background preloader

"Les plus riches ont pris le pouvoir à l’échelle mondiale" - Emmanuel Todd

"Les plus riches ont pris le pouvoir à l’échelle mondiale" - Emmanuel Todd
Bon, chaque mot de cette interview est intéressant, alors je mets tout.... Article propulsé par "REPORTERRE Le site de l'écologie" "Les plus riches ont pris le pouvoir à l’échelle mondiale" "La crise de la zone euro n’a pas été fondamentalement créée par la nonchalance des débiteurs, mais par l’agressivité des prêteurs" "La vérité de cette période n’est pas que l’État est impuissant, mais qu’il est au service de l’oligarchie" Emmanuel Todd - 15 août 2012 Le Point : Les États sont-ils en guerre contre "les marchés" ? Emmanuel Todd : Ne soyons pas dupes de ces concepts mystificateurs, Bruxelles, les marchés, les banques, les agences de notation américaines : ces faux nez camouflent la prise du pouvoir politique, à l’échelle mondiale, par les plus riches. Vous êtes bien léger avec l’argent des petits épargnants ! Je refuse de céder au chantage. "La faute aux riches !" La situation serait-elle meilleure si les riches étaient moins riches ? Mon analyse n’a aucune visée morale. Related:  ehgeorgesPOLITIQUE INTERN.

Cornelius Castoriadis Cornelius Castoriadis en 1990. Cornelius Castoriadis (en grec moderne : Κορνήλιος Καστοριάδης), né le 11 mars 1922 à Istanbul et mort le 26 décembre 1997 à Paris, est un philosophe, économiste et psychanalyste grec, fondateur avec Claude Lefort du groupe Socialisme ou barbarie. Il consacra une grande partie de sa réflexion à la notion d'autonomie, dont il proposa une conceptualisation particulière et qu'il défendit en élaborant un « projet d'autonomie », projet de société visant l'autonomie individuelle et collective, soit une démocratie « radicale », qu'il opposait à l'hétéronomie, constitutive selon lui des sociétés religieuses et traditionnelles, des régimes capitalistes mais aussi du régime de l'URSS. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et formation[modifier | modifier le code] Ayant achevé sa formation à l’université d’Athènes, il vient la compléter à Paris en 1946, grâce à une bourse de l'Institut français d'Athènes alors dirigé par Octave Merlier.

En 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts LE MONDE | • Mis à jour le | Par Edgar Morin, sociologue et philosophe Hélas, nos dirigeants semblent totalement dépassés : ils sont incapables aujourd'hui de proposer un diagnostic juste de la situation et incapables, du coup, d'apporter des solutions concrètes, à la hauteur des enjeux. Tout se passe comme si une petite oligarchie intéressée seulement par son avenir à court terme avait pris les commandes." (Manifeste Roosevelt, 2012.) "Un diagnostic juste" suppose une pensée capable de réunir et d'organiser les informations et connaissances dont nous disposons, mais qui sont compartimentées et dispersées. Une telle pensée doit être consciente de l'erreur de sous-estimer l'erreur dont le propre, comme a dit Descartes, est d'ignorer qu'elle est erreur. L'erreur n'est pas seulement aveuglement sur les faits. Hélas. Notre machine à fournir des connaissances, incapable de nous fournir la capacité de relier les connaissances, produit dans les esprits myopies, cécités. Ce mal est généralisé.

Un outil gratuit pour corriger ses copies rapidement Quand vient le temps de corriger les tests et examens des étudiants, peu de professeurs aiment se taper la tâche répétitive de vérification des réponses et de compilation et ensuite celle de diffuser les résultats aux étudiants, étudiants qui souvent ne feront que survoler les commentaires attentivement écrits par leur professeur. Comme il s’agit de tests en cours d’apprentissage, que leur fonction est avant tout de servir les apprentissages et de vérifier la progression, les exigences de sécurité sont moindres que pour les examens standardisés de qualification, même si la tâche de correction demeure tout aussi fastidieuse. Dans ce cadre, voici un outil numérique à la portée de tous les professeurs connectés : Flubaroo avec Google Formulaire et Google Feuille de calcul sur G Drive. Pas de la programmation, mais une automatisation Flubaroo est une extension gratuite, ajoutée en 15 secondes à Google Drive. Ce vidéo de 3 minutes vous permettra de comprendre le principe de Flubaroo. Références

Les vrais enjeux d'aujourd'hui Les hommes politiques, comme la plupart des « responsables » économiques ne sont pas à la hauteur des enjeux de l’humanité. Désolé de me répéter, de reprendre des idées déjà évoquées dans des billets et articles précédents mais je n’ai pas attendu Michel Serres : ou Edgard Morin : pour le constater et le dénoncer. Comme « il faut toujours recommencer » A. La pensée unique phagocyte la plupart d’entre nous, à commencer par les commentateurs et autres « spécialistes » qui prétendent faire l’opinion et qui hantent la une de la presse écrite, les plateaux de télévision et abreuvent les libraires de leurs œuvres. Quel responsable des grandes puissances a osé dénoncer l’illusion du « dogme de la croissance infinie dans un monde fini » ? Or, la révolution numérique décrite par M. M.

L’espace FCLP2I – Le Laboratoire Pédagogique du LP2I | Future Classroom Lab e... Le FCLP2I, ce sont trois espaces sur plus de 200 m^2, situés au premier étage du Lycée Pilote Innovant International (LP2I) sur le site du Futuroscope (86) et consacrés à l’innovation pédagogique. Ces espaces rassemblent six “zones d’apprentissage” et sont inspirés de scénarios pédagogiques co-construits au cours de l’année 2014-2015 par une équipe éclectique constituée d’élèves, d’enseignants, de personnels de direction, de membres du corps d’inspection, de professionnels du Réseau Canopé, de chercheurs et d’entreprises. A leur tour, ces trois salles et leur agencement particulier ont vocation à inspirer de nouveaux scénarios pédagogiques, de nouvelles façons d’enseigner et d’apprendre. L’espace Visio-conférence, en partenariat avec la société Polycom, permet entre autre de faire intervenir une personne ressource issue du “monde réel” pour lancer un débat, faire émerger une problématique, appuyer une synthèse, etc. La Salle Collaborative pourrait être la Classe du Futur. Manifeste

[C/Data] Le cumul des mandats Chaque dimanche sur France 5 dans C/Politique, Owni illustre l’actualité par la data. Le dixième opus de la série est consacré au cumul des mandats — pensé pour faire réagir l’invité de l’émission Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne. Cette exercice est scénarisé par l’équipe de Paule d’Atha, mis en image par Loguy et raconté par Julien Goetz. Verbatim : S’il y a bien un domaine où la France est championne toutes catégories, c’est le cumul des mandats. Non pas qu’elle soit seule mais elle est loin, bien loin devant les autres. C’est véritablement un sport national. Aujourd’hui un parlementaire peut légalement exercer jusqu’à quatre mandats simultanés. Résultat : à l’Assemblée Nationale comme au Sénat moins d’un quart de nos parlementaires n’exercent qu’un seul mandat. Reste que le vrai problème est l’impact de ce cumul sur notre système parlementaire. Mais convaincre une majorité de parlementaires de ne plus cumuler quand ils sont 80% à en bénéficier : le défi est de taille.

«Le socialisme est une doctrine morte» «Virage», «tournant», «révolution copernicienne» pour la gauche : ainsi la presse qualifie-t-elle les mesures sur la compétitivité annoncées mardi par Jean-Marc Ayrault. Et particulièrement la principale d'entre elles : un crédit d'impôt massif de vingt milliards d'euros au bénéfice des entreprises, financé notamment par une hausse de la TVA et une réduction des dépenses publiques. Pour l'économiste Bernard Maris, membre du conseil général de la Banque de France et auteur d'un désabusé Plaidoyer (impossible) pour les socialistes, paru chez Albin Michel, ces annonces ne font que confirmer un mouvement entamé de longue date : l'édulcoration de la doctrine socialiste et sa soumission au «carcan économique». Après les dernières annonces sur la compétitivité, avez-vous le sentiment que François Hollande se soit renié ? Pas vraiment. Cette préférence pour une politique de l’offre, et pas de stimulation de la demande, est-elle inédite pour le PS ? Quelle alternative à ce socialisme à gauche ?

La diatribe de Richard Bohringer contre l’impuissance politique A l’applaudimètre, l’acteur Richard Bohringer est gagnant. Sa tirade, samedi soir face à Henri Guaino à l’émission On n’est pas couchés, sur les politiques qui ne sont plus que des « prestataires de service », a fait mouche. Henri Guaino était le bon client dans le rôle du chiffon rouge, après ses excès verbaux à répétition, d’abord sur le « mariage pour tous », puis dernièrement après la mise en examen de Nicolas Sarkozy. Politique de fraîche date puisqu’il a longtemps été un homme de l’ombre, notamment « speech writer », conseiller et auteur des discours de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, le moins qu’on puisse dire est qu’il ne s’est pas fait remarquer par une approche novatrice de la vie politique ces dernières semaines. Henri Guaino (premier plan) et Richard Bohringer (photo d’écran) Richard Bohringer ne l’a pas raté. Trente ans de politique naze « Depuis trente ans, il n’y a rien eu de fait. « Le politique est un prestataire de service » Le coup de gueule de Richard Bohringer face à Guaino

Pourquoi nous nous abstiendrons sur la loi organique Le Parlement a ratifié le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance, héritage de la présidence de Nicolas Sarkozy, que l’ensemble de la gauche avait tant critiqué pendant la campagne électorale. Il s’apprête, d’un même élan, à voter la loi organique relative à la programmation et à la gouvernance des finances publiques, qui garantit l’application du traité européen en France. Nous avons voté contre le traité, comme d’autres parlementaires de gauche. Il vise une discipline budgétaire rigoureuse et propose à cet effet dans son article 3 d’inscrire une règle d’équilibre budgétaire au sommet de la hiérarchie des normes des Etats signataires et de l’assortir de mécanismes contraignants d’application. «Une voie sans issue» Certains considèrent que l’investissement public ne produit ni richesse ni croissance, et ne fait qu’alourdir la dette. Le mécanisme de sanction automatique proposé investit par ailleurs la Commission européenne de pouvoirs élargis, elle juge et exécute.

Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (tscg) : « En sortir » par Frédéric Lordon - El Correo Frédéric Lordon Il faut lire le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Il faut le lire non pas tant pour en découvrir les dispositions puisque celles-ci ont déjà fait l'objet d'abondantes présentations, mais pour être frappé par sa langue. Le « solde structurel » en plein arbitraire Ces fleurs de rhétorique mises à part, il y a le reste - le fumier sur lequel on les fait pousser. Il y a bien sûr celui, le plus visible, économique, de la restriction budgétaire - quelle bonne idée au bord de la dépression -, avec ses astucieuses innovations. La démocratie façon UE Comme toujours avec l'Union européenne on ne se pose plus que la question de savoir où est le pire : dans son économie ou dans sa politique ? Maintenant il est plus que temps d'en finir. La face sombre de cette temporaire réussite est qu'il ne faut plus compter, tant qu'elle produira ses effets, sur l'explosion en vol vers quoi la monnaie unique se dirigeait à grande allure. Mais pour faire quoi ?

FRANCE • Hollande soumis au dogme du libéralisme Dans une chronique acide, un dirigeant de la gauche alternative portugaise regrette les promesses non tenues de François Hollande, parfaite incarnation de social-démocratie timorée. "La gauche française au pouvoir s'est cantonnée en matière économique dans la gestion à court terme [...]. Convertie à la crédibilité internationale, surnageant dans la vague libérale, elle s'est placée sur le terrain de l'adversaire et s'y est naturellement trouvée progressivement démunie. [...] Plus profondément, les objectifs d'une politique de gauche, à être sans cesse repoussés au-delà des résultats d'une période de rigueur qui ne s'arrête jamais, deviennent illisibles, peu crédibles, voire introuvables." Ces sages paroles ont été écrites il y a quelques années par un dirigeant socialiste français. Mais, entre-temps, le dirigeant en question est devenu président de la France [la citation est extraite de L'Heure des choix, François Hollande et Pierre Moscovici, Ed. Illusions déçues Le rêve est reporté

Irlande : une députée accuse Obama d'être un criminel de guerre et dénonce avec justesse les positions impérialistes injustifiables de son pays envers la Syrie Ce que je veux, je le dis haut et fort, c’est le DÉSAMORÇAGE du milieu militaro-industriel, nocif à plus d’un titre... Sinon, "Et tu veux quoi ??? qu’elle se mette à genoux ou qu’elle se taise ?". Ce que elle fait me paraît aller dans un bon sens, mais serait-ce suffisant face aux lobbies que représentent les industries de l’armement ? "Non ... elle dit ce qu’elle pense ... dénonce ! Et les plus éveillés sont-ils représentés dans les conseils d’administrations des Dassault, EADS, eurocopter pour ne citer qu’eux ? "Ta comparaison exemple avec les poissons n’est pas valable..." Nous nous rejoignons dans cette aspiration à se faire moins manipuler. Mais je le dis, ce n’est là que mon point de vue individuel, inutile d’y chercher un message de portée collective. Bien à vous Hijack, Éphémèrement vôtre,loph

Allemagne: La pétition pour le revenu de base privée de débat parlementaire Une pétition de 2008 demandant l’instauration du revenu de base en Allemagne a été rejetée par le parlement allemand en l’espace de quelques instants, sans débat. Un coup dur pour le mouvement social allemand du revenu de base ? Une pile de dossiers à voter en moins d’une heure avant la pause estivale : c’est l’exercice auquel devaient se livrer les parlementaires allemands le 27 juin dernier. L’événement aurait pu passer quasi-inaperçu, sauf que parmi les sujets à l’ordre du jour se trouvait une pétition citoyenne en faveur du revenu de base inconditionnel. Suivant la recommandation de la commission des pétitions, les députés ont voté la clôture de cette pétition. Et c’est ainsi qu’en quelques instants, cette proposition de réforme profonde du système social est envoyée aux oubliettes, ainsi que 610 autres initiatives populaires… Susanne Wiest accompagné de Enno Schmidt et Daniel Häni. Déficit démocratique Rendez-vous à l’automne enovision.net ; Nils Bremer

Serait-il impossible de s'attaquer aux indemnités des députés ? Sous la présidence Hollande, mieux vaut être député que ministre. En tout cas, les élus à l'Assemblée Nationale ne subiront pas de baisses de salaire comme les membres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. La "énième" proposition de l'élu centriste Charles de Courson, visant à fiscaliser la partie de l'indemnité des députés qui n'est pas utilisée à des fins professionnelles, a été retoquée par 20 voix contre 3 en commission des Finances mercredi 11 juillet. Les députés pourront ainsi continuer à utiliser une partie de leur indemnité de représentation de frais de mandat (IRFM) à des fins personnelles, sans aucun contrôle. Au grand dam de l'élu centriste qui assure que "les grands élus mettent dans leur poche tout ou au moins une partie de leur indemnité". La disposition de Charles de Courson voulait obliger les députés à justifier leurs dépenses et à distinguer celles qui entrent dans le cadre de leur mandat, et celles qui relèvent de leur vie privée. Examen du collectif budgétaire

Related: