background preloader

Les impacts liés à la production d’énergie

Les impacts liés à la production d’énergie
9 décembre 2009 (mis à jour le 10 mars 2011) Introduction La connaissance précise des dommages environnementaux est indispensable pour progresser vers un usage raisonné de l’énergie, tenant compte des nuisances potentielles. Cette connaissance doit permettre de situer le point d’équilibre entre les avantages procurés par l’énergie et ses « effets néfastes » sur les milieux, et de déterminer ainsi un niveau optimal de consommation d’énergie. Elle constitue aussi un instrument d’orientation des choix vers des filières énergétiques les plus respectueuses de l’environnement. La détermination du « point d’équilibre » est un exercice difficile compte tenu de la très grande complexité des interactions entre les activités humaines et les milieux : impacts sanitaires des pollutions diffuses, changement climatique, relations entre les risques locaux et globaux. L’évaluation environnementale porte à la fois sur les projets et sur les plans et politiques. Les impacts des énergies renouvelables

Bilan Carbone® Personnel Les sites menacés par la montée des eaux - Pollution - Canal D Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), un organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays de l’ONU, prévoit que si rien n’est fait, la température moyenne du globe augmentera de 4 °C d’ici 2100. Les conséquences seraient dramatiques à plusieurs niveaux. De son côté, l’UNESCO a recensé 136 sites du patrimoine mondial qui sont menacés par la montée des eaux causée par le réchauffement climatique. En voici quelques-uns. Vous pouvez faire le test vous-même avec ce site qui permet de voir en coup d’œil, en faisant varier l’augmentation du niveau de la mer de 0 à 60m, l’effet dévastateur de la montée des eaux : La Nouvelle-Orléans La ville est déjà menacée par l’eau (on peut penser aux dommages causés par l’ouragan Katrina). Venise Pour l’UNESCO, c’est une certitude : Venise sera éventuellement complètement submergée. Manhattan et la Statue de la Liberté Bangkok Les Pays-Bas Le Mont-Saint-Michel

Approche critique de la stratégie Océan bleu La stratégie "Océan bleu" met en lumière la force du concept d'innovation-valeur. Pourtant, rares sont les entreprises qui suivent ces préceptes. En sonnant la charge contre les stratégies génériques de Michael Porter, "Stratégie Océan Bleu", écrit par deux professeurs de l'INSEAD (1), prouve que la stratégie d'entreprise n'est ni une science reposant sur des principes immuables, ni un discours condamné à se répéter indéfiniment. Il était temps ! Mais si cette nouvelle approche rappelle à juste titre l'importance de l'innovation et de la création de marché, elle n'explique pas pourquoi si peu d'entreprises s'engagent dans cette voie. Dommage. En dépit des bénéfices générés par le développement de nouveaux marchés, très rares sont les sociétés qui innovent. La stratégie Océan bleu est tellement séduisante (si on fait exception de son nom) que l'on peut se demander pourquoi si peu d'entreprises la pratiquent.

Energie solaire Mise à jour le 14/11/2013, mise en ligne le 14/09/2010 Le soleil au fil du temps.© Keblow Au même titre que l’eau et l’air, le soleil est à la base de la vie sur Terre, à laquelle il apporte chaleur et lumière. Il rayonne en journée sur toute la planète, même si certaines régions se révèlent privilégiées. Selon le type de production (récupération de la chaleur, transformation en électricité), l’usage (consommation sur place ou diffusion via un réseau) ou le type d’implantation de l’installation (maison individuelle, immeuble collectif, centrale), on fera appel à des solutions différentes, allant des capteurs thermiques individuels aux centrales solaires alimentant des villes entières. Par ses résultats prometteurs, l’énergie solaire est plébiscitée par les pouvoirs publics de nombreux pays et son développement encouragé, même si un coup de frein a été donné récemment aux subventions accordées au déploiement de ces technologies du fait de la crise financière.

Impact environnemental Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'impact environnemental désigne l'ensemble des modifications qualitatives, quantitatives et fonctionnelles de l'environnement (négatives ou positives) engendrées par un projet, un processus, un procédé, un ou des organismes et un ou des produits, de sa conception à sa "fin de vie". L'étude de l'impact environnemental est un outil utilisé par la norme ISO 14001 et pour faire une analyse du cycle de vie. Des études d'impacts environnementales sur les milieux biophysique et humain sont requises pour une majorité de projets. §Définition de l'impact[modifier | modifier le code] Le mot « impact » vient du latin « impactus », du participe passé de « impigue », signifiant heurté[1]. §Les perturbations[modifier | modifier le code] Une étude d'impact environnemental doit appréhender l'évolution du système en considérant les effets du projet. - Les modifications engendrées créent une nouvelle structure, aboutissant à un nouvel équilibre. ↑ P.

Dangers et risques de la Nanotechnologie - Les Nanotechnologies Malgré les progrès que la Nanotechnologie apporte à notre vie, elle présente également d'énormes dangers pour les êtres vivants. Les industriels travaillant à partir de ces nouvelles technologies sont les premiers touchés. Ces dernières vont affecter dans les années à venir beaucoup plus de personnes, car la nanotechnologie est une science du futur : tout le monde aura la possibilité de l'exploiter. Les conséquences de ces nouvelles technologies mettent en place de nombreux débats où divers avis s'opposent entre progrès et environnement. De jour en jour on peut voir l'avancement de la technologie et plus particulièrement celle du Nano. Les risques encourus par l'organisme de l'être humain ou tout autre cellule vivante sont aussi envisagés : la taille d'un de ces robots peut atteindre celle du nanomètre et interagir avec les cellules du corps. Ce schéma d'une partie du corps humain présente les principales zones d'accès aux nanoparticules.

Différentes sortes Mise à jour le 02/08/2013, mise en ligne le 09/08/2010 Les énergies renouvelables, fournies par le soleil, le vent, l’eau, la chaleur de la terre ou les matières organiques, n’engendrent pas ou peu d’émissions polluantes et de déchets. Ce sont des énergies considérées comme inépuisables, par différence avec les énergies fossiles dont les ressources s’amenuisent. Les énergies renouvelables permettent ainsi de répondre à une partie des besoins en énergie (chaleur, électricité et carburant), avec un moindre impact sur l’environnement. Elles représentent en 2012 environ 1/5 de la production mondiale d’électricité1. Les pays d’Asie, notamment la Chine et l’Inde, développent de plus en plus de capacités de génération électrique issues d’énergies renouvelables. L’hydroélectricité, une énergie puisée à la source Première source d’énergie renouvelable au monde, l’hydroélectricité a fournit à elle seule 17 % de l’électricité mondiale en 2012. Le solaire, un développement prometteur

Afficher l'impact environnemental des produits tout au long de leur cycle de vie 3 avril 2010 (mis à jour le 29 avril 2014) Tandis que l’approche de l’analyse des impacts environnementaux tout au long du cycle de vie des produits se consolide depuis les années 1990 et commence à être utilisée par le secteur privé et dans certaines politiques publiques (par exemple par l’encouragement de l’éco-conception des produits), les inquiétudes liées au changement climatique ont stimulé, dans les années 2000, un intérêt pour l’établissement de l’empreinte carbone des produits (impacts sur le changement climatique d’un produit en termes d’émissions de gaz à effet de serre générées tout au long de son cycle de vie), y compris pour sa communication au consommateur, la plupart du temps sous la forme d’un label volontaire. Dans la foulée du PAS 2050 britannique, première norme, ou quasi-norme, adoptée en 2008 pour le calcul de l’empreinte carbone des produits, les initiatives internationales se sont multipliées. Il existe par ailleurs nombre d’initiatives privées dans plusieurs pays.

Comment réussir un partenariat ONG/entreprise Depuis le début de la crise financière de 2008, le business de la solidarité peine à se renouveler. En France, le budget global du mécénat a baissé de 20% en 2010. Aux Etats-Unis, les dons en faveur des plus grandes organisations à but non lucratif américaines ont diminué de 11%. Il est donc devenu indispensable pour les ONG de trouver de nouvelles sources de financement. De plus en plus, les associations se tournent vers les entreprises pour remédier à cette situation. Réalités Cependant, les motivations des deux parties sont parfois caricaturées; les ONG mettent en place des partenariats uniquement pour engranger toujours plus d'argent, les entreprises montent des partenariats pour "verdir" leur image. Créer une association de toutes pièces n’est pas chose aisée. Il est également nécessaire de diversifier les sources de revenus. Soupçons de greenwashing Les entreprises utilisent généralement leurs partenaires pour s’assurer une meilleure image auprès des consommateurs. L’exemple du WWF

Energies Renouvelables

Un article intéressant montrant le point de vue du gouvernement au niveau des impacts liés à la production d'énergie, principalement renouvelable. by claralaurelinesi Mar 30

Related: