background preloader

David Olère, témoin du camp d’Auschwitz

David Olère, témoin du camp d’Auschwitz
David Olère, Inaptes au travail, sans date. Il y a quelques mois déjà, nous avons étudié en Histoire des arts l’oeuvre de David Olère, peintre français d’origine polonaise qui a survécu à deux ans d’internement dans le camp d’Auschwitz. Il a tiré de cette expérience des dessins et des peintures qui nous restituent l’enfer du camp dans son implacable réalité. Pour réviser ce travail à l’approche de l’épreuve orale d’Histoire des arts fixée à la fin mai, voici tout d’abord le diaporama qui a servi de support à l’étude en classe. Il est l’oeuvre de mon ancien collègue de Signy-l’Abbaye Frédéric Dauphin qui m’autorise à le publier ici. A la demande de madame Chevillon, je précise qu’une bonne partie des informations contenues dans ce diaporama sont issues de son site internet et des travaux de recherche personnels. En cliquant ici, vous pouvez télécharger la fiche vierge distribuée en classe. Une bonne partie du texte du diaporama est tirée de l’article de wikipedia, à retrouver ici.

Afficher l'image d'origin Mémoire des déportations Un événement : Shoah et bande dessinée - Histoire-géographie - Éduscol Les enseignants retrouveront sur le site du mémorial textes et documents iconographiques qui interrogent la manière dont le neuvième art s’est emparé de ce sujet si difficile depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le parcours de l’exposition en ligne aborde dans un premier temps les témoignages de déportés et de prisonniers qui s’apparentent à de la bande dessinée, puis, chronologiquement, les planches des années 1950 qui reprennent le thème en le transposant parfois dans le monde animalier. L’exposition rappelle également que la Shoah est longtemps restée un sujet tabou dans les comics américains mais également chez les auteurs européens et japonais. Il faudra attendre le début des années 1980 et l’œuvre majeure d’Art Spiegelman pour que l’extermination des Juifs devienne le sujet central d’une bande dessinée. Les professeurs pourront bien entendu emmener leurs classes visiter cette exposition incontournable du 19 janvier au 30 octobre 2017. Autre actualité en lien :

Les Inaptes au travail de David Olère. - HdA à Blaise Pascal Le tableau de David Olère nous permet de comprendre les spécificités du camp d'Auschwitz par rapport aux autres camps de la mort. Il s'agit d'un camp mixte, d'extermination et de concentration. Une partie des déportés juifs est sélectionnée pour travailler dans les usines autour du camp ou dans le camp. Ils y rejoignent des non Juifs (opposants politiques, homosexuels, prisonniers russes, droits communs, etc.). 1- Présentez l’œuvre 2- Décrivez le contraste des couleurs 3- Quel est le style artistique de ce tableau ? À l'arrivée des convois juifs, il y a donc une "sélection". Il s'agit d'un tableau de David Olère intitulé Les Inaptes au travail et qui date des années 1950 (le tableau n'est pas daté précisément). Les juifs immédiatement exterminés sont ceux qui ne sont pas assez vigoureux et qui, selon les nazis, ne seront pas assez efficaces dans le travail : les femmes et leurs enfants, les personnes âgées et tous ceux qui ne sont pas assez bien portants. D. D.

Auschwitz-Birkenau Virtual Tour - Auschwitz-Birkenau - Wirtualne zwiedzanie Le webdocumentaire Si je reviens un jour - Histoire-géographie - Éduscol En 2010, un ensemble de lettres et de photographies sont retrouvées par hasard dans une armoire du lycée Jean de la Fontaine (Paris 16e). Il s’agit de la correspondance entre Louise Pikovsky et sa professeure de lettres, Anne-Marie Malingrey, entretenue jusqu’au jour de son arrestation en 1944. Internée à Drancy, Louise est ensuite déportée début février à Auschwitz. La plateforme en ligne propose un parcours en six chapitres pour découvrir le destin de Louise (Des lettres oubliées dans une armoire ; Un lien très fort entre l’élève et sa professeure ; Une lycéenne brillante ; L’arrestation des Pikovsky ; Vers les camps de la mort ; La mémoire de Louise). À signaler en complément, deux scénarios récemment indexés dans l’ÉDU’Base histoire-géographie. Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programmes : Autre actualité en lien :

Struthof : visite virtuelle, Virtuelle Tour, virtual tour Les deux albums d'Auschwitz Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem. Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur.

Retour sur l’archéologie de l’antisémitisme <p>Une remise en question &eacute;rudite des hypoth&egrave;ses qui fondent notre compr&eacute;hension des origines lointaines de la haine des juifs en Occident.<br />&nbsp;</p> Toute personne soucieuse de comprendre l’inexplicable haine vouée aux juifs en Europe à l’époque contemporaine est sans doute amenée, à un moment ou à un autre, à projeter son regard en direction des profondeurs de l’Antiquité. "Étrangers universels", "meurtriers de Dieu" : nombre de traits de la figure du "juif" honnie par certains courants occidentaux depuis le XIXe siècle plongent en effet leurs racines dans l’Empire romain, celui du païen Titus qui dispersa le peuple juif en diaspora comme celui de Constantin et de ses successeurs acquis au christianisme qui distinguèrent une communauté au sein du corps civique pour en diminuer les libertés. Quels privilegia pour les juifs ? Naissance et métamorphoses d’une persécution d’Etat dans l’Antiquité Après l’Empire, la persécution sans le droit

KL-Natzweiler : le Struthof - Archives départementales du Bas-Rhin Année de réalisation : 2015 Niveau : 3e, 1ère et Terminale Matières : histoire, EMC Programme en vigueur : 2016 Le 1er mai 1941, au lieu-dit « le Struthof », les nazis ouvrent un camp de concentration, le KL-Natzweiler. La décision d’implanter un camp à proximité d’une carrière de pierres, repérée par l’ingénieur Blumberg, date en fait de septembre 1940. Seul camp de concentration sur le territoire de la France actuelle, le camp du Struthof est implanté dans une Alsace annexée de fait par l’Allemagne hitlérienne, à la suite de la défaite de la France en mai-juin 1940. Le taux de mortalité qui y est atteint, supérieur à 40 % (75 % pour le camp de Mauthausen, en Autriche), en fait un camp de concentration particulièrement meurtrier dans le système concentrationnaire nazi. Mettre en relation cette source primaire avec des témoignages permet d’insérer les hommes dans les lieux et de mieux comprendre le système concentrationnaire. Objectifs pédagogiques du dossier Sommaire du dossier 1. 2.

Related: