background preloader

Les Roms, un peuple européen , par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, juillet 2010)

Le choix d’une seule couleur, la teinte ocre, symbolise l’unité d’un peuple dispersé dans une multitude de pays : la nation romani, qui regroupe notamment les Roms, les Manouches (Sintés), et les Gitans (Kalés). Celle-ci se définit comme une nation « sans territoire compact et sans prétention à un tel territoire » (cinquième congrès de l’Union Rromani Internationale, Prague, juillet 2000). Ses revendications ne portent pas sur l’espace, mais sur le droit et la justice. Une proposition de statut-cadre, élaborée par le Ranelpi (Réseau rom des activistes sur les questions juridiques et politiques) pour l’Union européenne, définit le peuple rom comme « un élément constitutif de l’Europe, à laquelle il a apporté une contribution humaine, matérielle, artistique, économique, militaire et morale trop souvent négligée ». Voilà un document que M. Comme par exemple M. Depuis 2002, le gouvernement français tente de criminaliser les Roms de France pour pouvoir mieux les expulser. 1. 2. 3. 4. 5. Related:  flux migratoires

Deux mondes face à face, par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, octobre 2009) Malgré l’hystérie qui l’a souvent marquée, la guerre froide, notamment après la mort de Joseph Staline en 1953, fut limitée en Europe à l’accumulation des armements, en premier lieu des missiles à tête nucléaire, et aux discours : les « chars soviétiques à quelques heures de Paris ». En revanche, dans le tiers-monde, elle fut souvent « chaude » et mit aux prises, à travers des alliés locaux, les deux grands blocs, de l’Amérique centrale à l’Indochine, en passant par l’Afrique australe et l’Ethiopie. L’affrontement, qui a duré près d’un demi-siècle, a occulté une évolution majeure de l’histoire à cette même époque : l’émancipation de la majorité de l’humanité du système colonial et de la domination étrangère. En Europe, l’apocalypse n’a pas eu lieu Miradors, mitrailleuses, barbelés, no man’s land...

Renouveau du féminisme au Sud, par Camille Sarret Le retour sur l’histoire du féminisme qui a marqué l’année 2010, avec, en France, les quarante ans du Mouvement de libération des femmes (MLF), ne doit pas faire oublier les femmes du Sud, leurs luttes et leurs contributions au renouvellement du féminisme. On a tendance à en faire trop facilement des victimes, alors qu’elles sont souvent en révolte contre l’ordre établi et les inégalités qu’engendrent certaines traditions. Ainsi, sait-on que le seul pays au monde où les femmes sont majoritaires au Parlement est le Rwanda ? Depuis les élections générales de 2008, elles représentent 56,3 % des députés : un record à faire pâlir d’envie jusqu’aux pays scandinaves, champions de la parité politique en Europe. Les Rwandaises n’ont pourtant obtenu le droit de vote qu’en 1961, quand le pays est devenu indépendant. Taille de l’article complet : 2 636 mots. Vous êtes abonné(e) ? Connectez-vous pour accéder en ligne aux articles du journal. Vous n'êtes pas abonné(e) ? Accès sans abonnement

Un nouvel état du monde, par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, septembre 2006) L’offensive lancée par Israël contre le Liban a ouvert, selon le président George W. Bush, un « troisième front de la guerre antiterroriste ». Présentée comme une réponse aux attentats du 11 septembre 2001, celle-ci a commencé par une intervention militaire en Afghanistan, suivie d’une autre en Irak, qui toutes deux n’ont fait que provoquer le (...) Symptômes : censée réguler les relations internationales, l’Organisation des nations unies peine à mettre sur pied la force d’interposition au Liban tant la politique menée par Washington et ses alliés, à travers (...)

Coupures de presse : avortement, Zimbabwe, Apple Droit à l’avortement Le très conservateur Dakota du Sud envisage de voter une loi qui étendrait la notion d’« homicide justifiable » aux meurtres de médecins pratiquant l’avortement, signalait le magazine américain Mother Jones. La polémique nationale qui s’est ensuivie a obligé le gouverneur républicain Phil Jensen à faire marche arrière, ce que commente le journaliste Greg Sargent sur son blog du Washington Post le lendemain. M. Avec ce changement, il sera clair que la qualification d’« homicide justifiable » ne peut concerner qu’un acte illégal, ce qui, évidemment, ne concerne pas l’avortement, qui est légal. (« South Dakota Moves To Legalize Killing Abortion Providers », Mother Jones, 15 février ; « South Dakota lawmaker, under fire, is now mulling changes to “justifiable homicide” unborn proposal », The Plum-line, Washington Post, 16 février.) Zimbabwe (« Africa’s tin-can version of Twitter has it right », ThoughtLeader, 26 janvier). Pommes pourries

Vers la sanctuarisation des pays riches (Le Monde diplomatique, octobre 2006) Le retournement de la croissance et la fin de la guerre froide ont modifié la donne en matière de mouvements migratoires. Pour des motifs qui souvent ne relèvent plus strictement de la convention de 1951 sur les réfugiés, des millions de personnes en proie à une détresse multiforme, spontanément ou par force, prennent le chemin de l’exil au moment même où les nations les plus riches, appuyant la montée de la xénophobie, se disent moins que jamais disposées à accueillir la « misère du monde ». Dans ce mouvement de ciseaux, les Etats-Unis et l’Union européenne (UE) ont mis en place un dispositif de protection contre des déplacements humains désignés comme une menace. Par un effet d’entraînement en cascade, ce processus de sanctuarisation s’est répandu dans toute une série de zones intermédiaires où chaque pays s’efforce d’appliquer la doctrine dite Nimby (Not in My Backyard : « Pas chez moi »). Les frontières, considérées comme autant de zones de front, sont militarisées.

Enquête délibérative en Andalousie, par Ernesto Ganuza Toutes les démocraties contemporaines sont confrontées à un défi majeur. D’une part, les citoyens se détachent des institutions politiques telles qu’elles fonctionnent aujourd’hui, incitant les gouvernements et les administrations du monde entier à susciter de nouvelles formes de participation politique. D’autre part, le système représentatif crée une division des tâches qui, par définition, laisse peu de marges de manœuvre au citoyen lambda. Les partis politiques eux-mêmes soutiennent l’idée que cette répartition des pouvoirs fonde la légitimité des autorités et que tout autre principe est condamné à l’échec. Parmi les outils disponibles, l’enquête délibérative a été inventée par le politologue américain James Fishkin sur le principe des enquêtes d’opinion mais avec l’objectif d’incorporer le demos (« peuple ») à la décision politique, grâce au débat mais sans dénaturer la division des tâches inhérente à la démocratie représentative. Taille de l’article complet : 1 457 mots.

Des morts par milliers aux portes de l'Europe, par Olivier Clochard et Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, décembre 2006) Plusieurs associations tiennent à jour la liste des victimes, immigrés et réfugiés, de la « forteresse Europe ». Se fondant sur des rapports de presse et des signalements effectués par des organisations locales, elles tentent d’en établir une comptablilité aussi précise que possible. Seuls les décès précisément documentés - plus de 7 000 entre 1993 et 2006, soit 3 000 sur la seule période allant de décembre 2003 à 2006 - figurent donc sur ces cartes, représentations a minima d’une hécatombe ignorée. Sources - carte 2006 : Olivier Clochard (Migrinter), Alain Morice (CNRS, Paris), United for Intercultural Action, Gibraltar : Association des familles de victimes de l’immigration clandestine (AFVIC), police aux frontières (PAF) des ports de Nantes et de la Rochelle, Jean Christophe Gay, Les discontinuités spatiales, Economica, Paris, 1995, Le Monde, AFP, Reuters, AP, Eleftherotypia (Athènes). 1993-2004 , plus de 4 000 morts aux frontières

Quand l’Afrique réinvente la citoyenneté locale, par Mamadou Bachir Kanoute C’est en Afrique que la mise en commun des ressources en vue de l’action publique est la plus faible. Nulle part les prélèvements fiscaux et parafiscaux n’y excèdent les 17 % du produit intérieur brut (10 % en général), alors qu’ils se situent par exemple aux environs de 20 à 25 % en Amérique latine, et de 40 à 50 % dans les pays occidentaux. Les dépenses des collectivités locales africaines ne représentent pas plus de 3,5 %des budgets publics. En outre, elles sont consacrées à 80 voire 85 % aux frais de fonctionnement (salaires des agents municipaux, carburant, etc.), ne laissant qu’une très faible portion à l’investissement de base (éducation, santé, eau, assainissement, etc.) et à la satisfaction de la demande sociale (sécurité, insertion socio-économique, entre autres). Cependant, depuis la démocratisation du continent dans les années 1990, les populations s’impliquent de plus en plus dans la gestion de leurs cités. Mais le mouvement s’étend progressivement à tout le continent.

Ouverture à l'Est, fermeture au Sud, par Pierre Beckouche et Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, février 2004) La construction européenne est entrée dans une nouvelle phase : la création de la monnaie unique, en 1998, a consolidé l’Union, tandis que le Conseil d’Helsinki (1999) a ouvert l’adhésion à tous les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) et créé un début de défense commune. Celui de Copenhague (2002) a fixé les dates de l’élargissement. Ces décisions sont déterminantes pour la délimitation des frontières de l’Europe, qui se fait au détriment des pays de la rive sud de la Méditerranée. La délimitation des frontières de l’Union européenne (UE) a une grande signification. A la fin des années 1990, un scénario proposait de délimiter conjointement l’Union, la zone euro et l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) après le premier élargissement de cette dernière (Pologne, Hongrie et Tchéquie, c’est-à-dire les nations catholiques d’Europe centrale). Un pont, non un mur En matière d’aide, une claire réorientation se produit au profit des voisins orientaux de l’Union.

Amérique latine, ce qui change pour les femmes, par Lamia Oualalou Le 9 mars 2001, le maire de Bogotá, M. Antanas Mockus, proposait une singulière réponse à la domination masculine traditionnelle en Colombie : de 19 h 30 à 1 heure du matin, seules les femmes étaient autorisées à circuler en ville. Soucieux d’équité, M. Mockus livrait la ville aux réjouissances exclusivement masculines la semaine suivante, dans les mêmes conditions. Les femmes d’un côté, les hommes de l’autre ? Il arrive que les progrès dans l’égalité entre hommes et femmes suivent d’autres voies, notamment dans le domaine politique. Ces dernières années, quatre femmes ont occupé la fonction suprême sur ce continent. L’Argentine n’est pas le seul pays où les femmes peuvent désormais se passer d’un époux illustre. Quelques mois auparavant, le Costa Rica découvrait que sa traditionnelle culture machiste n’avait pas empêché l’élection de Mme Laura Chinchilla (centre gauche). Cette évolution des esprits s’est parfois accompagnée de l’introduction de systèmes de discrimination positive.

Les réfugiés du Proche-Orient, par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, novembre 2007) La menace d’intervention turque contre la guérilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) réfugiée en Irak (lire « Dans les maquis du Kurdistan ») constitue le dernier épisode de l’escalade au Proche-Orient. De l’Afghanistan à la Somalie, en passant par l’Irak et le Liban, la « guerre contre le terrorisme » lancée par le président George W. (...) Jamais les Palestiniens n’ont été aussi divisés et faibles que depuis les combats fratricides de l’été 2007 à Gaza. Leurs conflits internes minent la solidarité internationale avec leur cause, réduisant la pression ( Choix d'ONG actives sur la problématique des droits des minorités Center for World Indigenous Studies Organisation indépendante dédiée à la présentation la plus complète possible des réalités économiques, sociales et politiques des minorités autochtones. Le centre se propose un triple objectif: transmission de savoirs sur les peuples autochtones, résolution de conflits et protection des droits des minorités. Cultural Survival Depuis 40 ans, Cultural Survival s'engage internationalement pour le droit des peuples indigènes. Centre de Documentation, de Recherche et d'Information des Peuples Autochtones (docip) Le doCip est un centre de documentation et d'information basé à Genève. Site disponible en fr., angl., esp. et russe. Société pour les peuples menacés La société pour les peuples menacés - section Suisse - travaille en faveur des minorités et des droits humains pour garantir la diversité culturelle, linguistique et ethnique. Incomindios Switzerland Incomindios Suisse s'engage pour le droit des peuples autochtones américains à s'auto-déterminer.

Related: