background preloader

Gaz de schiste : un engouement mondial, mais beaucoup de doutes

Gaz de schiste : un engouement mondial, mais beaucoup de doutes
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Va-t-on vers un âge d'or du gaz de schiste ? La question est ouverte, alors que le boom des hydrocarbures non conventionnels en Amérique du Nord bouscule la donne énergétique planétaire en affaiblissant la domination des producteurs traditionnels, comme le Moyen-Orient ou la Russie. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit ainsi que d'ici à 2035, le gaz non conventionnel (dont le gaz de schiste) fournira près de 30 % de la production gazière mondiale, contre 16 % en 2011. Pourtant, si de nombreux pays procèdent à des prospections et des évaluations de leurs réserves, seuls les Etats-Unis se sont aujourd'hui engouffrés dans une exploitation à grande échelle de cette ressource tant prometteuse que décriée. Voir notre visuel interactif : Gaz et pétrole de schiste, des positions diverses Amérique du Nord Lancée il y a plusieurs décennies, l'exploitation des gaz de schiste a explosé aux Etats-Unis au milieu des années 2000. Europe Asie

Gaz de schiste, assez de lobbyisme ! LE MONDE | • Mis à jour le | Par Corinne Lepage, eurodéputée, Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, présidente de CAP21 Il serait temps que le débat devienne sérieux lorsque l'on aborde l'aspect économique et financier du gaz de schiste. Les tombereaux d'injures que déverse le géochimiste Claude Allègre ne font que caricaturer une argumentation absurde : l'exploitation du gaz de schiste relancerait la croissance française. Le lobby pétrolier et gazier inonde les médias de ce nouveau mythe : si on exploitait le gaz de schiste comme les Américains, la croissance reviendrait. C'est trois fois absurde. Deuxièmement, la France n'est pas les Etats-Unis. Rappelons que le patron d'Exxon reconnaissait lui-même en juin manger sa chemise au prix auquel est vendu le BTU, soit 2 dollars (1,57 euro), alors que le prix de revient actuel aux Etats-Unis est de l'ordre de 7 dollars. Ensuite, parce que la valeur est celle de la matière première.

Communiqué Amicale des Foreurs - Oui, les gaz de schiste peuvent... - Europétrole Partager sur Facebook Oui, les gaz de schiste peuvent contribuer au redressement productif !édité le 14/09/2012 Réindustrialisation et redressement productif : deux mots magiques déclamés par le nouveau gouvernement à cor et à cri face à une situation économique française sinistrée et une industrie exsangue, dans des domaines aussi stratégiques que sont la sidérurgie, la chimie, la pétrochimie, le bois, le cuir… Pire encore, des fleurons de l’industrie française comme les chantiers navals, l’automobile et les forages pétroliers se retrouvent fragilisés par la crise et certains choix stratégiques hasardeux. Le débat – ou plutôt le non débat – autour des gaz de schiste est selon nous symptomatique de cette situation. On ne présente plus l’exemple américain, où la production des hydrocarbures de schiste a permis la création de centaines de milliers d’emplois, a divisé le prix du gaz par deux et a redynamisé toute une industrie moteur de croissance. A propos de l'Amicale des Foreurs

Compétitivité : Le gaz de schiste, c'est bon pour l'industrie - Environnement ENQUÊTE L'exploitation de cet hydrocarbure provoquerait pour l'industrie un regain de compétitivité. Mais les écueils environnementaux et les spécificités européennes pourraient en limiter l'ampleur... Le rêve est à portée de main ! Très fort potentiel « Le gaz représente 60% du prix de vente des engrais, à la fois pour l'énergie et les matières premières dont on a besoin, précise Gilles Podevin, le président de l'Union des industries de la fertilisation (Unifa). Au sommet de l'État, la question n'est pas tranchée. Et plus encore contre l'impossibilité d'évaluer précisément la taille du gisement français, du fait même de la loi de juillet 2011 qui interdit la fracturation hydraulique, y compris pour l'exploration. « Nous espérons que la France aura le courage de regarder, avec beaucoup d'indépendance et de tranquillité, si oui ou non son sous-sol contient du gaz de schiste », affirme Christophe de Margerie, le PDG de Total. Nouvel âge d'or Sécurité d'approvisionnement Ce n'est pas tout.

Les Américains divisés sur le "fracking" Si l'extraordinaire enjeu de l'indépendance énergétique des Etats unis donne aux partisans américains de l'exploitation du pétrole et du gaz de schiste ("shale oil and gas") un poids politique et financier considérable, le pays n'est pas unanimement acquis à l'idée qui voudrait que ce "miracle" ne pose aucun problème d'ordre environnemental ou économique. Ainsi, l'organisation écologiste Sierra Club fait campagne pour amener l'administration Obama à édicter une règlementation plus stricte d'un secteur qu'elle qualifie de "sale, dangereux et incontrôlable". Sorti en 2010, le documentaire de Josh Fox intitulé Gasland a marqué les esprits, notamment la scène montrant l'eau s'enflammant des robinets à Dimock (Pennsylvanie), où est extrait le gaz de schiste. Dans l'Etat de New York, dont les réserves de gaz sont également prometteuses mais qui est densément peuplé, la fronde est soutenue par Lady Gaga et Yoko Ono.

Comment le gaz de schiste bouleverse l'équilibre mondial Les États-Unis sont, pour l'instant, le seul pays à produire des quantités substantielles de gaz et de pétrole de schiste. La production de gaz de schiste atteint aujourd'hui 23 % de la consommation de gaz naturel du pays, qui représente elle-même un tiers de la consommation totale d'énergie. La production de pétrole de schiste correspond en 2012 à 5 % de la consommation de pétrole en Amérique. En 2020, le gaz de schiste devrait osciller entre 15 et 20 % de la consommation de pétrole. Les États-Unis se réindustrialisent Le premier point concerne la compétitivité industrielle des États-Unis par rapport à celle des autres régions. Le second effet de la production de gaz et de pétrole de schiste (non conventionnels) aux États-Unis est la réduction progressive du déficit commercial du pays, à la fois du déficit énergétique et du déficit pour les produits industriels. Le dollar réaffirme son statut de monnaie de réserve La compétitivité de l'industrie européenne va se dégrader

Des réserves considérables Des besoins énergétiques croissants L’accroissement de la population et le dynamisme des économies des pays émergents engendrent des demandes énergétiques croissantes à l’échelle mondiale. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les besoins en énergie devraient augmenter de 40 à 50 % d’ici 2030. À cette même période, le gaz devrait représenter environ 25 % du bouquet énergétique mondial, contre 21 % en 2010. par l’importation de gaz conventionnel produit loin des lieux de consommation et acheminé par gazoduc ou par bateau,par des gaz non conventionnels, comme les gaz de schiste. Gaz de schiste et production d’électricité Le gaz de schiste comme tout gaz naturel génère, lors de sa combustion, 50 % de CO2 de moins que le charbon. Les gaz de schiste, des ressources abondantes… Les gaz de schiste constituent un immense potentiel. ... pouvant contribuer à l’indépendance énergétique Quels bénéfices pour l’économie locale ?

revue geopolitique, articles, cartes, relations internationales APRÈS 20 ans passés dans le secteur gazier, Thierry Bros [1] donne dans cet ouvrage une image globale des enjeux actuels et analyse les conséquences de la révolution du gaz de schiste aux Etats-Unis. Comprendre le domaine gazier La première partie du livre détaille les connaissances indispensables pour comprendre le domaine gazier. L’auteur analyse la répartition des ressources, la production, les différents types de transport (à l’état gazeux par gazoducs et à l’état liquide (Gaz Natural Liquéfié (GNL)) par méthaniers), les problématiques de transit, la stratégie des principaux acteurs (états et sociétés gazières), les évolutions de la consommation, la nécessité des stockages, les coûts de production et la formation des prix (spot et indexés pétrole). L’intérêt des différentes places de marché qui permettent des arbitrages (temporels, géographiques mais aussi entre différentes énergies) et la réallocation des volumes en fonction des prix est analysé en détail. Plus .

Le gaz de schiste Gaz de schiste : la fin LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Kempf Ah, les miracles promis par le gaz de schiste, "la manne extraordinaire sous nos pieds" vantée par la patronne du Medef, la promesse d'une Amérique indépendante pour cent ans ! Ô, châteaux en Espagne, lubies fantasmagoriques, rêves insensés ! Mais le songe creux d'une énergie inépuisable s'évapore comme le méthane, les faits commencent à dissiper les discours mensongers de ceux qui ne veulent rien changer. Le 8 mai, on a appris que deux compagnies gazières, Talisman Energy et Marathon Oil, se retiraient de l'exploration du gaz de schiste en Pologne. Pourquoi ?

Gaz de schiste en Pologne : un pétard mouillé ? Le rêve, pour une nation, n’est plus ce qu’il était. Il n’a plus la couleur grise des quartiers d’affaires mais la teinte ocre des champs perfusés de puits. Il a toujours, rassurez-vous, l’odeur de l’argent. Et désormais celle, âcre et entêtante, des hydrocarbures de schiste. Fastoche, se dit la Pologne. Une trentaine de puits creusés Comment l’EIA a-t-elle pu se tromper pareillement ? Le taux de récupération va diverger en fonction des caractéristiques géologiques de la zone, du prix du gaz sur les marchés ou des contraintes environnementales. « On ignore encore en Pologne si le gaz de schiste sera rentable ou pas », résume Piotr Spaczynski, associé d’un cabinet d’avocats conseillant les opérateurs sur le sujet. Rêve d’autonomie Le gouvernement ne se décourage pas. « Leur stratégie a toujours été clairement pro-gaz. Il faut dire que l’enjeu est de taille. Bienvenue en Pologne : le pays où tout est moins cher Du coup le pays continue de miser gros. L’écologie ?

Le gaz de schiste : géologie, exploitation, avantages et inconvénients Pierre Thomas Laboratoire de Géologie de Lyon / ENS Lyon Olivier Dequincey ENS Lyon / DGESCO Résumé Éléments pour découvrir et se forger un avis sur les gaz de schiste. Cet article est la re-publication de l'article initialement publié le 18 février 2011. Depuis quelques mois, la France entière, et plus particulièrement le Sud-Est parle des gaz de schiste. Que sont ces gaz de schiste, quelle est leur géologie, quels avantages et inconvénients auraient leur exploitation ? Une deuxième partie, forcément plus subjective, essaiera d'analyser les avantages et inconvénients qu'entraîne (et entraînerait) l'exploitation de ce gaz. Définition du terme gaz de schiste Qu'est ce qu'un gaz de schiste ? Dans l'expression « gaz de schiste », le terme "schiste" est donc par définition un terme qu'il est souvent conseillé d'éviter. Qu'est ce que le gaz « conventionnel » ? Avant de parler du gaz de schiste, parlons un peu du gaz classique, dit conventionnel. le gaz de charbon ( coal bed methane en anglais.

Qu'est-ce que le gaz et l'huile de schiste ? 14 avril 2011 (mis à jour le 6 septembre 2012) Le gaz de schiste et l’ huile de schiste sont des hydrocarbures contenus dans des roches sédimentaires argileuses, situées entre 1 et 3 kilomètres de profondeur, qui sont à la fois compactes et imperméables. Le gaz de schiste C’est un gaz "non conventionnel", c’est à dire un gaz qui se trouve piégé dans la roche et qui ne peut pas être exploité de la même manière que les gaz contenus dans des roches plus perméables. L’huile de schiste Il s’agit de pétrole contenu dans une roche que les géologues appellent « roche mère ». Il y a une quinzaine d’années, on ignorait comment exploiter ce gaz contenu dans ces formations géologiques.

Séquestrées de Cleveland : Ariel Castro inculpé de viols et enlèvements Un procureur américain a estimé, jeudi 9 mai, qu'Ariel Castro, inculpé pour la séquestration et le viol de trois jeunes femmes pendant dix ans à Cleveland, dans l'Ohio, avait commis un meurtre en interrompant des grossesses, et pourrait à ce titre encourir la peine de mort. "Le comté va requérir des charges pour chaque acte d'agression sexuelle et de tentative de meurtre, et pour chaque acte de meurtre aggravé qu'il a commis en interrompant des grossesses", a déclaré Timothy McGinty, le procureur du comté de Cuyahoga, dont fait partie Cleveland. Les autorités n'avaient pas confirmé jusqu'à présent les informations de presse selon lesquelles Ariel Castro aurait contraint les jeunes captives à avorter. Le ministère de la justice de l'Ohio a par ailleurs confirmé, vendredi, qu'Ariel Castro était bien le père de la fillette de 6 ans libérée lundi soir avec sa mère, Amanda Berry, et deux autres femmes, Gina DeJesus et Michelle Knight, grâce à l'aide d'un voisin. La police montrée du doigt

Related: