background preloader

Devenir franchisé : les étapes pour se lancer en franchise

Devenir franchisé : les étapes pour se lancer en franchise
Se lancer en franchise est un processus en plusieurs étapes. Du bilan personnel à l'étude du marché, il faut se fixer des objectifs pour préparer au mieux sa création d'entreprise. Voyons les démarches que vous devez accomplir pour devenir franchisé. Etape 1 : Bilan personnel Le bilan personnel représente un travail d'introspection utile pour tout candidat souhaitant devenir franchisé . Avant de se lancer à son compte, il est important de faire un auto-examen et évaluer : sa motivation pour entreprendre, son profil et ses capacités de financement. Votre motivation Devenir franchisé est une aventure qui nécessite du temps, des ressources financières et de l'énergie. Votre profil Devenir franchisé c’est avant tout créer une entreprise . Votre capacité de financement Le montant de l’apport personnel doit obligatoirement couvrir le 1/3 de l’investissement total. Etape 2 : Le choix du réseau franchiseur La recherche d'information Les critères de choix : Le « potentiel » du réseau : L’investissement : Related:  les réseaux d'unités commercialesFormes de distribution, nouveaux concepts de magasins...VENTE

Diaporama : Le succès de la distribution de Publié le par JÉRÔME PARIGI Entreprises | Distributeurs | Data Conso | Kantar | Kantar Worldpanel | Grande Distribution | GMS - Supérette Sans bruits, ou si peu, la distribution alimentaire de proximité, la « proxi », trace son sillon et gagne du terrain en France. Plus de clients En 10 ans, le pourcentage de ménages français qui ont acheté au moins une fois dans un magasin de proximité est passé de 51 à 62 %, plus de 10 points gagnés, quand les autres circuits, sauf le drive, ont eu plutôt tendance à baisser. - © Kantar A lire aussi Lsa expert LSA Expert, l’outil de recherche web dans la base des magasins, centrales et centres commerciaux, mise à jour en continu...

De nouveaux formats de magasin, plus petits, plus mobiles, plus proches Monoprix : une stratégie « hors les murs » pour plus de proximité géographique et relationnelle Fin janvier, Stéphane Maquaire, président du directoire de Monoprix, a fait le point lors d’une conférence de presse sur la stratégie de son groupe. « Monoprix est installé au cœur des villes depuis quatre-vingts ans, a-t-il rappelé. Mais au-delà de cette proximité géographique, nous basculons progressivement vers davantage de proximité relationnelle. Monoprix devient une marque du quotidien, au service des citadins. » Privilégier les citadins et non plus simplement les centres-villes. Autour du même principe, Monoprix a ouvert des discussions avec la SNCF afin d’installer des casiers dans les gares : les clients pourraient venir y récupérer leurs courses faites sur internet. « Nous allons poursuivre notre politique d’expansion "hors les murs" », indique Stéphane Maquaire. Plus d’infos : Linéaires Amazon installe des distributeurs pour vendre ses tablettes Kindle Fire dans les aéroports

Choisissez le bon canal de distribution Pour certaines entreprises, la localisation de leurs bâtiments n'a que peu d'importance. Par exemple, si vous offrez des services, concluez des contrats de vente personnels et si vous vous rendez de manière générale chez vos clients, vous n'avez pas de souci à vous faire quant à la situation de vos locaux. Par contre, pour beaucoup d'autres entreprises, leur localisation revêt un rôle essentiel. Pensez par exemple à un concepteur de lampes design. Doit-il ouvrir un commerce spécialisé ? Si oui, doit-il s'installer dans le centre-ville ou opter pour l'e-commerce ? Souvent, la route vers le client est complexe. Du producteur au client final : vous concevez un produit ou proposez un service et votre client l'achète directement chez vous. Du producteur au client final via un distributeur : votre intermédiaire achète vos produits et se met lui-même en quête d'utilisateurs finaux ou de plus petits intermédiaires. Ces trois modèles peuvent bien entendu être combinés à souhait. © Shutterstock

Le mobile est-il l'avenir des magasins physiques ? : La photo est l'usage mobile le plus fréquent en point de vente L'utilisation du mobile en magasin ne cesse de progresser. Les enseignes craignent le phénomène du showrooming - qui voit les consommateurs rechercher des offres concurrentes via leur smartphone - ou essaient de tirer profit de cette opportunité de contact et d'enrichissement de leur CRM. Mais que font réellement les utilisateurs qui dégainent leur mobile en boutique ? Pour la plupart d'entre eux, ils prennent les produits en photo, répond Comscore Mobilens, qui dénombre 6,3 millions de Français agissant ainsi, un chiffre en progression de 33% entre novembre 2011 et 2012. Ils sont d'ailleurs 3,7 millions à envoyer des photos de produits à leur entourage, soit 35% de mieux qu'un an auparavant. Quant à l'envoi d'un SMS et au coup de téléphone à un proche, ils progressent de 31% sur la période. En mai 2012, une étude menée par Nielsen aux Etats-Unis démontrait par ailleurs que les usages mobiles en magasin varient considérablement en fonction de la nature de l'enseigne.

Chez Subway, les franchisés crient famine Au pays du jambon-beurre, le géant ­américain du sandwich à la demande multiplie ses boutiques comme des petits pains. Mais les gérants tirent la langue. Un jeune chauffeur de taxi, un ex-gérant de supérette et un ancien contrôleur de gestion… Ce mercredi de septembre, seuls trois candidats sont venus assister à la réunion d’information de Subway à ­Cachan, en banlieue sud de ­Paris. Abonnez vous à l'édition digitale Non, le e-commerce n'est pas près de dépasser le commerce physique La croissance annuelle de la vente en ligne ne cesse de ralentir depuis 2009 et les magasins génèrent toujours 92% du chiffre d'affaires du commerce de détail. Depuis 2004, jamais la croissance annuelle du e-commerce n'avait été aussi basse qu'en 2015 selon l'étude "La transformation digitale de la distribution" de notre partenaire Xerfi. Conséquence : le chiffre d'affaires généré par les ventes en ligne de biens demeure 15 fois moins important que celui du commerce en magasin. 5%. La vente en magasin représente, elle, 92% du chiffre d'affaires total du commerce de détail en 2014, soit 447 milliards d'euros. En 2015, la croissance annuelle en valeur du e-commerce s'est ainsi élevée à 10%, soit 1 point de moins qu'en 2014. Du côté du commerce physique, il n'y a pas non plus forcément de quoi se réjouir. Le e-commerce, même s'il est en perte de vitesse, reste donc malgré tout bien plus dynamique que les magasins traditionnels. Source

50 ans d'hypermarchés Le 15 juin 1963, l'enseigne Carrefour ouvrait à Sainte-Geneviève des Bois, en banlieue sud de Paris, le premier hypermarché. Cinquante ans plus tard, ce modèle de la grande distribution "à la française", champion de la rentabilité, est en perte de vitesse. Confronté aux nouveaux modes de vie, aux nouveaux modes de consommation et, ces dernières années, à la crise, il s'essouffle. La grande distribution qui n'abandonne pas pour autant le concept, en tire des leçons et élabore des stratégies audacieuses. • Définition et historique Deux vidéos sur le succès des hypermarchés (1969 et 1987) • Le déclin du modèle hypermarchéDes freins par le jeu des réglementations/ Une concurrence accrue / L'évolution du consommateur • La grande distribution réagit : solutions et perspectivesGagner du terrain sur la concurrence / Séduire et fidéliser le consommateur / Les courses en ligne Définition et historique L'ouverture est largement commentée. Deux démonstrations vidéos du succès de l'hypermarché A lire

Le concept store de Puma digitalisé par Mood Media Puma a fait appel à Mood Media pour repenser son concept store parisien du boulevard de Sébastopol dans une logique moderne et écologique. La boutique de 200 mètres carrés, répartis sur deux étages, devient le lieu d’une expérience client inédite grâce à des écrans disséminés à travers l’ensemble du magasin et des contenus vidéos très futuristes. La vitrine du concept store illustre cette nouvelle conception de la communication en points de vente : des écrans géants (environ 2,50 mètres de haut sur 1 mètre de large) diffusent des vidéos de mannequins mettant en avant les vêtements et accessoires. Ces vidéos offrent à la marque une véritable incarnation physique dans le point de vente. Le logiciel de gestion de contenus vidéos, TeamCo, mis au point par Mood Media, permet d’actualiser et de modifier les vidéos projetées avec une grande facilité, à tout moment de la journée et en offrant une qualité d’images haute définition.

La grande distribution / L'économie mondialisée / Accueil - Fondation SQLI La grande distribution occupe une place centrale et dévastatrice dans notre société. Cinq centrales d'achat couvrent en France 90% des produits de consommations courantes et donnent ainsi à la grande distribution un pouvoir quasi absolu. Ces centrales d’achat ont pour seul objectif d’acheter le moins cher possible. La qualité des produits, leurs conditions d’exploitation ou leur lieu de production n’entrent pas dans les premiers critères de choix. Télécharger l'image Le champ d’actions de la grande distribution ne se limite pas à l’alimentaire mais couvre progressivement tous les biens de consommation : habillement, équipements ménagers, produits parapharmaceutiques, bijoux, voyage… La grande distribution s’est livrée ainsi à une guerre sans merci avec l’industrie agro-alimentaire et l’industrie en général. Citations « La grande distribution s’est appropriée en quelques années des pans entiers de nos économies et, bien plus grave, de notre économie » Christian Jacquiau, expert-comptable

Related: