background preloader

Etude du sacre de napoléon par David

Etude du sacre de napoléon par David
Related:  Le sacre de NapoléonLe sacre de Napoléon

Napoléon - Le sacre de Napoléon Jacques-Louis David (1748-1825) Le sacre de l'empereur Napoléon Ier et le couronnement de l'impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 Vue d'ensemble Huile sur toile 621 x 979 cm Paris, musée du Louvre, département des Peintures, Inv. 3699 (C) RMN Une véritable galerie de portraits Dans l'assistance, les personnages, près de cent cinquante, adoptent des attitudes conventionnelles et solennelles, respectant l'ordonnance des préparatifs voulus par Napoléon. Quatre-vingt d'entre eux ont pu être identifiés. Jacques-Louis David (1748-1825) Le sacre de l'empereur Napoléon Ier et le couronnement de l'impératrice Joséphine le 2 décembre 1804 Détail : les princesses Huile sur toile 621 x 979 cm pour l'ensemble Paris, musée du Louvre, département des Peintures, Inv. 3699 (C) RMN L'Empereur se sacre lui-même L'architecture est mise en valeur par les puissantes colonnes encadrant la scène du sacre. Un chef-d'œuvre néo-classique Napoléon et David David, premier peintre de l'Empereur Une commande historique

Dare-d'Art: DAVID "Sacre de l'empereur Napoléon 1er et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre Dame de Paris, le 2 décembre 1804" Huile sur toile peinte de 1805 à 1807 6m10 x 9m70 Musée du Louvre, aile Denon. courant artistique : peinture historique au style pictural appartenant au néoclassicisme. Le peintre: Jacques-Louis David (1748-1825) est un artiste français: il naît à Paris et après une formation artistique, il se rend à Rome, où il reste 5 années. Ses œuvres témoignent des 3 périodes historiques contrastées de la fin de ce XVIIIème siècle : la fin de la Monarchie, la Révolution et l'Empire. Après l'apogée de l'Empire et la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815, David est condamné à l'exil sous Louis XVIII, pour avoir signé la condamnation à mort de Louis XVI. Le néoclassicisme: Le néoclassicisme apparait vers la fin du 18ème siècle . La peinture néoclassique se caractérise par une organisation rigoureuse, l'absence de toute sensibilité au bénéfice d'une réalité soulignant les vertus civiques. Les peintres David, Ingres et Gros sont les principaux peintres de ce mouvement. Contexte historique: l’empereur.

Le "Sacre" de David ou le jeu des sept erreurs La peinture peut de grandes choses, y compris la peinture officielle. Napoléon ne l'ignore pas, qui se dote dès octobre 1804 d'un "premier peintre" de l'empire. Jacques-Louis David, chef de file de l'école néo-classique, député à la Convention, ancien ami de Robespierre, a pris soin de témoigner son admiration fervente à l'ancien Premier consul devenu empereur. C'est donc le moment suivant qui est choisi : Napoléon couronnant Joséphine, à genoux devant lui. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Le sacre de Napoléon Contexte historique En août 1802, un plébiscite avait établi le Consulat à vie, étape importante vers l’identification de la république à Bonaparte. Au début de 1803, on avait vainement tenté d’obtenir de Louis XVIII une renonciation à ses droits sur la couronne de France. Devant son refus, on évoqua le mythe de l’empire carolingien, moins choquant que la monarchie pour les partisans de la république, d’autant que la notion d’empire s’entendait aussi de manière plus abstraite : Bonaparte ou la France révolutionnaire étendaient leur empire sur l’ensemble des territoires conquis. En avril 1804, le Conseil d’Etat suggéra officiellement la création de l’Empire, et le Sénat adopta le 18 mai 1804 la nouvelle constitution confiant le « gouvernement de la république » à Napoléon Bonaparte, empereur héréditaire. Analyse de l'image Contre tout usage, Napoléon souhaita se couronner lui-même et couronner l’impératrice Joséphine, ce malgré le désir du pape de procéder au sacre et au couronnement.

Le Sacre ou le Couronnement Dans ce tableau commandé par Napoléon 1er, David met en scène le caractère fastueux du Sacre et son message politique et symbolique. Témoin oculaire de la cérémonie, il en rendra avec réalisme la foule chamarrée mais il devra aussi répondre aux intentions de l’Empereur. Une fois en atelier, il devra concilier valeur documentaire et solutions artistiques. Un double couronnement Paré de la gloire militaire depuis les campagnes d’Italie et d’Egypte, Napoléon avait le pouvoir absolu depuis le coup d’état du 18 Brumaire. Alliance de l’Histoire et de l’Art Pour l’ordonnancement général, David s’est inspiré du Couronnement de Marie de Médicis de Rubens (au Louvre). On marche dans ce tableau Ce tableau-portrait collectif qui réunit la famille de l’Empereur, sa cour et le clergé habillés en costume d’apparat, dégage une impression de réalité totale. Bibliographie

Jacques Louis David - Le couronnement de l'Empereur et de l'Impératrice, 2 décembre 1804 - Google Art Project.jpg — Wikimedia Commons Couronnement de Marie de Médicis le 13 mai par Rubens File:Jacques-Louis David, The Coronation of Napoleon edit.jpg

Le sacre de Charles X Contexte historique Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles X était le petit-fils de Louis XV, et le frère cadet des rois Louis XVI et Louis XVIII. Jusqu’à son avènement en 1824, il porta le titre de comte d’Artois. Dès la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, il donna le signal de l’émigration à la haute noblesse avec l’assentiment de Louis XVI, et parcourut les diverses cours d’Europe pour chercher des défenseurs à la cause royale. En 1795, avec l’appui militaire des Anglais, il tenta un débarquement sur l’île d’Yeu pour venir en aide aux insurgés vendéens, mais sans succès. Hostile à la Charte constitutionnelle de Louis XVIII, Charles X rêvait d’un retour à l’Ancien Régime et, pendant le règne de son frère, sa résidence du pavillon de Marsan devint le centre de l’opposition ultraroyaliste à la politique conciliante de Louis XVIII. Analyse de l'image Interprétation Charles X fut le dernier souverain français à être sacré à Reims.

Manifeste de Brunswick Manifeste de Brunswick « Déclaration de SAS le duc régnant de Brunswick-Lunebourg, commandant les armées combinées de LL.MM. l'Empereur et le roi de Prusse, adressée aux habitants de la France. Leurs majestés l'empereur et le roi de Prusse m'ayant confié le commandement des armées combinées qu'ils ont fait rassembler sur les frontières de France, j'ai voulu annoncer aux habitants de ce royaume les motifs qui ont déterminé les mesures des deux souverains, et les intentions qui les guident. Sa Majesté le roi de Prusse, unie avec Sa Majesté Impériale par les liens d'une alliance étroite et défensive, et membre prépondérant elle-même du corps germanique, n'a donc pu se dispenser de marcher au secours de son allié et de ses co-états ; et c'est sous ce double rapport qu'elle prend la défense de ce monarque et de l'Allemagne.

Devenir un dieu : évolution politique des portraits de Napoléon I Entre 1789 et 1814 les artistes se trouvent dans une position nouvelle face à un régime politique instable et une élite en mutation. En effet, avec la chute de la monarchie, le système académique est remis en question et les artistes ne produisent plus pour un pouvoir centralisé. Leur survie dépend de leur adaptation à l’histoire. Albert Boime va jusqu’à dire que leur existence est conditionnée par l’histoire [1]. Lorsque la carrière publique de Bonaparte s’amorce, la production artistique le concernant se développe. Les portraits jouent un rôle particulier dans cette galerie napoléonienne car ils dévoilent l’image publique que se façonne Bonaparte. 1796-99 : Le jeune héros militaire Les premiers portraits du jeune général sont fréquemment empreints de romantisme et de réalisme. Lorsque Bonaparte est de retour à Paris en décembre 1797, il voit son image se multiplier avec la production de médaillons, petits bustes en biscuit, etc. [7]. 1799-1803 : le dirigeant politique

Jacques Bertaux - Prise du palais des Tuileries - 1793 .jpg — Wikimedia Commons Histoire du Consulat et du Premier Empire - Les Documents Chargé par Napoléon Ier (au printemps 1804, mais la date exacte n'est pas connue avec certitude) de représenter la cérémonie de son sacre, Jacques Louis David choisit d'illustrer avec exactitude cet événement historique. Après avoir assisté à la cérémonie et réalisé des esquisses de l'attitude de chacun des quelque cent cinquante personnages présents, relevant, jusque dans les moindres détails, leurs vêtements, il s'installe dans un atelier spécialement conçu pour l'occasion dans la chapelle de Cluny. Son confrère Isabey lui a d'ailleurs transmis les marionnettes qui lui ont servi à préparer la cérémonie. Il commence son travail à la fin de 1805, et il lui faudra deux années pour le mener à bien, en novembre 1807. Le couple impérial viendra admirer le tableau le 4 janvier 1808, dans l'atelier du peintre. A l'origine, Napoléon souhaitait célébrer l'instant où il s'était lui-même couronné. 1. "L'empereur se leva á huit heures. 2. 6. 11. 13. 19. 20. 30. 32. 33. Rangée de femmes 45.

Related: