background preloader

Carte mentale de la pédagogie inversée

Carte mentale de la pédagogie inversée
Related:  La pédagogie inversée

Autorité : où sont passés les modèles ? - Martine Fournier, article Éducation Si les formes de l’autorité ont évolué avec la progression des pratiques démocratiques, l’institution scolaire semble démunie devant ces transformations. Les anciens modèles n’opèrent plus, les nouveaux restent à trouver… « Je veux bien apprendre à lire, mais je veux pas qu’on me force », annonça Mathilde, 6 ans, à ses parents dont la maîtresse venait de faire état de quelques turbulences dans le comportement de leur fille. Cela commençait bien ! On était au début des années 1980. Aujourd’hui, après une scolarité vécue comme pénible et parfois chaotique, Mathilde est cependant devenue une infirmière épanouie, attachée à son métier. De cette phrase spontanée et péremptoire, l’enfant ne résumait-elle pas l’état d’esprit qui anime les générations d’écoliers, de collégiens et de lycéens depuis lors ? Nées dans des sociétés porteuses d’un idéal démocratique, les jeunes gén&eacut [ lire la suite... ] Article de 2250 mots.

La Pédagogie inversée ou active Ce concept connait un succès grandissant : de plus en plus de professeurs à travers le monde modifient leur façon de “faire la classe” pour passer à un modèle plus pratique et plus humain. Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler. La classe inversée : plus qu’une méthode, une philosophie Le fonctionnement est le suivant : les élèves reçoivent des cours sous forme de ressources en ligne (en général des vidéos) qu’ils vont pouvoir regarder chez eux à la place des devoirs, et ce qui était auparavant fait à la maison est désormais fait en classe, d’où l’idée de classe “inversée”. Professeur guidant un groupe de travail Il s’agit donc davantage d’une philosophie que d’une méthode à proprement parler. Les avantages de ce modèle sont multiples, mais le principal est la liberté qu’il procure. …et plein de bon sens Atelier d’écriture collective

La pédagogie inversée (page précédente) La ZoneTIC du Cégep Lévis-Lauzon décrit la « pédagogie inversée » (ou classe renversée, flipteaching, reverse instruction) comme ceci : une stratégie d’enseignement où la partie magistrale du cours est donnée à faire en devoir à la maison, alors que les traditionnels devoirs (travaux, problèmes et autres activités) sont réalisés en classe. Quel est l’intérêt? Lorsque les élèves appliquent ce qu’ils ont appris à l’école en faisant leurs devoirs à la maison, ils rencontrent parfois des difficultés et des questionnements qu’ils ne rapportent pas toujours à l’école le lendemain. De plus, la collaboration entre pairs n’est pas toujours facile à cause des horaires de chacun. Les adeptes de la pédagogie inversée préfèrent donc que les élèves utilisent le temps de classe pour construire, collaborer, lancer des défis, remettre en question leurs apprentissages plutôt que de s’asseoir et écouter. Dans cette philosophie, les technologies sont omniprésentes. Pour lire la suite

Etapes pour bien démarrer : guide | Classe Inversée Faire évoluer sa pédagogie pour passer à un modèle de classe inversée peut être intimidant, mais il s’agit simplement, au départ, de vous munir de vidéos ou d’autres ressources pertinentes pour vos élèves et de leur donner comme instructions de les avoir vues avant de venir en classe. C’est le cap le plus important à franchir, et il est relativement simple quand on sait comment s’y prendre. Heureusement, ce site est là pour vous aider. La suite consistera à vous familiariser avec cette nouvelle organisation et à rendre le temps de classe toujours plus riche et motivant pour vous et vos élèves. Sachez que vous pouvez démarrer progressivement, par exemple en testant ce modèle avec une classe seulement, ou sur une seule leçon. Mais avant tout, assurez-vous que la direction de votre école approuve vos projets. Une fois le feu vert obtenu, voici les étapes à suivre : 1. 1. La classe inversée ouvre de nombreuses possibilités quant à la pédagogie à instaurer auprès de ses élèves. 2. Salman Khan

Résultats de recherche pour « pédagogie inversée » – Les Cahiers pédagogiques Avec ce livre, l’auteur met à la portée de tout enseignant les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) en classe. Étape par étape, il propose des démarches pédagogiques complètes en s’appuyant sur de nombreux exemples. Après avoir accompagné le lecteur dans les premières expérimentations pour progresser dans la prise en main des outils techniques, l’auteur démontre à quel point le numérique est une fabuleuse opportunité pour repenser et enrichir les approches pédagogiques. En effet, les TICE deviennent le support d’une pédagogie coopérative plutôt que descendante. Dans cette troisième édition, l’auteur propose des activités pédagogiques utilisant réalité virtuelle et intelligence artificielle.

Qu'est-ce qu'un bon prof ? L'avis du Centre d'analyse stratégique Avoir un bon professeur permet aux élèves de progresser, nous dit une note d’analyse – synthèse de plusieurs études internationales – du Centre d’analyse stratégique (CAS), adressée au Premier ministre. Ah bon ? De combien ? « “Toutes choses égales par ailleurs”, notamment à niveau initial et catégorie professionnelle des parents identiques, 10 % à 15 % des écarts de résultats constatés en fin d’année entre élèves s’expliquent par l’enseignant auquel l’enfant a été confié. » (Télécharger la note d’analyse « Que disent les recherches sur l’“effet enseignant” ») Dans le jargon de l’Education nationale, on appelle cela l’« effet enseignant » ; aussi efficace que d’avoir des classes à effectif réduit et plus important que la réputation de l’établissement. Un bon prof a de l’expérience L’expérience distingue fortement les enseignants débutants de ceux qui ont au moins deux ans d’ancienneté. Mais être un prof efficace ne dépend pas uniquement du nombre d’années d’enseignement.

La classe inversée : l’apprentissage réinventé L’éducation, la formation sont des vrais enjeux de civilisation. Ce qui compte aujourd’hui, c’est la matière grise. Google, Facebook sont des empires bâtis chacun sur une idée. La classe inversée : définition La classe inversée est une approche pédagogique qui intervertit le travail en classe et les devoirs à la maison. Tout d’abord, la classe inversée change l’accent d’une éducation essentiellement théorique pour valoriser la pratique. Les conditions de ce renversement sont l’apparition des plateformes de téléchargement de films, le développement des logiciels de création vidéo et leur démocratisation. Libéré de l’enseignement de la théorie, le professeur peut aborder en cours la mise en pratique. La classe inversée : rendre l’élève autonome L’utilisation de la vidéo pour transmettre la théorie a plusieurs avantages sur le cours magistral. Et si l’élève a des questions auxquelles la vidéo ne répond pas ? La classe inversée offre donc une approche personnalisée, adaptée à chacun.

La "classe à l'envers", petite révolution pédagogique au Canada "Bonjour, ici Madame Annick". Celle qui s’exprime ainsi sur une vidéo YouTube avec un joli accent canadien n’est pas une animatrice de la télé, mais professeure de maths, d’histoire et d’anglais dans une école publique, l’école Le Mascaret à Moncton, à l’extrême sud-est du Canada. Annick Arsenault Carter, 41 ans, adresse ses leçons (environ 10 minutes) sur les probabilités, les diagrammes circulaires ou les décimales à ses élèves de 7e (11-12 ans). Comme elle le ferait en classe, mais justement, elle ne le fait pas en classe. Depuis le printemps 2012, la professeure a décidé de mettre ses élèves à l’heure de la "classe inversée". Les sécheurs démasqués Mine de rien, c’est une petite révolution dans cette classe pas facile (la moitié des élèves se trouvent en difficulté) : "Au départ, j’avais envie d’aider mes élèves qui peinaient le plus à avancer, avant de réaliser que la méthode pouvait aider tout le monde", explique la professeure. A plusieurs vitesses

Bénédicte LEFEBVRE on LinkedIn: #Formation #CNFPT #pédagogieinversée La classe inversée, c'est quoi ? Pourquoi ? Comment ? Limites ? Pourquoi en faire ? En réalité, cela permet de libérer du temps en classe pour les activités pratiques, les exercices, les projets de groupe en pédagogies actives qui vont donner un vrai sens au contenu scolaire et qui vont impliquer les élèves dans leur apprentissage. Cela permet également d’échanger avec ses élèves en petits groupes, favorisant l’expression de certains élèves plus timides. La finalité est de passer d’un modèle centré sur le professeur à un modèle centré sur l’élève afin de répondre aux besoins individuels de chacun. Une interview d’enseignante qui explique les raisons pour lesquelles elle s’est lancée dans la pédagogie inversée : lien vers le fichier vidéo Une interview d’enseignante qui explique l’avantage donné par la classe inversée dans le programme de seconde : lien vers le fichier audio

Expérience de Milgram Graphique montrant que 65 % des sujets de l'expérience infligent des souffrances maximales si on le leur ordonne Reconstitution de l'expérience de Milgram (extrait)[1]. L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les prétendus chocs jusqu'au maximum prévu (450 V) en dépit des plaintes de l'acteur. L’expérience de Milgram est une expérience de psychologie publiée en 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram[2]. L'expérience a suscité de nombreux commentaires dans l’opinion publique, ainsi que dans le milieu de la psychologie et de la philosophie des sciences, et a inspiré de nombreuses œuvres de fiction ou de télévision. Déroulement de l'expérience[modifier | modifier le code] Fac-similé de l'annonce publiée en 1961 par l'équipe de S. L'expérimentateur et l'élève sont en réalité deux comédiens. Contexte[modifier | modifier le code]

Related: