Roms sont victimes de préjugés et d'exclusion sociale, même si les pays de l'UE ont interdit la discrimination. Pierre Verluise: Être Rom en Hongrie Ce texte a précédemment été publié sur le site Dploweb.com DISCRIMINATIONS - Sur une population totale de moins de 10 millions de Hongrois, il y aurait entre 700.000 et 800.000 Roms en Hongrie, bien que seulement 250.000 se soient déclarés tels à l'avant-dernier recensement, en 2005 [1]. Les Roms représenteraient donc environ 8% de la population hongroise. Leur accroissement naturel étant plus élevé que celui des autres Hongrois, leur proportion devrait augmenter à l'avenir.

Gens du voyage Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Manouches et les Gitans refusent, en partie, l’appellation de Roms. Il ne faut pas confondre l'expression « gens du voyage » avec les Irish Travellers en anglais, ce qui est souvent fait lors de traductions d'une langue à l'autre. Un peuple sans patrie 1Traduit de l'anglais par Anne Sonolet 2Chaque époque – et la notre échappe pas – se considère comme la dernière à être bénie (et maudite) par la présence des Tziganes. Qu'ils soient bienveillants ou hostiles, romantiques ou cyniques, les commentateurs ont une opinion bien arrêtée : les « errants du monde » ont enfin été « domestiqués », leur mode de vie est finalement passé de mode, le « temps des Tzignes » appartient au passé. De telles affirmations, ainsi que beaucoup d'autres relatives aux Tziganes, reposent sur une connaissance purement fortuite des réalités de la vie tzigane.

Blog international d’Amnesty sur les droits humains En Europe, des millions de Roms subissent préjugés, exclusion, expulsions forcées, ségrégation scolaire, privation de services essentiels et hostilité pouvant se transformer en violence. Que font-ils pour résister à cette discrimination quotidienne ? Qu’est-ce qui leur permet d’espérer que leur situation va s’améliorer ? Voici le témoignage de militants roms qui parlent de leur lutte pour le respect de leurs droits fondamentaux, des droits de leurs enfants et de tous ceux qui partagent leur quotidien.

Les Roms : une nation sans territoire ? (Première partie) Consacrer un article aux Roms nécessite au préalable une mise en garde contre deux écueils. Il serait tentant, d’une part, et encore plus dans le numéro d’une revue anarchiste consacré au fédéralisme, de présenter la ou les sociétés romanis comme des modèles de fonctionnement non étatique au sein desquels les individus jouiraient d’une totale liberté. C’est là une vision romantique aussi erronée que celle présentant les Roms comme des « voleurs de poules ». Comme dans de nombreuses autres sociétés, l’exploitation, le patriarcat, le contrôle pesant du groupe sur l’individu existent et ne peuvent être ignorés. D’autre part, le danger, qui n’est pas propre aux anarchistes celui-là, serait de considérer les populations romanis comme plus marginales, plus inorganisées que les autres populations, leur niant ainsi toute culture et toute organisation sociale propre. Pourquoi le terme de « Rom » ?

les Roms, plus importante minorité transnationale d'Europe (Le Monde du 12 décembre 2007)Précision (11 septembre 2010) : pour la France, parmi les 400 000 Gens du voyage, on évalue à 15 000 le nobre de Roms de nationalité roumaine ou bulgare. Les Roms sont des citoyens comme les autres par Thomas Ferenczi, Le Monde du 16 novembre 2007 La situation des Roms - plus connus en France sous le nom de Tsiganes, de Gitans, de Manouches ou encore de Bohémiens - est devenue un sujet de préoccupation pour l’Europe tout entière. Tsiganes ou Tziganes Ensemble de peuples présents dans le monde entier, particulièrement en Europe (où ils sont environ 8 millions, dont environ 2 millions dans l'Union européenne). Ayant su, au fil des siècles, résister aux diverses politiques de négation développées à leur égard, les Tsiganes présentent plusieurs particularités. Immigrés séculaires, ils sont devenus émigrés de nulle part. Le « retour au pays » n'a aucun sens pour les Tsiganes. Différents des communautés dites « territoriales », inscrites par définition sur un sol de référence, les Tsiganes, souvent nomades ou susceptibles de l'être, n'ont guère d'attaches de ce type : leur territoire est en eux, et les frontières en sont psychologiques et sociales. Différents des communautés dites « non territoriales », ils ne partagent jusqu'à présent ni leur inclusion sociale, économique et professionnelle dans la société environnante ni leur participation politique à des instances communes.

Valls et les Roms = racisme ? La plainte du Mrap a peu de chance d'aboutir Le Mrap entend porter plainte contre Manuel Valls pour ses propos sur les Roms. Photo le 10 octobre 2013. (P. Fayolle/SIPA)

Related: