background preloader

Gaz de schiste : un engouement mondial, mais beaucoup de doutes

Gaz de schiste : un engouement mondial, mais beaucoup de doutes
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Va-t-on vers un âge d'or du gaz de schiste ? La question est ouverte, alors que le boom des hydrocarbures non conventionnels en Amérique du Nord bouscule la donne énergétique planétaire en affaiblissant la domination des producteurs traditionnels, comme le Moyen-Orient ou la Russie. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit ainsi que d'ici à 2035, le gaz non conventionnel (dont le gaz de schiste) fournira près de 30 % de la production gazière mondiale, contre 16 % en 2011. Pourtant, si de nombreux pays procèdent à des prospections et des évaluations de leurs réserves, seuls les Etats-Unis se sont aujourd'hui engouffrés dans une exploitation à grande échelle de cette ressource tant prometteuse que décriée. Voir notre visuel interactif : Gaz et pétrole de schiste, des positions diverses Amérique du Nord Lancée il y a plusieurs décennies, l'exploitation des gaz de schiste a explosé aux Etats-Unis au milieu des années 2000. Europe Asie Related:  sp.marie.soupiershaleoil_fracking

Des réserves considérables Des besoins énergétiques croissants L’accroissement de la population et le dynamisme des économies des pays émergents engendrent des demandes énergétiques croissantes à l’échelle mondiale. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les besoins en énergie devraient augmenter de 40 à 50 % d’ici 2030. À cette même période, le gaz devrait représenter environ 25 % du bouquet énergétique mondial, contre 21 % en 2010. par l’importation de gaz conventionnel produit loin des lieux de consommation et acheminé par gazoduc ou par bateau,par des gaz non conventionnels, comme les gaz de schiste. Gaz de schiste et production d’électricité Le gaz de schiste comme tout gaz naturel génère, lors de sa combustion, 50 % de CO2 de moins que le charbon. Les gaz de schiste, des ressources abondantes… Les gaz de schiste constituent un immense potentiel. ... pouvant contribuer à l’indépendance énergétique Quels bénéfices pour l’économie locale ?

Pétrole, gaz : la révolution énergétique américaine «La carte mondiale du pétrole est en train de complè­tement changer.» Ce constat d’Antoine Halff, responsable du suivi du marché pétrolier au sein de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) est largement partagé par les experts. L’événement le plus significatif sur la planète pétrole, au cours de l’année écoulée, a été la montée en puissance de la production de brut aux États-Unis. Après le gaz, le pétrole. «L’essor spectaculaire de pétroles de schiste, en dépit de toutes les contraintes logistiques qui semblaient devoir l’entraver, a surpris par sa rapidité», concède-t-il. Et cette ruée vers les pétroles non conventionnels qui se concentre autour de la formation géologique Bakken, dans le Dakota du Nord, est appelée à se poursuivre. La production de pétrole brut des États-Unis s’est accrue de 800.000 barils par jours (b/j) en 2012 soit une augmentation spectaculaire de 14% selon le dépar­tement américain de l’Énergie. Brésil et Irak, futurs géants

Communiqué Amicale des Foreurs - Oui, les gaz de schiste peuvent... - Europétrole Partager sur Facebook Oui, les gaz de schiste peuvent contribuer au redressement productif !édité le 14/09/2012 Réindustrialisation et redressement productif : deux mots magiques déclamés par le nouveau gouvernement à cor et à cri face à une situation économique française sinistrée et une industrie exsangue, dans des domaines aussi stratégiques que sont la sidérurgie, la chimie, la pétrochimie, le bois, le cuir… Pire encore, des fleurons de l’industrie française comme les chantiers navals, l’automobile et les forages pétroliers se retrouvent fragilisés par la crise et certains choix stratégiques hasardeux. Le débat – ou plutôt le non débat – autour des gaz de schiste est selon nous symptomatique de cette situation. On ne présente plus l’exemple américain, où la production des hydrocarbures de schiste a permis la création de centaines de milliers d’emplois, a divisé le prix du gaz par deux et a redynamisé toute une industrie moteur de croissance. A propos de l'Amicale des Foreurs

Can the Bakken Oil Formation Reach 1 Million Barrels a Day? "If so, it would join an elite group of oil fields able to produce at that rate." Can the Bakken produce one million barrels a day of oil? If so, it would join an elite group of oil fields able to produce at that rate. Only six other fields, including Saudi Arabia's famed Ghawar field, have ever topped 1 million barrels per day–they are Burgan (Kuwait), Cantarell (Mexico), Daqing (China) and Samotlor (Russia) and Kirkuk (Iraq). The Bakken is a growth story like no other in the North American oilpatch. But a growing chorus of naysayers thinks the Bakken's days of growth are numbered in North Dakota. Who is right? There's no clear answer. For the naysayers, it adds up to a Bakken story that has lost its edge. What Goes Up Must Come Down The geologists with the North Dakota Department of Mineral Resources are tasked with understanding the Bakken – what has happened to the shale formation and what will happen. This chart is from a recent department presentation. Three Challenges 1. 2. 3.

La Grande-Bretagne autorise l'exploration de gaz de schiste Le gouvernement britannique a donné, jeudi 13 décembre, son autorisation à la reprise de forages exploratoires de gaz de schiste par fracturation hydraulique, mais en l'assortissant de nouveaux contrôles pour éviter les risques sismiques que peut causer cette technique controversée. Lire : "Graine de révolte au pays du gaz de schiste" "Le gaz de schiste représente une nouvelle ressource énergétique potentielle prometteuse pour le Royaume-Uni, qui peut contribuer significativement à notre sécurité énergétique en réduisant notre dépendance vis-à-vis du gaz importé", a expliqué le ministre chargé de l'énergie et du changement climatique, Edward Davey. Le libéral-démocrate a souligné que cette source d'énergie serait "particulièrement précieuse pour remplacer les ressources en déclin dans la mer du Nord" et permettrait de créer des emplois, de nouvelles recettes fiscales et encouragera l'économie. Lire aussi : "Eolien ou gaz de schiste : le débat sur l'énergie a débuté"

US Energy Independence: The Next Big Thing for 2013? Energy investment is about more than just the commodities; it's about growth. That's why, for example, the emerging economies theme has been an important one for investors who know that every business and modern home in Brazil, Russia, China or on the African continent will need to keep the lights on somehow. But the next big thing for 2013 may be in our own backyards: the drive toward U.S. energy independence. How feasible is this goal, and how can investors profit from it? With this question in mind, The Energy Report looked back at some of the most memorable interviews of 2012 for expert advice on how to get positioned. Oil and Gas Here's a little energy investment 101: when oil moves up, so does the dollar. But if the U.S. doesn't rely on international imports, could it make do with domestic supply? Fracking: Miracle or Mirage? But the energy independence story doesn't end here. One expert, Bill Powers, made waves in his Nov. 8 interview "U.S. The U.S.

Gaz de schistes : quelle rentabilité ? - Asteur Amérique Cet article fait suite à un article récent publié par Mathieu Auzanneau sur son blogue dans lequel il revient sur la question de la rentabilité des puits de gaz mise en doute par toute une série de courriel publiés par le New York Times. Son article « Bulles de gaz de schiste aux États-unis » explique que les perspectives de rentabilité et donc la rentabilité de l’exploitation des gaz de schistes américains est largement surestimée et que tout ceci ne serait qu’une bulle financière spéculative, une sorte de chaine de Ponzi gigantesque. En parcourant les documents du BAPE, la question de la rentabilité des gaz de schites est souvent évoquée, soit clairement, soit en filigrane. Au Québec, la connaissance des sous-sols est encore assez lacunaire comme l’explique Pierre-André Bourque, professeur de géologie à l’Université Laval et très favorable à l’exploitation des gaz de schistes. « Il y a un certain nombre de freins à l’exploration pétrolière et gazière au Québec.

Identification des roches Au sens originel, la pélite est une roche finement détritique, argileuse et faisant pâte avec l'eau. Ce terme, très utilisé, désigne maintenant toute roche sédimentaire, détritique à grain très fin. (Foucault et Raoult - Dictionnaire de géologie). Le mot pélite désigne, ici, toute roche sédimentaire à grain fin, uniforme ou stratifiée, fissile ou massive. La pélite montre des surfaces mattes et sans reflet sur ses cassures fraîches et sa couleur peut être de différentes teintes de gris, rougeâtre, verdâtre ou jaunâtre. Les pélites proviennent de la diagenèse des boues qui s'accumulent au fond des océans. En France, le shale est quelquefois appelé "schiste argileux". * Blatt, H., Middleton, G., Murray, R. (1980) Origin of Sedimentary Rocks., 2e édition, Prentice-Hall. La distinction visuelle des variétés de pélites se base sur la structure (fissile ou non fissile) et la granulométrie.

Shale oil and tight oil Since 2005, the “total oil supply” for the United States as reported by the Energy Information Administration increased by 2.2 million barrels per day. Of this, 1.3 mb/d, or 60%, has come from natural gas liquids and biofuels, which really shouldn’t be added to conventional crude production for purposes of calculating the available supply. Of the 800,000 b/d increase in actual field production of crude oil, almost all of the gain has come from shale and other tight formations that horizontal fracturing methods have only recently opened up. Here I offer some thoughts on how these new production methods change the overall outlook for U.S. oil production. Let me begin by clarifying that “shale oil” and “oil shale” refer to two completely different resources. “Oil shale” is in fact not shale and does not contain oil, but is instead a rock that at great monetary and environmental cost can yield organic compounds that could eventually be made into oil.

Gaz de schiste : "Truthland" démonte les mensonges de "Gasland" Le film Gasland de Josh Fox n’était qu’un mauvais film d’épouvante, plein de biais de présentation et de déformations volontaires de la réalité. La vidéo Truthland présentée par Vincent Bénard. Vous trouverez ci-dessous, traduit en français, le documentaire « Truthland« , réponse argumentée d’une enseignante de Pennsylvanie aux allégations du film anti-gaz de schistes « Gasland« . Réalisé simplement sans grands moyens, ce petit film vaut largement 32 minutes de votre temps pour vous faire une autre opinion sur les gaz de schiste. Le film de « Gasland« , dénonçant les dangers environnementaux supposés de l’exploitation des gaz de schiste, a reçu une publicité énorme et est sans doute à l’origine de la très forte opposition, de bonne foi, que bien des Français forment à l’usage de la fracturation hydraulique. Il était une fois l’épouse d’un fermier de Pennsylvanie chez qui un gazier explorait un puits de gaz de schiste, et qui a vu Gasland. À vous de juger. Via : Libertarien TV —-Sur le web.

Arthur Berman, Shale Is Magical Thinking Cracking the Code: Is the Monterey Shale the Next Big Boom or Bust? | Drillinginfo California’s Monterey Shale could turn out to be one of the largest oil producing shales in the world. In fact, some experts believe it could hold more oil than the entire Bakken Shale. The Monterey Shale covers large concentrations of acreage in the San Joaquin, Los Angeles and Monterey Basins. Much like the Bakken Shale, the Monterey Shale is primarily oily throughout. Setting Boundaries In order to effectively outline the area discussed herein, we will limit the region to just the San Joaquin Basin (specifically, the region from Bakersfield heading North up to Modesto). There has been a significant amount of leasing activity throughout the Southern Portion of the play. Aera Energy, Inc. – 10,000 acresMaverick – 10,000 acresOnshore Exploration Corp. – 40,000 acresVenoco – 100,000 acresOXY – 40,000 acresWestern Energy Production – 125,000 acres Drilling Down Many areas of the Southern Region are currently held by production (HBP). Drillinginfo map of Kings and Fresno County.

A Fracking Good Story by Bjørn Lomborg Exit from comment view mode. Click to hide this space PRAGUE – Weather conditions around the world this summer have provided ample fodder for the global warming debate. Droughts and heat waves are a harbinger of our future, carbon cuts are needed now more than ever, and yet meaningful policies have not been enacted. But, beyond this well-trodden battlefield, something amazing has happened: Carbon-dioxide emissions in the United States have dropped to their lowest level in 20 years. The cause is an unprecedented switch to natural gas, which emits 45% less carbon per energy unit. America’s rapid switch to natural gas is the result of three decades of technological innovation, particularly the development of hydraulic fracturing, or “fracking,” which has opened up large new resources of previously inaccessible shale gas. For starters, fracking has caused gas prices to drop dramatically. But, based on Europe’s experience, such policies are precisely the wrong way to address global warming.

Related: