background preloader

Imprimante 3D: imprime-moi une révolution (industrielle)

Imprimante 3D: imprime-moi une révolution (industrielle)
Les marxistes doivent avoir le sourire. Ces dernières semaines, on a vu fleurir dans la presse des articles prédisant l’arrivée de la troisième révolution industrielle. Sous les projecteurs, une machine qui permettrait à tout un chacun de se réapproprier les moyens de production. Les personnes qui ne sont pas familières du mouvement Do it Yourself (DIY –Faites-le vous-même) doivent se gausser de telles affirmations. Les machines en question sont des imprimantes tridimensionnelles. Sauf qu’au lieu de sortir un dessin sur une feuille de papier, la machine va réaliser un objet en 3 dimensions en venant déposer des fines couches de matière les unes sur les autres. Ont ainsi été fabriqués des jouets, des engrenages ou encore des pièces de remplacement pour une machine à laver. Avec des imprimantes plus évoluées, il est possible de faire jaillir du néant des bonbons au chocolat, un violon, des pièces pour la Nasa, voire une voiture de course. Une utopie de geeks? Impressionnant non? Related:  InnovationFABLABS, HACKING, libres

Fab Labs : comment le numérique bouleverse l'industrie Grâce au numérique, l'industrie produit autrement. Mieux, l'innovation est à la portée de tous dans les Fab Labs, littéralement les laboratoires de Fabrication. Certains inventeurs-amateurs bricolent contre l'obsolescence programmée des objets. Vivien fabrique un robot. Depuis, le FacLab reçoit une dizaine de visiteurs par jour : curieux ou fidèles, retraité ou actifs, entrepreneurs ou demandeurs d'emploi. « Nous avons assez peu d'étudiants de l'université pour le moment et peu de salariés, ou alors ils viennent en coup de vent entre midi et deux, explique Olivier Gendrin, fabmanager du FacLab. Les entreprises des environs sont aussi venues voir le FacLab. En principe, tout utilisateur ajoute la documentation et les plans de ses créations au catalogue des Fab Labs (en opensource ou sous licence creative commons), conformément aux pratiques de l'internet du partage et du logiciel libre. Business ou glocal Deux visions différentes émergent dans les Fab Labs. Anticiper plutôt que subir

DEF : wiki Hackerspace -F Un hackerspace est un tiers-lieu où des gens avec un intérêt commun (souvent autour de l'informatique, de la technologie, des sciences, des arts...) peuvent se rencontrer et collaborer. Les Hackerspaces peuvent être vus comme des laboratoires communautaires ouverts où des gens (les hackers) peuvent partager ressources et savoir[1]. Une traduction française est Laboratoire ouvert ou Transformatoire[2]. Beaucoup de hackerspaces utilisent et participent à des projets autour du logiciels libres, du matériel libre, des ressources documentaires sous licence libre ou des médias alternatifs alimentant ainsi un patrimoine informationnel commun. Ils sont souvent physiquement installés dans des maisons des associations ou des universités, mais dès que le nombre d'adhérents et l'éventail des activités augmentent, ils déménagent généralement dans des espaces industriels ou d'anciens entrepôts. Exemple d'utilisation d'écran LCD 16/2 par le Liège Hackerspace Fonctions[modifier | modifier le code]

LATRO : une lampe à l'énergie des algues HEINDOVEN - (Pays-Bas - U.E.) - 15/06/2010 - 3B Conseils- Le magazine on-line Designboom ICI a créé le buzz en publiant un article concernant une lampe éclairant grâce à l'énergie des algues. La LATRO LAMP conçue par le designer hollandais Mike Thompson est un modèle de lampe portable qui a la particularité de contenir à la fois un système de récupération de l'énergie des algues et les fonctionnalités habituelles d'une lampe dont la principale est, à n'en pas douter, d'éclairer ! Comment cela fonctionne-t-il ? Une ouverture pratiquée dans la poignée de la lampe fournit aux algues le CO2 nécessaire. On peut commencer à amorcer le processus soit en soufflant son propre CO2 dans la lampe (comme montré dans le schéma 1) soit en captant le CO2 de l'air ambiant. Article : Francis ROUSSEAU Docs Sites liés.

Les Fab Labs Qu’est-ce qu’un Fab Lab ? Un Fab Lab (aussi écrit Fablab, FABLAB, FabLab, Lab Fab ou Labfab) est avant tout un LABoratoire de FABrication. le concept de Fab Lab est né d’une initiative du MIT Media Lab (Boston), vers la fin des années 90. L’un des buts de cette expérimentation était de donner un accès public à des outils de fabrication standard et numériques (alors extrêmement dispendieux) pour voir l’utilisation qui en serait faite au quotidien, sans les contraintes académiques. Suite au succès de ce concept est née la charte des Fab Labs, une liste de critères à respecter afin de pouvoir utiliser le terme, le logo, ainsi que la communauté issue du concept d’origine. Cela a permis l’émergence d’organisations beaucoup plus modestes où la plupart des machines sont fabriquées sur place par des maniaques de l’informatique (ce qui a ses avantages et inconvénients). Parmi les règles à respecter on compte : Mise en garde : Le FabShop n’est pas un Fab Lab Où trouve-t-on les Fab Labs ?

ET SI NOUS DEVENIONS TOUS DES MAKERS Comme tous les dimanches, c’est l’heure de notre rubrique #JourDuPenseur, consacrée aujourd’hui au dernier livre de Chris Anderson : « Makers – La nouvelle révolution industrielle», dont la traduction française vient de paraître. Le livre « Makers », paru en langue anglaise en 2012, a déjà beaucoup fait parler de lui dans le monde entier, d’une part parce que son auteur s’est rendu doublement célèbre en tant que rédacteur en chef du magazine WIRED, et en tant qu’auteur du best seller « La longue traine » (« The Long Tail »), mais aussi parce qu’il a décidé de se consacrer pleinement à sa nouvelle cause, le mouvement des « Makers », allant jusqu’à déclarer que « l’imprimante 3D aura plus d’impact que le web ». Rien que ça ! Chris Anderson (vidéo ci-dessus), est une des personnalités les plus connues et les plus reconnues du monde digital.

Le vent, bientôt puits d’eau potable Nous sommes en 2020. En plein désert africain, des populations boivent de l’eau née du vent. Mirage ? Frigos. De retour dans l’Hexagone, Marc Parent brevète son invention en 2000. Son éolienne WMS1000, de cinquième génération, est installée pour des essais aux Emirats arabes unis depuis octobre 2011. Visibilité. Philippe BROCHEN La gratuité est-elle l’avenir de l’économie ? La gratuité est l’avenir de l’économie clame Chris Anderson (blog) qui prépare dans cet article pour la revue Wired, dont il est rédacteur en chef, son prochain livre intitulé Free. Chris Anderson rappelle tout d’abord que la gratuité s’inscrit dans un processus commercial classique, comme l’a exploré avec succès Gillette, en offrant ses rasoirs et en faisant payer ses lames. Mais avec l’internet, une nouvelle gratuité s’est développée, fondée sur des coûts de reproduction nuls du fait de la numérisation, et sous la pléthore de l’offre qui tire encore plus les prix vers le zéro absolu. Un peu comme si Gillette devait maintenant offrir le rasoir et la lame et percevoir son argent sur autre chose. « Il n’y a jamais eu un marché plus concurrentiel que l’internet, et chaque jour le coût marginal de l’information devient plus proche de rien du tout », explique le brillant éditorialiste. La gratuité est inexorable 6 grands modes de financement de la gratuité L’immédiateté.

WikiCells: Bottles that could be EATEN once you've drunk what's inside By Julian Gavaghan Updated: 09:39 GMT, 23 February 2012 Future bottles could be eaten after scientists developed an edible material that can taste like the drink inside. The product, a membrane created using a biodegradable plastic combined with food particles, could either be peeled off or potentially eaten whole. So far, experts at Harvard University have filled an orange membrane with orange juice, a tomato-flavored enclosure with gazpacho and grape packages with wine. Food for thought: Bottles could be made from a membrane made using a special biodegradable plastic and food particles (file image) They have not yet created a bottle with the WikiCells but biomedical engineer Dr David Edwards hopes to create a prototype soon. 'In the near term, we will be encountering WikiCells in restaurant settings' as a novelty item,' he said. After that, Prof Edwards plans to expand WikiCells to speciality stores and supermarkets. Essentially, it is an egg-like membrane hard shell. But now U.S.

The History of 3D Printing [#Infographic] Governments are ahead of the curve when it comes to 3D printing. In Louisville, Ky., city planners are using 3D printers to create models of future buildings and neighborhoods. The Martin Luther King Jr. Memorial Library, in Washington, D.C., has a 3D printer that is available to city residents. NASA is involved, too, as they attempt to print pizza in space. The buzz around 3D printing has taken off in recent years as prices have dropped and the devices have become more accessible. 3D printing is already creating parts for classic cars, human skulls and musical instruments. 3D printing, futuristic name notwithstanding, is a pretty simple phenomenon: the conversion of a digital file into a physical product. The history of 3D printing can be traced back to 1984, when Charles Hull began to experiment with printing materials instead of ink. Check out the infographic, below, from T.

Sciences : De l'urine dans le moteur : quatre Nigériannes y croient VIDÉO - Quatre collégiennes ont mis au point un générateur d'électricité qui carbure à l'urine plutôt qu'au diesel. Une alternative crédible au pétrole? Le système mis au point par Duro-Aina et ses copines a l'avantage de la simplicité: une cellule électrolytique est trempée dans de l'urine, pour séparer l'hydrogène qu'elle contient avant de la purifier dans un filtre à eau. Une fois isolé, cet hydrogène d'origine 100% naturelle est poussé dans le générateur qu'il alimente. Avec cet ingénieux système, fabriqué dans le cadre de leurs cours de chimie, les quatre collégiennes nigérianes affirment pouvoir alimenter en électricité quelques ampoules, une télévision et un ventilateur pendant six heures. Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre mobile Les quatre camarades de classe avaient déjà fait sensation en novembre 2012 à la Foire des inventeurs de Lagos, la capitale du pays. Le projet des quatre jeunes filles, encore au stade expérimental, suscite beaucoup d'espoir.

Makers (1/2) : Faire société “We are all makers” (Nous sommes tous des artisans). Le credo de Dale Dougherty, fondateur de Make Magazine et de Maker Faire, le plus grand événement dédié au mouvement “makers”, est en passe de devenir le nom de référence d’une communauté extrêmement diverse et dynamique, en pleine expansion. Derrière ce sigle rassembleur, inventé par Make Magazine il y a plus de 10 ans au sein même d’O’Reilly Media, géant de l’édition orientée techno fondée par Tim O’Reilly l’un des gourous de l’internet à l’origine du concept de Web 2.0, on trouve une idée clé : il faut encourager la créativité individuelle car elle est porteuse de plus de conscience et responsabilité sociale, comme l’exprimait Dale Dougherty sur la scène de TED. Profitant de la vague du DIY (Do it yourself, pour “Fais le toi-même !”) Qui sont les makers ? La place particulière de San Francisco dans ce monde des makers est peut être à trouver dans le fait que les gens, ici, ont eu le talent d’initier le réseau. Image : Noisebridge.

La 3e révolution industrielle annoncée par Jeremy Rifkin - Économie & Social Alors que l'Europe s'enfonce dans l'austérité, que le retour de la croissance semble toujours plus hypothétique, le dernier ouvrage de Jérémy Rifkin est une bouffée d'air salvatrice. Un pas de coté indispensable dans la campagne présidentielle, pour prendre la mesure des défis économiques, sociaux et environnementaux. Dans la Troisième révolution Industrielle (ed. Les Liens qui libèrent, 24 €), l'économiste et activiste américain, conseiller de nombreux chefs d'État, auteur de best-sellers comme la Fin du travail, nous livre les clés d'un avenir durable. Il y diagnostique la fin de l'ère du pétrole et du pouvoir centralisé au profit d'une économie collaborative fondée sur les énergies renouvelables et l'Internet. Utopique ? La crise actuelle ne serait pas, selon vous, financière mais énergétique ? Peu s'en sont aperçu. [source : france-inflation.com] Notre modèle économique est condamné ? Nous avons atteint le « pic de la mondialisation ». Quel est votre plan d’action ?

Impression tridimensionnelle L'impression 3D ou fabrication additive regroupe les procédés de fabrication de pièces en volume par ajout ou agglomération de matière, par empilement de couches successives[1]. L'impression 3D permet de réaliser un objet réel : un concepteur dessine l'objet 3D grâce à un outil de conception assistée par ordinateur (CAO). Le fichier 3D obtenu est traité par un logiciel spécifique qui organise le découpage en tranches des différentes couches nécessaires à la réalisation de la pièce. Le découpage est envoyé à l'imprimante 3D qui dépose ou solidifie la matière couche par couche jusqu'à obtenir la pièce finale. Le principe reste proche de celui d'une imprimante 2D classique à cette grande différence près : c'est l'empilement des couches qui crée le volume. Historiquement l'impression 3D commence au début des années 2000, par l'utilisation de résine chauffée et sert au prototypage rapide. Les applications de l'impression 3D sont multiples. Historique[modifier | modifier le code]

Rapport de la commission "Innovation 2030" présidée par Anne LAUVERGEON - Anne Lauvergeon - Analyses et études sectorielles Commission sous la présidence d’Anne Lauverge on Ambition 1 : Le stockage de l’énergie Ambition 2 : Le recyclage des matières : métaux rares Ambition 6 : La silver économie, l’innovation au service de la longévité3 7 Ambition 7 : La valorisation des données massives (Big Data)41 Ambition 3 : La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer Ambition 4 : Les protéines végétales et la chimie du végétal Ambition 5 : La médecine individualisée Annexe 3 : La démarche de choix de la Commission ANNEXES Annexe 1 : Lettre de mission de la Commission Annexe 2 : Composition de la Commission Annexe 4 : Premier soutien financier aux sept Ambitions : principes de mise en œuvre Annexe 5 : Personnes auditionnées, contributions reçues et principales sources de réflexion La Commission Innovation, composée de 20 personnalités aux profils variés, a été installée par le Président de la République le 18 avril 2013. Sur ces bases, la Commission propose au Gouvernement sept Ambitions :

Related: